Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jacques Attali : "La Suisse doit se penser comme un hôtel"

Jacques Attali croit que la France sera la première puissance européenne, devant l’Allemagne. Il considère Donald Trump comme « dangereux » et loue la Suisse, terre hospitalière.

 

De passage à Genève, l’écrivain et essayiste français Jacques Attali s’est exprimé, mercredi à Uni Dufour, sur l’intelligence artificielle, à l’occasion de la remise des Prix Latsis universitaires, récompensant chaque année, notamment, des chercheurs de l’UNIGE et de l’EPFL. Interview

 

Est-ce que la France peut se réformer ?

La France change à une vitesse folle. Et chacun des 60 millions de Français évolue et change chaque jour. On dit que la France est crispée. Mais elle se réforme en permanence et change sans cesse, sur le plan des mœurs, de l’innovation, de l’art, de la culture.

 

Alors, à quoi est dû ce sentiment largement partagé qui évoque les blocages de la France ?

Ce qui est vrai, c’est que la France modifie assez peu ses lois. Pour une mauvaise raison d’ailleurs, car nous avons de la peine à admettre les changements homéopathiques. Et pour une autre raison : les nations maritimes valorisent le changement, les nations rurales valorisent la permanence.

 

La France borde pourtant plusieurs mers. Elle aurait pu être une nation maritime ?

Elle a essayé de le faire à huit reprises, comme je l’aborde dans mon dernier livre. Mais la France a choisi d’être une nation rurale car elle possède des terres et une agriculture très riches.

 

Le gouvernement Macron peut-il réussir à changer la France ?

Lorsque je suis à l’étranger, je n’aborde jamais les questions de politique française. Ce que je peux dire, c’est que la France n’avance pas par réformes lentes, mais par révolutions. Soit sanglantes, soit plus symboliques. Depuis 1945, nous avons connu trois révolutions : 1945, 1958, 1980. Et la quatrième se déroule en ce moment. La France accumule pendant longtemps des besoins de changement, puis elle se met en mouvement. Cela prend du temps car nous sommes une nation centralisée. Notre modèle est très intégrateur : tout le monde y parle la même langue.

 

Quand a débuté la « révolution » actuelle ?

Cela a commencé il y a trois ans, avec une prise de conscience. Une maturation des réformes s’est ensuite effectuée, poursuivie par la dernière élection présidentielle.

 

La France va donc garder un rôle moteur en Europe ?

Je suis convaincu que la France est la première puissance européenne déjà aujourd’hui et qu’elle le sera encore davantage demain, car l’Allemagne est malade, démographiquement, technologiquement et financièrement. Dans vingt ans, la France sera de loin la première puissance d’Europe. Économiquement, nous sommes présents dans les meilleurs secteurs : la santé, l’éducation, la culture, l’assurance, les start-up. Sans compter deux autres domaines, peu utilisés : la mer et la francophonie.

 

Pourquoi à travers la francophonie ?

Aujourd’hui, 180 millions de personnes parlent français. Avec le développement de l’Afrique, il y en aura 700 millions. L’Afrique regroupe un milliard d’habitants, et dans trente ou quarante ans, elle en comptera deux milliards. C’est la grande question du XXIe siècle. Pour l’Europe, cette explosion démographique peut déboucher sur une catastrophe, parce que des centaines de millions d’Africains s’installeront ici, ou alors nous les aidons à bien se développer et le continent sera un formidable marché. Pour l’Europe et pour la France grâce à cette langue commune.

 

L’immigration a tendance à diviser l’Europe. L’Europe doit-elle accueillir des migrants ?

Malheureusement, tous les pays européens sont d’accord pour contenir l’immigration, et même la réduire. Mais regardons les chiffres : nous sommes 600 millions d’habitants en Europe et nous parlons d’accueillir 200 000 migrants par an. En trois ans, cela ferait 600 000, soit 1 pour mille de la population de l’Europe. Vous vous rendez compte ? 1 pour mille ! Ce n’est pas assez. Nous sommes capables d’en accueillir bien plus. Le Liban doit se débrouiller avec 25 % de migrants syriens. L’Europe est aussi confrontée à un effondrement démographique. Et l’accueil des réfugiés fait partie de ses valeurs.

 

N’existe-t-il pas un décalage entre vos espoirs et les politiques des pays européens ? Et puis l’Europe se met-elle en danger en voulant contenir l’immigration ?

Non, elle se protège. Mais trop, à mon avis. Je sais que je suis très isolé face à ce consensus européen. Mais c’est honteux de ne pas accueillir tous ces gens dignes, magnifiques, souvent bien formés, jeunes, pleins de dynamisme.

 

Traversons l’Atlantique et tournons-nous vers les États-Unis. Donald Trump est-il un homme dangereux ?

Oui. Les États-Unis sont représentatifs d’un courant mondial qui se renforce, celui des dictatures de marché. Pourquoi ? Parce que les gens ont besoin de sécurité mais ils veulent aussi gagner de l’argent. Ce cocktail est dangereux. Et le monde est instable, comme en 1910. Les gens vivaient alors très bien. Ils avaient déjà la radio, l’automobile, l’électricité. La démocratie, la globalisation. Et puis le terrorisme – qu’on appelait alors nihilisme –, la crise financière et le protectionnisme ont globalement précipité le monde dans 75 ans de barbarie, de 1914 à 1989. Aujourd’hui, c’est pareil : nous connaissons des progrès technologiques, un potentiel de croissance énorme, des moyens de faire des économies d’énergie massives, une espérance de vie qui augmente. Nous avons tout pour être heureux.

 

Mais tout peut donc basculer ?

La question environnementale est urgente. Il faut sauver la mer. Nous devons aussi régler le problème de la répartition inégale des richesses et celui d’un désordre mondial dû au fait que les marchés sont plus puissants que les États. La probabilité d’une guerre mondiale est considérable. Elle peut se déclencher sur un rien, sur un incident entre les Chinois et les Américains à propos de la Corée du Nord, ou entre les Polonais et les Russes au sujet des pays Baltes...

 

Et Donald Trump pourrait être un élément déclencheur ?

Oui, car il est imprévisible et erratique. Nous avons échappé à un conflit majeur depuis 1945 car toutes les puissances nucléaires étaient dirigées par des gens raisonnables. Aujourd’hui, à la tête des États-Unis et de la Corée du Nord, nous avons affaire à deux personnes peu raisonnables, même si le Président des États-Unis ne peut pas appuyer sur le bouton nucléaire tout seul. Mais il peut presque le faire tout seul.

 

Les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ne représentent-ils pas également une forme de menace ?

Ceux-là, ce sont les dictateurs du marché. Ils ont prospéré dans une économie libre et parfaite qui a abouti à la formation de cartels. Les GAFA sont dangereux car ils sont en train de maîtriser les instruments de prédiction.

 

Faut-il casser ces cartels ?

Cela viendra comme ce fut le cas avec l’ancien géant des télécoms ATT aux États-Unis. Mais un autre cartel est encore plus dangereux : celui de l’industrie agrochimique, qui prétend breveter la vie sans aucun droit. Les GAFA s’approprient nos données, mais les groupes vendant notamment les semences s’approprient la vie. Ils sont de moins en moins nombreux, après le rachat de Syngenta par ChemChina et de Monsanto par Bayer. Nous devons agir avant qu’ils n’atteignent une trop grande taille.

 

Comment peut-on contrôler ces groupes ? Il faudrait un gouvernement mondial ?

Oui, il faudrait un État de droit mondial. La seule institution internationale se situe d’ailleurs à Genève. C’est l’OMC (Organisation mondiale du commerce), qui s’appuie sur son système de règlement des conflits. Il faut au moins une institution internationale de décartellisation, mais l’OMC a perdu une partie de son pouvoir.

 

Qui est le mieux armé pour maîtriser les défis de la numérisation, du big data et de l’intelligence artificielle : la Silicon Valley ? La France ? L’Europe ?

C’est en effet un enjeu majeur. Dans ce cadre, c’est la propriété des données, et ce que l’on en fait, qui va être déterminante. L’analyse des comportements des consommateurs permettra de déduire quels biens ou services peuvent être vendus. J’ai écrit en 2006 que les compagnies d’assurances seraient les mieux armées dans ce domaine, en particulier celles qui seront liées aux groupes maîtrisant les données. Les GAFA sont puissants quand ils sont installés dans de vastes marchés homogènes où ils peuvent accumuler les données et les prédictions. Aujourd’hui, deux marchés se détachent : les États-Unis et la Chine. Le marché chinois va combler son retard et sera encore plus rapide que le marché américain, car il s’agit, comme je l’ai dit, d’une dictature de marché.

 

Et la Suisse ? Depuis plusieurs années, le Forum de Davos classe ce pays en tête en termes de compétitivité. À quoi est dû le miracle suisse ?

La Suisse, puissance de taille moyenne, est le contre-exemple absolu de la thèse de mon livre. Je n’ai qu’une explication à ce miracle : le travail. Ce pays est aussi avantagé par le fait de ne pas avoir connu de guerre, par un consensus social très fort et par l’utilisation de rentes de situation qui sont en train de disparaître. Je parle du secteur bancaire, dont les services, d’ailleurs, n’ont pas besoin d’accès à la mer. Mais la finance n’a pas respecté les règles du jeu. Cela ne dure jamais bien longtemps. La Suisse est un pays hors-jeu. En termes militaires comme en termes bancaires.

 

Un pays hors-jeu peut-il être pérenne ?

Non. Pas de façon durable. Donc, un processus de banalisation de la Suisse est en marche. Cela dit, la Suisse joue remarquablement bien sa normalisation, de la manière la plus lente possible (sourire). La Suisse a aussi de grandes capacités à accueillir les étrangers. Le secteur de l’hospitalité, au sens large, sera l’un des principaux de l’avenir. Pas seulement sur le plan hôtelier. Le grand métier de demain sera celui de l’empathie.

 

Les Suisses sont empathiques ?

Oui, à leur façon. D’une manière particulière : c’est ce que j’appelle l’altruisme intéressé !

 

C’est de l’empathie par rapport à soi-même ?

Ce qui se passe à l’EPFL, par exemple, est assez génial. J’envie l’EPFL. Je regrette qu’elle ne soit pas française. L’EPFL est une sorte d’hôtel d’entreprises. Tout pays doit se penser comme un hôtel et ses habitants comme des hôteliers. Recevoir sans cesse des étrangers. Être accueillant. C’est ce qui rend la Suisse symboliquement maritime.

 

Et Genève ?

C’est un cas particulier, Genève est à la fois suisse et française, suisse et internationale. Genève est un paradis particulier. Je me suis souvent dit que si j’avais à m’exiler, ce serait à Montréal ou à Genève. Des gens de toutes sortes de cultures y vivent et s’y croisent.

 

La Suisse peut-elle rester hors de l’Europe ?

Si j’avais un conseil à donner à la Suisse, c’est d’entrer dans l’Union européenne tout en gardant sa spécificité.

 

L’Union européenne le permettrait-elle ?

Tout se négocie, tout se négocie... À terme, la Suisse perdra beaucoup en restant à l’extérieur de l’Union européenne, qui est un formidable aiguillon pour accomplir des réformes. Rester dehors, c’est se condamner à s’enkyster au moment où ses particularités sont en train de disparaître. Être hors-jeu et se banaliser, c’est embêtant.

Attali, l’immigration et le mondialisme,
lire chez Kontre Kulture :

Attali le prophète du gouvernement mondial (avec Jérusalem comme capitale) :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est fou ce mec et son obsession des pays-hôtel... Qu’on lui donne une place de groom, c’est à dire le job le plus ambitieux qu’il obtiendrait dans un monde normal et compte tenu de sa gueule de vieille chouette perverse, et qu’il arrête de nous emmerder...

     

  • #1824635

    lui il ne change pas

     

  • Et Israël ? Un hôtel aussi ou pas ?

     

  • L’industrie allemande pèse 3 fois plus lourd que la française...

     

    • #1824699

      C’est que dans sa logique(logique du marché), l’Occident doit devenir un Hôtel, un lieu de **consommation** où tout le monde peut se pointer pour consommer des biens et des services d’où le fait qu’il dit que la France est déjà présente dans les ’’meilleurs’’ secteurs(selon lui) comme la santé, l’éducation, la culture, l’assurance, les start-up alors que la production, les usines et les industries sont relégués aux pays émergents/tiers-monde comme le Brésil, la Chine, l’Inde, Mexique, Pakistan, Vietnam etc... le tout contrôlé par les grosses multinationales de tout domaine. Les bleds paumés fournissent les ressources et produisent les marchandises et les pays dit ’’riches’’ consomment les marchandises.
      Donc dans cette logique la fameuse Allemagne championne de la production et de l’industrie va finir par connaître à terme(selon lui) le même processus de dé-industrialisation que la France, les États-Unis et les autres pays européens pour se transformer comme eux en lieu de services et de consommation.


    • #1824878

      Donc dans cette logique la fameuse Allemagne championne de la production et de l’industrie va finir par connaître à terme(selon lui) le même processus de dé-industrialisation que la France

      Mais pourrait se négocier un rôle de gérant d’ Hôtels et n’héberger que des tertiaires en col blanc triés sur le volet pour traiter les dossiers de transfert de populations de ses voisins.


  • Ce qui est incroyable chez A. c’est qu’il mélange des vérités indiscutables pour arriver à des conclusions erronés via un raisonnement logique... Il est intelligent mais vraiment pervers... c’est pour cela qu’il est dangereux... il y a des gens qui raisonnent de travers en partant d’hypothèses vraies, d’autres qui raisonnent juste en partant d’hypothèses fausses et Attali qui raisonne juste, en partant d’hypothèses vraies mais qui arrive à des conclusions fausses...

     

    • #1825131

      Cela s’appelle le sophisme, C’est à dire l’art d’utiliser la vérité et la logique pour justifier le mensonge et le n’importe quoi, les pseudos experts sont généralement très fort en la matière c’est pour cela qu’on les invite dans les médias embobiner les gogos.


  • Incroyable. Ce type est un agent américain. Il suggère à la Suisse qui est un des rares pays qui se porte TRES BIEN et qui n’est pas dans l’UE à y entrer. Si elle y entrait, elle se porterait du jour au lendemain TRES MAL !!!

    Donc ce traitre suggère à un pays qui va très bien d’aller plus mal en entrant dans un truc instable qui conduit à la guerre, à l’appauvrissement généralisé.

     

  • Il a détruit le pays qui a commis l’idiotie de l’accueillir, ensuite sur la Suisse il raconte n’importe quoi comme toujours.
    On a du mal à comprendre qu’il ait pu faire des études, encore qu’ici ça ne veuille rien dire.


  • Le megaphone du NOM en France, vous explique que vous le peuple blanc dans sa totalite, vous avez pris perpette pour l’Holocaust, meme si nous les bolcheviques avons fait assassiner 65M de russes, 10M d’Ukrainiens et causes la mort de 80-100M d’europeens/allies dans les 2 grandes guerres. Tout ca pour que Monsieur s’exile non pas a Jerusalem mais Montreal ou Geneve. Elle est pas belle le vie !.


  • Est-ce que J. Attali peut se réformer ?

     

    • A Vecom,

      Comme Mr Jourdain,
      Attali dit des banalités sans le savoir .
      Dire le contraire d’une banalité ,
      c’est encore une banalité .
      Ne pas regarder son nombril,
      c’est vivre sans horizon ,
      Impossible pour Attali !


  • #1824695

    Ce type dit tout et son contraire. Son discours n’a aucun sens, donc insensé. Rien à commenter...


  • #1824703

    C’ est n’ importe quoi cet entretien... Il devait se sentir en représentation dans un pays étranger et il balance des perspectives fantaisistes et complètement fantasmatiques sur l’ avenir de la France, l’ Europe et du monde... En n’ oubliant pas de faire plaisir au journaliste du pays hôte qui l’ interroge.
    L’ Afrique qui passera à 2 milliards d’ habitants dans 3 décennies, verra 500 millions de ses ressortissants maîtriser le français, langue qui se perd au sein de l’ hexagone grâce entre autre à l’ excellence de l’ éducation nationale moderne qu’ il ose pourtant qualifier de fleuron économique ?
    La France future 1ère puissance économique de l’ Europe ? La bonne blague... Son retard industriel par rapport à l’ Allemagne est trop important, Elle exporte beaucoup moins... Qui a dit déjà qu’ avec l’ UE "L’ Allemagne renforce son industrie, la France devient une nation de fonctionnaires et l’ Espagne un pays de résidences touristiques" ?
    Je le rassure, en 1992 pour quelques milliers de voix suite à un référendum national la Suisse n’ était pas rentrée dans l’ UE. Si le référendum avait lieu maintenant, il n’ y aurait même pas 20% des votants qui souhaiteraient être membre de l’ UE. Ah j’ oubliais les techniciens de Bruxelles recommandent instamment de ne jamais demander l’ avis au peuple. Le peuple qui en Suisse est également nommé le souverain...

     

  • #1824705
    le 22/10/2017 par yéti déporté au Benêtland
    Jacques Attali : "La Suisse doit se penser comme un hôtel"

    " La Suisse ne doit garder que ses stations de ski"
    .
    voilà ce que dirait la doxa du FMI, du libre échangisme et de la division mondiale du travail...
    Seulement le suisse est pas con, il a fait du protectionnisme quand il fallait (comme la Chine, la Corée du Sud et l’Angleterre pendant 3 siècles), et en fait toujours (pour l’agriculture notamment) et au final :
    .
    La Suisse à 19% de son PIB en industries contre 8% pour la France (divisé par 2 en 40 ans)


  • #1824710

    1:39 "Un pays, c’est un hôtel"
    https://www.youtube.com/watch?v=5vr...


  • #1824713

    video : La France est un hôtel (Attali) :
    http://www.dailymotion.com/video/x2jg5au


  • Hôtels...hôtes, même racine :



    Le parasitisme (du grec παρά / para, « à côté » et σῖτος sitos, « blé, pain ») est une relation biologique entre deux êtres vivants où un des protagonistes — le parasite — tire profit d’un organisme hôte pour se nourrir, s’abriter ou se reproduire. Les organismes qui ne sont pas parasites sont qualifiés de « libres ».



    source : Wikipédia


  • Et Israel ? C’est un hotel ?

     

  • #1824781

    Sans s’en rendre compte Maître Attali nous a révélé les causes du miracle Suisse : c’est parce qu’il faut bien un petit endroit stable socialement ou la classe capitaliste européenne puisse aller se planquer au cas ou ca tournerais mal . Et oui , il faut arrêter de fantasmer , les suisses sont pas plus malins que les autres .


  • #1824790

    Et si nous français nous décidions de réaliser quelques travaux dans notre Hôtel France, nous pourrions congédier nos clients, le temps que notre hôtel redevienne un pays libre, nous pourrions a nouveau décider qui nous voulons comme clients !

     

    • #1825029

      Sauf que, selon la logique de l’israelite Jen Paul Sartre :
      _ :
      « Abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé  : restent un homme mort et un homme libre ».


  • #1824799

    " La Suisse ( et la France !!! ) sont des hôtels " ( Jacques Attila )

    " Les hôtels sont des bordels !!! " ( Swami Prabhupada )


  • #1824830

    Le mec il est en train de jouer au Monopoly - édition NOM.


