Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 26 octobre 2016

D’Ormesson anti-Juppé, l’axe Valls-Macron, "l’opposition" du Canard enchaîné

 

Quand on n’a plus rien à perdre, on peut se lâcher. C’est ce qu’a fait Jean d’Ormesson, l’homme de lettres, en démolissant le prochain président de la République, Alain Juppé. On va la faire courte : il trouve que la tête de liste des sondages à droite n’a pas de charisme, guère d’« enthousiasme », et que ce sera un « Chirac » bis, donc pas grand-chose en termes de changement ou de sortie de crise pour la France. C’est sûr, avec Juppé, on va pas s’éclater les rictus, mais on ne risque pas de connaître l’humiliation mondiale que les deux précédents présidents nous ont infligée. Ils ont rabaissé la France à leur niveau, tout simplement.

 

Avec d’Ormesson, qui doit pas être loin des 350 ans, il faut s’attendre à d’autres salves sur les candidats de droite, qu’un Croix de Feu des années 30 prendrait pour une bande de bouffons de gauche. La vraie droite a disparu, la vraie gauche aussi, et ce n’est pas un hasard : le pouvoir profond l’a voulu. Une gauche sans couilles sociales et une droite sans couilles nationales, ça présente moins de risques. La preuve, le feu nourri que Poisson se prend dans le buffet depuis qu’il a osé rapprocher deux termes, « lobbies » et « sionistes » (penser à interdire « sioniste » et « lobby ») ! Et en Amérique, même pas en France !

Alors vous imaginez, si Jean-Fred commence à parler du « lobby sioniste français », c’est direct le peloton d’exécution, le fort d’Ivry au petit matin… Interdit, verboten, djou-djou, zone rouge, this is an emergency, mayday mayday, un homme à la mer... Et là, on se dit que d’Ormesson, qui a bien vécu – il (s’)en est passé de belles dans son bureau du Figaro – et qui a dépassé les 91 ans depuis le 16 juin 2016, pourrait en lâcher une là-dessus au lieu de nous dire ce qu’on sait déjà sur Juppé ou Machin, les candidats du Système. On attend Jeannot sur le CRIF et on en reparle, d’accord ?

 

 

On reste dans le Juppé, avec quelque chose qui ressemble à un retournement bizarre. Patrick Liste Noire Cohen reçoit hier le candidat du centre droit, et lui met sous le nez ses déclarations de 1999 sur l’immigration « bonne pour la France ». Ça alors, si on réfléchit bien, ça veut dire que PLNC est contre l’immigration, presque un vulgaire raciste ! Et Juppé de s’excuser à moitié d’avoir balancé l’injonction oligarchique, alors qu’aujourd’hui, ce qui est politiquement vendeur, c’est de taper sur les migrants ! On la refait : PLNC reproche à Juppé d’être de gauche, au fond. On aura tout vu.
Mais quand on écoute bien le successeur de François Hollande (à 1’03), on revient brutalement sur terre : libéralisme total, pas de frontières (pour les produits), alignement sur les intérêts de la dominance mondiale, fermez la boîte à espoirs !

 

Malgré la pique sur l’immigration, on sent bien que Patrick Liste Noire, tout gauche caviar qu’il est, prend des gants avec son futur super PDG. Ce que c’est que le servile public, tout de même…

Dans la série des trahisons à gauche, le sémillant Macron est en train de ratisser à droite et chez les jeunes pour Valls. Un scénario semble se dessiner avec le trimaran Macron-Valls-Montebourg pour 2017. Les déçus du hollandisme, quoi. On remarquera que depuis des paquets d’années, on élit toujours une fois sur deux les déçus du président précédent. L’alternance se présente comme suit : président de gauche, président de droite, déçu du président de gauche, déçu du président de droite… Si c’est pas clair c’est pas grave.

Justement, sur le pouvoir et l’alternance, Paris Première diffuse ce soir un documentaire d’humour intitulé Face au pouvoir, les 100 ans du Canard enchaîné. D’humour, parce que les dirigeants de l’organe principal des francs-maçons se disent « ni de droite ni de gauche, [mais] d’opposition ». D’opposition... au pouvoir factice, pas au pouvoir profond, rassurez-vous. Le Canard ne fera jamais une Poisson... Pas fous, les Frères !

De Juppé au Canard, en passant par Valls, Macron et Montebourg, derrière le ravalement de façade, on a un bel exemple des fausses oppositions sous contrôle et de l’invariance du système médiatico-politique. Le changement ne viendra pas d’en haut... Seule conclusion pragmatique de tout ce cinéma : continuons le combat !

 

Sortir de la politique pour les nuls avec Kontre Kulture

Voir aussi :

23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
20
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1587539

    Hahaha, "homme de lettres". Le courtisan de l’académie est autant un homme de lettres que mon facteur qui passe prendre l’apéro aux alentours de midi... (veuillez noter que les majuscules ont été omises intentionnellement...)


  • #1587550

    Juppé a retrouvé son phrasé habituel
    rapide, lourd, technocratique, donneur de leçons
    une pointe d’arrogance
    j’ai du mal à croire que les Français veuillent encore de lui comme Président
    Il est temps qu’il prenne sa retraite tout come Hillary

     

    • #1587637
      le 27/10/2016 par réGénération
      Un jour en France : mercredi 26 octobre 2016

      Mais les français n’ont jamais pensé à Juppé et n’en veulent pas ! Vous n’avez pas remarqué qu’il y a quelques mois il n’existait pas et qu’aujourd’hui il est en tête des sondages ? c’est parce que les français voudraient Juppé selon vous ?

      Non : ce sont les médias qui ont lancé et mettent en avant Juppé, accompagné de sondages bidons, parce que ces médias obéissent à leurs maîtres qui ont décidé (le groupe Bilderberg en 2015) que çà serait lui, Juppé, le prochain président de la France pour 2017.

      Donc les français n’ont rien à voir avec ce choix ni avec la visibilité exagérée de ce type, qui se révèle déjà être un traitre, avant même d’être élu ! Et j’espère que tout le monde l’a compris ainsi.


    • #1587704

      @ réGénération

      Le système fonctionne à base de sophisme nous faisant croire qu’il n’y a que deux choix possibles (alors qu’un troisième choix, ni l’un ni l’autre, serait véritablement dangereux), et sur ce qu’on appelle des prédictions auto-réalisatrices encore nommées "sondages"


    • #1587738
      le 27/10/2016 par Themistocles
      Un jour en France : mercredi 26 octobre 2016

      A réGénération,

      Tout à fait exact.
      C’est Pierre-Yves Rougeyron qui a évoqué le premier le choix de Juppé par l’Oligarchie.
      Je pense que c’était en 2014 déjà.


  • #1587664

    " président de gauche, président de droite, déçu du président de gauche, déçu du président de droite…"
    Demain, un Juppé de gauche avec une étiquette de droite et en 2022, un Valls ?de droite avec une étiquette de gauche...

    Tant que ça marche, les Atlantistes n’ont aucune raison de changer de formule et ça peut encore marcher de longues années...
    Le Grand Soir n’est pas pour demain, d’autant plus que les mouvements ouvriers d’hier ont été corrompus par l’oligarchie qu’ils combattaient autrefois.