Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France 5 nous avertit : attention, derrière Chouard se cache Soral !

La fake news pour enfants

L’hebdo C politique devrait s’appeler C propagande. L’émission de France 5 animée par l’agent socialo-sioniste Karim Rissouli, totalement sur la ligne de BHL, taille le portrait de l’inspirateur du RIC chez les Gilets jaunes, Étienne Chouard.

 

Pour faire bien peur au peuple téléspectateur sous-informé, et sous-informé sciemment par toutes les agences de propagande pro-Système qu’on appelle les émissions politiques, le portrait du Chouard est agrémenté d’avertissements de deux agents du Système, le vieux Jean-Yves Camus et le jeune Abel Mestre. Ces deux terroristes de la pensée sont payés pour diaboliser tout ce qui peut menacer le Système.

 

JPEG - 38.5 ko
Jean-Yves, atteint de paralysie conceptuelle depuis 1945

 

Jean-Yves ne comprend plus rien à la pensée politique issue du Net, pensée qu’il réduit et amalgame à de l’antisémitisme, qui est comme par hasard son tiroir-caisse. Abel, lui, fait objectivement le travail du frotteur Haziza sur les réseaux sociaux : il provoque en permanence ses adversaires politiques qu’il dénonce de manière hystérique comme un danger pour la Démocratie, la sienne ou plutôt celle de ses inspirateurs. Abel se situe sur la ligne Besancenot, c’est-à-dire la fausse gauche employée par la Banque pour contenir les aspirations légitimes du peuple, on le voit actuellement avec les Gilets jaunes.

Ces gens-là n’aiment pas les Gilets jaunes car ces derniers ont débordé le cadre républicain (on sait ce que ça recouvre) et sont sortis de leur enclos : ils sont désormais à la recherche d’une explication plus cohérente, plus globale, et elle ne tient pas dans le logiciel mensonger de la gauche socialo-sioniste que défendent Jean-Yves et Abel. Ils doivent donc « avertir » les Français en colère des dangers inhérents à cette transgression. Soral incarne ce danger à lui tout seul : il est tout sauf socialo-sioniste, c’est un social-nationaliste qui correspond mieux à la révolte en cours que les gauchistes qui tentent de contenir le mouvement, de le gauchiser.

 

JPEG - 105.1 ko
Olivier, récupérateur de luttes pour le pouvoir profond

 

Besancenot, le facteur poney, avait été mandaté par ses patrons trotskistes en 2005 pour encadrer la révolte des banlieues, un épisode manipulé de A à Z par l’atlanto-sioniste Sarkozy pour prendre le pouvoir. Sarko avait réussi, et la LCR de Besancenot avait servi d’appât à gauche pour piéger, à la manière de SOS Racisme, les jeunes des cités. Malheureusement, l’affaire avait capoté pour Olivier, car la LCR, toujours alliée du pouvoir profond, ne peut que recruter parmi les plus sots des lycéens. Il faut toujours tout recommencer à chaque génération montante... La trahison est un métier pénible.

 

JPEG - 41.4 ko
Abel Haziza Mestre, le petit trots de Twitter

 

Abel et jean-Yves nous expliquent donc que l’exigence de démocratie d’un Chouard sent le souffre, celui d’un Soral qui serait tapi derrière. Or Chouard dit ce qu’il veut, ce qu’il pense et il le dit bien. Personne ne lui souffle sa nouvelle démocratie, sa VIe République ou son RIC à l’oreille. Avec de telles réformes, Chouard n’est pourtant pas dangereux pour le Système. Mais sa liaison, aussi courte fut-elle, avec Soral, fait quand même peur au pouvoir profond et à ses larbins : Jean-Yves et Abel doivent absolument rappeler l’axe Chouard-Soral. Deux précautions valent mieux qu’une.

 

JPEG - 40.3 ko
L’objectif du Diable est de diaboliser Soral

 

Le grand danger n’est donc pas Chouard, qui propose somme toute ce que les réformateurs du PS proposaient en 2003 sous l’égide du Nouveau Parti socialiste. À l’époque, suite au Congrès de Dijon, les « jeunes » Peillon, Montebourg et Hamon (avec Emmanuelli derrière) avaient tenté un putsch sur le PS. Ce courant sera trahi par Julien Dray, qui travaillait pour Hollande en sous-main, et le premier secrétaire roi des combinazione intégrera les putschistes dans son courant principal, on connaît la suite. Le NPS militait donc déjà pour une VIe République, une social-démocratie plus à gauche – un mantra au PS ça, plus à gauche, tant le parti se droitisait –, le chouardisme est donc le prolongement de cette tendance.

Sans vouloir donner de leçons à Chouard, qui fait très bien ce qu’il sait faire, ce Système n’est pas réformable : si l’on ne touche pas au pouvoir profond, le changement ne peut être que de pure forme et comme le Diable, le Système sait changer de veste du jour au lendemain : ses placards en sont pleins.

 

Chouard face à la dureté du Système, sur E&R :

 






Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents