Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

De la nécessité de l’enracinement – Conférence d’Alain Soral et Alain Escada à Lille

L’équipe d’E&R Nord-Pas-de-Calais recevra Alain Soral, président d’Égalité & Réconciliation, et Alain Escada, président de l’institut Civitas, le dimanche 18 septembre 2016 à 15h à Lille pour une conférence sur le thème de l’enracinement.

 

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

Entrée : 10 euros.

 

La bande-annonce de l’événement :

 

 

 

Bien préparer la conférence avec Kontre Kulture

Prochainement, à ne pas manquer :

 

Alain Soral et Alain Escada sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Des dizaines de milliers de français choisissent de travailler en voyageant sans cesse avec leur portable, et pourtant ils produisent. Travailler dans les NTIC ou à distance est un vrai travail. Je n’ai pas l’impression d’être un prédateur nomade.

    Et bien si, M. Soral, on peut produire en étant nomade. Il n’est pas nécessaire d’être enraciné pour produire. Pas dans une économie de + en + digitale et technologique.
    Ce qui était vrai au XXe siècle, ne l’est plus au XXIe

     

    • Ils produisent des choses immatérielles (du code par exemple) mais jamais rien de matériel (agriculture, industrie, artisanat) car pour cela, il faut être enraciné.


    • ...et ils produisent quoi "avec leur portable" ?


    • Je rappelle que la communication ou l’information ne sont justement pas à proprement parler de la production au sens strict du terme.


    • Oui vous produisez du vide, comme la grande majorité des métiers du secteur tertiaire.
      La production c’est le réel, c’est les usines, l’agriculture, le bâtiment.


    • @bruno, bon toi déjà cette conférence est pour toi, vu que tu n’as pas l’air d’avoir compris.
      1. La production n’est pas celle que du tertiaire. Tu produis quoi toi derrière ton macpro ? Tu fabriques quoi ? Tu cultives quoi ? Tu crois qu’un pays ne peut qu’avoir une économie du tertiaire ?
      2. Si nous sommes en majorité une économie du tertiaire, c’est bien qu’on a délocalisé le primaire et le secondaire. Donc d’une lutte de classe nationale nous sommes passe à une lutte de classe intertionalisee. Qui en bénéficie ? Toi ?
      3. L’enracinement est aussi culturel, dans les valeurs, voire religieux. Les juifs savent qu’ils ont un "chez eux". Un attachement. Toi Francais a l’étranger avec ton laptop, si tout le monde est sera déraciné, il te restera quoi ? Une équipe de foot ? Et encore même eux jouent à l’étranger.


    • On peut produire du vent. Mais les aéroports et les portables, ça produit quoi ? Des nuisances !


    • Encore une réponse a Bruno ; du Canada... ;)

      Malheureusement pour moi je ne peux pas participer a cette conférence, STP, Bruno il faut que tu y participe, cette conférence -je pense- va te donner une idée sur la société post-carbone, car présentement on est en fin de vie de la société du savoir...

      Ci-après l’évolution de la société au niveau mondiale, c’est qu’on est présentement arrivé a la phase finale, en tout il y a quatre phases :

      1 - Société pré-industriel « économie agricole », mesure de richesse « TERRE » ;
      2 - Société de consommation « économie industrielle » mesure de richesse « ARGENT $ » ;
      3 - Société du savoir « économie immatérielle » mesure de richesse « Connaissance, know how » ;
      4 - Société post-carbone “Retour aux sources !” « Façonné par la décroissance des flux de matière, arrêt des ’show off’ » mesure de richesse « Eau potable, énergie renouvelables ».


    • Bruno : "Je n’ai pas l’impression [...]"

      Tout est là : conditionnement, croyances et illusions pré-fabriquées autour d’un bonheur factice ! (le monde du faux)

      Vous croyez être humain, mais vous ne l’êtes plus, vous vous êtes simplement adapté à l’illusion qui vous entoure, en vous convainquant vous-même à travers les années qu’elle était la seule voie !

      Vous pourriez être humain et bien plus heureux, mais vous n’y avez jamais pensé, parce que cette possibilité ne faisait pas partie du conditionnement au départ, basé sur de fausses valeurs qui ont perverti et pervertissent encore votre Sens humain !!!

      Comme ils disent dans la pub : "Essayez par vous-même !"


    • @Bruno
      Je pense que vous n’avez pas saisi le sens de produire qui, au sens premier du terme, s’applique à du concret, du réel, du matériel...
      D’une manière plus large, la même confusion se fait entre l’ouvrier (qui produit du concret) et l’employé (qui peut, à la marge, produire du concret)...
      En ayant délocalisé la majorité des systèmes productifs, nous nous retrouvons dans une société majoritairement d’employés (public et privé confondus) et le résultat est une ignorance totale de leur condition intrinsèque dans la société (aucun sentiment de classe comme s’était le cas avec le prolétariat ouvrier), etc...



    • Ils produisent des choses immatérielles (du code par exemple) mais jamais rien de matériel (agriculture, industrie, artisanat) car pour cela, il faut être enraciné.




      Oui vous produisez du vide, comme la grande majorité des métiers du secteur tertiaire.
      La production c’est le réel, c’est les usines, l’agriculture, le bâtiment.



      J’ai envie de vous répondre, mais que produit donc un sociologue ? Un avocat, une historienne, un chauffeur poids lourd, un professeur, un scientifique, un journaliste, un médecin ect ect…

      Essayons de penser en termes de services utiles à la société et de valeur ajoutée au lieu d’écrire des commentaires qui ne montrent que le manque de réflexion de certains.

      Il est tout aussi idiot de vouloir une société 100% tertiaire que 100% “matériellement” productive.


    • Bien sur que vous produisez quelque chose @bruno. Les gens qui ne produisent rien sont surtout les investisseurs qui font le tour du globe pour racheter ou vendre tout ce qui leur plait sans se soucier des employés locaux.
      N’ecoutez pas les commentaires au dessus du miens qui voudraient vous expliquer comment "mieux vivre". Ils sont très certainement l’œuvre de gens un peu frustrés...


    • Inutile de se jeter sur une personne comme vous le faites. Le sujet est pertinent. Pour ma part, je constate un phénomène intéressant. En effet ces avions qui volent sans cesse au dessus de nos têtes ont apporté quelque chose : de plus en plus d’enfants autour de moi naissent et grandissent dans un contexte multilingue, en apprenant 2 langues (voire plus). Dans leur version positive, Ils pourraient être des ambassadeurs, permettant le lien entre différentes cultures, différents pays. Quoiqu’il en soit notre rapport au temps et à l’espace a complètement évolué, il semble vain de vouloir "aller contre". Alain a tout à fait raison d’évoquer le phénomène nomades. Mais le nomadisme n’est pas le fait exclusivement d’une super élite. La classe moyenne est largement touchée. En province, parmi les gens de ma génération (j’ai la quarantaine), il y a 10/20% qui est partie vivre à l’étranger. Je dis la province car le phénomène peut éventuellement être moins important à Paris, grand bassin d’emplois. La super élite est forcément nomade, elle l’a été avant l’heure. Cela ne veut en rien dire qu’il ne faut pas s’enraciner mais si s’enraciner c’est vivre dans un quartier pavillonnaire, voire dans son modèle plus abouti de "gated community" qui n’a rien à envier à un cimetière où aucun pot de fleurs ne dépasse (ce qui peut se vivre à Los Angeles comme dans n’importe quelle ville française) ... Ce qui nous est demandé n’est pas tant de s’enraciner mais de s’incarner c’est à dire vivre dans son corps et moins projeter son mental à l’extérieur en permanence.


    • Ils produisent du vent ! Une énorme fraction de l’économie est aujourd’hui occupée par le tertiaire hypertrophié...l’hyper concentration et mécanisation des secteurs primaire et secondaire (concentration des moyens de production et mécanisation) a permis de libérer de la main d’oeuvre pour un tertiaire parasite qui produit du vent...alors certes selon la conception morbide moderne de l’économie un youtubeurs qui dégagent des gains importants via ses vidéos à la con est un "producteur" de richesses...mais en réalité il ne produit que du vent...c’est un parasite dont la survie dépend uniquement du primaire et du secondaire...attention de ne pas se méprendre sur mes propos qui peuvent sembler un peu dur ! Je ne jette pas le blâme sur la masses des gens travaillant dans le tertiaire parasite, je critique un système parasite et non pas les gens qui en sont les victimes...les travailleurs sont pris dans un engrenage qui les dépasse complètement...il faut bien qu’ils travaillent et paient leurs factures...de même je n’affirme pas que le tertiaire est inutile, il a bien entendu son utilité ! Une société a besoin de service...le problème c’est l’hypertrophie de ce secteur qui est devenu parasite et symptomatique d’une société où le prolétariat s’est généralisé, où les moyens de production et les richesses sont concentrés entre les mains d’une minorité d’oligarques...


    • @Bruno j’ai rédigé plus bas ma réponse concernant l’économie NTIC que le Capital réifie aujourd’hui en Digital pour nous faire avaler de nouvelles saucisses comme celle du nomadisme, une sorte de taylorisme connecté qui réduit considérablement les moyens de production à des ressources raréfiées (la connection internet est facturée sur ton forfait, la sauvegarde est assurée par ton disque dur perso, le bureau est désormais le transport en commun, ton salon,... facturé sur ta carte navigo, ton loyer, nickel !), et appauvrit les salariés isolés par division des tâches, des parties de dossiers à traiter, des composants logiciels à développer. D’ailleurs un des termes employés pour désigner ces plateformes d’intégration continue (jenkins docker sonar...), ces espaces projets (redmine...) est bien l’Usine Logicielle... des eLampistes répartis !
      Bref tu bosses partout, tout le temps, à tes frais, seul et donc souvent n’importe comment ! Chouette !
      Aujourd’hui la démarche éthique, sociale et durable consiste à relocaliser les solutions, plateformes, composants logiciels, documentations… afin de sortir du marché, pour les mettre à disposition de tous,… Ainsi le jour où tout cela va s’écrouler, les économies relocalisées pourront se connecter afin de lutter contre l’isolement, Francis Cousin a identifié la faille de l’isolement des systèmes locaux…
      Pour les autres de ce site qui doutent que les ingénieurs logiciels produisent réellement, ils verront les bienfaits de cette production logicielle lorsque les localités seront interconnectées par des plateformes et un réseau accessibles par tous : l’information est un bien commun essentiel à protéger, à rendre libre d’accès.


    • @ Flo, ne confonds pas le tertiaire et la connaissance, le tertiaire ce sont des services qui se greffent sur l’économie productive réelle (primaire et secondaire) alors que la connaissance n’a aucune raison de rentrer dans le schéma de l’économie. Cela dépend uniquement du mode de production. c’est aussi la différence essentielle entre science théorique et technologie, question de choix


  • L’extrait où on entend Alain Soral est issu de quelle conférence ou entretien, quelqu’un saurait cela ?? Merci.

     

  • Bon .... On va être patient.

    Aujourd’hui :
    - un comptable peut travailler à 100% à distance.
    - un informaticien peut travailler à 100% à distance. Je rappelle d’ailleurs qu’aujourd’hui la plupart des industries fonctionnent grâce à l’informatique. 95% des machines sont aujourd’hui à base d’électronique et d’informatique, et sans les informaticiens et bien pas de production industrielle.
    - un vendeur peut vendre à 100 % à distance : sans vendeur pas d’industrie.
    etc etc etc

    Travailler à distance c’est simplement une possibilité offerte par internet. Point barre.
    On peut produire la même chose pour de nombreux métiers à distance que physiquement présent. Et voire même beaucoup plus, car on est moins dérangé.

    Faut sortir de vos schémas les amis.
    L’informaticien ou le graphiste, ou le vendeur à distance participe autant au processus de fabrication/distribution que l’ouvrier/technicien derrière la machine.

    Faut changer un peu d’époque les amis.
    Sans technologie, pas de civilisation moderne. C’est un fait point barre.
    Et qui dit technologie, dit informaticiens, administratifs, graphistes, etc
    et donc possibilité de travailler de n’importe où dans le monde.

    Voilà.
    En tout cas, quand vous regardez le site égalité et réconciliation, que vous postez dessus, ou que vous téléphonez, ou que le dentiste vous fait une radio avant de soigner une carie, c’est en partie du à l’informatique... (remarque par rapport à tous ceux ici qui affirment que produire du code = zéro, la bonne blague)

    Donc, je persiste et signe, on peut travailler à distance, à l’étranger, tout en étant Français, productif, utile, payer ses impôts en France, et sans être un nomade prédateur.

    Tout le monde ne peut pas le faire, mais de + en + de métiers le peuvent, et de + en + de gens choisissent de le faire.

     

    • Il suffit de débrancher un fil pour que tout ton château de carte s’écroule...
      "La terre ne ment pas" disait Emmanuel Berl, la plume du Maréchal Pétain, qui n’était pas très catholique ...


    • « un informaticien peut travailler à 100% à distance », je ne suis pas d’accord :
      - les expériences d’offshoring regroupés en centres de services produisent des logiciels de médiocre qualité, donc à court et moyen terme les coûts de maintenance explosent. La barrière de la langue générait trop d’écart entre le développement et la spécification des composants logiciels,… ;
      - à partir de ce constat d’échec, les patrons de société de service informatique ont relocalisé par du nearshoring en incorporant au sein de la localité des travailleurs détachés pour essayer de franchir à cette barrière langagière. Cette tentative ne semble pas plus concluante car les employés ne sont pas formés, et dans cette société ultralibérale du « tous contre tous », le partage des connaissances et compétences est faible, forcément les gens s’accrochent à leur poste en ne partageant pas leurs compétences ;
      - un informaticien nomade, c’est-à-dire distant des autres, des ressources (réseau, machines, disque de sauvegarde,...) s’appauvrit très vite : lire L’Entraide, un facteur de l’évolution de Pierre Kropotkine. C’est d’autant plus aggravant dans le secteur de l’informatique qui subit plusieurs mutations technologiques majeures par décennie ;
      Il ne suffit pas d’être connecté à un tchat pour palier à cette distance, à cet isolement,… le contenu de ces tchats ressemblent plus à des règlements de compte qu’à du partage de connaissances et de compétences…


    • Bruno, à qui appartient "Internet" ?!

      Si demain on vous coupe la ligne vous êtes dans la merde, parce que vous aurez pris l’habitude de faire de vos courses en ligne (par exemple), alors que le type enraciné qui subvient à ses besoins parce qu’il a planté des légumes à l’endroit où il vit, celui-là a une chance de subsister.

      Certes vous pouvez travaillez à distance mais il faut avant tout se nourrir pour fournir ce travail, donc avoir des terres cultivées, au cas où "on" déciderait de vous soumettre à un système automatisé d’asservissement (et c’est bien le projet malheureusement)... dès lors vous n’aurez alors aucun moyen de vous émanciper !

      Çà s’appelle la Dictature (à échelle mondiale cette fois) - et non la Liberté.
      Bon réveil à vous !



    • un comptable peut travailler à 100% à distance.
      - un informaticien peut travailler à 100% à distance.




      Aucune société n’est constituée d’informaticiens ou de comptables nomades. Dans la pratique, ils se retrouvent tous à travailler dans des bureaux communs.


    • le pain le lait les fruits et legumes a distance aussi comme l informaticien et le comptable en télétravail ?? et le colis le courrier va se deplacer par le saint esprit le plombier le serrurier le mecano il faut bien qu il soit en local pour regler ce genre de pépin ou a distance ?? votre raisonnement de dire que tout peut se faire a distance est une betise sans nom meme si un jour arrive ou il y aura des robots qui apporte le courrier et le colis a la place du facteur ne remplacera jamais l electricien ni le boulanger ni le fermier ni l agriculteur ni l apiculteur ni le carrossier ni l eboueur ni l institeur ni le medecin ni le reparateur du foutu ordinateur qui nous connecte avec nos semblables a des milliers de km................etc


    • @bruno



      Faut changer un peu d’époque les amis. Sans technologie, pas de civilisation moderne.




      L’enracinement n’est en aucun cas antinomique avec la technologie ! Il faut prendre le temps de lire les commentaires et éviter de plaquer tes préjugés inspirés par les médias.


    • Je travail dans le secteur informatique, actuellement j’effectue des études au CNAM pour avoir un diplôme qui me permettra de trouver plus facilement à la campagne et d’avoir le cadre de vie dont je rêve pour moi et ma compagne.

      J’ai longtemps travaillé dans des sociétés, parfois petites, industrielles et souvent en difficulté (la plupart n’existent plus) et dans des grandes dans lesquelles on apprend moins sinon la capacité à se taire, ne pas proposer de solution et suivre les directives du DI sans discuter. Bref la capacité, non pas à travailler mais à s’écraser.

      Outre le problème de la productivité (je vous renvoie à la théorie de PETER : https://fr.wikipedia.org/wiki/Princ...), il y a évidemment le coût à Paris qui ne vaut pas la qualité de vie. Le fait d’habiter en métropole est une mode qui touche à sa fin : beaucoup de parisiens partent.

      Maintenant, sans négliger nos secteurs d’activité, un informaticien, un comptable, ne sera jamais, seul, producteur. Il apporte à la production le soutien nécessaire à sa maximisation.

      La question qui se pose pour le néorural qui conserve son activité est d’apporter l’aide technique à l’économie rurale. Nous devons arrêter le phénomène de concentration des métropoles et quadriller notre territoire.
      Les zones rurales sont délaissées, c’est pourtant ces zones qui ont le plus gros potentiel de croissance en France, les zones urbaines étant saturées.
      L’exode urbain qui se prépare est une opportunité.


  • Oh mais je n’en reviens pas !

    Ce lien entre Mr Soral et Mr Estada ne peut être que bénéfique... dans le sens où l’union fait la force ! J’ai face à moi deux personnalités formidables par leur combat et leur détermination à recoller les morceaux cassés de ce qui reste de notre pays et cela passe par l’éveil des consciences.

    C’est aussi un éveil positif qui nous est proposé, car hélas, nos églises se vident, notre identité périclite et nous voyons se dessiner peu à peu un grand remplacement que nous n’avons pas choisi... Si des hommes (viriles) comme eux ne se lèvent pas pour faire entendre leur voix, nous nous dirigerons tout droit vers la ruine !

    Rien n’est encore perdu et ces messieurs l’ont parfaitement compris. Par leur courage et leur endurance, malgré les embûches, ils nous montrent qu’il y a toujours un espoir lorsque le peuple se tient debout pour défendre sa dignité... en donnant l’exemple.

     

  • L’image de la bande annonce détermine parfaitement les éléments essentiels pour vivre dignement et sainement. L’enracinement dans sa terre c’est avoir son ciel c’est une forme de pauvreté et de simplicité qui permet à l’homme d’être riche et heureux.


  • Ce que dit Alain Escada est d’une très grande justesse. J’avais déjà remarqué à quel point ses analyses étaient pertinentes, mais là, c’est synthétique ;l’accroche est parfaite.


  • Alain Escada pointe l’état de sidération de nos sociétés résultant des barbares qui sont dans nos têtes. A ce titre je vous propose de lire Nous n’attendrons plus les barbares - Culture et résistance au XXIe siècle de Jure George Vujic.
    Le contraire serait surprenant quand on propose en classe de 3ème l’année du brevet des collèges : Une vie, une jeunesse au temps de la Shoah de Simone Veil. Simone Veil serait par conséquent un écrivain référent de la littérature française ? Je viens de l’apprendre.
    Cette même année, il est également proposé des cours de Slam avec Grand Corps Malade…
    Je ne suis pas Charlie et très en colère.


  • Alain Soral et Alain Escada en conférence ensemble ???..........une excellente nouvelle pour tous ceux qui ont déjà, et qui vont anticiper cette échéance pour pouvoir survivre face au chaos annoncé qui nous menace !!!...enracinement, retour à la nature, BAD et maquis puissamment organisé seront certainement les réponses opportunes pour le futur !!!...


  • Conférence à propos.
    Mais les "nomades prédateurs" du bas produiront à la place des enracinés car beaucoup d’enracinés ne veulent plus travailler pour des salaires de misère. Donc ils produiront. Surtout que les patron enracinés ou non préfèrent la main d’oeuvre pas cher et intérimaire. Le problème monte d’un cran c’est un problème de régulations de flux et de modèle économique et de politique de l’état. Pas simple.


  • On se réjouit d’une conférence sur le vivre dignement et sainement.


  • Le concepteur de logiciels en Californie a besoin du bûcheron et du menuisier pour poser ses fesses et son ordinateur . Le graphiste français sur une plage de Thaïlande a besoin du planteur de riz thaïlandais pour manger, et de sa fille pour satisfaire ses vices privés . L’écrivain parisien dans sa villa du Lubéron a besoin du maçon provençal pour faire sa piscine . Le commercial sur les routes de France a besoin de femmes de ménage pour trouver une chambre d’hôtel propre . Toutes les professions immatérielles dépendent en dernière instance d’un prolétariat matériel enraciné . La transition vers une économie des besoins réels n’échappera pas à cette nécessité .
    Soral a raison .

     

  • Cette conference... ??!! Un tournant dans le monde de la dissidence.
    dommage qu’elle soit si loin de chez moi, j’habite Marseille...

     

  • Si j’ai besoin d’une petite cuillère je peux toujours fabriquer du charbon de bois et fondre du minerai de fer dans mon jardin… C’est quand même plus efficace d’obtenir une petite cuillère par échange contre une pomme et c’est quand même plus efficace si une base de données ou un magasin permet cet échange en diffusant l’information que quelqu’un fabrique des cuillères et les échange contre des pommes…
    Le capitalisme dit que commerce = intérêt (usure) = bon
    Le communisme dit que commerce = intérêt (usure) = mauvais
    L’usure c’est quand l’argent fait des petits, ce qui est intrinsèquement un mensonge.
    Il peut y avoir commerce sans usure par exemple l’échange d’une cuillère contre une pomme.
    Evidemment l’absence d’autonomie favorise l’énorme hold-up usurier et un levier d’action certain est de regagner une autonomie. Ceci ne devrait cependant pas nous empêcher de réfléchir sur tous les fronts et ne pas justement se contenter à planter des navets en laissent l’organisation du commerce et de la société à une élite usurière.

     

    • Très juste, cependant l’usure fait des petits pour de vrai et d’une certaine manière, cette usure n’est pas absurde dans la mesure ou elle rémunère le risque de celui qui prête à celui qui entreprend. l’interdiction est plutôt d’ordre théologique au moyen âge, l’usure fonctionne sur le temps et le temps n’appartient qu’à Dieu.

      D’autre part dès le moyen âge en Europe, les banquiers ont vite découvert les avantages de la réserve fractionnaire pour leur propres comptes, mais ce système à également permis la production de richesse et a favorisé l’investissement. Il ne fut donc pas précisément parasitaire. Banquiers et entrepreneurs s’y retrouvaient. Prêter de l’argent qui n’existe pas permet de créer de la richesse bien réelle.



    • Prêter de l’argent qui n’existe pas permet de créer de la richesse bien réelle.



      Sauf que ce n’est que celui qui travaille qui produit la richesse. Et cela devient franchement embêtant lorsque l’usure est le seul schéma économique admis. Dans ce cas seule l’activité au service de l’intérêt d’un ’investisseur privé a une valeur économique. C’est ce qui explique les crises en absence de croissance continue. Là où l’enracinement est intéressant c’est qu’il pourrait permettre l’émergence d’un consensus sur une autre référence de la valeur économique de l’activité.


    • @ La rochejaquelein

      L’usure n’amoindrit pas le risque du préteur de ne pas ce faire remboursé. C’est même le contraire étant donné qu’il est sensé récupérer plus que ce qu’il à prêté, ce qui dans une société saine devrait être considéré comme du vol. Certes, l’escroquerie de la réserve fractionnaire à pu "doper" l’économie, mais ce fût provisoire, éphémère et la redescente est longue.

      L’usurocratie peut être vue comme une tumeur qui rend surpuissant sont hôte pendant un temps et fini par l’affaiblir, voir le détruire. Cette tumeur c’est déplacée de la Hollande à l’Angleterre et de l’Angleterre elle est aller finalement se loger au USA. La fin de l’Imperium Americanum sera marquée par le déplacement de la tumeur vers un hôte qu’elle considèrera plus favorable.


  • L’enracinement c’est vital pour un peuple. Par contre je suis curieux de connaître un seul point de la théologie monothéiste qui en affirme la nécessité.

     

    • Un des dix commandements :
      Ton père et ta mère tu honoreras.

      Si l’on respecte ses ascendants, ce qu’ils ont accompli, on respecte leur héritage et leurs oeuvres.
      De plus, c’est la mystique Simone Weil qui à le mieux cerné le problème avec son livre sur l’enracinement, de 1943

      D’un point de vue historique, existe t’il plus enraciné qu’une communauté de moines vivant dans une abbaye ?


    • @Claire

      Plus enracinée qu’une communauté de stérilisés volontaires... vous plaisantez je suppose.

      L’enracinement commence par le respect et le culte des morts. La Toussaint n’est qu’une pâle copie et un accommodement raisonnable du catholicisme devant les survivances païennes du pays. Y a t il une phrase dans la Bible (ou le Coran) qui en proclame la nécessité ?


    • Qui vous dit que vos rites païens n’étaient pas eux même de pâles copies ou des versions abatardis de mythes et d’organisation plus anciennes ? Les alignements de Carnac datent de plusieurs milliers d’années avant les sociétés celtes qui se sont convertis au christianisme.
      L’enracinement chrétien, un exemple ? Lorsqu’ils se sont convertis, les européens ont gardé leur calendrier, leurs rites et un certain nombre de fonctionnement.
      La christianisation en Europe n’a pas fait table rase, elle s’est élevé sur les formidables bases des grands peuples qu’ étaient les celtes et les germaniques.
      Vous fantasmez sur les racines mais vous oubliez qu’un arbre s’enracine pour monter ensuite vers le ciel.
      Sans les moines, vous ne connaîtriez rien des grecs, ou des gaulois ou des romains, car tous les livres auraient disparus, rongé par le temps. Un peu de respect. Les racines de la France sont celtes, germaniques, chrétienne avec un apport philosophique grec et un apport juridique romain.
      C’est ce qui fait sa beauté, sa complexité et sa richesse.


    • @Claire

      Ce que vous ne semblez pas comprendre, ou ne voulez pas comprendre, c’est que la science ou le culte des morts ne sont pas des créations chrétiennes mais des rescapés du désastre. Les fêtes "chrétiennes" comme Noël, la Toussaint, cet n’apparaissent nulle part dans la Bible. Ce sont de vieilles traditions sur lesquelles le clergé s’est cassé les dents et avec lesquelles il a composé bon gré mal gré. Depuis quelques décennies, surtout depuis Vatican 2,l’Eglise a repris la marche vers la fidélité de son esprit originel. Cela a le mérite de rendre les choses limpides.

      Racine chrétienne est un oxymore. Les religions qui en découlent ont préparé l’homo economicus moderne libre de toutes attaches. Lisez de bons spécialistes du sujet, Mac Mullen par exemple, pour comprendre le travail de sape et la régression intellectuelle qui a suivi l’avènement de la croix en Europe


    • @patriote syndiqué

      Quelques extraits bibliques :

      " Ecclésiaste 2 : J’exécutai de grands ouvrages : je me bâtis des maisons ; je me plantai des vignes ; je me fis des jardins et des vergers, et j’y plantai des arbres à fruit de toute espèce... "

      " Jérémie 29 : Ainsi parle l’Eternel : Bâtissez des maisons, et habitez-les ; plantez des jardins, et mangez-en les fruits. Prenez des femmes, et engendrez des fils et des filles ; prenez des femmes pour vos fils, et donnez des maris à vos filles, afin qu’elles enfantent des fils et des filles ; multipliez là où vous êtes, et ne diminuez pas. "

      " Psaumes 128 : Heureux tout homme qui craint l’Eternel, Qui marche dans ses voies !
      Tu jouis alors du travail de tes mains, Tu es heureux, tu prospères.
      Ta femme est comme une vigne féconde
      Dans l’intérieur de ta maison ; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table.
      C’est ainsi qu’est béni L’homme qui craint l’Eternel. "


    • @Luc

      Ce sont des références vétérotestamentaires, et des écrits destinés au peuple hébreu. Quid des goys et de leur enracinement dans le nouveau testament ? La question reste ouverte.


  • En moins d’une minute Soral il en dit plus que n’importe quel politicien en 5 ans.


  • la "production" est un vieux problème de l’économie politique elle est au centre des pensées de Marx. Pourtant - depuis peu - de nombreux sociologues pensent que la production est un leurre et que notre société est en fait une société de l’information ou de la communication ( l’information est un moment de la communication).
    Tous les militaires savent que dans une bataille et dans la guerre plus généralement les lignes de communication sont essentielles et Marx de remarquer - malgré son matérialisme incurable - que quand on produit un objet au-delà de son besoin cette production est hantée par l’autre. Ce n’est pas la production qui n’existe pas mais la NOTION de production telle que la définit absurdement l’économie politique porté à son point d’incandescence absurde par le malgré tout le génial MARX.
    Le regretté anti-économiste FOURQUET :"je pressens qu’il ne s’agit pas d’une mutation brutale mais de la manifestation au grand jour de la nature informationnelle des processus productifs jusqu’alors dissimulée par l’image matérielle, physiocratique et même alimentaire de la production . Au fond, la société humaine a toujours été une société d’information ".
    Notons aussi que la notion de production n’est pas une constante de l’activité humaine un chasseur cueilleur par exemple ne produit rien au sens classique de ce terme. De plus si l’on admet que la production se comprend facilement à la campagne c’est assez différent avec des puits de pétrole ou des mines de charbon....L’enracinement près des pipes- lines ou des bassins houillers ou me de la récolte de coton dans le sud des USA n’a rien d’enthousiasmant. Pourtant la production a été définit à l’époque de la fin des campagnes et des débuts de l’industrialisation.


  • Antoine Blondin,auteur de "Un singe en hiver"adapté au cinéma,disait de Poulidor-il était également chroniqueur sur le Tour de France-"Poulidor,c’est d’abord un terroir,c’est un homme de la terre,c’est un homme qui est sorti du sol et qu’on peut situer très facilement et ça c’est tout à fait agréable".
    Donc en accord complet avec Alain Soral.


  • Grand sujet, et je pèse mes mots !
    Face à la folie du monde actuel, le ré-enracinement devrait être l’objectif vers lequel toutes nos forces devraient tendre ; hâte de voir de voir le compte-rendu de la conférence....

     

    • C’est la définition même du fédéralisme !!

      Morvan Lebesque (régionaliste Breton, fédéraliste) éditorialiste au canard enchainé dans les années 60’,
      ...évoquait l’enracinement, et préconisait que les Urbains retournent dans la ville, village d’un grand-parend..ancêtre..et retrouve des racinnes en conscience..et par ses apports enrichissant et redonnant des forces vives aux territoires souvent marginalisés.


  • L’enracinement n’est pas seulement nécessaire à la production mais aussi à la transmission des savoirs. En voyage, on emporte un bouquin mais pas une bibliothèque.

    Si l’Occident a acquis la maîtrise des sciences et des techniques, c’est grâce à une tradition d’enseignement initiée au moyen-âge avec la création des premières universités en Europe.

    Et c’est bien parce que les Européens sont des bâtisseurs que le savoir s’est posé dans nos pays. Aujourd’hui encore, les États-Unis et l’Europe restent les destinations d’émigrations pour les étudiants du monde entier.


  • L’enracinement ?!

    Mais c’est justement le centralisme-souverainisme défendu ici qui a déracinné les gens et vidé les régions aux économies, cultures , langues (parfois)..etc. singulières !

    Vive les landers autonomes de Bretagne, Savoie, Occitanie, Pays-basque, Alsace..etc..
    au sein de la france, de l’europe nouvelle (locale)...car c’est bien les Etats(-nations) qui ont créé aussi cette euro-technocratie tant décriée !
    On se gère mieux au plus près, les entreprises , l’économie le comprennent de nos jours.
    Tout est tourné vers davantage d’autonomie..les syndicats,..votre gestion financière..les ados..nos vies tout simplement..et pourquoi pas les régions, le bon échelon local, cohérent ??!...

     

    • Toi tu vis dans un monde de bisounours ! Depuis la nuit des temps, c’est la loi du plus fort qui règne sur cette planète. Alors à moins que, comme Obélix, tu sois tombé dans la marmite de potion magique, sans l’état (non dirigé par des traîtres évidemment) ton indépendance régionale sera un leurre ou sera balayée. Pourquoi crois-tu que l’empire et les traîtres qui dirigent notre état démantèlent l’armée française depuis plusieurs décennies ? Avec la dissuasion nucléaire la France avait acquis une certaine indépendance. Tous les pays qui n’ont pas d’armée puissante sont balayés par les empiristes. Oui à une certaine autonomie/spécificité/tradition/etc... des régions MAIS sous l’autorité d’un état protecteur.


  • Tous ces mondialistes à la base milliardaires vivant de rentes boursières ont conçu leur mondialisme à leur image, prédateurs n’ayant jamais réellement travaillé une parcelle de terre sur la Terre (promise à qui ?). Ce sont des nomades richissimes sans aucun sens des réalités bassement matérielles à part les flux financiers et l’or :)

    Ce « bassement » est justement nos racines.

    Un Homme ne doit-il pas se baisser pour travailler sa terre (son boulot) ainsi que faire oeuvre mâle en ses terres intérieures ?

    Les galères, les emmerdes, toutes épreuves, expériences, reconduisent à l’humilité : remettre les pieds sur terre. La Terre, notre Mère et notre Épousée ! S’entend Terre physique et territoires intérieurs, ceux non-encore-conscients sortir de l’Ignorance pour entrer dans la Gnose (du grec γνῶσις, gnôsis : Connaissance = Naissance en relation consciente de l’ETRE)

    L’Homme physiquement et spirituellement est à l’image de l’Arbre que révèle l’Arbre de Vie et ses arborescences.

    Tout Homme croît à l’intérieur vers ses profondeurs inconscientes, donc ses Ténèbres et vers l’extérieur pour donner sa Lumière, son rayonnement.

    Sans croissance interne suffisante et régulière dans les profondeurs de l’ÊTRE, en ses racines, chacun dépérit et se fond dans la masse ne pouvant être UN & singulier.

    Processus identique pour les Nations.

    Que penseraient les musiciens d’un orchestre symphonique si leur chef les contraignaient à ne plus jouer leur partition respective, mais à jouer celle d’un autre instrument voire à n’en jouer qu’une seule, identique pour chacun des 193
    musiciens de l’orchestre (193 Nations de l’ONU) ?

    La mondialisation en cours vise à exercer un tel pouvoir de coercition silencieuse, sournoise sur les Nations qu’elles sont empêchées et le seront de plus en plus (?) de vivre leur singularité par la normalisation dans un monde en apparence normé, unifié mais en réalité désordonné, chaotique soumis au bon vouloir de qui vous savez et des potentats locaux corrompus auxquels ils sont reliés.

    Jean 2:16 : « Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ; et il dit aux vendeurs de pigeons : Otez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. Ses disciples se souvinrent qu’il est écrit : Le zèle de ta maison me dévore.… »

     

    • Je suis trader , je place l’argent que j’ai gagné à la sueur de mon front sur les marchés financiers , j’en retire de la plus value , j’ai la possibilité d’être soit sédentaire mais je vais me faire voler le peut que j’arrive a gagner en bourse par un impôt confiscatoire " jebsuus contraint à partir à l’étranger pour payer moibs d’impôts , suis je un prédateur comme vous le dites ???



    • Je suis trader , je place l’argent que j’ai gagné à la sueur de mon front sur les marchés financiers , j’en retire de la plus value



      Cette plus value, vous ne l’avez donc pas gagnée à la sueur de votre front, mais à la sueur du front d’un autre. Car cette richesse a bien dû être produite, et pour atterrir dans votre poche elle a dû quitter celle d’un autre.

      Ça ne vous pose pas problème ?


    • "telephone arabe",
      vous etes meme une gangraine pour l économie moderne basé plus que jamais sur la spéculation.
      Richesses dématérialisés, virtuelles, n existant que dans des lignes informatique. Un fouet ne suffirai pas ,vu la taille du temple que vous servez.
      Venez faire un tour chez les gens qui travail, avec les mains sales, le dos qui fait mal de temps en temps. Vous suerez pour de vrai.


  • Marianne parle français car forcément, elle est néant France.
    Marianne guerroie français car foncièrement, elle hait né en France.


  • La France : il y a l’identité nationale et puis, il y a le caractère régional, la propriété départementale et il y a l’expression communale.
    La France est cosmopolite, oui, mais elle est la France.


Commentaires suivants