Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson s’est éteint à 92 ans

"Je dirais malgré tout que cette vie fut belle"

Un monument des lettres françaises vient de disparaître. L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort à l’âge de 92 ans, dans la nuit du lundi au mardi 5 décembre, à la suite d’une crise cardiaque, a annoncé sa fille à l’AFP. D’après le site e-metropolitain, premier média à avoir annoncé le décès, il est mort à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

Agrégé de philosophie, il a obtenu neuf prix littéraires pour ses nombreux ouvrages, dont le Grand Prix du roman de l’Académie française pour son ouvrage La Gloire de l‘Empire sorti en 1971. Il prend son siège d’Immortel dès 1973 et devient le plus jeune des Académiciens à 48 ans. (Source francetvinfo)

 

(Pour voir ce petit sujet biographique, il suffit de cliquer ici)

 

D’Ormesson était un invité permanent de la télé, ce qui l’a fait connaître, avant de faire connaître ses (40) livres. Malin, il faisait croire qu’il se foutait de la gloire tout en courant après.

 

 

Il aura réussi à vendre son style léger et élégant d’homme de droite qui voulait plaire à la gauche culturelle, qui l’a d’ailleurs adoubé. D’Ormesson, c’était le bon « homme de droite ». Il savait flatter les minorités agissantes au pouvoir, jouant le jeu du spectacle.

 

 

Les amateurs de causeries littéraires trouveront leur bonheur sur France Culture avec une série de 5 émissions sur Jean. Un Jean qui avait fait trembler toute la gauche en 1995 avec la confession de Mitterrand sur le « lobby juif » :

Dans le Rapport Gabriel, vrais-faux mémoires à paraître début septembre chez Gallimard, l’écrivain raconte son ultime entrevue avec le défunt. La scène se passe à l’Élysée, le 17 mai 1995, quelques minutes avant que le Président ne transmette ses pouvoirs à son successeur, Jacques Chirac.
Entre thé, confitures et discussion à bâtons rompus sur « la maladie des hommes d’État », Jean d’Ormesson aborde l’affaire Bousquet. L’automne précédent, le journaliste Pierre Péan a révélé que François Mitterrand a conservé jusqu’au soir de sa vie des relations d’amitié avec René Bousquet, ancien secrétaire général de la police de Vichy. « Beaucoup reprochent au Président les liens qui l’unissent à ce personnage qui a joué un rôle important dans la collaboration avec l’Allemagne hitlérienne, écrit Jean d’Ormesson. François Mitterrand m’écoute sans irritation apparente. Et il me regarde. "Vous constatez là, me dit-il, l’influence puissante et nocive du lobby juif en France. Il y a un grand silence. » [...]

Confirmant que d’Ormesson lui avait confié les propos de Mitterrand une semaine après que celui-ci les avait tenus, Jean Daniel, le directeur du Nouvel Observateur, assure que l’ancien président avait évoqué, « à plusieurs reprises » devant lui, « l’existence d’un lobby sioniste qu’il ne faisait nullement coïncider avec l’ensemble de la communauté juive ». (Source)

Thierry Ardisson évoquera avec délectation dans Tout le monde en parle la confession de François Mitterrand à d’Ormesson sur le « lobby juif » :

 

Les hommages pleuvent

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de lecture de droite,
sur Kontre Kulture

 

D’Ormesson, sur E&R :

 






Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1855010

    J’en ai marre de tous ces aigris de la vie qui se sentent obligés de médire sur tous les sujets que E&R diffuse.
    N’en déplaise à ces rabat-joie, Jean d’Ormesson incarnait l’élégance française, ce subtil mélange de culture et de séduction qui fait tant défaut aux trous du cul qui le dénigrent à longueur de commentaires.

     

    Répondre à ce message

    • Je dirais même cette forme sans fond typiquement "french touch" des salons parisiens ou l’art suranné et parfaitement maitrisé chez Jean d’O et ses comparses des beaux quartiers de l’ouest Parisien de ne rien dire mais toujours joliment. Par contre le faire entrer à la Pléiaide et de son vivant de surcroit c carrément abusé, en même temps la qualité de la production littéraire Française s’est effondré depuis 30 ans et c’est pratiquement ce qui se faisait de mieux dans ce pays à l’agonie ou l’auto-fiction nombriliste tient lieu de maître-étalon.

       
    • L’élégance fraçaise............vaste sujet comme disait l’autre. L’élégance dans la littérature n’incarne rien d’autre que de la vacuité. Seule une femme est élégante ! Vous travaillez dans la communication pour dire une telle ineptie ?

       
    • #1855151

      "L ’élégance française ! " l ’élégance du bonheur " titre d ’un ouvrage sur D ’ormesson ! ben voyons ! il avait choisi comme épitaphe " c ’était bien " parlant de sa vie , il faut une sacrée dose d ’inconscience et d ’égoisme pour dire ainsi ma vie a été belle . Choisir d ’être heureux soit mais se montrer à ce point jouisseur et indifférent aux malheurs de l ’époque ! même riche et même à la fin de sa vie il n ’aura jamais eu une seule fois le courage d ’épouser une cause juste , de prendre des risques , d ’interpeler et dénoncer les puissants qu ’il côtoyait et flattait dans les mondanités . C ’était un habile et un habile n ’est jamais élégant , l ’élégance c ’est bien autre chose .

       
    • #1855618

      @steff de Mars .Si tu vis sur Mars tu ingurgites donc la soupe médiatique servie quotidiennement par satellite . Tu devrais te demander qui définit L’élégance et la culture Française aujourd’hui ?

       
    • Jean d’Ormesson incarnait l’élégance française
      Il y en a sûrement un de nous deux qui confond élégance et flagornerie, mais lequel ?
      Cordialement.

       
  • #1855046

    Bon, çà va là.....Il avait 92 ans le monseigneur. Peut-être que je n’ai plus de compassion à force de voir à quel point on se fait retourner en permanence, mais je m’en fiche totalement de la mort de d’ormesson. Je n’aimais pas son style, je n’aimais pas sa façon d’être d’accord sur tout, même quand c’était pour dire le contraire, je n’aimais pas sa manière forcée d’expliquer un positivisme de vie pseudo-philosophique dans des émissions de télé regardées par de pauvres prolots.
    Il serait mort à quel age le grand noble, s’il avait passé 40 ans derrière une machine outil, au lieu d’une machine à écrire ?

     

    Répondre à ce message

  • Il était très rusé, brillant et il a atteint ce statut grâce à de très nombreuses compromissions. Sa personnalité et son charisme étaient des joyaux. En effet, il représentait l’élégance française comme on ne la voit quasiment plus. Un homme d’apparence délicieuse, c’est indéniable.
    L’annonce de sa mort m’a touché, sans avoir jamais lu un de ses bouquins, comme un bout de paysage qui disparaît. C’était vraiment quelqu’un, on ne l’oubliera pas.

     

    Répondre à ce message

  • Sur la photo en N/B plus haut, il ressemble étrangement à ... Macron....

     

    Répondre à ce message

  • #1855154

    Je suis le seul à trouver que la citation de D’Ormesson à la fin de l’article est nulle ? Gauche ou droite, tout le monde est cocu de nos jours ! On a depuis longtemps dépassé ce clivage ! Alors certes pour faire bonne figure Macron lâche du lest sur certains sujets (rejet de l’écriture inclusive, réintroduction d’un peu de sérieux dans l’éducation nationale, "lutte" contre le porno...), mais c’est du cinéma pour calmer les gens de droite qui se contentent de tellement peu, qu’il est si aisé de rassurer avec deux ou trois petits gestes...mais globalement avec les présidents et gouvernements qui se sont succédés ces dernières décennies c’est l’enculage généralisé de gauche à droite ! Tout le monde est perdant sauf ceux qui s’en mettent plein les poches...

     

    Répondre à ce message

  • #1855178
    Le 6 décembre à 01:55 par Francois Desvignes
    L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson s’est éteint à 92 ans

    C’était un homme et un auteur du XX, décédé avec 17 ans de retard.

    Dans l’Olympe de la littérature française, il n’y a guère plus d’ une ou deux places par siècle pour les dieux.

    Et pour le XX siècle, définitivement, Proust et Céline les ont occupées.

    Certainement, d’Ormesson était un aristocrate.

    Et donc ni dieu ni roi.

    Et ceux qui l’ont fait passer pour l’un ou l’autre (ce qu’il n’a jamais demandé ou espéré) ne l’ont fait que par jalousie de Proust et de Céline.

    Causes différentes pour les mêmes effets par les mêmes pour les raisons que nous connaissons trop bien pour nous les avoir été dénoncées par Proust, Céline et d’Ormesson,

    Les dieux, les rois et les aristocrates de l’Esprit français du XX siècle.

    Un siècle vient de se refermer, le nôtre s’ouvre.

     

    Répondre à ce message

  • Il nous reste Finkielkraut !

     

    Répondre à ce message

  • D’Ormesson est à la littérature ce que Ikea est au mobilier : un montage.

     

    Répondre à ce message

  • #1855511

    Incroyable ce sens du spectacle ! il serait mort un jour plus tard ...personne n’aurait parlé de lui.

     

    Répondre à ce message

  • #1856379

    en tous cas, monsieur d’Ormesson, vous maintenant, vous savez !...pas comme tous ces gloseurs qui gloussent...en attendant d’être " affranchis " .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents