Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment la BCE détruit l’économie réelle et accroît les inégalités

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Note de la rédaction

Suite à la décision, ce 22 janvier, de la Banque centrale européenne de procéder à un assouplissement quantitatif massif, nous proposons à nouveau à nos lecteurs la lecture de cet article, issu de l’Atelier E&R et publié initialement le 27 septembre 2014.

En déclarant lors de sa dernière allocution qu’en plus d’une nouvelle baisse des taux d’intérêt, la Banque centrale européenne (BCE) allait procéder dorénavant à des rachats d’actifs [1], son président Mario Draghi a franchi un nouveau palier dans la manipulation monétaire. Il a en effet ouvert la boîte de Pandore des assouplissements quantitatifs (quantitative easing).

Jusqu’à présent la BCE s’était toujours refusée à ce type de politique « non-conventionnelle » qui serait contraire aux traités européens et dont la simple évocation déclenchait la fureur de Berlin. Mais la menace de déflation [2] répétée sans cesse dans les médias et le ralentissement économique qui n’épargne plus les pays du nord de l’Europe ont, semble-t-il, convaincu les Allemands de céder. Bien qu’on puisse se réjouir que Berlin lâche du lest après avoir largement profité de l’euro, on peut s’interroger sur la pertinence d’utiliser le seul levier monétaire via des injections de liquidités pour relancer la croissance en Europe.

On a pu observer que les politiques de taux zéro et d’assouplissement quantitatif menés depuis plusieurs années aux États-Unis et au Japon n’ont pas relancé l’économie. Bien au contraire, elles ont hypothéqué toute chance de relance durable et, plus grave, l’inflation qu’elles ont générée a considérablement accru les inégalités en fragilisant les petites entreprises et les classes populaires.

Les États-Unis et le Japon ont traversé une grave crise financière produite par l’éclatement d’une bulle financière et immobilière. Les uns en 2008 [3], l’autre au début des années 90 [4]. Dans les deux cas la cause en fut une frénésie de crédits de la part d’un secteur bancaire dangereusement dérégulé. Le bilan des banques se retrouva criblé de créances irrécouvrables mettant gravement en péril leur équilibre et l’économie de leur pays. La menace d’une spirale déflationniste, dévastatrice dans des économies où les banques fonctionnent sur le modèle des réserves fractionnaires [5], obligea les banques centrales à intervenir. La réponse fut la mise en place d’un large programme de monétisation de la dette, appelé assouplissement quantitatif. Concrètement, les banques centrales rachètent les créances toxiques en faisant marcher la planche à billets. L’objectif est de stériliser ces actifs pourris qui gangrènent le bilan des banques et paralysent leur capacité de crédit. En théorie, les banques, dont le bilan a été ainsi blanchi et qui disposent d’une capacité de crédit renouvelée, sont censées se remettre à prêter généreusement à l’économie réelle. Mais en pratique, c’est une toute autre histoire.

Au-delà du fait qu’il est extrêmement choquant que les banquiers ne soient jamais sanctionnés pour leurs erreurs et leurs pratiques [6], cette politique a été un échec [7]. La raison de cet échec est évidente. Les acteurs de l’économie réelle, qu’ils soient particuliers ou entreprises, n’ont pas de perspectives économiques favorables : les carnets de commande sont vides, les augmentations de salaire sont quasi inexistantes [8] et la part de la population active est en dangereuse diminution [9]. Sans projet, les acteurs n’ont aucune raison d’emprunter pour investir ou consommer. De plus ils sont souvent d’ores et déjà largement endettés. Ainsi depuis 2008 les prêts aux petites entreprises étasuniennes ont baissé de 18 % [10]. Les ménages, eux, privilégient le désendettement [11]. On ne fait pas boire un âne qui n’a plus soif. Les politiques de relance monétaire sont impuissantes face à des économies surendettées et sans moteur de croissance.

Faute de demande de crédit de l’économie réelle, ces conditions optimales d’emprunt ne servent que la spéculation. Ainsi les opérateurs de marché empruntent pour investir dans les obligations de pays étrangers et ainsi profitent du différentiel de taux d’intérêt (carry trade) [12]. Les fonds de pension empruntent pour investir dans les matières premières (gaz, pétrole, céréales, cacao etc) [13] ou les actions [14] et ainsi profitent de l’écart de rendement entre ceux-ci et les taux d’intérêts auxquels ils se financent. Les spéculateurs immobiliers empruntent pour racheter des parcs de bureaux ou de logements dans les centres-villes. Tous sont assurés d’être gagnants. Non seulement leur emprunt ne leur coûte rien, mais mieux, toute cette création de monnaie née de leur emprunt stimule fortement la demande qui pousse à la hausse les prix des actifs achetés.

Cette politique monétaire ultra-accommodante génère donc une inflation qui ne profite qu’aux riches propriétaires d’actifs financiers et immobiliers, au détriment des autres qui ne possèdent rien et qui n’ont que leur force de travail à fournir. En effet, ces derniers voient leur pouvoir d’achat rogné par l’augmentation des prix des biens qui sont l’objet de la spéculation du secteur financier [15].

Ainsi le loyer, la nourriture ou l’énergie occupent-ils une place toujours plus importante dans le budget des ménages, les contraignant à réduire tous les autres postes de dépenses. Cette politique accroît donc les inégalités dans le sens où, via le mécanisme invisible et sournois de l’inflation, elle opère un transfert de richesse des classes moyennes et populaires vers les classes les plus riches. Cet appauvrissement de la majorité de la population engendre mécaniquement une baisse de la consommation. Dans une économie comme les États-Unis où la consommation compte pour les 2/3 de la croissance, on comprend que cette situation est totalement contre-productive voire suicidaire [16].

Les petites et moyennes entreprises, elles, voient leurs bénéfices rongés par l’augmentation de leurs coûts pour exactement les mêmes raisons. Ceci réduit leur rentabilité et limite leur capacité d’investissement. Quant aux multinationales qui disposent d’excédent de trésorerie, elles l’investissent dans des produits financiers plus rentables au lieu d’investir et de créer des emplois. Les taux bas encouragent également les financements d’opérations de fusions et acquisitions [17] ou les rachats d’actions auprès des actionnaires [18]. En bref, le phénomène de financiarisation déjà très prégnant dans nos économies est ainsi accentué et poussé jusqu’à l’absurde.

Bien que cette politique s’avère contre-productrice pour relancer l’économie, les banques centrales étasuniennes et japonaises s’entêtent. La raison est qu’elles n’ont pas le choix, étant totalement prises au piège de cette politique désastreuse.

D’après la théorie économique libérale, les taux d’intérêts sont censés représenter le coût de l’argent qui est fonction de l’offre et la demande de monnaie, elle-même fonction de la demande de biens et services. En manipulant les taux d’intérêts, les banques centrales créent des distorsions dans les prix, dès lors ceux-ci ne jouent plus leur rôle informationnel d’indicateur de valeur et de rareté. Sans prix fiables, les marchés perdent toute utilité comme facteur d’allocation optimale des ressources ; ils sont complètement faussés. Ainsi des pans entiers de l’économie, qui en temps normaux auraient déjà connu la faillite, sont totalement dépendants des politiques interventionnistes des banques centrales pour survivre. Et plus les jours passent plus le phénomène s’étend, rendant encore plus indispensable les injections de liquidités. Cette manipulation des taux s’apparente donc à une subvention déguisée d’une partie de l’économie par la dette au plus grand bonheur du secteur financier en charge de l’administrer moyennant de grasses rémunérations.

Il est étonnant que la Commission européenne, si prompte à imposer ses dogmes libéraux aux États par des directives toujours plus brutales, ne trouve rien à redire à la politique de la BCE. Mais l’ultra-libéralisme bruxellois ressemble de plus en plus à un libéralisme biaisé. Il détruit l’État-nation, en détricotant ses lois, ses réglementations et ses frontières, pour mieux y laisser pénétrer les grandes multinationales et les puissances d’argent que la BCE subventionne par sa politique monétaire. Nous sommes ici bien loin de l’idéal libéral d’un marché libre et non-faussé, pourtant érigé en modèle par les défenseurs de l’Union européenne. Cela ressemble plus au fonctionnement d’un régime ploutocratique dirigé par une oligarchie qui fait fi des traités signés, des constitutions des États et surtout de la démocratie.

Cette nouvelle escalade dans la soumission des peuples via les manipulations monétaires ne fait que souligner l’urgence pour la France de se réapproprier le contrôle de sa monnaie, outil indispensable à sa souveraineté, afin que celle-ci soit remise au service de son économie et de son peuple.

Notes

[1] www.huffingtonpost.fr/2014/09/04/bce-draghi-abs-taux-rachat-actifs_n_5765742.html

[2] http://www.egaliteetreconciliation.fr/Haro-sur-la-deflation-27475.html

[3] ttp ://fr.m.wikipedia.org/wiki/Crise_bancaire_et_financière_de_l’automne_2008

[4] http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bulle_spéculative_japonaise

[5] http://www.egaliteetreconciliation.fr/Haro-sur-la-deflation-27475.html

[6] http://www.les-crises.fr/confessions-quantitative-easer/

[7] www.zerohedge.com/news/2013-07-30/myth-busting-lakshman-achuthan-us-worse-japan-90s , http://www.zerohedge.com/news/2013-11-18/failure-abenomics-one-chart-and-when-even-japanese-press-admits-easing-not-working-a

[8] http://www.zerohedge.com/news/2014-07-22/rising-wages-where-real-wages-post-first-annual-decline-2012

[9] http://www.zerohedge.com/news/2014-09-05/labor-participation-rate-drops-back-lowest-1978-people-not-labor-force-rise-record-9

[10]  ://online.wsj.com/articles/small-business-lending-is-slow-to-recover-1408329562

[11] www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2013/08/15/five-facts-about-household-debt-in-the-united-states/

[12] http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Carry_trade

[13] http://www.revue-banque.fr/risques-reglementations/chronique/etonnantes-correlations-entre-politique-monetaire

[14] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/18/20002-20130918ARTFIG00577-etats-unis-la-fed-surprend-en-maintenant-sa-politique-monetaire.php

[15] http://www.reuters.com/article/2014/04/15/us-consumer-prices-idUSBREA3E0V220140415

[16] http://philippewaechter.nam.natixis.com/2014/06/25/deux-graphes-sur-la-forte-revision-a-la-baisse-du-pib-americain/

[17] http://www.reuters.com/article/2014/06/30/us-deals-m-a-idUSKBN0F50A920140630

[18] http://finance.yahoo.com/news/why-do-low-rates-fuel-stock-buybacks—but-not-capital-investment-175723762.html

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La BCE est chargée par ses maîtres de détruire la Civilisation Chrétienne pour que le Messie des Illuminés puissent venir sur la Terre.


  • L’europe suit le même chemin que les US et le Japon, vers une destruction complète de leur société.


  • Mes amis, je suis extrêmement content de lire quelque chose de cette sorte dans vos ateliers. Les progrès sont flagrants ... Pourtant, on revient de loin avec vos analyses à l’emporte pièce du début.

    Maintenant, je vous encourage vivement à aller jusqu’au bout de l’analyse...


  • Ce qui détruit l’économie réelle c’est l’effet de ciseaux entre une offre globale pléthorique liée à l’émergence des nombreux pays qui aujourd’hui ont des concurrents sérieux à opposer aux ex-major occidentales dans la plupart des secteurs d’activités et une demande globale déprimée dans un contexte de surendettement généralisé et de prix des m.p. en hausse (notamment les m.p. alimentaires, 7 milliards de terriens ça devient compliqué à nourrir aux trois repas).

    Ca ressemble à tout sauf à un problème monétaire, croire que le retour du Franc, de l’ECU, de la Livre Tournois ou du Solidus Romain (pourquoi pas ?) est de nature à nous sortir d’affaire relève au mieux de la méthode Coué.

    Sinon article clair et bien écrit, bravo à son auteur.

     

  • « Cette politique monétaire ultra-accommodante génère donc une inflation qui ne profite qu’aux riches propriétaires d’actifs financiers et immobiliers, au détriment des autres qui ne possèdent rien et qui n’ont que leur force de travail à fournir. »

    Voilà qui illustre bien la réelle fracture actuelle : d’un côté les financiers avec leur cordon sanitaire (politiques et philosophes de salon) et de l’autre le vrai peuple celui des petits patrons, des prolos et des mères de famille. Seuls quelques aristocrates de notre temps ont résolument choisi le camp du pays profond en dénonçant la soumission totale des élites aux forces des l’argent.


  • Cela fait vraiment plaisir de voir une analyse économique de cette qualité sur ER. Le fait que vous commenciez enfin à faire la différence de manière objective entre le libéralisme et la situation qui prévaut en réalité actuellement et qui est tout sauf libérale (dans son sens originel) fait chaud au cœur. Milles merci !


  • Article excellent. Nous sommes pas mal de professionels de la finance a penser la meme chose.

    Alors la question qui va m’etre posée est "pourquoi tu bosses la dedans ? Salop" ?

    - Oui pour gagner de l’argent et surtout ne pas le laisser a qui on sait, parce qu’ils sont très nombreux et ils se pistonnent tous...