Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les parlementaires et les ministres se foutent-ils de notre gueule ?

Non à la haine en ligne contre les ministres qui se gavent avec notre fric !

Mauvaise, très mauvaise pub pour le parlementarisme ce mercredi 10 juillet 2019. On sait bien que l’antiparlementarisme est un marqueur de l’extrême droite de l’entre-deux guerres (mondiales) mais ça fait rien, c’est pas nous les coupables, c’est les députes et les ministres.

 

Songez que le couple de Rugy, monsieur et madame le ministre de la pseudo-écologie, se tapent la cloche sur le dos de la République sans aucune raison politique prioritaire qui serait de l’intérêt supérieur du pays et des Français et ce depuis deux ans. Putain, deux ans !

 

PNG - 938.3 ko
Avec un vice consommé, Mediapart nous invite à la table des Rugy...

 

À coté de ça, l’Assemblée nationale, dans son écrasante majorité (à part 33 députés, supposément populistes de gauche et de droite) a voté la loi contre la « haine » sur l’Internet, ce texte liberticide proposé par Laetitia Avia qui représente en réalité les intérêts du lobby sioniste qui n’ose pas apparaître au grand jour, question d’image. Disons que ça évite les pépins en cas de jacquerie.

Car c’est le lobby sioniste qui crie à la « haine » à chaque fois qu’on le critique sur Internet, et par « on » il faut entendre toute l’armée des internautes lucides, pas les dingos du complot permanent ou les haters du clavier. Car on peut être légitimement en colère, et conserver toute sa raison. C’est encore plus efficace, une colère raisonnée.

Aujourd’hui, en ce jour de l’an de grâce du 10 juillet 2019 après notre seigneur Jésus-Christ, critiquer le pouvoir devient passible d’amende, d’une amende record, et éventuellement de prison, on en sait quelque chose chez E&R.

Premier à passer sous la guillotine médiatique devant le peuple, François de Rugy, ex-patron de l’Assemblée devenu écolo chez LREM. Mediapart nous apprend que lui et son épouse ont profité de la bectance de la République pour se goinfrer avec leurs amis, tout ça sans rapport avec la moindre obligation politique. On rappelle que Rugy est chargé de la transition écologique. Désormais, on appellera son maroquin la transition gastronomique (c’est pour Ruquier et le Canard enchaîné avec leur humour radsoc des années 50).

Allez, on envoie la sauce.

« En septembre 2017, l’ancien élu écolo, qui a rejoint le groupe La République en marche (LREM), se plaignait d’ailleurs au micro de l’émission Quotidien d’un certain laisser-aller à l’Assemblée : “Je veux qu’il y ait une comptabilité analytique, transparente, et qu’on sache bien, à l’Assemblée nationale, qu’est-ce qui coûte quoi. Aussi bizarre que ça puisse paraître, aujourd’hui ce n’est pas le cas”.

Dans le cas des dîners privés des époux de Rugy – Mediapart a pu en identifier une dizaine entre octobre 2017 et juin 2018 –, la mécanique mondaine était toujours la même. Cela commençait par un carton d’invitation imprimé sur du papier luxueux, avec, en page de garde, la photo imprimée de l’hôtel de Lassay suivie de l’histoire du lieu à base d’anecdotes sur la duchesse de Bourbon. Le tout noué par une jolie cordelette rouge.

Pour les heureux invités, essentiellement des amis de Séverine de Rugy et de son mari, la suite n’était que luxe et volupté sous les ors – et avec les moyens – de la République : verres en cristal, porcelaines, petites cuillères en or, chandeliers, vaisselles d’apparat, bouquets de fleurs composés pour l’occasion selon la couleur choisie par madame. »

JPEG - 43.5 ko
Le bonheur des Rugy (avec notre argent)
fait plaisir à voir

 

Vous la sentez monter, la colère populaire ? On continue, car c’est trop bon, avec la permission d’Edwy évidemment :

« Mais les participants, entre dix et trente par dîner, se souviennent surtout des champagnes et des vins offerts par les hôtes. Toujours des grands crus directement issus des caves de l’Assemblée, réputée pour être l’une des mieux garnies de France.

Les photos de ces soirées fastueuses le confirment : on y a bu entre amis du mouton-rothschild 2004 du centenaire de l’Entente cordiale entre l’Angleterre et la France (au moins 500 euros la bouteille, en photo ci-contre), du Château Cheval-Blanc 2001 (550 euros), du Château-d’Yquem 1999 (265 euros la bouteille), du Château Pichon-Longueville (100 euros), de la Clarté de Haut-Brion 2014 (100 euros), du Château Brane-Cantenac 2000 (120 euros), du Pavillon rouge de Château Margaux 2003 (200 euros)… »

On arrête là sinon les deux pique-assiette vont finir par se faire courser devant l’hôtel de Lassay. Rugy, c’est fait, il est cuit comme un homard, ces repas mondains avec leurs potes lui ont coûté sa réputation, c’est un truc qui vous colle au cul toute la vie, le mec va se faire vanner à chaque coin de rue et par tous les dessinateurs de presse. Il va être ravalé au rang d’escroc moyen, de morfale de salon, de rat de buffet. Dur pour l’aristo de la Macronie !
Quant à sa défense, on dirait du Dupont-Moretti !

 

 

La vanne dans la vanne, c’est ce pauvre couillon (expression familière du sud de la France) d’Aphatie qui s’est trouvé pris dans le piège, et qui se dénonce parce qu’il sent que ça va sentir pas bon pour ses pénates. Enfin, il dénonce, non, il trahit ! Encore pire !

« Plusieurs participants aux soirées des époux de Rugy ont remis en cause auprès de Mediapart le caractère professionnel des dîners. C’est le cas par exemple de l’éditorialiste Jean-Michel Aphatie, dont la femme est une amie de Séverine de Rugy. “J’ai participé à un dîner une fois, à l’automne 2017, indique le journaliste d’Europe 1 et France 5. C’est une invitation qui m’est parvenue par ma femme. J’ai hésité à y aller parce que si le déjeuner est un espace de travail, le dîner est un espace ambigu. Là, j’ai dit oui… J’ai vite compris que cela n’avait pas beaucoup de sens d’être là pour moi. Ce n’est pas un dîner de travail. Et si c’était à refaire, non, je ne le referais pas”. »

La honte, le mec qui dit tout haut qu’il ne dîne pas pour faire genre je suis un journaliste indépendant moi môssieur, et qui graille en douce chez les Rugy, sous les ors de la République, parce que maman est copine de madame... Pauvre Aphatie, qui se fait défoncer de partout depuis la révolte des Gilets jaunes qu’il a traités de tous les noms, il n’avait pas besoin d’une casserole en plus au cul !

Passons à la loi Avia-CRIF, on prend exemple sur la loi Gayssot-Fabius, toujours le gros pigeon devant et le manipulateur derrière...

 

 

François Ruffin a un peu gueulé – « Vous confiez la censure à Google, à Facebook, à Twitter – une censure privée, surtout. Pire : une censure technologique ! » –, la caravane du CRIF avec l’opulente Laetitia posée dessus est passée. Les 434 députés qui ont voté pour ce crime contre la liberté d’expression sont censés représenter le peuple et ses intérêts.
Ben merde alors ! Il n’y a que 33 députés (sur 577) en réalité qui représentent ses intérêts, soit 5,7% du lot (vérifiez pas on a fait le calcul) ! Le reste, ce sont objectivement des larbins de l’oligarchie ou du pouvoir profond. D’ailleurs, le lobby sioniste a son groupe de députés à l’Assemblée, nous y reviendrons parce que là, c’est encore plus gravissime.

Que tirer de tout cela ? Un, que rien n’a changé, que les députés et ministres jouent à la démocratie mais ne sont pas des garants de la démocratie ; deux, que l’Assemblée nationale ne représente plus du tout le pays réel, elle va donc devoir disparaître, à moins que nos amis les gouvernants ne la conservent pour la galerie, pour les visites d’élèves de CM2 , par exemple.

 

 

Le parlementarisme est une escroquerie, le système parlementaire est parti d’une bonne intention – représenter les différentes aspirations du peuple – et deux siècles plus tard, tout est par terre. Le Parlement – le Congrès, comme dit l’autre bouffon – ne représente plus que les intérêts des groupes de pression, et le peuple est tout sauf un groupe de pression. C’est un groupe de rien, un groupe de dépression. Gaffe à ce qu’il se réveille brutalement, plus brutalement encore que les Gilets jaunes, ça leur pend au nez à tous, que ce soit à l’hôtel de Lassay ou dans les lieux de pouvoir occulte...

 

PNG - 672.1 ko
François est heureux, c’est la Saint-Valentin (2018). La Saint-Valentin est aussi la date anniversaire d’une fusillade...

 

Le Figaro a organisé un débat autour de la loi Avia-CRIF :

Rugy & Avia, des modèles du genre, sur E&R :

 






Alerter

89 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents