Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Armée de terre voudrait faire du “renseignement humain” sur le territoire national

Plus de neuf mois après le déclenchement de l’opération de sécurité intérieure Sentinelle, l’Armée de terre se cherche toujours un rôle sur le territoire national (le TN comme disent les terriens), susceptible de justifier l’augmentation des effectifs de la Force opérationnelle terrestre.

 

Des études sont en cours, notamment dans le cadre du Secrétariat général de la Défense et de la sécurité nationale (SGDSN) et un corps de doctrine, précisant enfin les choses, pourrait être rendu public en janvier. Un an après les attentats.

Pour l’heure, il faut se contenter des pistes ouvertes par le chef d’état-major de l’Armée de terre, le général Jean-Pierre Bosser (sur la photo), lors de son audition à l’Assemblée nationale. On y trouve plus de questions que de réponses, mais une phrase retient l’attention, lorsque le Cemat cite « les atouts importants » de l’Armée de terre : « la capacité de travailler jour et nuit, une grande mobilité, un savoir-faire en matière de renseignement – tant humain que via des drones ».

« Un savoir-faire en matière de renseignement humain » ? Si nous comprenions bien, l’Armée de terre propose que ses hommes participe à des opérations de renseignement humain sur le territoire national, concernant donc des citoyens français. Est-ce bien raisonnable ?

A juste titre, le Cemat reconnait que pour définir les nouvelles missions de son armée dans ce qu’il appelle désormais « la défense de l’arrière » « la marge de manœuvre est réduite car nous ne voulons devenir ni une force de sécurité démarquée, ni des auxiliaires d’une force de sécurité ». Cette « posture de protection terrestre » (PPT) pose de nombreux problèmes. Contrairement aux postures permanentes de sûreté (PPS) de l’Armée de l’air et de la Marine, cette PPT ne peut que se dérouler dans un milieu très particulier, c’est-à-dire « au cœur des populations », en l’occurrence française. D’où de sérieuses difficultés juridiques et administratives. Les militaires de l’Armée de terre n’ont ainsi aucun pouvoir de police, notamment judiciaire. L’état-major a renoncé à l’idée un temps caressée d’une évolution sur ce sujet. Il existe déjà des militaires dotés de pouvoirs judiciaires : ce sont les gendarmes !

Autre sujet : sous quelle chaîne de responsabilité les militaires doivent-ils opérer ? Lors de son audition à l’Assemblée, le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale, l’a rappelé : « Le rôle du préfet est bien sûr primordial ». Les militaires sur le territoire national, qui agissent aujourd’hui dans le cadre de « réquisitions » préfectorales, vont-ils prendre leurs ordres auprès des préfets et non de leur propre chaîne hiérarchique ? En cas d’incident grave, qui donnerait les ordres, le colonel ou le préfet ?

Lire la suite de l’article sur lopinion.fr

Une Armée de terre aux ordres du politique, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’armée de terre pourrait faire du "renseignement humain" en fichant les personnes entrant dans les synagogues qu’elle protège, puisqu’elle est déjà à pied d’œuvre . Et puis cela pourrait s’avérer bigrement utile si la conjoncture internationale venait à changer...


  • La venue de la loi martiale se profile à l’horizon...


  • J’invite l’armée à aller chercher les criminels condamnés en France et planqués dans la colonie israélienne...


  • renseignement humain...celà rappelle les heures sombres du Mac cartisme aux USA ou les années 70/80 au Chili.les 66 millions de citoyens seront tous des suspects potentiels qu’il convient de surveiller étroitement et remettre au pas si nécéssaire.
    ça s’appelle la dictature !

     

    • Le renseignement humain , est un secteur que les trois armées ET la Gendarmerie arpentent déjà depuis très longtemps , en utilisant des services spécialisés comme la DPSD ( ex sécurité militaire). L’évolution du recrutement de la gendarmerie, et son rapprochement de plus en plus étroit avec la police, conduit à une perte des connaissances militaires dans cette "arme ." La question de la subordination des militaires en cas d’incident grave ( c’est bien une idée de civil ou de journaleux ...".L’incident grave "- l’Armée mene des actions de combat , on l’engage pour ça , pas pour faire du rabbi sitting )...ne se pose pas , le "colonel" , ou l’autorité militaire en charge du commandement de l’opération est elle meme sous réquisition et se trouve auprès du préfet ...Le problème est d’extraire de ce dernier un ordre validé . .


  • " renseignement humain ", il y aurait donc un " renseignement animal " ? Courteline pas mort .

     

  • Il faut relire "1984" d’Orwel (écrit en 1949 !), c’est l’actualité de demain livrée toute chaude.


  • Vivement 2017 que les RG soient enfin liberés du politiquement correct, qu’ils ne soient plus manipulés par un parti politique socialtraitre et qu’ils puissent enfin faire ce à quoi ils étaient prédestinés : surveiller, prévenir et agir POUR la population et POUR la France.
    Depuis Miterrand ils ont étés utilisés a des fins strictement politique par les différents partis qui ont occupé l’Elysée.


  • Ils feront croire qu’ils traquent les terroristes (qu’ils contrôlent en fait) et prépareront l’arrestation des dissidents.

    La bataille d’Alger à Paris, pas contre le FLN mais contre le FN ou ER.


  • Israël, qui aime se singulariser, doit faire du "renseignement inhumain", avec l’approbation de ses nombreux "déontologues militaires" . Il est interdit de rire .


  • " Quand le militaire ne tue pas c’est un enfant, on l’amuse aisément " (Céline) ou alors il fait du "renseignement humain", ce qui revient au même .


  • ça vaut mieux que de faire du Renseignement Inhumain !


  • Tout doucement mais sûrement on se rapproche du totalitarisme dans toute sa splendeur !
    Cet article emploie des grandes phrases pour faire genre mais nous pourrions d’une dire d’une manière plus familière qu’il vont nous balancer dans la nature des milliers de "poukaves", de balances...la classe la France de demain !


  • Aurons nous droit à une sorte de police des bonnes mœurs inversée ? Des observateurs professionnels de terrain qui se verront confiés la mission de surveiller les comportements déviants et d’encourager ceux en phase avec les valeurs de la république. De ce point de vue le militantisme seins nus et plus largement tout type de provocation à caractère sexuel sera admis en tant que modèle d’émancipation du genre humain.
    On va rigoler !


  • Au nom de Dieu , le Clément , le Miséricordieux ,

    La France est un pays qui a une grande expérience et un savoir-faire reconnu concernant le maintien de l’ordre et le fait que l’armée de terre effectue du renseignement humain n’est pas nouveau mais il apparaît qu’il y a un réel regain de tension lié aux événements géopolitiques dont l’implication de la France rend la situation sécuritaire de ce pays plus chaotique en allant vers un "pourrissement" généralisé hautement subversif pour le pouvoir.
    L’armée utilise donc les fameuses méthodes de la "DGR" (doctrine de guerre révolutionnaire) pour protéger le "corps" de la gangrène qui en réalité est issue des "coups de couteaux dans le dos" que les gouvernements successifs ont mis au peuple Français.

    Cordialement.


  • Dans le titre de l’article les mots importants ne sont pas ’renseignements humains " mais territoire national ! Le renseignement humain, c’est le B.A. BA du métier, la technologie est venue renforcer le renseignement humain, ce dernier n’a jamais disparu ! Ce qui est revendiqué c’est le faire sur le sol national, c’est à dire en compétition avec les RT, et la DGSI ex (RGx et DST) C’est un débat interne plus destiné aux politiques qu’au peuple ...


  • il existe comme l’a dit le maire manipulateur d’une ville une 5eme colonne !
    elle est sous les ordres du 2eme bureau on l’appelle la k7 ,elle est ce qu’étaient les rg au ministre de l’intérieur ;mais maintenant nous somme en guerre la propagande et la censure militaire sont donc totale et ceux qui ne sont pas charlie sont les ennemis les plus redoutables car ils menacent l’échaffaudage étatique,car cet état crée lui meme les menaces puis menacent directement ceux qui ne sentent pas menacés par ses marionettes sanguinolentes,depuis la 1ere guerre mondiale ce système est en vigueur s’alternent croissance consommation paix et décroissance chomage guerre,seuls les marchands de canons prospèrent le peuple panurge est conduit à la flûte jusqu’à l’abattoir mais c’était avant internet la mémoire des masses sans lui les masses oublieraient tout sauf leurs 7 secondes de cerveaux d’attention consumériste quotidienne !
    Voilà pourquoi internet doit mourir et arpanet resusciter la grille est en place et nous l’avons financé par nos box bref nous avons nous meme coopérer à l’instrument de notre controle ainsi jusquà présent l’info était libre mais jusqu’a quand jusqu’à qu’arpanet soit opérationel impossible de le détruire il est imbriqué dans l’internet détruire l’un c’est anéantir l’autre !


Afficher les commentaires suivants