Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Wikileaks affirme que la CIA a espionné la campagne présidentielle française de 2012

Le site co-fondé par le lanceur d’alertes Julian Assange a publié le 16 février trois documents secrets de la CIA relatifs à une campagne d’espionnage de l’élection présidentielle française en 2012. L’UMP et Nicolas Sarkozy étaient notamment ciblés.

 

Nouvelle bombe signée Wikileaks. Le 16 février, le célèbre site a mis à la disposition des internautes trois ordres de la CIA incluant les détails d’une campagne d’espionnage censée avoir duré plusieurs mois avant et après l’élection présidentielle française de 2012.

 

 

Les documents secrets révèlent que tous les principaux partis politiques hexagonaux ont été ciblés afin d’être infiltrés par les unités d’espionnages humaine (« HUMINT ») et électronique (« SIGINT ») de l’agence de renseignement américaine.

Selon les documents publiés, la CIA avait jugé que Nicolas Sarkozy n’était pas assuré d’être réélu et avait ordonné à ses agents de se renseigner sur les discussions privées de l’ancien chef de l’Etat « à propos des autres candidats ».

 

 

L’agence aurait également donné des ordres spécifiques concernant l’UMP, depuis devenu le parti Les Républicains, afin d’obtenir « les plans stratégiques » de la formation politique et de son leader de l’époque concernant les élections.

 

Crise de la dette grecque et modèle allemand

À en croire ce formidable matériau journaliste, la CIA voulait obtenir des informations détaillées sur le fonctionnement du parti afin d’aider « les analystes à évaluer et à préparer les principaux décideurs américains » au paysage politique post-électoral français. Mesurer l’impact potentiel sur les relations américano-françaises aurait également fait partie des objectifs.

Un des documents, intitulé « Stratégies électorales des partis politiques et candidats non-dirigeants », demandait aux employés de l’agence gouvernementale étasunienne de se renseigner en détail sur les dirigeants des partis politiques émergents et leurs formations politiques. Leurs opinions quant aux États-Unis ainsi que leurs efforts pour atteindre d’autres pays tels que l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Libye, Israël, la Palestine, la Syrie et la Côte d’Ivoire auraient fait partie des choses à savoir pour la CIA.

Mais ce n’est pas tout. Toujours selon les textes que s’est procuré Wikileaks, la CIA a chargé ses membres de trouver des informations sur les financements des candidats ou leurs vues en matière d’économie et sur la crise de la dette grecque. Les opinions des participants à la course présidentielle sur le modèle allemand de croissance centré sur les exportations ou encore les propositions spécifiques qui aideraient à résoudre la crise de la zone euro auraient aussi intéressé l’agence américaine.

Les documents indiquent que l’opération de la CIA a initialement duré 10 mois du 21 novembre 2011 au 29 septembre 2012. Elle se serait poursuivie après l’élection et la formation du nouveau gouvernement.

Les trois ordres publiés par Wikileaks totalisent en tout sept pages. Ils font partie d’une série de révélations à venir en rapport avec un projet du site intitulé « CIA Vault 7 series ». Wikileaks a commencé à faire du teasing sur les réseaux sociaux ces derniers jours en tweetant notamment de mystérieuses publications.

 

Quel pouvoir réel ont les officines de renseignement ?
Lire chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.