Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Voiture de police brûlée : Antonin Bernanos et ses comparses "antifascistes" devant la justice

Un an et demi après l’attaque spectaculaire d’une voiture de police en marge d’une manifestation, neuf personnes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris…

Le 18 mai 2016, Allison B. a « cru mourir ». Ce mercredi-là, la jeune femme, gardienne de la paix à Paris, emprunte avec son collègue, Kévin Philippy, adjoint de sécurité, le quai de Valmy, dans le 10e arrondissement de Paris, pour rentrer d’une séance d’entraînement au tir. Leur itinéraire les mène aux abords de la place de la République où se tient une manifestation organisée par le syndicat Alliance pour dénoncer la « haine anti-flic ».

À peine se sont-ils engagés sur la voie que des contre-manifestants, principalement des membres de groupuscules d’extrême gauche et des Black Blocs, les prennent à partie. Un individu, le visage dissimulé sous une large capuche donne les premiers coups sur le pare-choc puis exhorte la foule. « Il y a des flics, venez, on va les niquer », assure avoir entendu Allison B. Rapidement, entre quinze et vingt personnes s’agglutinent autour du véhicule. D’un coup de pied, un homme brise la vitre de la portière du conducteur. Un autre, passe sa main dans le véhicule, décoche coups de pied et de poing au chauffeur. Les projectiles s’abattent sur la voiture sérigraphiée. Un fumigène lancé sur la banquette arrière embrase l’habitacle.

[...]

A partir de ce mardi et pour quatre jours, neuf personnes, dont deux sont toujours en détention provisoire, comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris. Alors qu’ils risquaient la cour d’assises pour « homicide volontaire sur personne dépositaire de l’ordre public », le parquet a finalement requalifié les faits. Ils sont jugés pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations ». [...] L’homme suspecté d’avoir lancé le fumigène est sous le coup d’un mandat d’arrêt. Ce résident suisse de 28 ans, bien connu pour son engagement militant à l’extrême gauche, ne s’est pas rendu aux convocations.

Lire l’intégralité de l’article sur 20minutes.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

La violence des antifas n’a aucune limite, lire sur E&R :

Voir aussi, sur E&R :

 

Comment le pouvoir utilise l’antifascisme pour désamorcer
la lutte sociale, à lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme d’habitude la condamnation sera lourde en 1ère instance car très médiatisée, puis réduit au minimum dans 2 ans en appel. La justice aujourd’hui en France.


  • "le parquet a finalement requalifié les faits. Ils sont jugés pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations »"
    Selon les témoignages et les images il y a eu violence avérée et dégradations avérées, voire tentative de meurtre. Le parquet aurait falsifié les faits et devrait être jugé pour cela.

     

  • Il y a quand même quelque chose que je ne saisi pas. Pourquoi a-t-on le nom de ce pauv’type, et jamais lorsque c’est un maghrebin ou un migrant qui est l’auteur de fait(s) violent(s) (sauf parfois, après la sentence) ?

     

  • Ils sont jugés pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations ».
    ’Faut bien savourer chaque mot, là...
    En comparaison de « homicide volontaire sur personne dépositaire de l’ordre public », y’a un gouffre abyssal.

    Lorsque tu t’appelles Kévin et Allison, c’est considération zéro, la tête à Toto.

     

  • Il a ramassé un briquet dans la rue, d’ailleurs, il voulait le rendre à son propriétaire, mais il savait pas à qui c’était... il a juste voulu s’assurer qu’il fonctionnait.

     

    • C’est à peu près ça, dans la suite de l’article :



      « J’étais en colère »
      Au fil de l’enquête, les charges contre Angel, Bryan et Léandro s’amenuisent. L’homme qui les a désignés comme ayant participé à l’attaque se révèle être un policier des renseignements. Et les images de vidéosurveillance mettent à mal son témoignage. Le 8 juin, Nicolas F., 39 ans, petit-fils d’officier militaire et ancien scout, est interpellé. Dès son premier interrogatoire, il reconnaît avoir frappé à plusieurs reprises le policier avec une barre de fer. « Je n’avais pas conscience de la gravité de ce que j’étais en train de faire », confie-t-il au juge d’instruction. Deux mois plus tard, Kara, un transgenre américain, est à son tour interpellée. Elle reconnaît avoir lancé à deux reprises le plot sur le pare-brise, geste qu’elle qualifie de « stupide ». « J’étais en colère, explique-t-elle au juge. Je n’avais pas l’intention de blesser quiconque. »



  • Le laxisme judiciaire date de 1981 avec les voitures brûlées et le trafic de drogue et d’armes tolérés puis acceptés.


  • Reléguer le chef d`accusation ? On croit rêver !
    Et cette agression sur des représentants de l`autorité , réduit l`autorité à pas grand chose , soit au ridicule , le tout sous un climat délétère "vigipirate", révèle une justice inégale pour tous !
    Mais il y a tant de choses à dire là-dessus , que je préfère arrêter là .

    Ce que je ne comprend pas , c’est pourquoi police et gendarmerie ne possède pas le même champs de manoeuvre ?
    J`explique :
    Je vis en zone rurale , j`ai donc à faire à la gendarmerie , or , si j`avais fait la même chose sur un véhicule de gendarmerie : on m`aurait tiré dessus sans hésiter !
    Mais en zone urbaine , qui rapport à la densité démographique , comporte beaucoup plus de risque à l`agression , ben ... la police n`ose pas se servir de leurs armes , pour les raisons que l`on sait !
    On devrait inverser les choses , la gendarmerie en zone urbaine et la police en zone rurale !
    Sachant les risques , des antagonistes réfléchiraient avant de passer à l’acte ...

     

  • Mécaniquement et par construction, les lois objectives (et non-pas les lois juridiques) qui régissent la marche des sociétés, font que ces crimes sont générés, déclenchés, permis, par le laxisme judiciaire, c’est-à-dire par les juges.
    La racaille est en tout premier lieu JUDICIAIRE. La place des juges participant à ces tentaculaires associations de malfaiteurs que sont beaucoup de groupuscules de magistrats, est en PRISON longue durée. Feu mon avocat disait : "la vermine en hermine". Il est mort en plein travail, d’un colis piégé livré à son bureau.
    http://www.parismatch.com/Actu/Soci...


  • La justice sera au final laxiste comme d’habitude, car elle déteste la Police...
    On peut être étonné que les prénoms des auteurs soient dévoilés alors qu’ils sont ignorés lorsqu’ils sont issus des "quartiers sensibles". Tout dans cette société concourt à cacher la réalité, à manipuler pour aboutir à la dislocation de notre société au profit des élites et du Nouvel Ordre Mondial qui a décidé de détruire l’Europe au profit des USA et de la finance internationale...


  • Les faits sont requalifiés, car un agent des renseignements généraux était inflitré dans le réseau, pseudo : anti-fasciste.


  • Une nouvelle discipline pour les J.O de Paris sponsorisée par les RG.

    Cramer les voitures de police

    Antifa-français médaille d’or, podium, marseillaise et retour au deuxième bureau


Commentaires suivants