Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Capital publie "les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif"

La "socialiste" dénonce une "atteinte grave à son honneur"

Anne Hidalgo aurait été payée de 2001 à 2003 par le ministère du Travail tout en étant première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris révèle Capital . Pour un montant total de 100 000 euros.

 

 

Voilà des révélations bien embarrassantes pour Anne Hidalgo et qui tombent on ne peut plus mal pour la maire de Paris. Star de cette journée de présentation du nouveau Vélib’, Anne Hidalgo est rattrapée par cet article de Capital qui affirme, documents à l’appui, qu’elle a exercé pendant 26 mois un emploi fictif et aurait touché plus de 100 000 euros. Alors même qu’elle est élue première adjointe de Bertrand Delanoë, à la mairie de Paris, en mars 2001, elle aurait continué à percevoir un salaire mensuel de 3 040 euros ainsi que des primes de la part du ministère du Travail, explique Capital.

Jusqu’en avril 2002, l’inspectrice du travail en chef Anne Hidalgo est en effet mise à disposition du cabinet de Marylise Lebranchu, alors ministre de la Justice. Problème : après quelques semaines de travail à son arrivée en novembre 2000, « elle est partie faire sa campagne municipale, et on ne l’a pratiquement plus revue » indique un ancien conseiller cité par Capital.

Lire la suite de l’article sur challenges.fr

L’« élite » française contre les Français,
lire chez Kontre Kulture :

La « socialiste » Anne Hidalgo, sur E&R :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents