Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Stick’ en toc

Ironie anarcho-troskarde dédiée à tous les camarades qui ont de loin ou de très près goûté à la finesse antifa

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

C’est au hasard des rues lyonnaises que l’œil se pose sur le slogan collé comme une gloire : “Ni frontières, ni Nations. Liberté de circulation ! ” . De prime abord, on se dit qu’Attali vient de sortir un nouveau bouquin mais Jacquot n’est homme de propagande si réduite et l’on s’approche alors pour connaître l’auteur du message scandé et découvrir qu’il est œuvre d’une coordination d’à gauche de la gauche.

Qui a dit que l’idéologie de cet extrême se nourrissait de clichés archaïques sclérosés en doctrine dépassée ? Que nenni, voilà bien la preuve d’un souci de parfaite adaptation aux exigences de l’économie politique actuelle et on ne peut que deviner derrière ce cri, la réflexion élaborée de celui qui résiste en regardant demain. La lumière attalienne fut et dissipa les sombres inquiétudes de l’internationalisme gauchiste : l’avenir passera par la circulation dérégulée des masses et de l’hyperclasse selon les besoins du marché, les frontières n’auront plus de sens et chaque pays se fera l’hôtel de clients apatrides.

Comment pourrait-on alors condamner l’anarcho-trotskard qui dans le sillon du penseur référent offre sa collaboration au projet universel de peuples sans nations ? On devinerait bien, en ce cas, la mauvaise-foi jalouse de celui qui, incapable d’adhérer à l’ambition oligarchique sans loi, s’entêterait à défendre l’homme selon l’appartenance et l’intérêt des siens. Egoïste va ! Non, vraiment, le futur sera transhumant et l’on se doit de louer l’écuyer servant qui appelle les peuples à embrasser la cause de la migration flexible au nom d’un système mondialiste sans contrainte.

Mais il serait injuste de réduire la pertinence d’une telle pensée à la fine collaboration de deux pôles politiques distincts mais si efficacement complémentaires à l’heure de construire demain. Car le propos sous-entend aussi la noble pensée qui envisage l’homme sans distinction au sein d’une même et immense communauté.

Cette ouverture à l’autre sans discrimination ni bornes s’érige fièrement en rempart de tolérance et fraternité en nique à tous les bas instincts des visions exclusives et autoritaires. C’est là que l’extrême gauche révèle toute la beauté de son idéologie et, comme à la lecture d’un poème de Gérard Lenorman, on retient non sans difficulté la larmichette à l’évocation d’une telle humanité. On ne compte d’ailleurs plus les occasions attestant de l’élan fraternel qui place la solidarité des êtres en adéquation au respect des différences.

À Rennes, quelques militants à chiens n’ont-ils pas fait preuve du plus grand tact envers les gérants tamouls qui accueillaient conférence en leur local ? N’ont-ils pas invité avec entrain les fils de l’immigration à participer à une manifestation culturelle dans un esprit d’accès à tous ? Mieux encore, pour guider le public égaré, n’ont-ils pas aidé la Twingo perdue à se sortir du dédale de la cité ? D’aucuns disent même qu’ils sollicitèrent les forces de police afin de favoriser le bon déroulement de l’évènement au nom du droit à la liberté d’expression.

Et cette invitation au Fleurte n’est pas exception car le respect de ladite liberté est sans cesse protégée par ces défenseurs de peuples rassemblés dont ils défendent la voix contre le fascisme censeur qui sévit ça et là. À Lyon, par exemple, leur implication à l’encontre des procédés « les plus bas » (1) est sans relâche et on leur doit la bonne tenue de conférences organisées ou le maintien d’entretiens radiophoniques sur des ondes courageuses et indépendantes.

Les philanthropes n’ont-ils pas poussé leurs convictions jusqu’à laisser parler en leur nom une journaliste peinant à se faire entendre dans les salons parisiens qui réunissent le gotha des influences franco-américaines (2). Allons, allons, prêter, comme certains l’osent, de fafs intentions à des initiatives si généreuses relève du complot aveugle et on ne saurait décemment ternir cet idéal universel de liberté sans frontières discriminatoires.

N’oublions pas de souligner la cohérence sans faille du slogan totalement en phase avec les fondements politiques. La revendication est bien sûr considérée ici comme gage d’amélioration de vie du travailleur qui laisse un pays où son bien-être général n’est plus envisageable. On appréciera à nouveau l’adaptabilité d’un mouvement ouvriériste de tradition révolutionnaire et viril qui appelle à la fuite des forces vives pour organiser la résistance depuis un lointain maquis d’Algeco où l’union des sans-papiers attend pacifiquement que sa terre soit libérée par une guerilla de veuves et d’orphelins.

En tous cas, le côté très pratique n’est pas à ignorer puisqu’étant données l’abolition des frontières et la fin de l’attachement à la Nation, nul besoin pour l’opprimé de risquer sa vie chez lui dans une lutte commune afin de retrouver une dignité d’existence spoliée par la puissance occidentale. Le bain de sang est évité, la stabilité d’exploitation préservée. Mélange efficace et fin de courage et lucidité qui impose l’admiration.

Mais la masse migrante constituée ne permet pas seulement la pacification des pays par délocalisation des populations, elle contribue surtout à la préservation des normes légales en pays récepteurs. Lorsque l’infirmière française vocifère parce qu’elle n’admet plus conditions difficiles et salaire de misère, elle se voit alors immédiatement remplacée par un homologue espagnol ou ukrainien qui, eux, contrairement à cette petite égocentrique locale, accèdent sans rechigner au sacrifice personnel sur fond d’intérêt commun.

Le droit français ne cède donc pas à la revendication de cette feignasse de souche et le code du travail reste intact. On pourrait même imaginer un petit pas en arrière qui ne traumatiserait pas les nouvelles arrivantes bien plus rentables et consentantes. Le cas est loin d’être unique, routiers, maçons, serveurs, sont autant de tire-au-flanc qui grâce à la mise en concurrence apprennent de ceux qui en ont vraiment chié. La dérégulation totale de la liberté de circulation aux dépens des frontières et Nations présente donc un double intérêt fondamental puisqu’il permet à la fois le maintien de l’exploitation économique des pays pauvres ainsi que la sauvegarde de la norme de travail locale contre toutes revendications anti-compétitives.

Il est donc grand temps de découvrir que l’idéologie d’extrême gauche a nettement muri et qu’elle est aujourd’hui pleinement dans son époque. En adéquation parfaite avec l’évolution du système mondialiste, elle a su se refonder afin d’envisager le meilleur pour les travailleurs sans jamais renoncer à ses valeurs fondatrices universelles. Bien éloigné de l’image du punk à chiens, du soixante-huitard de comptoir et de l’étudiant à peine pubère dont les hormones perturbent le neurone solitaire, ce nouvel élan explique sans doute l’adhésion de militants nombreux, honnêtes, courageux et réfléchis qui œuvrent sans relâche au service du peuple avec grandeur et loyauté.

(1) : http://egaliteetreconciliationrhone...

(2) : http://egaliteetreconciliationrhone...

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #111716
    le 03/03/2012 par max
    Stick’ en toc

    "On appréciera à nouveau l’adaptabilité d’un mouvement ouvriériste de tradition révolutionnaire et viril qui appelle à la fuite des forces vives pour organiser la résistance depuis un lointain maquis d’Algeco où l’union des sans-papiers attend pacifiquement que sa terre soit libérée par une guérilla de veuves et d’orphelins."

    Ah ah ah... Bien vu et finement ciselé ! Ils ne méritent plus que l’ironie ces ânes bâtés !


  • #111726
    le 03/03/2012 par Halfdan
    Stick’ en toc

    La contre-propagande : tirer et ajouter à côté, ou sous, le sticker antifa une belle citation d’Attali ou, mieux encore, d’un cadre de Rothschild ou de Goldman-Sachs, disant exactement la même chose !
    Et démontrer ainsi le lien entre la gauche anarcho-bobo et la finance internationale.
    Il est très facile de retourner la propagande gauchiste contre elle-même. Il suffit de pousser leur logique à bout pour en démontrer la stupidité.

     

    • #113284
      le 06/03/2012 par David
      Stick’ en toc

      OUI, OUI et re-OUi !!!!
      C’est aussi ça résister intelligemment et efficacement.

      Bon courage à toutes et à tous.

      David.


  • #111785
    le 03/03/2012 par nanabel
    Stick’ en toc

    L’immigration économique ou de peuplement n’a pas grand chose à voir avec l’idéologie du nouvel ordre mondial, comme le rappel ce petit texte instructif :

    http://www.curiosphere.tv/SITHE/SIT...

    Le problème de l’immigration apparait systématiquement en période de crise économique et ouvre très rapidement la voie à la xénophobie. Pendant que l’on tergiverse sur les questions migratoires, on ne pose pas les véritables causes à la récession. D’ailleurs comment expliquer que les immigrés sont les responsables des baisses de salaires alors qu’ils étaient là avant la crise et que leurs nombres étaient plus élevés pendant les 30 glorieuses, quand le pouvoir d’achat des ouvriers augmentait ? Comment expliquer que l’ouverture des frontières favorise le flux migratoire, alors que les plus grandes vagues d’immigrations se sont produites au début du XXè siècle alors que les frontières étaient surveillées ?

    Une chose est sûre, l’immigration a de tout temps était réclamée par le patronat et jamais par les populations ouvrières. Les réseaux clandestins ont toujours étés encouragés (si ce n’est organisé) par le patronat dans le but de s’exonérer des taxes. Cela n’a donc rien à voir avec la situation sociale que l’on traverse aujourd’hui.

    Néanmoins, l’idée de réduire les flux migratoires pour réduire le chômage semble à première vue logique. C’est d’ailleurs le choix qu’avaient fait les américains en 1930, tout en menant la lutte contre les réseaux clandestins organisés par le patronat. Cette mesure pourrait être appliquer sereinement si on l’abordait uniquement par son aspect économique en se refusant à tout discours xénophobe qui mène toute réflexion constructive dans l’impasse.

    En fait les extrémistes de gauche comme de droite apportent de l’eau au moulin du médéf. Leurs agitations participent à occulter les causes de la récession et font oublier la seule responsabilité des acteurs économiques et politiques.

     

    • #111899
      le 03/03/2012 par chocapic
      Stick’ en toc

      "En fait les extrémistes de gauche comme de droite apportent de l’eau au moulin du médéf. Leurs agitations participent à occulter les causes de la récession et font oublier la seule responsabilité des acteurs économiques et politiques."
      le médéf est tout de méme "sympathisant" du nwo ...ce qui va tout de méme dans le sens de cette instrumentalisation de l’immigration.
      car les "boss du medef" pillent les peuples et les contraignent à fuir leur propre pays ... pour ensuite jouer le role de grands "humanistes" qui leurs ouvrent les portes de leurs machine de production (dans le meilleur des cas) pour faire le méme boulot que le "natif" avec un salaire plus bas..
      et encore sous couvert de croissance mondiale ces mémes medefs men délocalisent les moyens de productions dans des pays ou le syndicalisme est pas vraimment au "top" .
      le medef gagne sur tout les tableaux , ruine les peuples et quand la colére monte ...il envoie "les fas et antifas" pour perpétuer le théatre de guignol sur la place publique ,ce qui dénote de leur part un sacré mépris quand à la possibilitée de compréhension et d’analyse du peuple quand à la situation réelle .
      technique de diversion ,de division ,qui de par sa nature ne rend pas vraimment sympathique les projets et intentions diverses du 1%....qui s’enrichit sur la non cohésion des 99%.
      dans ces 99% il se trouve tjrs des antifas et fas qui pour tenter d’éxister aux yeux de leurs maitres (refoulés) car ils sont en quelque sorte pas finis...et cherchent maladroitement à s’accomplir d’aprés des normes qu’ils ne peuvent malheureusement pas dépasser , car ils ne cherchent pas à comprendre , mais à perpétuer une identitée tellement implantée en eux qu’ils ne s’en rendent plus compte . d’un coté les "identitaires" et de l’autre les "sans identitée"..débat qui est bien loins des préocupation d’un quotidien ou des gens son acculés à penser en termes de manger /pas manger.


  • #111817
    le 03/03/2012 par Le citoyen engagé
    Stick’ en toc

    Dommage pour eux, ils ne comprennent pas que leur message débile ne passe plus auprès des populations diverses de France puisque de plus en plus se rangent derrière Marine Le Pen !

     

    • #111862
      le 03/03/2012 par francky
      Stick’ en toc

      Oui mais il serait bon de preciser que Marine Lepen n est pas et n a jamais été d’extreme droite, qu elle la deteste autant que l’extreme gauche... D ’ailleur à ce sujet il suffit d’ecouter l intervention de Bruno Golnisch (pourtant classé à droite de Marine par les medias) pour en etre persuadé, il se defini lui même comme "d’extreme centre"... C’est la classe politique UMPS pourri qui a fait croire au peuple que le FN etait d extreme droite...et c est plutot cela qui ne fonctionne plus... Les français sont peut etre des veaux mais à un moment ils re devienent intelligent... C est ce qu est en train de comprendre l’olligarchie finanicere française à ses depend...et c est tant mieux...


  • #111913
    le 03/03/2012 par Archange Gabriel
    Stick’ en toc

    D’Archange Gabriel : Pour info. En hiver 2004, sur le canal St Martin à Rennes, nous avons constatés l’expérience suivante. A l’instar de la seiche, du caméléon et de moi même selon mon humeur, un autocollant de FO disposé sur un poteau métalique et soumis aux intempéries du temps passant, change de couleur et devient aussi bleu que le vêtement de la très Sainte Vierge. Amen.
    En vérité, je vous le demande :"Mais quelle est donc cette Volonté qui permet à la nature de reprendre ses droits ? Moi je le sais que trop bien car d’après le nom qu’El m’a donné, El est ma force. Que ceux qui y croient se REPENTENT, quant aux autres, qu’ils prennent le temps de vite se remettre au pas pour rentrer dans le rang. Et pour les quelques fortes ou vides têtes qui n’auront pas la sagesse de comprendre l’évidence du message, vous SUBIREZ et on verra comment nous vous remodèlerons, ARGILES !!!
    Voilà ce qu’il en coûte lorsqu’Alain sort Allah d’Un de ses gonds !!!


  • #112110
    le 04/03/2012 par tsunami
    Stick’ en toc

    en pratique, effectivement l’opinion publique est manipulé entre fascisme et humaniste, mais en réalité il suffirait de légiférer sur un droit du travail plus humaniste pour à la fois protéger le travail et le salaire d’un citoyen et dans le même temps considéré le travailleur " immigré " quoi que je préfére étrangé ou même venant de l’étranger car désormais il vit dans notre communauté de destin et notre devoir en tant que nation civilisée et aux droits de l’homme et du citoyen est de permmettre l’intégration de tout ceux qui veulent vivre selon nos lois...
    Pour le bien-fondée de notre combat contre toute forme d’esclavagisme et de respect de la personne, on ne peux avec le système économique actuel se faire garant d’une réciprocité et de partage de richesse mais peut-on concevoir l’évolution de notre espèce ainsi que celui de notre esprit (ou spiritualité) pour nous même ainsi que nos proches dans un monde exclusif à l’appétit féroce et ou toute matière nécéssaire à la survis ou au développement est limité voir même raréfier de façon à soumettre un peuple, voir même l’ex-proprié.
    La gauche du travail , elle est à mon sens représenté par celle de 1936 le médéf n’éxistait pas il s’est créé (dans les années 40 il me semble) pour se défendre face aux syndicats de travailleurs.Mais depuis au lieu de progresser dans un devenir plus solidaire on ne fait que diviser le peuple, à l’origine souverain , puis ensuite à centraliser les pouvoirs vers les notables soumis à des partis perverti à une seule idéologie , le dieu-money.
    L’anti et le fa ferait bien mieux de s’écouter pour aller vers un système éco-responsable sur les notions gauche du travail et droite des valeurs au lieu de se queureller sur un protectionniste ou pas national du travail ou le seul et unique gagnant reste le patron .