Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’étrange errance européenne de Carles Puigdemont, le président déchu de la Catalogne

L’ex-Président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, est arrivé le 30 octobre 2017 à Bruxelles. Il y a été accueilli par les membres de la Nieuw-Vlaamse Alliantie (NVA) et a résidé au siège de l’Alliance libre européenne.

 

Le NVA est un parti régionaliste flamand qui participe au gouvernement belge actuel. Certains de ses dirigeants sont connus pour leurs liens avec l’extrême droite.

L’Alliance libre européenne est une fédération de partis régionalistes, autonomistes et indépendantistes qui siège avec les Verts au Parlement européen. Elle est présidée par le Français François Alfonsi (Parti de la Nation corse). Le Parti démocrate européen catalan de Carles Puigdemont n’en est pas membre.

Carles Puigdemont a immédiatement pris un avocat spécialisé dans les demandes d’asiles, Maître Paul Bekaert, et a entrepris des démarches via les ministres NVA. Cependant, le Premier ministre belge, Charles Michel, a fait savoir qu’il s’opposerait à l’asile politique et a refusé l’accès au Residence Palace pour y tenir une conférence de presse.

Carles Puigdemont a donc donné, le 31 octobre, une conférence de presse au Club de la presse. Il a évidemment nié souhaiter rester en Belgique puisque cette éventualité lui avait été fermée. Il a déclaré qu’il respecterait le résultat des élections convoquées par le Premier ministre espagnol, le 21 décembre.

Que cache le séparatisme catalan ? Des réponses chez Kontre Kulture :

À ne pas manquer, sur E&R :

Voir aussi :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Il apparait, quand on ne regarde que les faits, que la FM et l’oligarchie soutiennent la politique anti-séparatiste de Rajoy.

    Cela apparait très nettement dans les atermoiements, et les tergiversations des séparatistes catalans.

    Evidemment, ceci est en contradiction avec la doxa mondialiste -basée sur le régionalisme- que dénonce avec force et talent Pierre Hillard.

    Cette volte-face des Mondialistes est trop récente pour que la cause en ait émergé (à ma connaissance), mais il faut se rappeler que l’Unité Allemande (réalisée par la FM en 1870 sur le dos de la France) et l’unité italienne (réalisée par la FM en 1861 sur le dos de l’Autriche), ont été voulues pour les mêmes raisons que l’Unité européenne (réalisée sur le dos des européens et au bénéfice des Etats-unis).

    En effet, quand on veut circonvenir de vastes régions notamment pour faire passer leurs mosaïques de royaumes, duchés, principautés … d’un régime aristocratique à un régime républicain : on va plus, vite en les réunissant sous le motif d’une unité nationale culturelle. Ensuite, on crée une révolution qui va les transforme -toutes à la fois- en république. C’est nettement plus rapide.

    A l’heure actuelle, cette pause dans la Régionalisation hillardienne est certainement liée aux bouleversements en cours : aux Etats-unis, en Grande-Bretagne et aussi en France car la Macronnette semble là pour marquer une pause puis un renversement momentané de tendances.

    N’oublions jamais que la FM internationale n’a pas d’objectifs avoués précis en dehors de l’humanisme servant d’adjuvant à ses virus.

    ENFIN, il n’échappe à personne qu’on est dans un immense foutoir intellectuel où la Démocratie comme la République deviennent des ENNEMIS dans l’esprit des gens (i.e. dans la véritable opinion publique). Ce monde des idées perdues rejoint donc celui de l’économie où le Libéralisme et même le Capitalisme démontrent depuis 9 ans que leur logique est devenue irrationnelle.
    Hjalmar Schacht -le plus grand économiste du XXe siècle- l’avait déjà dit il y a plus de 70 ans.

    Thémistoclès

     

    Répondre à ce message

    • #1831167

      Évidemment, le peuple espagnol a gagné en montrant qu’il ne se laisserait pas morceler, mais ce n’est possible que via l’oligarchie. J’imagine qu’aucune mouche ne peut voler sur cette planète tant qu’un franc-mac ne l’aura pas décidé. Comme je le dis toujours, si vous nous dites qu’ils sont aussi puissants et que tout est joué d’avance, pourquoi ne vous suicidez-vous pas ?

      Le séparatiste catalan est allé se réfugier à Bruxelles sitôt son plan éventé : comme par hasard ! Tout de suite on nous dit : oui, c’est parce qu’il est l’ami des régionalistes flamands ou parce que la Belgique ne fait pas d’extradition...tiens donc ! Il aurait aussi pu aller se réfugier dans certains pays d’Afrique du Nord où la nation est jugée Haram ... Or, c’est à Bruxelles : non loin des institutions européistes qu’il est allé. Étonnant, non ?

      Avez-vous remarqué que dans le même mois : le dossier Catalan et la présidence Barzani sur le Kurdistan ont pris fin quasiment en même temps ?

      L’oligarchie est en pleine panique, que vous le vouliez ou non, et tous les oligarques n’arriveront pas à anticiper les changements à venir. Le populisme a fait un bond dans chaque pays de l’UE, quand les classes moyennes auront été pressurées, où trouveront-ils l’argent pour continuer leur spéculation ?

       
    • Sans trop connaître le sujet, il me semble que l’Espagne, comme la France, est depuis longtemps dans des pattes inuit. Alors on n’y touche pas, évidemment.
      Le séparatisme, c’est quand la bête a besoin du territoire en exclusivité. Mais si elle l’a, elle songe à l’étendre, pas le fractionner.

       
    • Très bonne démonstration. Cependant, de là à affirmer (@matrixlegaulois) que l’oligarchie tend à perdre la main, c’est aller un peu vite en besogne tant leurs ressources et leurs capacités à rebondir sont fulgurentes. Dans cette affaire, les sbires de l’oligarchie (ou de 2 oligarchies rivales...) étaient présents dans les 2 camps. Le rapport de force, de par son caractère occulte, est donc incertain, bien que pour l’instant la bataille semble gagnée par Madrid, ce dont on ne peut que se réjouir malgré tout.

       
    • Cher Thémistoclès, j’ai aimé votre post. J’ajouterai que la Catalogne indépendante aurait besoin d’une monnaie. Soit la sienne avec sa banque centrale et des actifs en propre, ou se mettre dans la zone euro.

      La première option est actuellement impossible. La Catalogne est un faux riche, endettée, dont le développement doit tout à l’Union Européenne. Sortie de l’Euro, la Catalogne n’aurait aucune contrepartie et se ferait exploser sur le marché obligataire et aurait beaucoup plus à perdre que la Grèce par exemple. Par ailleurs le déséquilibre sur l’Espagne avec la Catalogne sortie risquerait d’affaiblir l’Espagne et mener à une crise.

      La seconde option est encore trop tôt. Mais on peut imaginer un futur traité en coopération avec la BCE, qui serait un package "sorti - intégration européenne" ou le basculement de mise en dépendance à la Commission Européenne et à la BCE se ferait sans risque : mises sous tutelle politique de la CE à Bruxelles et à Frankfort la BCE arrime de suite le nouvel arrivant en rachetant une partie de la dette.

       
    • Si on prend le cas de la Bretagne, les médias y censurent tout autant le point de vue anti-français que la critique de la politique d’immigration. Les séparatistes et autonomistes n’ont jamais reçu aucune aide de Bruxelles. C’est logique, vu qu’à Bruxelles comme à Paris, le pouvoir s’oppose aux identités ancrées.

      Bruxelles prétend promouvoir la libre concurrence internationale dans l’économie de services (banque, assurance, etc). Mais Bruxelles se fiche que le pouvoir politique concentre ces services dans les villes-capitales. Par ailleurs, Bruxelles n’a jamais appelé au démontage des trusts et monopoles médiatiques. C’est pourtant là qu’on aurait besoin de liberté à la fois économique, politique, intellectuelle, artistique... Et c’est là que ce serait le plus facile à organiser.

      La libéralisation des ondes rejoindrait l’une des premières revendications des nationalistes bretons : avoir le droit de s’exprimer sur notre propre télé/radio. Ce serait très facile de lancer une télé bretonne qui marche. Pas besoin de grands moyens financiers : il suffit de donner l’autorisation d’émettre. Manque de peau, on est limité aux mêmes stations d’info-bidon et d’intellos-bidon que tous les Français.

      Depuis quelques années, il y a quand même les télés locales créées par le journal le Télégramme de Brest, mais elles sont soumises au même contrôle politique que les chaînes parisiennes. Même propagande, mêmes sujets interdits, pas de critique du système, ni de la sujétion à la France.

       
    • Ah bon maintenant il faut prendre les déclarations des uns et des autres pour argent comptant ? Pour des "faits" comme vous dites... Et le fameux "billard à trois bande" ? Attendons un peu la suite.

       
  • Allez un petit tour... Et puis bon débarras, on aura vite fait d’oublier jusqu’à son nom...

     

    Répondre à ce message

  • L’épouse de Puigdemont, Marcela Topor, israélite d’origine roumaine, est journaliste : connaît elle Soros ? " Chercher la femme " .

     

    Répondre à ce message

  • En parlant d’errance : « Manuel Valls et Anne Gravoin, à Tel Aviv pour François-Xavier Demaison »
    http://www.parismatch.com/Actu/Poli...
    Avec Ruquier !
    « … Et je peux pleurer encore et encore en écoutant “La Traviata” » nous dit Manu, cela dit là-bas, la pleurniche est une véritable compétence, une expertise, un fleuron !
    Après Manu la temblote, Manu la pleurniche…

     

    Répondre à ce message

  • Le traître dans toute sa médiocrité.
    Il prétendait être le chef d’un nouvel "état" et s’en enfui au moindre petit problème ,les catalans devraient avoir une grande honte de s’être fait berné par un intrigant sans envergure.

     

    Répondre à ce message

  • Je vais bientôt commencer la lecture d’un des livres préférés des Catalans : Franco ou la réussite d’un homme ordinaire par Andrée Bachoud (Fayard, 1997, 526 p.).

     

    Répondre à ce message

  • C’est curieux, mais pour avoir quelques souvenirs de mes cours d’histoire, quand tu tentes un coup d’Etat, soit tu réussis et tu deviens le nouveau Boss, soit tu le rates et tu finis en taule, ou devant le peleton.... Mais ça, c’était avant, probablement.

     

    Répondre à ce message

  • Il n’y a aucune raison de remettre en cause le travail de monsieur Pierre Hillard suite aux événements politiques en Catalogne. D’un point de vue médiatique, l’autorité de l’Etat espagnol a été, est et sera très largement attaquée (donc le processus est en marche). La "chance" de l’Etat espagnol est d’être un très bon élève soumis à l’alliance atlantique nord et aux institutions européennes. Malgré celà, le peuple qui se sent espagnol a beaucoup de mal à comprendre comment ce personnage se promène et fait des conférences de presse en toute liberté compte tenu des faits très graves qui lui sont reprochés. Le gouvernement espagnol marche sur des oeufs car il sait que le moindre excès de force et d’autorité se retournera contre lui (comme il a pu le constater lorsqu’’il a souhaité interdire la votation lors d’un référendum jugé pourtant illégal par le tribunal constitutionnel).

     

    Répondre à ce message

  • C’est tout de même assez aberrant de lire les commentaires qui sont postés ici.
    Un mouvement populaire qui veut faire valoir, son identité culturelle et sa liberté de s’organiser et de se regrouper dans une communauté homogène.
    Et voilà que tout et n’importe quoi est bon pour enrayer ce choix, cet aspiration. Vous vous considérez ici comme des chantres d’une France régénérée, vous êtes au contraire bien rances et bien à la botte des francs macs et autres pouvoirs oligarchiques.
    Qu’est ce qui vous dérange ? Que des gens soient attachés à leur terres, leurs traditions, qu’ils échappent à un état qui les méprise ’souverainement’ depuis toujours, l’inverse est vrai je vous l’accorde, ah ces catalans, trop chrétiens, trop irréductibles, vive la boutifara couillons...
    Tout les pouvoirs européistes, les états nations ou ce qu’il en reste...sont farouchement hostiles à ce mouvement de liberté. On se demande bien pourquoi, nous avons bien bombardé nos frères Yougoslaves pour donner l’indépendance au Kosovo...vous ne couiniez pas autant à cette époque. Ah oui c’est vrai les méchants yougos violaient les vieilles kosovardes...
    D’arguments fallacieux en raisonnements sans queue ni tête, tous vos sophismes ne suffiront pas à éteindre l’espoir d’un peuple, ne vous en déplaise !
    Nous avons là devant les yeux la nature de votre condition, celle d’emprisonnés, et vous voudriez bien en priver les autres, finalement c’est là un reflexe bien humain.
    Que vagin tots prene pel cul, visca catalunya e visca la independencia

     

    Répondre à ce message

  • Les gens qui commentent ce post désolé mais vous connaissez mal l’Espagne et son histoire...

    Puigdemont et sa clique ont élaboré une mise en scène finement orchestrée à Bruxelles. Si on analyse le discours c’est clairement un serment d’allégeance à l’oligarchie. De plus, il nous sert l’éternel baratin libéral contre la vieille monarchie espagnole et les reliquats de franquisme au sein de ces institutions. Les mêmes qui tenaient ce discours en 36 ont écrasé la Révolution de Barcelone !

    Puigdemont est un agent impérial c’est une évidence. Qu’espérez-vous qu’il fasse de la Catalogne ? Une Corée Du Nord européenne peut-être ?

    Rajoy est aussi un pantin dans cette histoire. Au lieu de convoquer ces élections il aurait pu utiliser la force et du coup chercher du soutien chez Trump ou Poutine. Les élections de décembre sont une mascarade mais aussi un coup de poker de l’oligarchie qui peut donner une légitimité à l’indépendance et du coup inverser totalement la situation. N’avez-vous donc pas saisi ce jeu de dupes dans lequel on nous entraîne ?

     

    Répondre à ce message