Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Mali : la France entre l’enclume sudiste et le marteau nordiste

par Bernard Lugan

Le 27 novembre, et pour la première fois depuis le début de l’opération Serval, une manifestation anti-française s’est déroulée au Mali, à Bamako, aux cris de « À bas la France ! ».

Ces Maliens bien peu « reconnaissants » de ce qui a été fait pour eux font à la France un reproche de fond : interdire à leur armée de se repositionner à Kidal, au cœur du pays touareg. Or, durant la campagne de l’Azawad, notamment lors des combats dans les Iforas, les forces françaises furent renseignées par les Touareg du MNLA contre la promesse de ne pas laisser l’armée malienne se repositionner à Kidal…

Culbutés par les Touareg, les militaires maliens qui se sont enfuis vers Bamako fin 2011-début 2012, veulent aujourd’hui profiter du bouclier français pour prendre leur revanche et réoccuper la totalité du territoire national, ce que les Touareg refusent. Le 30 novembre dernier, le MNLA, rejoint par le MAA ( Mouvement arabe de l’Azawad) et par le HCUA ( Haut conseil pour l’unité de l’Azawad) a d’ailleurs déclaré qu’il reprenait la guerre contre l’armée malienne. Nos forces vont donc se trouver prises entre deux feux. Comme en Côte d’Ivoire avec Laurent Gbagbo, ceux que nos éléments sauvèrent dans un premier temps, risquent donc de devenir des ennemis qui nous reprocheront de ne pas les laisser rétablir la souveraineté nationale sur l’ensemble du pays. Une aide salvatrice se transformera donc en entreprise néo-coloniale… et la France devra une fois de plus payer l’incohérence de sa politique !

Comme il fallait s’y attendre, et comme je n’ai cessé de le dire dans tous mes communiqués consacrés au Mali, le problème de fond n’a pas été réglé par l’Opération Serval car il n’est pas militaire. Il n’est pas davantage islamiste, le jihadisme n’étant que la surinfection d’une plaie ethnique millénaire. La question est ethno-politique car le sahel, monde contact entre les civilisations sédentaires des greniers au Sud, et l’univers du nomadisme au Nord, est un Rift racial le long duquel, et depuis la nuit des temps, sudistes et nordistes sont en rivalité pour le contrôle des zones intermédiaires situées entre le désert et les savanes.

Les élections ne résoudront donc évidemment pas cette réalité géo-ethnographique. Elles ne feront que confirmer la mathématique ethnique locale, l’ethno-mathématique selon ma formule qui me fut tellement reprochée par les butors de la bien-pensance universaliste, mais qui est désormais reprise par les plagiaires qui « pompent » littéralement mes analyses sans jamais me citer [1].

Dans mon communiqué en date du 14 novembre 2012, j’écrivais ainsi que l’intervention au Mali ne devait pas être construite comme une synthèse entre divers courants, à l’image de ce qui se fait lors des congrès du parti socialiste. Il fallait certes des objectifs militaires clairs -et l’armée française a parfaitement rempli sa mission à cet égard-, mais avant tout une vision politique cohérente et réaliste, à savoir la définition d’un nouvel équilibre entre le nord et le sud du pays.

Après avoir bloqué les colonnes d’Ansar Eddine qui fonçaient sur Bamako, il fallait donc conditionner nos opérations de reconquête de Gao et de Tombouctou à l’acceptation par les autorités maliennes de l’impératif d’un changement constitutionnel qui aurait une fois pour toutes réglé le problème nord-sud.

Au lieu de cela, les cerveaux à nœud qui inspirent la politique africaine de la France sont restés englués dans leurs dogmes universalo-démocratiques, refusant de voir que les nordistes ne sont pas les sudistes, que les élections n’ont jamais réglé en profondeur les problèmes ethniques africains et qu’en définitive, nous n’avons fait que repousser le problème.

Mais qu’importe, puisque les militaires français sont sur place pour solder leurs continuelles erreurs…

Retrouvez Bernard Lugan chez Kontre Kulture :

Notes

[1] Deux exceptions notables, JD Merchet dans son blog secret-defense et Frédéric Pons dans Valeurs Actuelles. Pour les autres, la ligne de conduite est : Lugan sert de banque de données, mais il ne faut pas le citer afin d’éviter de faire « pleuvoir grenades et gravats » sur sa petite carrière…

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • dans un monde idéal,

    les trois pays du Maghreb auraient vocation à former un seul Etat, puis à annexer l’ouest de la Libye, la Mauritanie, et le nord du Mali et du Niger.

    un peu comme la réunification allemande en 1870, l’empire du Maghreb réunifierait toutes les populations berbères et arabo-berbères, et de culture musulmane malékite.

    et compterait environ 100 à 120 millions d’habitants.

    en tout cas, le nord du Mali et du Niger ont vraiment vocation à être reconnectés avec le Maghreb, que la frontière artificielle française a séparé.

     

    • Ahah oui vous avez raison, c’est une belle vision hégémonique et impériale algérienne votre truc.
      L’empire maghrebin c’est un truc qui n’a jamais existé. Les Marocains n’en veulent pas, les Sahariens n’en veulent pas, les Tunisiens n’en veulent pas, les Touareg n’en veulent pas plus et on se demande bien ce qu’en pense les Mauritaniens. Les berbères demandent à ce que leur langue soit reconnu ou que l’envahisseur arabe reparte d’où il est venu.
      En réalité on comprend de mieux en mieux qui est responsable des troubles au Mali et au Niger : les Touaregs, ils trafiquent de la coke vers l’Europe et enlèvent des occidentaux dont des français pour survivre, et ils font ça avec la complicité active de l’Algérie qui laissent passer les armes, l’essence et la drogue tout en se permettant d’insulter les Marocains pour leurs activités parallèles. On a sans doute eu tort de traiter les Touaregs et les "djihadistes" séparément alors qu’ils étaient de toute évidence complices et d’empêcher les Maliens de revenir à Kidal malgré leur volonté.
      Les frontières a été mal faite : le territoire Touareg d’origine comprend 25% de la Mauritanie, 30% de l’Algérie, 20% du Mali et du Niger et un bout de Libye. Cela dit si un état d’Azawad est recréé, il faudra arrêter la contre-bande de coke et l’agression des peuples noirs-africains car ce sont des actes de guerre.
      Il serait judicieux que l’Algérie change sa politique régionale hostile envers tous ses voisins, y compris et surtout avec les Français, sinon ils finiront par avoir de gros problèmes avec tout le monde.


    • @jojo, ce n’est pas du tout un impérialisme "algérien", puisque l’Algérie serait dissoute dans cet empire du Maghreb.

      sinon, l’empire du Maghreb a bien existé, historiquement,

      sous les fatimides, puis sous les zirides, leurs successeurs, (909-1030 environ)

      et enfin, sous les almohades (1147-1238) .

      relisez l’histoire.

      la principale difficulté dans cette réunification c’est de trouver une capitale, un point central, cette question est sensible, mais la solution est un système fédéral à l’allemande, comme après la réunification allemande ; comme ça il n’y a pas de concentration jacobine des pouvoirs en un seul point, comme c’est le cas avec les Etats actuels (héritage de la France).

      et un système fédéral conviendrait aussi aux régions berbérophones comme la kabylie et le pays touareg, puisqu’elles auraient un espace où exprimer pleinement leur culture et leurs spécificités, le tout dans le cadre de l’empire maghrébin.


    • et je ne vois pas pourquoi vous percevez cette idée de Maghreb unifié comme un danger pour la France, comme quelque chose d’hostile, à éviter, etc ..

      le Maghreb n’a aucune revendication territoriale à faire à la France, et la France pareillement, et les deux sont séparés par 700 km de mer. on n’est pas dans le cas de l’empire allemand de 1870.

      de plus, un Maghreb uni et industrialisé pourra organiser avec la France et les autres pays européens la remigration des Maghrébins qui sont en Europe (6 à 7 millions, dont 4 millions en France), ils participeront au développement du Maghreb, ajouteront à sa force démographique, et débarrasseront les pays européens de cette population en majorité inassimilable car culturellement trop différente.

      les diplômés auront des postes qualifiés, et les racailles travailleront comme ouvriers dans les usines, ça sera ça leur ré-enracinement.


    • #612849

      Bonjour,

      Voici une carte de l’Afrique remaniée selon des critères ethniques
      http://kwanzaamillenium.files.wordp...
      Le grand Maghreb qui s’est déjà réalisé sous les Almohades est souhaitable y compris pour l’Europe. Ce grand état permettrait aux Berbères d’être unis (les Maghrébins sont pour l’écrasante majorité des Berbères plus ou moins arabisés).On ne peut pas souhaiter un arrêt de l’immigration tout en maintenant des nations faibles en Afrique et au Moyen Orient.


  • Il faut reconnaitre l’autonomie de l’Azawad .

     

  • toujours à l’armée française que l’on demande de faire le sal boulot... faudra pas s’étonner des répercussions ... pourquoi est ce que la France est une marionnette, purée regardez ça c’est ça qu’il nous faut !!! énorme reportage là on pourra être fiers !!! http://www.youtube.com/watch?v=EJWP...


  • Toujours très intéressant Bernard Lugan !
    Il faudrait s’abonner à l’"Afrique réelle" ou au moins à ses newsletters :
    http://bernardlugan.blogspot.fr/


  • Analyse erronée sur la situation du Mali. En tant que malien je peux vous éclairer sur certaines contre vérité colportée par ces historiens africains qui n’en parlent pas une langue !
    Tout dabord faire croire qu’au Mali il y a un problème touareg et qu’ils sont persécutés est totalement faux, ils sont incorporés dans tous les corps police armée douanes etc etc il y a même une discrimination positive par rapport a leur communauté mais les sudistes ne se plaignent pas c’est le vivre ensemble qui compte.
    Ensuite laisser l’illusion que le nord Mali est majoritairement touareg est intellectuellement malhonnête, les touareg représente 10% de la population du NORD et a peine 1% du pays l’ethnie majoritaire sont les songhay ensuite les peuls donc ces mouvements n’ont aucune légitimité a revendiquer une quelconque autonomie ni même indépendance ;
    Enfin historiquement parlant malgré ce découpage honteux des frontières lors de la décolonisation le nord a toujours fait partie du Mali et de ces empires je rappelle que c’est l’empereur du mali Kankou moussa qui a crée la ville de tombouctou et construit sa célébre mosqué je rappelle que Gao la deuxième ville du nord etait la capitale de l’empire songhay donc même historiquement les touareg n’ont aucune légitimité sur le nord se sont des nomades et donc par définition ils n’ont pas de terre c’est dans les années 70 et avec la forte sécheresse que le pays a connu qu’ils se sont fixés dans les villes donc la question touareg au Mali est un faux débat les enjeux sont ailleurs et les gens de ce forum ER sont bien placés pour savoir que les enjeux sont ailleurs !

     

    • si les Songhay sont majoritaires dans le nord du Mali, peut-on savoir pourquoi il n’y en a pas dans le sud de l’Algérie ? ils disparaissent juste en traversant la frontière ?

      ensuite, les chiffres qu’ont trouve partout donnent 900.000 touaregs au Mali,

      s’ils sont 1% de la population, alors le Mali compte 90 millions d’habitants ?


  • Je rappelle également que le mot azawad est un terme qui n’est pas valide historiquement il désigne juste une bande de 300Km dans le nord mali. Mais je voudrais vous informer un peu sur les enjeux de ce problème touareg au Mali. La rébellion touareg a été de tout temps instrumentaliser par la France . La première rébellion dans les années 60 fut commandité par la France dans le but de compenser la perte de l’Algérie et de son pétrole en créant un état qu’on appellerait le Sahara occidentale avec le sud de l’Algérie l’ouest du Niger et le nord du Mali ou il y a des touareg dans ces trois zones riches en hydrocarbures mais le président de l’époque Modibo Keita n’a pas accepté c’était un non alignés et je rappelle qu’il a grandement aidé l’Algérie dans son combat d’indépendance il en paya d’ailleurs le prix par son assassinat. La rébellion qu’on connait de nos jours c’est la même choses le MNLA a été crée de toutes pièces par les services secrets français et l’actuel ambassadeur du Mali Huberson qui est un agent de le DCRI etait le contact du MNLA au quai d’orsay ils ont été reçu plusieurs fois au quai d’orsay bien avant les événements. Donc ce groupuscule n’agit pas dans l’interets des touareg pas du tout pendant que nos frères touareg etaient dans des camps de réfugiés les gens du MNLA etaient dans de beau hôtels au burkina et en Mauritanie. Donc que Lugan cesse la désinformation et qu’il communique sur la vraie géopolitique qui entoure le dossier malien si aujourd’hui certain malien manifeste contre la politique française au Nord du mali c’est qu’ils ont maintenant compris le double jeu de la France dans le problème du Nord pourquoi protégé ce groupuscule contre tout un pays ? La France veut elle crée un Israël au coeur du sahara ? parce que donner l’autonomie sa reviendrait a la même chose voici les questions que les maliens se posent ! Le problème est que nous avons des dirigeants trop lâches pour aller a l’encontre des intérêts de la France sinon on serait pas la polémiquer sur une autonomie ou une indépendance le bon sens tranche la question elle n’est pas valable historiquement, géographiquement et ethniquement.... Affaire a suivre


  • J’avoue avoir du mal avec Bernard Lugan.
    Il évoque le rôle de la France comme si c’était de l’histoire et les problématiques géostratégiques colonialistes (au Mali comme en Centrafrique : l’uranium) ne sont pas motrices dans ses raisonnements.

    Un peu comme ceux auxquels AS reproche de ne pas aller au bout de leur raisonnement.

    Fort à parier que l’armée se positionne en fonction des permis miniers à venir, point barre.


  • quoi qu on pense de Lugan il est sur ce coup convaincant !


  • Aguellid même si les touareg était 900 000 il ne représente même pas 1/15éme de le population malienne et represente que 10% de la population du nord ce n’est pas a eux de décidé. Les touareg sont surtout concentré a Kidal et ses environs qui fait frontières a l’Algérie mais le Nord Mali ne se limite pas a Kidal. Et essayer d’expliquer pourquoi il n’y a pas de songhay en Algérie sa serait comme se demander pourquoi il n’y a plus de noir en Égypte pour un pays noir a la base ! Je ne dis pas que les songhay viennent d’Algérie mais il y a toujours eu des populations sédentaires noirs dans ces régions et ce sont les conditions climatiques qui les poussent a descendre vers le sud ainsi que les razzia qu’ils subissaient de la par des tribus touareg. Un autre exemple la capitale de l’empire du Wagadou qu’on appelle également empire du Gana se trouve Koumbi saleh en Mauritanie actuelle en plein pays maure ! Donc toutes ces zones étaient évidement peuplé par des noirs les touareg sont des nomades et faisaient de la transhumance sur toutes la bande sahélienne c’est récemment qu’il se sont fixé dans des villes à cause de la sécheresse car les grands points d’eau sont asséchés ! le découpage des frontières a été surtout défavorable au Mali car historiquement le nord de la cote d’ivoire appartient au Mali, la cote d’ivoire n’est qu’une création de la France ce n’était juste qu’un comptoir ou les marchand aller vendre la noix de cajoux et les esclaves, Le Mali a aussi perdu tout l’est du Sénégal, le Sud est de la Mauritanie, l’ouest du niger ansi que le nord ouest du burkina donc refaire les frontières nous ne sommes pas contre d’autres seront perdant comme l’Algérie qui n’a jamais exister comme Etat dans la région c’est plutôt le Maroc qui avait la prédominance !!