  • Monsieur Attali, quand vous allez poser vos valises à l’hôtel Suisse, est-ce que vous y déposez aussi votre argent ?


  • #1824884

    Attali qui n’a jamais rien vu venir continue ses prédictions. Quel crédit accorder à ce vieux hibou ? Aucun. Sinon de travailler pour des intérêts qui nous sont étrangers ! C’est triste un agent d’influence en pilotage automatique.


  • #1824921
    le 23/10/2017 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Jacques Attali : "La Suisse doit se penser comme un hôtel"

    Et le monde est instable, comme en 1910. Les gens vivaient alors très bien. Ils avaient déjà la radio, l’automobile, l’électricité.

    Ah bon !? Je serais curieux de connaître quel comique troupier animait déjà les émissions de radio en 1910, comme le nombre de véhicules automobiles que possédaient les gens ou le taux de raccordement des foyers français au réseau électrique...
    Bref, pour contrer la sénilité, je me demande parfois si l’euthanasie...


  • #1824928

    Dans un hotel, les clients payent les hoteliers...
    C’est l’inverse dans le cas des migrants, on paye pour qu’ils s’installent chez nous.
    Ce n’est pas un service hôtelier, c’est du vol.


  • ...et Attali en vieux maquereau gerbatoire à la caisse ... et le Grand Israel, c’est un hôtel, aussi ?...

     

  • "les meilleurs secteurs (français]  : la santé, l’éducation, la culture, l’assurance, les start-up. Sans compter deux autres domaines, peu utilisés : la mer et la francophonie".
    C’est maigre ! Le secteur tertiaire pour toute économie. La France fut championne en informatique, électronique, industrie nucléaire, agriculture, industries diverses et variées dont l’agro-alimentaire, sciences, art, luxe et littérature...
    La francophonie attalienne, c’est les bons profits particuliers de la Françafrique, aux mains des amis d’Attali.
    Quant à la mer, elle nous reste en effet. Avec nos industries navales sabotées, démantelées. Mais c’est un grand espoir et un chantier de reconstruction, quand le temps sera venu. Sans Attali et ses cohortes de migrants auxquels il tient mordicus. Comment se maintiendrait-il sinon ?
    Rendez-vous aux Champs Cattalobbyques, hordes d’Attali derrière lesquelles l’herbe ne repousse pas.



  • À terme, la Suisse perdra beaucoup en restant à l’extérieur de l’Union européenne, qui est un formidable aiguillon pour accomplir des réformes.



    Donc ce mec vient d’expliquer qu’y faut faire des réforme à coup d’aiguillon, histoire de pas laisser trop de choix/liberté au peuple dans ces décisions. Un peu comme une vache qu’on guide à coup de pique à vache quoi.

    Normal.


  • la terre est notre maison : credo des ecolos.
    chaque pays est un hotel : credo des mondialistes
    la somme des egoismes individuels fait une creation de richesse au niveau global : credo des liberaux.

    mettre toussa ensemble me semble creer une impossibilite logique si on part du principe que les gens qui sont dans un hotel y salopent tout ( ils ont payer l’usage ,faut juste imaginer le comportement du touriste lambda devant un buffet en vacances ).


  • #1825039

    Si j’ai bien compris, Attali aime les hôtels où on passe, et DSK aime les hôtels de passe.........


  • #1825137

    Jacques Attali : "le monde est instable, comme en 1910. Les gens vivaient alors très bien. Ils avaient déjà la radio, l’automobile, l’électricité."

    Wikipedia :
    - "En France dans les années 1920 à 1930, le public se restreint à une minorité de passionnés et de bricoleurs capables de confectionner eux-mêmes leurs propres postes récepteurs. L’historien Eric Hobsbawm rapporte qu’aux États-Unis, ce médium, quasiment inconnu au sortir de la Première Guerre mondiale, touchait dix millions de foyers en 1929, plus de vingt-sept millions en 1939 et plus de quarante en 1950, et il ajoute : "la radio transforma la vie des pauvres, et surtout des ménagères, comme rien ne l’avait encore fait." "
    - "L’entre-deux-guerres est un âge d’or de l’automobile pour les catégories les plus aisées de la population car les véhicules commencent à devenir fiables et le réseau routier s’améliore"


  • Les hôtels c’est aussi là qu’on baise les putes.
    Selon lui, tous les peuples doivent considérer leurs propres pays comme des lieux de passes où les banquiers sont les clients-Roi d’une humanité qui écarte les cuisses.


  • Je suis d’accord avec Attali. Mais à une condition. On organise un grand Bordel de Militants sans Compagnes à Jérusalem, des wagons entiers de bons migrants blancs, noirs et beurs, tous au chômage dans leurs pauvres pays bousillé, qui y viendraient faire des shouettes partouzes métissées et transconfessionnelles avec les filles des hôtes, sans que personne ne vienne les embêter à pleurnicher parce qu’on mélange les races ! Tous les enfants nés de ces unions universelles se verraient attribuer une religion au hasard et leur sexe serait tiré au sort à la naissance !!! Bref, Attali, à toi l’honneur…


  • Pour Attali, tous les pays sont des hôtels,
    Je me demande si il pense la même chose d’Israël ?


  • Cette obsession de l’hôtel révèle parfaitement qui est Attali d’un point de vue psychologique. En effet, qu’est-ce que c’est qu’un hôtel ? C’est un endroit où il y a plein d’employés au service du CLIENT. A votre avis, Attali, il se vit comme employé ou comme CLIENT de l’hôtel ? Voilà... Pour Attali, le monde, ce sont des employés ( la majorité ? ), qui, eux, sont là pour gagner leur vie au service des autres, et le reste ( une minorité, dont Attali lui-même ) qui sont là en tant que CLIENTS. Parce que, eux, ils ont le pognon. Eux ne sont pas des employés. Car, quand tu as le pognon, tu vis le monde comme un CLIENT, c’est-à-dire comme quelqu’un qu’on doit satisfaire puisqu’il PAYE. Pour Attali, le monde, c’est une foule d’employés au service de quelques clients. C’est une bonne métaphore du monde actuel... Alors ne comptez pas sur ce monsieur pour le changer autrement que pour le pire.

    Et ce type a conseillé tous les présidents de la république française depuis Mitterand.. On comprend mieux pourquoi on en est là aujourd’hui.


  • J’habite et travaille à Genève depuis 6 mois. Les caissiers du supermarché ne touchent pas moins de 3000€ ici. Les prix sont élevés car il y a des droits de douanes sur les produits français et étrangers en général. Il y a plein de pub pour acheter Suisse et dans les magasins il y a beaucoup de produits made in Switzerland qui sont souvent moins cher que les produits importés. Si la Suisse entrer dans l’Europe, elle devra laisser tomber son protectionnisme, elle devra supprimer ses frontières et laisser rentrer les clandestins. La Suisse est une "paradis" car ce n’est pas le "bordel" comme en France. Alors peut etre que c’est plus facile pour la suisse avec toutes les fortunes de dictatures dans leurs banques (UBS est la 9e plus grosse banque du monde). Certes c’est un des lieux de réunion de l’élite oligarchique. Mais la France ferait bien de s’inspirer de la politique Suisse : contrôle total de l’immigration illégale et légale, production et consommation locale protégée, obligation de créer une entreprise Suisse pour faire du business en Suisse, obligation d’avoir un permis de travail pour les étrangers. NB : ici ce sont des calvinistes..."l’éthique protestante ou l’esprit du capitalisme"


  • Extrait de la péroraison :
    <<< Ce qui est vrai, c’est que...
    ... comme JE l’aborde dans mon dernier livre....
    Lorsque JE suis à l’étranger, JE n’aborde jamais...
    JE suis convaincu que....(...)
    Oui, il faudrait un État de droit mondial....>>>
    (................)

    Rédige un truc comme ça sur Wikipédia , tu te fais jeter illico avec le commentaire ..[ citez vos sources .. validez cette affirmation par des preuves , Justifiez....]

    Si cette pléthore d’ auto-références pour justifier ses déclarations magistrales ne vous dérange pas ...moi , elles me bloquent la lecture ! (elle prouve qu’il est d’ accord en tout avec Attali, ce génie ..., ce dont je me tamponne )

    En fait , avec des justificatifs de cette même farine , il enfonce toutes les portes ouvertes du NWO ! Quel scoop incroyable !
    Immigration de destruction et casse des peuples : oui il le faut .
    La Suisse , (seul pays ayant résisté à la mainmise de l’ ordre bancaire juif )...<< elle ne peut que disparaitre naturellement >> .. sauf si elle rejoint l’ Europe bien sur . (ce qui revient à suicider son indépendance face à l’ ordre sioniste européen )
    Bref , cet interview est plutôt drôle . Il révèle l’ habituel fonctionnement de ces prédicateurs juifs qui causent sur le même ton sur Youtube ( Sample voir lien ci dessous = https://www.youtube.com/watch?v=Jji...). :
    Il fait courir le bruit qu’il est un génie... puis il se comporte comme si il avait prouvé qu’ il en était vraiment un ( méthode du rabbin, Bernheim joué avec plus de recul ) On peux trouver une caricature de ce système juif , : préalable au montage de toute grande escroquerie , dans Futurama ,Titre : "Futur stocks " Index 10:49 << FRY /.do we work really hard ?...THIS GUY/ No , it’s all about apparences , >>

    Bref ce truc d’ affirmation magistrale est devenu une déformation , le goitre de l’ autoritarisme juif . Grotesque et irrecevable par nature (AFFIRM : je suis plus intelligent que toi ! ) , L’ état de sujétion des faiblards de la tête , exploité à fond par l’ écho de nos savanes médiatiques , leur fait croire que ça marche .Si un seul mec ose contredire le rabbin qui affirme que la Terre est plate , il entre dans une colère fulgurante par sentiment de lèse majesté , sentiment d’un outrage absolu à son état d’ être supérieur qui possède le droit naturel d’ affirmer des vérités .
    Ce texte est grotesque ! Point


  • Tout est pur pour celui qui est pur, pour celui qui regarde toute femme et jusqu’à sa propre dulcinée comme on regarde sa grande ou petite soeur et qui sonne à la porte de son pays comme à la porte de son château ou de son couvent. Tout est impur pour pour celui qui est impur, pour celui regarde toute femme et jusqu’à sa propre soeur comme on regarde une fille de joie et qui sonne à la porte de son pays comme à la porte de son hôtel de passe. Ce type qui croit donner de grandes leçons d’économie politique ne parle en fait que du dérèglement de ses gonades. Au fond pour lui la France n’existe pas en dehors du Moulin Rouge.


  • #1825927
    le 24/10/2017 par mon nom est mougeon
    Jacques Attali : "La Suisse doit se penser comme un hôtel"

    l’art de blablater avec un air ...
    "

    La Suisse peut-elle rester hors de l’Europe ?

    Si j’avais un conseil à donner à la Suisse, c’est d’entrer dans l’Union européenne tout en gardant sa spécificité."

    niveau "mangez 5 fruits et 5 légumes par jours" en moins bien , en moins précis !

    quel pipo...


  • #1826005

    « La France a choisi d’être une nation rurale car elle possède des terres et une agriculture très riches », dit Attali, de retour de "La Foire aux Cancres"


  • Attali, l’art de parler pour ne rien dire. C’est vraiment un art. Attali est un artiste. Tout en subjectivité, créativité, improvisation, pilpoul et chutzpah.
    Des litres de salive pour rien. Si, pour l’apologie de sa vision oligarchique vétérotestamentaire du monde. Tout s’achète, demain il vendra de l’empathie, molletonnée comme les caleçons. A une jambe ?


  • #1826566

    Je pense c’est la bouche d’Attali qui devrait se penser comme un égout !!!...


Commentaires suivants