Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au menu de la Berlinale 2017 : femmes, transgenres et réfugiés

Le Festival international de cinéma de Berlin fait dans l’audace folle

Berlinale 2017, ou comment transformer un festival, en l’occurrence international du film, en promotion mondiale du féminisme. Arte a évidemment sauté sur cette opportunité, tant la chaîne se fait la porte-parole de tout ce que le projet mondialiste nous impose : féminisme, donc, mais aussi LGBTisme, sionisme, antinationalisme, européisme, multiculturalisme, antiracisme, antifascisme, noborderisme, pornographisme...

 

 

Cette discrimination positive (on aurait plutôt dit négative) débile, puisque les femmes sont tout sauf discriminées dans le monde du cinéma – et Catherine Breillat n’est pas Martin Scorsese, n’en déplaise aux pasionaria de la cause – cancérise tout le domaine culturel. Pour la 77e édition de ce festival qui a lieu à Berlin, ville-monde de gauche multikulti, comme dirait Merkel, cet agent américain, 124 femmes réalisatrices, actrices ou dirphot (directeur de la photo, oh la la) sont présentes. Mieux : parmi les 18 films présentés, près de « la moitié sont des portraits de femmes », nous apprend Arte TV.

 

JPEG - 50.1 ko
L’hérôïne transgenre du réalisateur chilien pour qui "le monde n’est pas prêt"

 

Le lecteur vidéo d’Arte étant probablement antiféministe, cliquez ici pour voir la vidéo.

 

On attend avec inquiétude la Berlinale entièrement consacrée aux transgenres, avec 18 films transgenres, 124 acteurs/trices transgenres, un jury transgenre, un public transgenre et des critiques transgenres. Ce n’est pas juste de l’humour, c’est la logique infaillible de cette « avancée » culturelle. Pour confirmer cette menace, le jury présidé par le réalisateur Paul Verhoeven a choisi le plaidoyer de Kaurismaki pour les réfugiés ainsi qu’une histoire d’amour « transgenre » par un réalisateur chilien... On plaisantait à peine. L’édition précédente, présidée par Meryl Streep, qui vient de répondre à Trump dans un discours « émouvant » selon le Huffington Post, avait primé un documentaire sur l’île de Lampedusa, où atterrissent des milliers de « réfugiés ».

 

 

Voici, rapportés par Le Figaro, les propos de l’actrice US Maggie Gyllenhaal [qui c’est celle-là ? NDLR] qui fait partie des membres du jury :

« Je veux que l’on sache qu’il y a de nombreuses personnes dans mon pays qui sont prêtes à résister ! »

Décidément, l’élection de Donald Trump par une majorité des grands électeurs le 8 novembre 2016 ne passe toujours pas, dans le monde dit culturel. Comme par hasard, un des autres membres de ce jury très mondialiste est un Mexicain qui a un petit rôle dans le dernier Star Wars... qui est évidemment contre le mur que Trump veut faire construire. Cependant, par-dessus toute cette ingénierie grotesque, la cerise sur le gâteau culturo-mondialiste serait la nomination au poste de meilleure actrice de Daniela Vega, transgenre de son état.

On voudrait couler le cinéma dans le béton de la bien-pensance qu’on ne s’y prendrait pas autrement... Heureusement, il reste encore des films qui ne sont pas nominés à Cannes ou à Berlin, et qui ne sont pas truffés de cailloux sur lesquels on se pète les dents.

Pourtant, une autre culture « cinéma » est possible, voir sur Kontre Kulture

 

La lente destruction du cinéma national, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J´avais assisté à la Berlinale, c´était bien, discuter avec les gens du cinéma, beaucoup de petits films, c´était en 2008 certes.
    Quand je regarde le cinéma francais des années 1940 à 1980, facile grâce à yt, j´ai l´impression de regarder ce qu´on appelait avant le cinéma étranger ; le cinema officiel étant maintenant une même bouillie mondialiste de Cannes à Hollywood en passant par Berlin.
    Vu La Bonne soupe de Robert Thomas, 1964, hier, avec Annie Girardot jeune et Bernard Blier. Un ravissement au milieu de milliers de films de ces cinquante années, inégaux, mais d´une richesse incroyable.
    Voir ces films, c´est un peu comme voir un documentaire sur Saint Louis, ou Francois Ier, on regarde l´histoire de France.

    Le monde d´avant La Haine, film que je prenais pour un chef d´oeuvre.


  • Après toutes ces absurdités, je ne vois pas trop ce qu’ils pourraient inventer d’autre.

     

    • Le but est d’aller toujours plus loin dans le néant et la négation de la civilisation, en supprimant ses tabous.
      La prochaine étape est de légaliser la polygamie, puis la pédophilie, l’inceste, la zoophilie.

      Puis ce sera d’imposer à tous l’homosexualité comme un rituel nécessaire à l acces à la vraie liberté. Puis d’imposer l’inceste ...la zoophilie...Et pourquoi pas d’imposer au moins 2 avortements à chaque femme...au nom de la liberté et du combat pour les valeurs de la republique et contre l’obscurantisme, pour que chaque femme affirme haut et fort la possession de son propre corps...

      Ne t’inquiète pas. Tant qu il y aura un tabou, il sera systématiquement transgressé. Le but est la transgression. Rien d autre.ce sont des fous furieux qu il faut combattre au nom même de la civilisation -car ils s’y opposent- et ne pas avoir honte de cela. Il faut les dénoncer pour ce qu’ils sont -des tarés- et aucun cas prendre des gants.


    • #1668863

      @zuleya

      Bien vu, c’est pile poil ça.

      La copine d’un Antifa de ma connaissance s’appelait Iris. Je dis bien s’appelait car elle ne s’appelle plus rien du tout aujourd’hui, elle est morte.

      Très jolie, elle avait beaucoup de succès auprès des mecs. Seulement elle s’est faite absober par la Doxa ambiante. Comme vous le dites, son truc était de transgresser tous les tabous. Ce que nous autres, les sales nazis de mon cul sur la commode, appelons des repaires, elle appelait ça des stéréotypes. Et elle les a tous fait péter ! Plus de frontières, plus de différences entre homme/femme, entre parent/enfant, entre enseignant/étudiant pour enfin finir avec plus de différence entre mort et vivant.

      Aussi, sans que personne ne s’y attende elle a sauté du haut d’un balcon (huitième étage quand même). Elle n’a même pas crié durant sa chute. Elle disait que son ressenti comptait d’avantage que la réalité. Et puis que de toutes façons il y avait autant de réalités que d’individus.

      Lucien Cerise en aurait fait Kafka dans sa culotte !

      A l’âge de vingt quatre ans le ressenti d’Iris a fait connaissance avec le trottoir à 9,81 mètres par seconde au carré (ce n’est pas une vitesse, c’est une accélération).

      Le nom de l’Antifa est FX. Ca s’est passé dans le 26100.

      R.I.P. Iris...


    • Bonsoir Remy. Désolé pour votre amie. C’est absolument le problème. Les dégâts de ce type d idéologie sont désastreux. Et ce sont les plus faibles qui trinquent.


  • #1668382

    Un festival de Berlin avec aucun allemand dedans par contre. Qu’en pense les habitants de l’Allemagne ?

     

  • Petit rappel sémantique : du temps de la regrettée et très israélite République de Weimar (1918-1933), "se faire emberliner" signifiait se faire sodomiser : on y revient, en mieux .


  • Faut partir du principe que plus vous êtes bon, plus vous êtes connu/sollicité, à l’inverse, moins vous êtes bon, moins vous êtes connu/sollicité...logique quoi...

    Du coup, je pose quand même la question, sait-on jamais, pourquoi il y a peu de femmes qui sont au top dans tous les domaines et surtout au cinéma qui, il faut dire, est un milieux qui est probablement le plus ouvert au délire féministe/lgbtiste ?

    Et je suis même pas désolé de ne pas aimer bouffer la merde féministe/de bonne femme sur leur problème du quotidien, ce qui est grosso modo l’essentiel des scénarios des films qu’elles pondent...Alors je vous parle même pas de ce que c’est quand c’est orienté "genre et race"...


  • La propagande n’est plus ce qu’elle était !

    Pour être efficace, il faut précisément que les foules ne puissent identifier qu’il s’agit de propagande, or, preuve que le système est en décrépitude, je constate qu’il use et abuse de ficelles de plus en plus grossières. Tous ces bourrins qui se prennent pour des élites, par leurs méthodes à gros sabots, roulent pour nous malgré eux en vérité.


  • #1668399

    Prochaine étape ... vive la zoophilie , et après ça , vive la pédophilie , et après on va fêter ça , on va tous à la pizzéria pour une bonne partouze / snuff ... et la boucle sera bouclée ...

    Quel programme !!!


  • L ’industrie du cinéma n ’est plus iniquement qu ’un département de la propagande mondialiste .


  • Ça craint de voir certains bons acteurs américains tomber dans cette horrible mascarade du showbiz bien-pensant... heureusement il y a le grand Clint qui symbolise bien cette Amérique respectable, ces hommes qui défendent virilement leurs valeurs et leurs pays...


  • faudrait me payer pour aller dans cette me*de, d’ailleurs je pense que 90% des gens qui y sont sont payés, un peu comme les meeting de Macron.


  • C’est quand la foire est finie qu’on compte les bouses.


  • Prodome a écrit : "... heureusement il y a le grand Clint qui symbolise bien cette Amérique respectable, ces hommes qui défendent virilement leurs valeurs et leurs pays..."

    Détrompe-toi, Clint Eastwood est favorable au "mariage" des homosexuels. Je l’ai lu dans le mensuel UGC illimité.


  • Et dans tout ça les transgenres du quotidien qui ne demandent qu a se fondre dans la masse n ont rien demandé à ces pseudo élites.

     

  • #1668497

    Fortune estimée de la vieille actrice fatiguée qui a besoin d’un prompteur et de lire ses notes pour débiter ses boniments = 75 millions de dollars. Quel talent !


  • bien décrit !! Je suis à Berlin et j’approuve. Affreux programme pour bien-pensance. On a vu un seul film, du coup l’ambiance m’a tellement fait chier que j’ai refusé tout le reste.
    Rien de fascinant, de passionnant.
    On dirait que la bougeoisie a tellement peur, qu’elle sera ridiculisée ou au moins relativisée encore une fois par l’art et le regard du vrai artiste (comme Fassbinder, Visconti, Bunuel, même Wenders ...) qu’ils ont submergé les jeunes bobos de bourses et de cours afin qu’ils fassent eux-même leur "art" qui ne fait rien qu’approuver, approuver, approuver (tout en se sentant vaaaaachement provocateur avec des merdes comme ce truc de transgender).
    Ceux qui ont connu les vrais homosexuels p.e. ils savent que ce marché homo, trans etc. n’a rien à voir avec la vie d’un homosexuel (pas bobo - je suis hétéro mais j’ai eu des bons copains homo), et que ces films d’intégration n’ont rien à voir avec le fait d’être un étranger, de découvrir un autre pays, une autre culture et d’essayer d’y trouver sa place. Rien. Mais rien du tout. Je n’y vais plus à cette Berlinale pour les cons, pour les abrutis et les nieurs de la vie. Jusqu’à ce qu’il y ait un autre directeur plus passionnant.


  • "Du bist verrückt
    Mein Kind
    Du musst nach Berlin !
    Wo die Verrückten sind"
    Da gehörst du hin !

    Traduction : Tu délires complètement, mon petit.
    Pars vite à Berlin, chez les fous
    Là, tu seras à ta place !

    C’était une chanson très populaire chantée dans les cabarets lors de la république de Weimar. Comme l’histoire ne fait que se répéter.

     

    • mais non, l’histoire ne se répète jamais. les "fous" de la Weimarer république ne l’étaient pas sur l’ordonnance de la bien- pensance, ils l’étaient vraiement, et ils inventaient des truc géniaux, ils créaient, ils étaient provoquants aussi, mais pas de cette provocation bon marchée, cadrée, formatée dans le vide et la fadesse du fric et du privilège. Ils prenaient des risques aussi, autrefois, des risques personnels. Rien à voir avec cette manie de la bienpensance de se mettre à nu à chaque occasion et de sortir ses seins au milieu de la rue. Rien à voir avec la vulgarité des gens qui se prennent pour la crème de la crème en montrant aux enfants des baisers entre homos et qui ne sont rien que de la vulgarité, tu vois ?.


  • De nos jours j’ai honte d’être Blanc, littéralement. Désormais par tout où tu vas hors de la sphère occidentale on est pris pour des bouffons LGBTistes, des pédophiles, partouzards...tout ce qui filtre de l’Occident en Asie, Afrique...par le biais des médias, d’associations à but "non" lucratif ou encore d’instances internationales sous domination occidentale tel l’ONU c’est ce genre de bouffonnerie !


  • Ils n’ont pas encore compris que la nouvelle contre-culture c’est d’être réactionnaire ces artistes sclérosés.

     

    • #1669492

      Précisément, le pendule est parti dans l’autre sens à présent. Plus ringard que la transgression, plus ringard que la rebellion, plus ringard que la subversion il n’y a pas.

      La mode est aux bâtisseurs de nos jours, plus aux fouteurs de merde !

      Nos gamines à présent vont toutes vouloir arriver vierges au mariage afin de se trouver un chouette mari avec une bonne situation auquel elles garantiront un foyer très bien tenu rempli d’enfants très bien élevés.

      Et qu’en nous en dit Paul Joseph Watson depuis son Brexit ?

      Conservatism is the NEW Counter-Culture

      https://youtu.be/avb8cwOgVQ8


  • #1668807

    Berlin et moi (version 2017)

    Elle a vécue trois ans et demi à Berlin sans y avoir appris un seul mot d’allemand. Quand je lui parle de Check Point Charlie elle me regarde avec des yeux de poisson.

    Elle a passé toute une longue nuit d’hiver, ça fait dix heures, à m’expliquer qu’elle n’était pas lesbienne mais gouine. Elle approche la quarantaine à présent et a passé toute sa vie à militer pour le droit de se teindre les cheveux en bleu pour jouer au docteur avec ses copines. Comme si qui conque l’en avait empêchée. Je lui ai fait comprendre à demi-mots que sa différence ne lui conferrait aucun talent que, mise à part un permis de conduire, son CV est vide, qu’elle vit dans un milieu où on aime bien la chair fraîche et qu’elle va bientôt se retrouver éjectée aux minimum sociaux comme une conne par son petit groupe because l’implacable centrifugeuse de la vieillesse.

    Alors je lui ai conseillé d’apprendre à faire un truc, n’importe quoi, de passer un brevet de pilote d’avion de tourisme pour vendre des baptêmes de l’air aux gosses, d’apprendre le Java et le HTML pour faire des sites Internet personnalisés aux bobos friqués et narcissiques. To no avail. Le plus triste c’est que ma petite gouine n’est même pas vraiment homosexuelle, c’est juste qu’elle était encore très jeune lorsque le nuage de Tchernobyl est passé au-dessus de Grenoble où elle est née. Elle a zéro libido. Qu’elle se la joue fille, gouine, lesbienne, trans ou escargot c’est zéro. Elle est venue chez moi une fois, en cachette de tout le monde pour faire un traitement très chimique aux hormones. C’est hyper violent comme truc et ça n’a pas marché. Je pense qu’elle a franchi le PNR, le Point de Non-Retour, depuis trop longtemps. Il ne lui reste plus qu’à se trouver une petite militante LGBT chez qui elle pourra taper l’incruste pour se faire occuper d’elle bientôt. Je trouve cette histoire bien triste car, à bien y penser, ma petite gouine n’y est pour rien, c’est vraiment une victime elle. Mais pas une victime de ma supposée homophobie, une victime du nuage de Tchernobyl. End of story !

    J’ai passé quoi moi ? Dix jours dans ma vie à Berlin et elle trois ans et demi. And guess what ? Je connais mieux Berlin qu’elle !


  • Nous sommes en marche vers la foufounisation du monde. Muray avait prédit cette déburnisation de notre société. Dorénavant, on n’a pas fini de voir ce putain de prosélytisme LGBT nous pourrir le paysage. Mieux vaut rester chez soi à pirater les films qui nous intéressent et jouir tranquillement de médias filtrés sur le net en évitant soigneusement la TV et les médias pour cons (« meanstream » en moderne).
    Une très jouissive conférence de Michel Houellebecq en Argentine qui frôle ce thème. Titre : « Les intellectuels abandonnent la gauche. »
    http://www.cultura.gob.ar/la-confer...


Commentaires suivants