Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Violente polémique entre Roberto Saviano et le maire de Naples sur la mafia

Roberto Saviano est cet écrivain italien auteur du livre Gomorra, à l’origine de la série du même nom. Une vision brutale de l’Italie du Sud d’aujourd’hui, où la guerre des gangs met aux prises la jeune génération à l’ancienne.

 

On assiste à la pénétration – à la faveur de la pauvreté endémique – de la pieuvre mafieuse au cœur d’une gigantesque cité de Naples, les habitants étant placés devant un choix cornélien : participer directement au crime et à son économie, ou s’en faire les complices muets et terrorisés.

Le résumé de la saison 1 :

 

Les critiques de la saison 2 :

 

La fiction à la Saviano n’est pas éloignée du réel. En avril 2013, Élise Lucet lançait ce reportage sur les quartiers populaires de Naples dans son journal télévisé.

D’une manière plus globale, la dénonciation de la mafia par Saviano s’arrête à la mafia napolitaine, voire italienne. Il n’est pas question pour lui de dénoncer d’autres mafias, autrement plus puissantes, au rayon d’action international et basées sur une appartenance communautaire très exclusive. Roberto Saviano est en effet membre de la communauté juive, sa mère s’appelant Miriam Haftar. Les critiques contre le travail de Saviano insistent sur le fait qu’il a pour conséquence majeure d’assimiler l’Italie à la mafia. Une image négative qui blanchirait en quelque sorte le lobby sioniste.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Ils n’en viennent pas encore aux mains, mais les mots font mal. Le romancier Roberto Saviano et le maire de Naples, Luigi De Magistris se sont gentiment étrillés sur les réseaux. Suite à la fusillade survenue ce 4 janvier dans la ville, blessant une jeune fille de 10 ans, le journaliste et écrivain a lourdement chargé le maire. Déclenchant une controverse qui secoue le pays.

 

JPEG - 58.7 ko
La cité interdite, star du film de Saviano

 

« À Naples, on parle du tourisme et des fêtes sur les places, comme d’une solution à tous les maux, avec un maire qui administre depuis six ans la ville et on dit que tout semble alors réglé. Ce n’est pas la faute du maire, si des mineurs s’entretuent, mais il en ira de sa responsabilité s’il affirme que le décrochage scolaire est une plaie fermée, alors qu’un mineur sur trois, dans des quartiers à risques, ne va pas à l’école », attaquait Saviano dans un post Facebook.

Et d’ajouter : « Le tourisme ne guérit pas le mal-être, ce n’est pas la réponse aux problèmes de la ville. La Camorra contrôle les dérives, pas la police municipale – organe de protection qui découle directement de la ville. »

La fusillade du 4 janvier est en effet à mettre sur le compte de la mafia : il s’agit d’un raid organisé contre un groupe de Sénégalais, vivant à Naples, et qui a refusé de s’acquitter du pizzo, l’argent de la protection – ou celui du racket, c’est au choix.

Évidemment, ce n’est pas le premier échange de politesses entre l’écrivain et le maire : depuis longtemps, les deux hommes s’affrontent, Saviano dénonçant l’absence de réaction des autorités napolitaines, devant la mafia locale. Et cette fois encore, De Magistris n’a pas mâché ses mots.

 

JPEG - 181.4 ko
Arrestation de 24 mafieux à l’été 2016

 

« Tu fais ton beurre sur le dos de Naples »

« Cher Saviano : chaque fois qu’un crime survient à Naples, tes paroles tombent réglées comme une horloge, cette invective qui dit qu’à Naples rien ne change. Étant donné que les problèmes sont nombreux dans notre ville, comment fais-tu pour savoir quels sont les changements à Naples  ? Saviano, tu ne peux pas savoir : la vérité est que tu ne veux pas parler de ce qui évolue. Tu es une marque qui tourne si une certaine narration se met en place : tu fais ton beurre sur le dos de Naples et des Napolitains. »

Évidemment, pour le Maire, il est simple de faire ainsi allusion aux ouvrages publiés sur la mafia napolitaine, dont Saviano s’est fait avec le temps le pourfendeur. Or, si les choses venaient à changer en profondeur, l’écrivain perdrait toute son aura, son intérêt – et ses revenus. Et d’inviter Saviano, en bon intellectuel, à mieux étudier l’ensemble de la ville, « avant de parler et d’écrire ».

Il conclut : « Cher Saviano, ne spécule pas davantage sur notre peau. Salis-toi les mains, en te plongeant dans de véritables faits. »

Il est vrai que toute la carrière de Saviano s’est bâtie sur la dénonciation de la Camorra, avec son fameux livre Gomorra. Et depuis, sa carrière s’est orchestrée tant autour des dangers et risques encourus – les représailles mafieuses – que son expertise politique. Celui qui est depuis longtemps surnommé Il morto che cammina (le mort qui marche, sous-entendant que la mafia le laisse vivre pour l’instant, car il est déjà mort), ne serait, dans la bouche du maire, qu’un profiteur en somme.

 

 

La poussière, sous le tapis, c’est plus commode

Et réponse du berger à la bergère : « Le problème, ce ne sont pas les assassins qui surgissent, c’est moi qui en parle. Parce que lui [le maire, NdR] n’aime pas les banlieues, il n’apprécie pas d’en parler, et la ville semble alors ramenée au salon de sa maison, où la poussière est cachée sous le tapis.  »

Lire la suite de l’article sur actualitte.com

D’autres mafias sur Kontre Kulture

 

La puissance réelle de cette mafia qui alimente tous les fantasmes, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il faudrait peut-être leur parler d’un certain Rodrigo Duterte...

     

    • Il y a un tabou total sur Duerte, car il a aussi visé dans son pays :
      - les flics corrompus
      - les juges corrompus
      - les avocats corrompus
      - les politiciens corrompus
      les financiers corrompus
      - les gros traffiquants

      Il n’a pas visé que les petites gens, mais aussi les gros poissons.

      Il a utilisé des arguments convaiquants pour que les drogués préfèrenet se rendre,
      confesser, balancer leur dealers.

      Il a montré qu’on peut vaincre la criminalité, la corruption en 6 mois.


  • Interessant du cote de la mere(miriam haftar), il fait partie de la communaute des lumieres. Il devrait s’intéresser a cette mafia-là qui ferait passer la mafia italienne pour des enfants de choeur.


  • Cet article est apparu today dans il reppublica. Le maire a raison, Saviano ne fait que critiquer. Que ce soit à tort ou à raison là n’est pas le problème, c’est que c’est un peu trop facile quand on sait que c’est son fond de commerce. Les gens ne connaissant pas Saviano serait étonné à quel point ce type adore the limelight. On le voit partout ! Je crois que les médias le font vraiment bander. Récemment encore, il avait organisé tout un spectacle avec musique et tout avec des jeunes pour parler de leurs ambitions futures. Il avait aussi véhément défendu tous ces pauvres Noires qui se font exploiter par les différentes mafias suite au livre de l’Ivoirien Yvan Sagnet (Ama il tuo sogno) qui avait crée une immense controverse en Italie dans lequel il dénonça les conditions esclavagistes des clandos qui travaillent dans les champs. Par contre, il n’a jamais pipé mot des viols et autres raffineries commis par des clandos dans son pays. La France n’a tjs encore rien vu par rapport à ce que les Italiens subissent aux mains des clandos ; mais ça viendra. Ce Saviano n’est qu’un petit gauchiste qui aura tjs sa place assuré dans les merdias.


  • On ne peut rien faire contre le principe mafieux... qu’il soit de la rue ou en col blanc... Le monde entier est corrompu, y a rien à faire... Faut commencer par ça... tout le reste c’est du baratin...

     

    • Mussolini a réussi à botter le cul de cette racaille. Malheureusement ils sont revenus dans les valises de GI’s en 43...


    • Mais oui, de mon côté également j’ai beau poser le problème dans tous les sens, en prenant en compte le maximum de variables, et j’en viens toujours à la même conclusion. Le problème est bien là, qui fait que le jeu sociétal ne peut évoluer sainement puisque des « cheaters » biaisent le jeu.

      À partir du moment, où voyant que peu importe ce que génère leurs actions, ils n’en ont cure, peu importe ce qu’on leur exprime, ils s’en foutent aussi et continu de plus belle, je pense qu’il faudrait sérieusement songer à utiliser une gomme pour les effacer, pssssoutt, tout en douceur. Surtout que peu importe les bonnes intentions que l’on met pour faire évoluer les choses dans un sens un peu plus juste, rien y fait ! Faut plus hésiter, je pense.


    • @christophe

      En 1943 ce n’était pas la Camùrra mais la sicilienne, La mafia napolitaine jadis servait les ordres du pouvoir, l’unification et la mise à mort du sud a eu pour effet de laisser en roue libre cette dernière jusqu’à ce que nous connaissons
      Aujourd’hui il y a l’émergence de plusieurs mafia qui gangrènent le pays de toute part (même dans le nord), que dire aussi de Nice, Marseille, Lyon, et Paris ou ces dernières ont investit massivement leur argent...


  • #1638564
    le 07/01/2017 par Pampers/ placements/ gestion de patrimoine
    Violente polémique entre Roberto Saviano et le maire de Naples sur la (...)

    Y’a pas de mafia, y’a pas de Saviano non plus...

    N’importe où que ce soit, même dans la pire corruption, tu peux nettoyer la merde.
    Elle va revenir.
    Ne compte pas sur une équipe de nettoyage.
    Compte sur toi-même.
    Le triomphe de la volonté.

    La merde ne triomphe que sur de la merde.


  • La série est l’une des meilleurs sur le sujet, terrible de réalité !
    Ça fait vraiment peur quand ont pense au futur possible de nos grandes villes.

     

    • #1638986

      "futur possible " ? mais vous pouvez aller à stains et vous verrez beaucoup de gentils rm-iste vendre du shit et faire tourner des milliers d’euro ! et tout cela la France accepte car c’est plus facile de laisser les animaux en cage faire du jeu de banane que de leur mettre des claques et se retrouver avc des animaux qui s’eparpillent tous les jours ! Cest bizzare que nous ne sachez pas pour stains..., c’est un coin où en 2005 lorsque les petites racailles faisaient plier la France en brulant des voitures d’ouvrier, stains était d’un calme REMARQUABLE qui faisait tourner des kilos de shit vendus en une soirée ! La France disneyland, quoi ! !


  • C’est bien connu, même les journaleux le disent la mafia c’est l’Italie, les méchants ce sont les russes, les terroristes ce sont les musulmans et les pédophiles, les chrétiens, le reste c’est de "l’antisémitisme"...


  • Des croix partout ! Dans quel but ? Traitement du sujet hollywoodien. Si la société est gangrenée par je ne sais quoi, on sait par qui est gangrené le cinéma...


  • le regard glacial du mec qui ne sourit jamais , oh lalalala , les clichetons
    c’est à cause de ce genre de niaiseries que je n’ai plus la télé chez moi


  • Laissez le lobby sioniste se reposer 5 minutes. On parle pas d un bhl qui vient defendre une contrée lointaine. La c est un saviano né a Naples qui dénonce une réalité locale morbide que personne ne peut défendre.. le type a pris plus de risques que n importe quel commentateur E&R. Que sa mere soit juive ou pas (dans un des pays les moins influencé par le lobby organisé d’Europe) n’invalide pas son travail.

     

  • je trouve assez injuste de rappeler ce lien d’appartenance à la communauté juive, on frise le procès d’intention.
    Donc le fait qu’il soit juif implique qu’il défende le crime organisé de membres de sa communauté ? aucune preuve avec ce que je lis donc pur fantasme et raccourci débile. Me semble que E&R se casse assez le cul pour faire le distingo juif du quotidien / sioniste hystérique.
    On lui reproche de faire de l’argent sur cette situation mais... il me semble que ce mec mène un travail sérieux et au péril de sa propre vie. ça serait un très mauvais calcul pour un "profiteur " !
    Enfin, on reproche à saviano de faire le boulot à moitié... si tenté que s’attaquer seul (ou presque) aux mafias napolitaines ou italiennes soit un engagement pour frileux, c’est juste ridicule, il combat une situation qu’il subit quotidiennement et qui l’habite. Est ce que ça inclue qu’il n’ai pas conscience d’un niveau supérieur de criminalité ? on n’en sait rien non plus ! donc pas de suppositions inutiles. Je crois que demain je vais mettre un savon à la petite vieille qui donne a bouffer aux malheureux a côté de mon boulot, en lui disant qu’elle ferait mieux de régler la faim dans le monde ! pour suivre la logique.
    j’avoue que cet article me dérange profondément, au vu du grand nombre d’analyses sérieuses que je peux lire sur ce site.

     

    • Tout à fait d’accord.
      Je tiens à préciser de plus que Miriam Haftar n’est absolument pas un nom juif, mais assurément musulman. Haftar, comme nom de famille me renvoie sur Google à un général libyen et Miriam est l’équivalent musulman de Marie, mère de Jésus, qui je crois est régulièrement insultée par une certaine communauté.
      Après cette femme est peut-être juive, pourquoi pas par conversion, mais ce n’est absolument pas son nom qui l’indique.

      De plus, il me semble que dénoncer une forme de corruption, même de bas étage, donne la capacité à ses lecteurs/auditeurs d’ en détecter d’autres, plus importantes. Il y a ceux qui pensent qu’il faille prendre le problème par le bas, d’autres par le haut.

      En islam nous disons : Dieu ne change rien en un peuple sans qu’il n’aie changé en lui-même.
      Ou l’équivalent chrétien : Aide-toi et Le Ciel t’aidera.

      C’est à nous de nous interdire à nous-mêmes toute forme de corruption, de la dénoncer et de ne pas la tolérer/faciliter, de quelque façon que ce soit. Savoir s’entourer aussi.


  • Est-ce que la communauté organisé le protégera de la petite mafia ??


  • Je trouve ce genre de polémique ridicule.
    Ce qui est à noter dans cet article est que en Italie il existe des immigrés qui se rebellent à la mafia. Je ne suis pas fan de Saviano ni des conséquences indirectes qu’a eu la série Gomorra sur la jeunesse des banlieues napolitaines, mais il reste le seul à parler de ce phénomène de résistance de la part des immigrés qui n’ont pas encore (heureusement) assimilé l’omertà italienne.


Commentaires suivants