Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

L’esprit français, entre finesse et robustesse

Angiolino Ventura disparaissait le 22 octobre 1987. Sa présence unique devant la caméra et son humanité, symbolisée par Perce-Neige, une fondation dédiée aux enfants en situation de handicap, ont su toucher le cœur des Français.

 

Il avait su séduire des êtres aussi différents que Gabin et Brel. Le premier avec sa présence unique devant la caméra, le second avec sa sensibilité à fleur de peau. Lino Ventura disparaissait, il y a trente ans déjà, le 22 octobre 1987.

Le temps a passé mais personne n’a oublié Angiolino Ventura, l’italien de Parme. Avant de devenir un acteur mythique, Lino avait été un des meilleurs catcheurs d’Europe. Il était devenu champion du continent en 1950. Ironie du sort c’est son ami Henri Cogan, qu’il retrouvera plus tard dans Les Tontons flingueurs, qui met un terme définitif à sa carrière de sportif lors d’un combat où il brise accidentellement sa jambe.

En 1953, le hasard va l’amener sur les plateaux de tournage. Jacques Becker a besoin d’une gueule de vrai dur pour son film Touchez pas au Grisbi. Il fait une proposition à Lino qui la refuse... puis l’accepte. L’ex-lutteur crève l’écran et se lie d’amitié avec Jean Gabin. Sa carrière est lancée.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 


 

Lino Ventura en six leçons :

 

Les aventures gastronomiques de Lino Ventura avec Jean Gabin et Bernard Blier :

 

Lino Ventura et l’humilité :

 

« C’était quoi Lino Ventura ? » – Émission Blow Up sur Arte :

 

« 23 octobre 1987 : mort de Lino Ventura » – Le 20h d’Antenne 2 :

 

Extrait de Ne nous fâchons pas de Georges Lautner (1966) :

 

Extrait de Les Tontons flingueurs de Georges Lautner (1963) :

 

Extrait de Le Gorille vous salue bien de Bernard Borderie (1958) :

 


 

Lino Ventura a donné très peu d’interviews durant sa carrière. C’est l’une d’elles, accordée au Républicain Lorrain en octobre 1981, que nous vous proposons de relire ici pour le 30e anniversaire de sa mort le 22 octobre 1987.

 

 

[...]

Il est vrai que Lino Ventura ne tourne pas souvent avec de jeunes réalisateurs.

Je ne suis pas contre et il y a des réalisateurs qui ont fait leur premier film avec moi, à commencer par Claude Sautet. Mais ceux d’aujourd’hui me soumettent des scénarios hautement intelligents sans doute, mais illisibles. Qu’on m’apporte une bonne histoire, bien charpentée, claire, intéressante, et je ne regarderai pas l’âge du metteur en scène.

 

Avez-vous des thèmes préférés ?

J’ai un goût prononcé pour des films d’aventures, les personnages virils, les héros solitaires, les sujets qui traitent de l’amitié. En revanche, je déteste la violence gratuite, et je suis incapable de jouer un assassin sanguinaire, un kidnappeur d’enfants, un détraqué mental, que l’on a pourtant osé me proposer. Mais il y a des films propres, justes, jusque dans la noirceur. Il faut que subsiste la notion du bien et du mal.

[...]

 

Vous fuyez les films politiques qui pourraient sans doute vous offrir des personnages intéressants. Avec une exception toutefois, Cadavres exquis de Francesco Rosi.

Quand j’ai lu le livre ayant inspiré le film, je n’ai pas pensé à un quelconque aspect politique. Cela m’a semblé le plus captivant des romans policiers, avec un personnage exceptionnel. Que Francesco Rosi ait exploité le contexte politique ne m’a pas gêné. Car Rosi que j’admire, dont je suis l’ami et qui possède de grandes qualités humaines, est tout le contraire d’un opportuniste.

Du reste, si en effet je fuis les films politiques, c’est parce que généralement ils sont lourds, pesants, démonstratifs et souvent partiaux. Mais si un film veut faire passer des messages sans pour autant ennuyer le public, je suis pour.

 

Vous cherchez donc, avant tout, le cinéma commercial ?

Commercial n’est pas une marque infâmante tout de même. Je connais des « intellectuels » au sens péjoratif du mot, qui trouvent du génie à tous les films qui se projettent devant des salles vides, mais dès que l’un d’eux fait de bonnes recettes, il ne peut plus être génial. Pour moi, un seul critère : ou bien c’est bon, ou bien c’est mauvais. Et une question : Molière, auteur à succès, est-il sans talent, puisque commercial ?

 

Entre deux films, Lino Ventura mène sur les hauteurs de Saint-Cloud une paisible vie de famille, entouré de livres (ceux de Balzac, Céline, de Kessel, son ami disparu, et aussi de traités de cuisine). Parmi les disques, ceux d’un autre ami, Georges Brassens ont une place privilégiée. Les journalistes sont rarement admis à sonner à sa porte.

J’ai toujours préservé ma vie privée et sans trop de difficultés. Il y a longtemps que photographes et journalistes ont renoncé à trouver du sensationnel avec moi, parce qu’il n’y en a pas. Et il vaut mieux pour leur santé qu’ils n’inventent pas des choses inexactes. Or, si l’on veut écrire la simple vérité, cela ne peut intéresser personne puisque je mène une vie banale, sinon pour moi, du moins pour la presse. Et puis, j’ai du mal à me confier. Alors je préfère que l’on parle de mon travail, de mes films, et il n’est pas besoin de me rencontrer pour cela.

Lire l’intégralité de l’article sur republicain-lorrain.fr

La splendeur du cinéma français, sur E&R :

À voir, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1825301
    Le 23 octobre à 19:19 par coyoterevolte
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    Je crois que Lino n’a jamais eu officiellement ses papiers français. Avant, il y avait des français de coeur sans papier...

    La raison de sa non naturalisation est liée au comportement des autorités pendant la guerre. Je ne me rappelle plus de l’histoire précise mais je crois que Lino Ventura était plus ou moins déserteur de l’armée italienne et réfugié en France : à confirmer mais intéressant de voir les retournements d’époque en époque et l’amnésie de chaque génération cantonnée dans sa mode.

     

    Répondre à ce message

    • #1825353
      Le 23 octobre à 20:13 par spirit
      Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

      Bah,Picasso s’est fait recalé deux fois à la foire de la naturalisation...il a vécu toute sa vie en France !

      Lino était un acteur français pour moi encore minos...Même quand il causait italien dans l’aventure c’est l’aventure,je trouvais que son accent n’était pas le bon....et puis quoi,Parme,c’est la Gaule cisalpine... !!!!

       
    • #1825788
      Le 24 octobre à 13:09 par Medusaraft
      Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

      J’ ai entendu dire qu’ il a été déserteur car il avait refusé d’ effectuer son service militaire dans l’ Italie de Mussolini. Et qu’ il avait fui ce pays en conséquence.

       
  • #1825364
    Le 23 octobre à 20:23 par Jean Le Chevalier
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    Un Monsieur et un grand acteur, avec des valeurs... une espèce en voie de disparition...

     

    Répondre à ce message

  • #1825442
    Le 23 octobre à 21:43 par Peter
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    J’ai toujours gardé à l’esprit ce qu’était dans la vie privée ce monstre sacré du cinéma, la dignité avec laquelle il était le père d’une enfant handicapée... Le seul qui le faisait savoir d’ailleurs, comme si c’était une tare. Ancien lutteur devenu catcheur, il n’avait pas besoin de rouler des mécaniques pour en imposer.

    Son association s’appelle Perce-Neige... Des connards quand j’y pense, ça n’est pas ce qu’il manquait à son époque, ce genre de mecs permettaient de faire le tri...

     

    Répondre à ce message

  • #1825453
    Le 23 octobre à 21:50 par MrKite64
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    MONSIEUR Lino Ventura

     

    Répondre à ce message

  • #1825463
    Le 23 octobre à 22:04 par Lecteur
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    Incroyable comme le temps passe vite . J’ai bien aimé ses films ,
    toujours passionnants . Paix à son âme !

     

    Répondre à ce message

  • #1825677
    Le 24 octobre à 09:45 par Nobody
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    A 1mn48, Audiard lache :

    "tu nous prends pour qui ? Des Vaudevillistes ?"

    Ah ah... Quenelle Transatlantique lol

     

    Répondre à ce message

  • #1825778
    Le 24 octobre à 12:35 par kribe
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    Lino, la classe à tous les étages..

     

    Répondre à ce message

  • #1825811
    Le 24 octobre à 14:00 par Nono
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    C’était l’ami d’un ami de mon père, j’ai eu la chance de taper la pétanque avec lui, j’avais 12 ans, c’était à Aix en Provence. Il était très rigolard et convivial.
    Ça me faisait tout drôle de côtoyer un homme que j’admirais à la télé.
    Un Grand Monsieur.

     

    Répondre à ce message

  • #1825878
    Le 24 octobre à 16:09 par Tom
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    Vous auriez pu mettre un extrait de " L’aventure c’est l’aventure " :

    Lino : " Le capital c’est foutu ! La société de consommation c’est foutu ! Les voitures c’est foutu ! La Vème c’est foutu !!! "
    Aldo : " Qu’est-ce que c’est la cinquième ?

     

    Répondre à ce message

  • #1825940
    Le 24 octobre à 17:53 par paramesh
    Il y a trente ans disparaissait Lino Ventura

    curieux, j’étais en train de me faire une cure Lino depuis le mois dernier, et j’en profite pour vous conseiller (si vous ne connaissez pas encore) les grandes gueules (avec Bourvil),
    il y a tout dans ce film. c’est du complet 5 céréales.
    Salut Lino

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents