Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

Détachez vos ceintures

La thématique du restaurant ou de la bonne table revient beaucoup dans le cinéma français d’avant 68, on allait dire d’avant-guerre, ce qui n’est pas faux : Mai 68 a été une guerre sociétale perdue par la France traditionnelle. Et gagnée par la France américanisée, symbolisée par Cohn-Bendit et ses amis – alliés objectifs des intérêts US en France –, autrement dit des agents plus ou moins officiels de la CIA. Mais aussi par le président Sarkozy qui faisait du jogging en tee-shirt NYPD et qui buvait du coca à table à l’Élysée, un blasphème au pays des grands crus.

 

 

Quand on connaît précisément le parcours de Dany le rouge, il n’y a pas une feuille de PQBQ (papier cul basse qualité, l’inverse du PQHQ) entre les intérêts US et les combats du leader écolo-sioniste, si peu écolo mais tellement sioniste. Baste, on n’est pas venus parler de ça. Il est question de bouffe, de bonne bouffe et de cinéma. Nos grands acteurs se sont tous un jour retrouvés à table, et pas pour manger des hamburgers. La France, qui est devenue une grande consommatrice de burgers (avec 1,2 milliard de pièces par an, stat officielle), essaye de s’en sortir avec du burger haut de gamme, vache limousine, produits de pays, fromage de brebis, bonne tomate de jardin, et pain rond fabriqué chez le boulanger bio du coin.

Mais la grande masse des consommateurs engloutit du burger fast-food, qui est très mauvais pour la santé : il est prouvé qu’au bout de 1 000 BBQ (burgers basse qualité), on commence à voter Macron, lire du BHL et écouter du Bruel. Sans oublier un bon syndrome de Creutzfeld-Jacob avant de sombrer dans un Alzheimer de compétition. Nous rassurons en passant les obsédés du complot sioniste : ni Creutzfeld ni Jacob ni Alzheimer ne sont juifs. En même temps on n’a pas vérifié.

 

Merde, ces vieux grigous nous manquent...

 

L’art de la table, ou les arts de la table, sont une tradition française. Le cinéma national s’est donc beaucoup appuyé sur ce pilier de la tradition, symbole du bon goût, au vrai sens du terme. Il y avait des films qui ne parlaient que de bouffe, La Grande bouffe (mais déjà on montrait les dégâts de la surconsommation tout en critiquant la société bourgeoise, jetant le bébé avec l’eau du bain), La Traversée de Paris, L’Aile ou la cuisse, Le Grand Restaurant, Vatel, La Cuisine au beurre, et une ribambelle de films avec des scènes épiques de tortore au resto. On pense aux Claude Sautet, les films chorals de ce réalisateur emblématique des années 70. Le pic c’est naturellement Garçon ! avec Yves Montand, en 1983.

 

 

Les extraits que nous avons soigneusement sélectionnés mettent tous en scène Louis de Funès, tant cet artiste concentrait en lui les tendances sociologiques lourdes des années 60-70, à savoir le passage de la cuisine bourgeoise à la cuisine industrielle, de la France traditionnelle des campagnes à la France américanisée des villes. Les spécialistes du film comique n’apprendront rien, nous nous adressons ici aux jeunes générations qui ne savent pas ce qu’est une andouillette à la fraise de veau (certains individus en sont fous), une tartiflette fumante après une course en montagne ou un tartare de guerrier, pour ceux qui ne mangent pas de porc.

Le dîner anglais dans Les Grandes Vacances (1967), avec un gros plaquage sur la bouffe des rosbifs :

 

Nous sommes dans Le Tatoué (1968), et le marchand d’art de Funès va goûter à la tradition profonde...

Le légionnaire (et comte) Gabin : « Manger des tripes sans cidre c’est aller à Dieppe sans voir la mer »

 

Scène d’anthologie dans une gargote immonde, car la France c’est pas que les étoilés, L’Aile ou la cuisse (1976) :

 

 

Louis-Septime fait l’infiltré dans Le Grand restaurant (1966) avec son radis :

 

 

Et une petite leçon d’autorité en cuisine :

 

 

Que dire ? Cherchez dans le film « français » contemporain des odes à la cuisine nationale, vous n’en trouverez pas beaucoup. Dans le film français d’aujourd’hui, prisonnier de la bien-pensance du CNC, cet organisme d’aide très politique, et des minorités agissantes, on bouffe plus, on cause. Et on cause pauvre, on cause mal, on cause chiant.

La psychologie, c’est pas drôle et ça nourrit pas son homme. Si certains individus en difficulté existentielle ont besoin d’une thérapie, ça ne doit pas envahir nos écrans. Quand on regarde un film français aujourd’hui, on a l’impression d’être chez le psy : ça bavarde et ça coûte bonbon. Un seul acteur a repris le flambeau et les flambées au cognac : Gérard Depardieu.

 

 

Dans une série culinaire sur Arte, le mec, qui peut bouffer des entrecôtes crues devant une actrice à moitié vegan pendant un tournage fait la tournée des popotes européennes avec son pote le chef Laurent Audiot, un peu écrasé par la présence du monstre du cinéma français.
Quand notre Gégé sera parti, il restera qui ?

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2254942

    C’était les tontons flingueurs meme dans la vraie vie ! la classe….


  • #2254962

    Un bain de jouvence ! ...
    pour le reste , c’est bien 68 le point de non retour ! ...( y a certainement pas que mon père qui le martelait , d’autres commentateurs ici même ont dû l’entendre ) , ...
    mais nous , on faisait la "sourde oreille" , happés par les sonorités des groupes musicaux anglo-saxons , les gugusses qui se barraient en campagne pour faire des "communautés" , même les curés d’après 62 devenaient des "potes" et organisaient des "boums" , quant au libéralisme sexuel , c’était l’aubaine ! ... bref : la chienlit !
    A peine quelques années après , le "réveil" fut douloureux pour certains qui étaient allés "trop loin"...les autres se sont "raccrochés" aux branches , et ont commencé à chercher l"erreur " ; après bien des égarements , ils ont recommencé un parcours recherchant les vérités primordiales , suite à ces tas de mensonges qu’ils avaient ingérés , par justement ces agents de la CIA , chargés de provoquer ce chaos pour abattre le seul , en Europe , qui avait fait face au " système" ( notamment en renvoyant les bases de l’Otan par exemple du sol français , ou en minimisant le rôle de l’Europe , élaborée avec l’aide d’autres agents français de cette même CIA quelques années plus tôt ) , le Général ! ( il lui ont fait payer cher ) .


  • #2254965

    Je regardais l’émission avec G. Depardieu en mangeant. Un vrai régal !

     

    • #2255002

      non,il se goinfre,not’ Gégé...


    • #2255009

      "un vrai régal" son corps ne devait pas se dire la meme chose quand il bouffait vu l’état du bonhomme mais plutôt le contraire du genre "mais qu’est ce qu’est que cette bouffe ultra grasse, bourrée de sel, de cholestérol, de graisses saturées, de pus et d’hormones(produits laitiers)d’huiles indigestes etc qui m’empoisonne et me congestionnent qu’il m’envoie encore, j’étouffe, et je souffre au secours ; laissez moi l’opportunité de nettoyer cette congestion extrème"


  • #2254969

    Ventura, Gabin et Blier étaient tous de très gros mangeurs et faisaient tout pour se retrouver ensemble autour de bonnes tables.
    Un jour, ils déjeunaient tous les 3 au restaurant et venaient de finir un repas pantagruélique qui avait duré 4 heures. Il s’apprêtaient à partir quand Blier dit aux deux autres : "je connais un petit bouchon pas loin d’ici qui fait une choucroute extraordinaire". Les trois se levèrent comme un seul homme et partir directement faire un second déjeuner au bouchon qui dura jusqu’au soir.

    Claude Chabrol était connu pour choisir ses lieux de tournage en fonction des meilleures tables

     

    • #2255175

      Regarde la première vidéo avec Lino Ventura pour mettre à jour ton anecdote !


    • #2255300

      @ thihen42

      Je raconte une histoire entendue, vous visionnez une vidéo, la belle affaire, mais si la choucroute se transforme en pot au feu l’histoire est bien la même et le fond vrai.
      Mais Manque de pot quand même, ce que je dis sur Chabrol vous ne le trouverez dans aucune vidéo. Bien obligé de me croire !


  • #2254970

    Je ne sais rien y faire mais dès que je vois Bernard Blier, je commence à rigoler. Ce type m’a tellement marqué avec sa tronche étant jeune. Quand je vois Gégé je ne pense pas en 1è lieu à ses films français qu’il a joué mais à Novencento. Le film dans lequel il joue avec De Niro et qui reste, pour moi, un de ses meilleurs. Soyons honnête et osons admettre que Gégé à fait aussi bcp de navets.

     

    • #2255128

      Sa majesté,

      Il n’est pas le seul à avoir tourné des navets. De Funès, Blier ou encore Serrault ont joué leur comptant de films nuls également, mais dans leur cas, c’était plus des films "alimentaires", il fallait bien bouffer. Beaucoup d’acteurs ont une filmographie en dents de scie, alternant le bon et le moins bon. Pour Gégé c’est différent, lui il est libre, il fait ce qu’il a envie quand il a envie comme il a envie. Concernant sa carrière d’acteur, elle est derrière lui à présent, et en plus il n’a plus rien à prouver. Pour ma part, c’est sa prestation dans Cyrano que je retiendrai parmi les autres même si vous avez raison concernant Novencento. Aucun autre acteur français ne pourrait soutenir la comparaison avec le grand De Niro.
      Je ne connaissais pas cette série avec le chef coq, c’est vrai qu’il a l’air écrasé par la personnalité de Gégé, mais qui ne le serait pas. Mais qu’est-ce qu’il bouffe !!!!!! Il mourra probablement d’un morceau de viande ou de fromage coincé dans la gorge, en tout cas de ses excès. Mais il aura vécu à du 200 à l’heure, en homme libre. Et quand il sera parti pour le ciel, nous ne retiendrons tous quel immense artiste il était et son étoile brillera pas très loin de celles de Gabin, Blier ou Lino, qui doivent être en train de banqueter pour l’éternité.


  • #2254974

    L’art de la table à la Française .Il suffit de voir les repas de Lino .Voilà un monsieur qui savait ce qu’était la bonne tambouille à la Française , et en plus, il ne fallait pas le faire chier quand il mangeait , c’était sacré .Il y a d’ailleurs une tentative d’interview dans un café à Paris lorsqu’il mangeait sur le comptoir qui est très significatif de l’importance qu’il portait à la table . On ne peut même pas imaginer une seconde , ce monsieur entrer dans un "fast food"
    Lorsqu’il raconte son histoire de pot-au-feu avec Gabin et Bliet après un repas, gavé comme des oies me touchent énormément, parce que c’est l’authenticité de ces personnages qui me fascinait .Qui a complètement disparu avec eux .
    Par contre lorsqu’on voit les deux têtes d’ huitre faire leur footing, on les sent névrosé .

     

    • #2255013

      @dixi

      Apparemment, il ne faut pas l’importuner non plus lorsqu’il boit son café......

      https://www.facebook.com/lemondedes...


    • #2258066

      Chacun avec son époque et ses moyens surtout, peut-être qu’il y serait allé également. Le fast food, pour y avoir bossé n’est pas incompatible avec la qualité, il faut bien choisir en effet. Le fast food reste une alternative importante pour toutes les familles qui ne peuvent pas se payer le resto à 30€ le menu ou plus (et encore les gars te sert des pates industrielle des fois, et ingrédients surgelés) et qui veulent sortir manger en famille. Vu l’appauvrissement de la population heureusement que fast food il y a


  • #2254994

    La cuisine anglaise « fancy » telle que caricaturée par de Funès dans les Grandes Vacances, bien, c’est tout simplement et très exactement ce que vingt ans plus tard on allait appeler à Paris la « Nouvelle Cuisine ». L’huître « à la Parisian » servie en verrine dans un milk-shake, bien je me la suis fait servir à Paris il y a deux ans dans une version presque identique. De même que la mayonnaise à la menthe et aux câpres pour accompagner l’agneau rosé cuit au slow cooker. La « Nouvelle Cuisine » mise à la mode sous Giscard m’a toujours paru être l’expression gastronomique de la « Nouvelle Philosophie » mise en marché à la même époque exactement : une déclaration de guerre au bon sens minimal de tous les peuples.


  • #2254997

    Ah, les amis ! Quelle époque.... on parlait de bouffe comme de n’importe quel sujet intellectuel ;
    La scène du"tatoué" est très parlante, à mon sens : De Funès apprend l’hédonisme par la nourriture : c’est initiatique, pourrait-on dire.
    C’est aussi ce patrimoine qu’il faut préserver


  • #2255001

    Super film de 1998 avec Eddy Mitchell en grand chef cuisiner qui apprend à un ricain à cuisiner français, film drôle et surprenant à voir : Cuisine Américaine
    Je crois que c’est le film le plus récent, et valable, que j’ai pu voir !

     

    • #2255103

      C’est tout à fait vrai, ce film est charmant. Le drame de notre époque c’est qu’il continue à y avoir des gens de talent, acteurs, scénaristes, réalisateurs, mais que ces personnes ne représentent plus la norme comme autrefois et sont plus ou moins cachés au public. Il faut beaucoup de courage et d’abnégation (ce que je n’ai plus) pour les découvrir.


  • #2255007
    le 09/08/2019 par Peter Töpfer
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    Eh oui..., la culture francaise !... Je je suis heureux et fier de l’avoir connue encore dans les années 80, il paraît que c’est fini...

     

    • #2255116

      la gastronomie française a cet avantage d’être variée, donc il suffit de choisir. si tu a peur de choper la goutte, bouffe provençal.
      ensuite parler de la cuisine chinoise comme d’une cuisine saine, c’est méconnaître cette cuisine (aucune crudités, exces de fritures et de soja, absence de laitages d’où obésité problèmes osseux , diabète, goutte, cholesterol etc)
      seules les cuisines japonaises et méditerrannéenes tirent leur épingle du jeu (la cuisine thai tant vantée souffre hélas d’exces de sucre et d’absence de laitages)

      Pour en revenir à notre sujet, il y a un film qui est une véritable ode à l’art cullinaire français, c’est le festin de Babette (avec Stéphane Audran) un vrai chef d’oeuvre. le film n’est pas français ce qui rend cet hommage encore plus flamboyant


  • #2255017

    Je cite :

    "Nos grands acteurs se sont tous un jour retrouvés à table, et pas pour manger des hamburgers. La France, qui est devenue une grande consommatrice de burgers (avec 1,2 milliard de pièces par an, stat officielle), essaye de s’en sortir avec du burger haut de gamme, vache limousine, produits de pays, fromage de brebis, bonne tomate de jardin, et pain rond fabriqué chez le boulanger bio du coin.

    Mais la grande masse des consommateurs engloutit du burger fast-food, qui est très mauvais pour la santé "

    La bonne bouffe traditionnelle française non transformée et soit disant saine et meme européenne et autres nombreux pays du monde basée sur les produits animaux en tout genre, les pains et l’alcool est guère plus favorable a la santé en réalité a quelques exceptions près(Afrique rurale et Chine rurale "zones bleues" (longévité)).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_...)

    Voyons concrètement sur ces personnes en l’occurrence, je n’ai rien contre ces grands acteurs qui nous ont tant marqués mais ce sont des faits :

    Blier cancer prostate et os entres autres et surpoids au minimum presque toute sa vie.

    Gabin : "il meurt à l’âge de 72 ans des suites d’une leucémie"

    Lino Ventura : d’une crise cardiaque à l’âge de 68 ans.

    Depardieu, pas besoin de commentaire, son corps souffre en permanence et demande du repos digestif extrème pour nettoyer tout ca.

    Etc etc

    Les ignorants en science nutritionnelle indépendante de l’industrie(c’est a dire la plupart des gens) dirons que l’alimentation et l’alcool ne sont pas les causes principales et ferons peut etre meme appel a la génétique(le point Godwin de la santé) mais en réalité la génétique charge le pistolet mais c’est le mode de vie qui appuie ou pas sur la gachette.

    https://www.who.int/features/qa/can...

     

    • #2255068

      Ces hommes sont mort d’avoir vécu, tu vis pour essayer de ne pas crever, tu es beaucoup plus obsédé qu’eux par ce que tu mets dans ton assiette.
      Quand j’essaye d’imaginer la vie des types comme toi, je vois toujours le gaspard au fond de mon jardin dont la vie n’est qu’une série de sprint entre son terrier et le tas de compost pour y glaner un noyau de pêche ou une coquille d’œuf...


    • #2255075
      le 10/08/2019 par François Desvignes
      De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

      Bon alors on recommence parce que de toute évidence, vous n’êtes pas Français :

      Etre Français, c’est croire que le bon dieu et donc le paradis sont dans son assiette.

      Si pour cela, il faut aller au paradis à 68 ans plutôt que de rester sur terre pour y vivre un enfer,le Français Lino vous répondra qu’il ne regrette pas d’avoir mangé deux fois à la française plutôt qu’une seule fois à la manière de votre diététique.

      Car à quoi ça vous sert de vivre en bonne santé si c’est pour vivre malheureux puisqu’un corps sain n’a jamais fait un coeur heureux et alors que la philosophie de l’andouillette a rendu de grands services à la philosophie , alors que la philosophie n’en a jamais rendu aucun à l’anfouillette ?.


    • #2255288

      Julot, j’ai une sacré mauvaise nouvelle pour vous : même vivre est mortel !..... et oui.


    • #2255900

      Faudrait pas oublier que la gourmandise est un des péchés capitaux.
      Ce mode de vie gargantuesque est ma foi un bel exemple bourgeois capitaliste d’exploitation démesurée.
      L’essence de la culture gastronomique n’est-elle pas de déployer des trésors d’inventivité, de créativité et de curiosité en visant le perfectionnement du plaisir gustatif ?
      C’est parfaitement en accord avec un mode de vie sain si on met ce principe au service de produits bruts non raffinés de saison et de terroir (ce qui était quasiment tout le temps le cas traditionnellement) et des connaissances actuelles en nutrition. De surcroît, quel plus grand plaisir que celui de manger sans retenue et avec une vraie faim après une petite période de disette ? de retrouver un plat auquel on n’a pas pu goûter depuis 1 ou 2 an par le jeu des saisons sublimé par un ingrédient naturel et à point ? L’arnaque est justement de faire croire que des produits et modes d’alimentation exotiques éloignés de nos véritables traditions seraient plus sains. Revenir à une alimentation au trois quart issues de végétaux bruts avec son jeu d’épice et de préparation pour éviter les ersatz dopants modernes à bas coût du goût que sont le sucre, le gras, le sel, les exhausteur de goût, conservateur et arômes chimiques suffit la plupart du temps.
      Pourquoi choisir entre bonne bouffe et longue vie ? Pour profiter de la musique il faut s’exploser les tympans avant 40 ans et abuser en permanence de drogues ?
      Chacun verra midi à sa porte. De mon coté l’optimum se situe à l’équilibre dynamique entre bonne bouffe, frugalité, activité sportive, amoureuses, intellectuelle et spirituelle. Un excès se fait toujours au détriment du reste.
      C’est bien dommage que de telles légendes ne soient pas restés plus longtemps pour maintenir faire le lien avec les nouvelles générations et leur témoigner leurs origines.


    • #2256305

      Hahaha, mon pauvre @Julot. Deuxième message identique dans le même article... Depardieu, Carmet et tous leurs potes aujourd’hui au paradis des bon vivants, auront pour le moins profité de quelques bonheurs terrestres, à défaut d’atteindre votre perfection dépressive... Longue vie à notre Gérard national !


  • #2255024

    Ça c’est ma France que j’aime ! P


  • #2255027
    le 09/08/2019 par Enrico Machiasse
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    Tout bonnement excellent merci E&R un acteur qui me manque énormément aussi c’est Pierre Tornade, la scène de la boite d’allumette quand il joue au échec dans la 7ème compagnie ma fait pisser de rire "château vieux" tous ces acteurs me manque comme tous ces anciens films c’était la vrai France quoi. maintenant nous avons kev adams.


  • #2255035

    Même les américains reconnaissent l’excellence française en matière de "bouffe". Voir l’excellent film d’animation "Ratatouille".


  • #2255036

    "Quand notre Gégé sera parti, il restera qui ?".

    Gégé a répondu dans la vidéo. "Les mecs maintenant ne mangent plus, ils n’ont pas de ventre, on ne sait même pas si ils chient".

     

    • #2255121

      Et vous trouvez ça fin et intelligent ? Il faudrait faire preuve d’un peu plus de discernement tout de même.
      Depardieu est un acteur extraordinaire, c’est un fait, mais dans cette vidéo, il se comporte comme un porc. Un porc bête et rustre.


    • #2255148

      On peut même plus faire un sujet léger sans se taper une dose de moraline, t’as beau t’nommer révérend au fond t’as la mentalité d’une vieille fille capable de chier dans la boîte aux lettres des voisins sans jamais manquer une messe...
      Change de pseudo, samedi dernier à la fête de l’escargot, à la table d’à côté, j’ai vu le Père Xavier engloutir ses six douzaines avec deux bouteilles de Mâcon blanc, et dimanche l’vieux gars avait pas un pet d’jeu pour faire sa messe en latin, ta chance dans tout ça, c’est qu’on lui interdit les femmes sinon il te resterait plus qu’à te palucher jusqu’à la fin des siècles !


  • #2255043
    le 09/08/2019 par MonQsurLacommode
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    hooooo il manque le repas sur la route pour transporter le corps du défunt dans "les Barbouzes" avec ventura. "Vous me glisserai une petite paupiette dans le civet ..." ( de mémoire...).

     

  • #2255049

    Çà c’est du film ! Y a du dialogue, de l’honnêteté, et fait avec amour et intelligence. Aujourd’hui les films américains, tout les protagonistes reviennent d’Irak où ils ont guerroyé au corps à corps... (Ou c’est moi qui suis trop vieux, ou c’est les gens qui sont trop cons)


  • #2255064

    Le jeune chef de rang que je suis ne peut être qu’admiratif et reconnaissant devant ces extraits de films qui fleurent bon ce que j’aime dans mon métier.
    Il me semble tout de même, chère équipe d’ER, que "Le bonheur est dans le pré" aurait toute sa place dans cet article, tant ce film est une ode à la gastronomie française, avec un Eddy Mitchell génialissime de virilité et de franc-parler... : https://www.youtube.com/watch?v=QE1...

     

  • #2255071

    Oh non ! Ils ont oublié mes paupiettes...

    https://www.youtube.com/watch?v=k90...


  • #2255081
    le 10/08/2019 par François Desvignes
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    On dit tous "68 !" mais c’est la partie visible de l’iceberg.

    La cause idéologique de "68", sa mère, c’est Vatican II.

    Les catholiques vont comprendre :

    - Avant 65, on naissait pour mériter (son nom, son poste, sa nationalité son rang, le paradis). On naissait sur terre pour aller au Paradis et la terre était une école, la mort l’examen de passage.

    - Après 65, on nait pour jouir : on a des droits et Dieu, l’Etat, son père et tout ce qui est autre et non pas seulement au dessus de nous, des devoirs envers nous. On nait sur terre que pour jouir et y ou en mourir.

    Avant 65, nous étions dans une société "ordonnée"(à ses fins dernières).
    Et depuis, dans une société "inversée" (elle fait l’impasse sur ses fins dernières).

    Elle n’est pas seulement "désordonnée" ou "a ordonnée" elle est contre l’ordre, contre l’Ordonnancement divin.

    Elle est contre l’art, donc contre tous les arts, donc contre l’art culinaire.

    Et en définitive, partout où il y a Dieu, donc l’Homme, elle est contre.

    C’est une société humanicide par déicide.
    Elle ne reproche pas à l’homme d’être aussi un animal mais d’être surtout Fils de Dieu.
    C’est d’ailleurs ce qu’elle veut : que de Fils de Dieu on ne devienne plus qu’animal par apostasie.
    Englouti dans la matière.

    Donc Con béni, la CIA, l’Amérique, dans ce tableau, ne sont rien : tout au plus des idiots plus utiles que nous.

    Ce qui est quelque chose et même tragique, c’est que ceux qui se sont mis au service de ce programme diabolique, sont ceux-là mêmes qui avaient fait serment de l’empêcher en défendant coute que coute son contraire, la Pax Christi.

    Comment l’Église a -t-elle pu trahir à ce degré, elle, qui sel de la terre a perdu le gout du sel ? C’est un mystère.

    C’est le Mystère d’Iniquité.

    Quoi qu’il en soit,

    En restant pour l’Andouillette, nous restons pour Dieu.
    Ce qui Le console de la trahison de ses ministres.

    On verra bien qui du parti du diable ou de Dieu l’emporte.
    Aussi, même s’ils devaient tuer l’andouillette, Dieu qui nous préfère à tous ces cancrelats, la ressusciterait pour nous.

     

    • #2255114
      le 10/08/2019 par Mes Gentils Apôtres aussi !
      De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

      On dit tous "68 !" mais c’est la partie visible de l’iceberg.

      La cause idéologique de "68", sa mère, c’est Vatican II.



      Je dirais même plus,

      - la cause idéologique de "Vatican II", son père, c’est l’ancien testament...

      (le dernier “Soral-Répond” corrobore mon avis...)


  • #2255082
    le 10/08/2019 par Aiguiseur de guillotines
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    Pour la petite anecdote....
    Il y a environ 15 ans de cela (quand j’etais jeune et beau) jai travaillé comme majordome dans une grosse villa privé sur la cote. Le proprio, tres sympas, etait un milliardaire Algerien. Pour indice Noël Mamère le detestait (il avait peut être ses raisons mais en attendant le patron faisait vivre tous les commerçants du coin grassement).Bref, le proprio organise une soirée, LA plus grosse fête privé jamais organisée sur la cote. Les soirées d’Eddie Barclay c’etait un barbecue de village a côté. Concert privé avec Bono, Sting ect... Pamela Anderson, le boss de chez Rolex et plein d’autres invités. 200 personnes, du TRES GROS gratin. Traiteur, sécurité Russe, soirée a 10 million d’euros. Et bien sur notre Gégé national....
    Gége qui se pointe en cuisine a 4 plombes du mat’ (deja bien amoché ), discute avec le chef et lui demande de lui faire une tête de veau.
    Pour faire court, jai terminé assis avec Gégé vers 5 heures du mat’ à gouter à sa tête de veau et a discuter de la vie en calant une bouteille de Pape Clément 1982 qui trainait en cuisine (ben ouais, le staff aussi, on buvait pas d’la m...).
    Voila mon anecdote sur Gégé. Cest pas du commentaire politique mais ça me rappelle des souvenirs. Un mec sympas Gégé, même bourré, il est attachant.

     

    • #2255205
      le 10/08/2019 par philippe emmanuel
      De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

      Oui il est attachant parce qu’il est lui même. très fidèle dans ses amitiés aussi. mais je rejoins le commentaire sur la vulgarité. c’est quand même un gros porc. Brando a fini sur une chaise roulante à s’empiffrer de glace en quantité astronomique on dirait qu’il se dirige vers ça. Il est un véritable amateur des terroirs, de la gastronomie et du savoir vivre, à l’opposé de l’hygiénisme aseptisation actuelle. Et Gérard est sans doute prisonnier de Depardieu. Qu’il te lâche un pet à table sans aucune retenue, c’est super poilant ce coté rabelaisien et subversif quand il fait ça à la table de Macron ou de Sarko parce qu’il est Depardieu et peut se le permettre (il peut d’ailleurs tout se permettre, ne s’en gêne pas et est total sans filtres) mais il a quelque chose d’une infinie vulgarité. La gastronomie, la finesse des mets et la farandole des gouts ce n’est pas l’orgie. la dégustation des vins ce n’est pas s’enfiler trois litres, même un côte rôtie 86 parce qu’on peut se le permettre financièrement. Je vois pas la différence avec le mec qui s’enfile son cubi de rouge dans son hlm finalement. Mr Depardieu a basculé plus dans " la grande bouffe "que dans Vatel
      l’ homme sinon dégoûté par la vie mais blessé dedans (et on comprend) se gave comme une oie, pète, rote, réduit à une mécanique physiologique à laquelle il fait allusion sans cesse. Pour l’avoir croisé à plusieurs reprises professionnellement je ne peux pas l’encenser et en faire une icône, ni le dernier rempart contre la disparition de notre culture gastronomique, culinaire et des terroirs. Quand il ne sera plus là et bien on aura un hommage national, un monument sera parti mais aussi exceptionnel qu’il soit il reste un homme et il y aura toujours des milliers de cuisiniers, de chefs et d’associations qui se réunissent pour bouffer des produits locaux autour d’un grand cru parce que c’est français et cela n’est pas prêt de disparaitre, même si les gens consomment de la merde et des centaines de hamburgers à l’année parce que le midi c’est super simple, facile et pas cher


  • #2255089

    Le Sarko, qu’est-ce qu’il a l’air con, avec son T shirt NYPD. Je me souviens d’Américain que je connaissais qui se foutait de sa gueule.

     

    • #2255127

      Vous n’avez pas fait attention à l’inscription sur le T-shirt du trafiqueur d’organes des Balkans courant au côté du nabot : "Brassens, l’avez chanté. La morale de cette chanson ne manque pas de sel". Le titre de celle-ci se remarque sur le T-shirt de cette sal..é, abjecte chose.


  • #2255115
    le 10/08/2019 par Mangeur de couscous
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    Je me suis régalé avec cet article,j’ai même versé une petite larme.Merci E&R.


  • #2255139
    le 10/08/2019 par mondialisto-sceptique
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    Allez, dans un autre genre, une autre reference bien gauloise

    https://www.youtube.com/watch?v=yYl...


  • #2255161

    Dans quasi tous les films notoires où Monsieur Louis de Funès a joué, les Arts de la table française ont été mis en exergue : les Gendarmes à New-York, les Grandes vacances, Le Grand restaurant, l Aile ou la cuisse, la Zizanie et la Soupe aux choux.

    Par ailleurs, permettez-moi d exprimer ma nostalgie : qu est ce que je regrette tous ces acteurs d antan (Gabin, Rochefort, Carmet, Serrault, Marielle, Lefebvre, Galabru, Blier, Presboit, Depardieu, P. Richard) ! Cette belle époque est, à mon grand regret, "bien" révolue. Où sont passées les Maillan, Girardot, Gensac, Signoret, Morgan, Morreau, Anémone. Sincèrement, je ne peux encadrer ces connasses et connards d acteurs actuels. Navrée, ça paraît très présomptueux mais ils sont d un ennui et d une fadeur. J ajouterai même que c est le vide lunaire dans les cerveaux de ces pseudos acteurs.


  • #2255214

    Dans le haut du Sautet il y a aussi le très beau Max et les Ferrailleurs, avec la sublime Romy...

     

    • #2258123

      @Matthieu..........un des plus émouvants et beaux ( en même temps ils le sont tous pour ainsi dire ) avec Romy dans le film où elle est peut-être la plus belle !...et un Piccoli en flic amoureux et tragique qui marche inéluctablement vers son destin ( une dimension Melvillienne dans ce grand film où un autre grand acteur, Bernard Fresson, est aussi excellent ) .


  • Un peu hors sujet (quoi que, on reste dans la bectance), cette séquence culte (pour moi en tout cas) de Calmos, avec Rochefort et Marielle :

    https://www.dailymotion.com/video/xjmrq9

     

  • #2255295

    Le cinéma comique d’aujourd’hui, c’est la clique antiraciste de Deux-bouses qui a pris le relai : n’jigol, eboué etc. Devrais-je encore, ici, vanter la nullité intégrale de leur production mais passons.

    Sociologiquement parlant, c’est admirable de limpidité : on passe de la province à la banlieue. Autrefois on rendait hommage au petit paysan, aujourd’hui au banlieusard ethnicisé. on déduit aisément le message : la France, c’est plus vos campagnes, c’est la banlieue métissée. La gastronomie française dans tous ça ? elle disparait, comme à peu près tout ce qui reste de franchouillard. en bref, ils ont tué la "beaufitude" , ce qui avait des racines et qui était ancré dans la terre, pour la remplacer par un exotisme fantasmé qui ne fait que transpirer le bitume et la friture. Cela s’appelle l’ouverture : le gueux, c’est l’enfermement dans la vision éternelle de son nombril, alors que le neuf-cube, c’est la tolérance et l’ouverture sur la grande humanité... le progrès.


  • #2255298

    *lire le numéro hors-série de Valeurs Actuelles "La France d’Audiard" :
    - https://boutique.valeursactuelles.c...


  • #2255403

    Sauf que tout le monde est mort avant 80 ans avec ce mode de vie , je ne critique pas , je fume , je bois , je mange comme un bon français !
    Leur hygiène de vie était celle de l’époque , aujourd’hui on a du mal à accepter la mort inéluctable . La question est de savoir comment nous y allons : en "profitant" ou en se restreignant ? et pour finir dans quel état de toute façon si on vit plus vieux .
    Un début de solution à la faillite des retraites ?


  • #2255784

    Notre société est anxiogène => Ah bon ! T’as pas très faim ?
    Elle nous rend nerveux => Allez ! Fais du sport !
    Elle exige la performance => T’as pensé aux stimulants ?


  • #2255798

    la 7eme compagnie... de ce coté la chef, y a des patates...
    ou les vieux de la vieille, les boutanges dans le panier et ils se tracent du couvent en apprenant que la graille n est pas bonne.. bref, même pour un petit casse croûte, avec le bon vieux cinoche, on s identifie et on se marre bien !


  • #2256177
    le 11/08/2019 par Viktor von Berg
    De Funès, Gabin, Depardieu, ou la France à table

    Ah ! nostalgie d’une France vraie pas encore pourrie par les "modes américaines ou scandi-nases" ! Ce monde judéo-protestant, une plaie !

    Ouais, il vaut mieux aller à 70 en profitant que finir à 90 en se privant et déglingué par Alzheimer...

    Je cuisine tout ce que je mange même si je vis seul. Quand je me laisse aller au péché de gourmandise, si mon corps ne me rappelle pas à l’ordre, il y a toujours la confession et l’absolution. La religion catholique a tout prévu !

    Et aller chercher des champignons, des châtaignes et des noix dans la forêt ou la montagne, ça en fait brûler des calories....


  • #2257361

    Une autre scène culte ,tirée d’un film qui ne l’est pas moins, avec une palette d’acteurs Ô combien magnifiques :
    https://www.youtube.com/watch?v=k90...
    Dire que je dois attaquer une longue diète pour une grosse surcharge pondérale due à l’arrêt du tabac...
    Ce n’est pas le genre de films à regarder pour les mois à venir...ha !! ha !! ha !!


Commentaires suivants