Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Images d’archives : Alain Soral face à Simone Veil (2000)

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette émission a bien existé, animée par Alain Duhamel. Alain Soral n’était pas persona non grata à la télé ce 28 février 2000, le débat portait sur le féminisme, et Alain Soral, comme le rappelle Alain Duhamel, venait de sortir Vers la féminisation.

 

 

Retrouvez les analyses d’Alain Soral chez Kontre Kulture :

Vous appréciez Alain Soral ?
Dites-le autour de vous avec la boutique E&R :

Les dernières interventions d’Alain Soral, sur E&R :

Prolonger la vidéo avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Allez je vais faire "ma blonde" : Soral a quand même bien vieilli... :) Bon à part ça l’extrait n’apporte rien de nouveau ..Et oui, Soral a presque toujours raison !!! :)

     

    • #1757652
      le 01/07/2017 par envolées_des_incultes
      Images d’archives : Alain Soral face à Simone Veil (2000)

      Si, il apporte, comme toutes répétitions. A force, tu te demandes si au lieu de remettre en cause la place de la femme dans la société, ça n’est pas la société elle-même qu’il faudrait plutôt remettre en cause.
      Parce que à choisir entre une bonniche et une compagne avec qui je partage tout, c.a.d. entre la femme catholique remisée et la femme celte/gauloise débridée, capable de donner des mandales, je prends la seconde sans hésitation.


    • @envolées des incultes En fait dans mon "rien de nouveau je parlais de l’affiImation : Soral à presque toujours raison.....
      ""A force, tu te demandes si au lieu de remettre en cause la place de la femme dans la société, ça n’est pas la société elle-même qu’il faudrait plutôt remettre en cause."" Ah ben il vous faut peut-être du temps pour comprendre hein ? Et puis arrêtez de saucissonner les questions, c’est un tout.
      """Parce que à choisir entre une bonniche et une compagne avec qui je partage tout, c.a.d. entre la femme catholique remisée et la femme celte/gauloise débridée, capable de donner des mandales, je prends la seconde sans hésitation.""""" Oula ! je ne suis pas sûre que Soral parle de l’une ou de l’autre de ces catégories que vous décrivez très caricaturalement....Vivez vous dans une BD ? Allons un peu de subtilité (sans vouloir copier une certaine formule :) )


  • Je pense que beaucoup trop de femmes ne comprennent pas la logique de la société de consommation, elle n’ont pas cet esprit d’analyse sociologique, du moins j’en ai parlé avec ma mère et ma sœur et je ne parviens pas à leur faire comprendre, dites moi que je me trompe.

     

    • Je penses juste que ton entourage n’a pas la capacité (en tout cas aujourd’hui) critique nécessaire pour faire ce constat. Simple expérience personnelle, ma mère est sociologue et a conscience de cet état de fait qui lui paraît banal ; la question sexuelle ne réponds correspond pas au critère de réflexion intellectuelle, c’est une question d’éducation et/ou de capacité de réflexion en premier lieu.

      Tout comme la question raciale n’est pas la source des problèmes de la société actuelle mais elle est avant tout, économique. Prends un reubeu de banlieue que tu fais vivre dans un 100 m2 dans le 16ème, tu lui donnes un job qui paye 3000e/mois et je peux t’assurer que l’idée de braquer la bijouterie du coin ne lui effleure même pas l’esprit.


    • Oui.
      Allez écouter en dehors de votre famille.


    • #1757285

      J’ai trois soeurs et j’ai grandis élevé par ma mère, je constate la même chose, mais je pense que c’est plutôt à contextualisé avec le fait que de toute façon c’est pas une question de sexe, 99% de la société continue à ne s’informer que au travers de ses gens. Tant qu’ils gagnent sur le terrain de l’information, il gagne, point.

      Pour résumer, dans l’extrait ici, comme tout le monde le sait déjà, Soral avait déjà un discours ultra minoritaire, et servait de faire valoir. De petite contradiction toléré pour servir dans ce cas çi Veil.


    • Non, vous n’êtes pas le seul. C’est "sociologique et génétique" : la femme est celle qui gère le foyer, l’homme l’extérieur du foyer, mais qui pourrait entâcher ce dernier. Alors ouais, on pourrait dire "elles ne sont pas toutes comme cela" et patati et patata, mais très honnêtement, elles le sont toutes ainsi plus ou moins au fond d’eux-même.


    • #1757296

      Et oui très peu de femme ont un esprit d’analyse et du recule sur les choses sociétal car elles n’ont pas la même vision du ’’ vice ’’ que les hommes n’y la même compréhension du ’’ mal ’’ . Elles sont ainsi faite pour la plupart... Je travaille entouré de femme et quand j’essaye d’avoir des discussions intelligente c’est un calvaire


    • Quand il est question des soldes ou de chiffons, là elles comprennent !


    • #1757339

      Non, mais il n’y a pas que les femmes qui ont ce problème de compréhension !


    • Non malheureusement tu as raison. Et le pire c’est que tu dois passer pour un oppresseur quand tu essayes d’argumenter. Moi comme je suis une femme, lorsque je tiens ce genre de propos je suis l’extra terrestre de service. Ça crée un léger malaise dans les conversations qui ne me déplaît pas ! Je sens que ça fait réagir.
      Mais toi mon pauvre qui n’es "qu’un homme", tu auras beau te fatiguer à philosopher, tu seras forcément taxé de machisme.


    • Elles sont capables de le comprendre, mais combien d’hommes, déjà, le comprennent ? Ce sont eux qui trop souvent ignorent le lien entre féminisme et société de consommation. Or seuls les hommes peuvent s’organiser pour reconstituer une société organique...
      Le libéralisme veut remplacer une société d’ordre fondée sur la famille patriarcale, par une société centrée autour de l’argent - et liée par l’espoir d’en avoir. C’est de ce point de vue que toutes les transformations se sont justifiées : la promotion du travail féminin, de la sexualisation du corps, la chute de la famille, le mépris de la maternité, la haine des rôles complémentaires. Tout ça pour quelques sous.

      La modernité veut réadapter l’humanité aux règles du marché.

      À qui profite l’effort des femmes sous l’ère féministe ? aux proches qu’elles aiment, ou à des inconnus, actionnaires et haut-fonctionnaires ?


    • Bonjour,

      A mon humble avis, c est un faux debat.
      M. SORAL a bien evidemment raison selon sa grille de lecture socio economique.
      Ceci etant dit, nier la lutte societale historique et legitime de la condition feminine dans la societe occidentale civilisationnellement patriarcale est franchement de mauvaise foi.

      Le probleme c est que M. Soral amene des arguments philosophiques et un logos de premier ordre.
      Malheureusement les pseudo intellectuels en face n ont pas le niveau pour porter le debat, et les contre arguments legitimes (qui pourtant existent), a M. Soral.


    • Ben !!!! je suis une femme et non seulement je comprends les ficelles sous jacentes à la société de consommation mais je suis complétement en accord avec les analyses de Soral. Donc il ne faut pas généraliser. Il est vrai que de nombreuses femmes en restent au superficiel et ne vont pas chercher plus loin mais c’est vrai aussi des hommes. Donc pour les hommes sur ce site gardez confiance toutes les femmes ne sont pas des harpies féministes haineuses et débiles.


    • @anonymous
      La contre-argumentation n’est pas raison.


    • @ Jeremd
      Votre maman est sociologue, elle aurait aussi pu vous apprendre de ne pas forcer les stéréotypes, votre exemple avec un rebeu est juste pitoyable. Vous me rappelez une tremblante cherchant à tout prix des blancos, il était comme vous, éduqué et bien sur lui !
      Donc, je prends un blancos dans une cité HLM en banlieue, il devient dealer, c’est exactement votre raisonnement, débile !


    • #1757515

      T’as essayé de te mettre au niveau de tes interlocutrices ?

      Des fois faut s’abaisser pour se faire entendre.

      Tu prends l’air un peu con-con, ça donne à l’autre l’impression qu’il/elle va t’apporter quelque chose de plus grand que ton côté con-con.

      Ça initie le dialogue, ça ramène au fond et chacun peut donner son opinion sur les femmes et le pognon. Et, sur “une société centrée autour de l’argent - et liée par l’espoir d’en avoir”.

      Et, ensemble, dans l’opinion, luttons pour une société sans échange monétaire et liée au fait d’avoir, aujourd’hui, autant d’espoir, pour demain, que d’aucun argent.

      Comparons, entre nous, ce qui est comparable... Merde quoî !

      Vous tous les gens qui espérez de l’argent pour vos créanciers, n’est-ce pas tout de même un tantinet centré ?

      Mis à part cela, c’est un beau geste pour les créanciers.

      Seulement, c’est pas l’espoir qui fait vivre, c’est le pognon. Perso, je le place au-dessus des opinions de salon. Si une opinion résolvait, ça s’saurait ! Si c’est pas malheureux, avec ou sans la femme pourrit le Pognon !


    • #1757524

      "Contre argument légitime", allez y

      J’attends...


    • Haha, on sent dans votre commentaire la crainte de passer pour un misogyne.
      Les femmes en effet, ont besoin de comprendre le monde avec leurs corps, leurs tripes, leurs instincts, bien plus que les hommes qui eux s’enthousiasment davantage pour le concept et l’abstraction.
      Hommes et femmes ne sont pas égaux car leurs natures ontologiques ne sont pas les mêmes. Ca ne veut pas dire que les femmes sont moins intelligentes, elles sont simplement autrement intelligentes. Conséquence parmi d’autres, les femmes sont surtout concernées par la résolution de problèmes d’ordre pratique : logement, nourriture, confort.
      Lorsque votre mère et votre soeur vous écoutent blatérer sur la société de consommation, ça ne les intéresse pas trop, c’est tout ! Elles ont simplement d’autres priorités.


    • Pour contourner la société marchande tout en faisant sien le principe que "mon corps m’appartient" la femme moderne aura commis l’erreur d’oublier qu’il en est d’autant plus sacré.
      Le sacré induisant une part de sacrifice, il est préférable de sacrifier une part de désir auquel notre corps nous soumet, plutôt que de sacrifier son corps sur l’autel de la liberté des mœurs.
      Je dirais que pour la majorité d’entre elles, celles qui ont choisi de ne pas céder à tous les hommes qui les ont convoitées lorsqu’ elles étaient encore (fort) désirables s’ en félicitent l’âge de la modération sexuelle venu. Elles échappent à la frustration de ne plus être l’objet de toutes les convoitises masculines et se satisfont pleinement d’une vie amoureuse sobre, quand elles en ont une.
      D’autant qu’avec le temps le regard de l’ homo erectus transperce le seul physique pour appréhender sa/son cher et tendre dans sa globalité. L’enfant qui nait d’une union de corps et de coeur rend ce regard encore plus affuté. Sauf que nous ne sommes pas des anges et que ce regard est pour des raisons multiples et variées sollicité puis - parfois - dévié. S’il l’est de manière persistante sur un objet convoité, le couple se disloque et c’est la fin. A priori l’ego sera moins atteint si la séparation survient pour projets de vie divergents que pour tentation assouvie avec frénésie.
      Je précise que je théorise n’ayant jamais connu ce second cas de figure finalement assez rare dans les familles traditionnelles en tout cas.


    • @ Rasta gwer 78 : je vous rassure, enfin si je puis dire, en tant que femme c’est pareil, d’ailleurs que je parle avec des hommes ou avec des femmes de mon boulot. Y a vraiment des jours où on se sent bien seul !!!


  • Soral fréquentait du beau monde ... !

    Je découvre ahuri ,le Standing officiel de Soral
    en 2000 !


  • Le féminisme mené par des bourgeoises hors sol. L’extrait en dit long.


  • Elle l’a désarmé en jouant de sa Chutzpah, faut dire qu’avec Atali, elle joue dans la catégorie poids lourd, et sa loi infanticide en est la preuve.


  • Bien envoyé cher Soral ! La Tradition rien que la Tradition !

     

    • #1757615

      La Tradition face à la Kabbale sataniste mondialisée !

      D’ailleurs hier, vendredi 30 juin, Bruno Lemaire, Ministre de l’Économie (!) a déclaré à New-York (LA ville juive) : « Macron est Jupiter, je suis Hermès le messager » !

      Évidemment c’est drôle. C’est moins drôle quand on sait qu’il fait allusion non pas aux dieux grecs, mais aux constellations dans le ciel (astrologie, cosmologie) sur lesquelles s’appuie la Secte kabbaliste pour planifier son projet chaotique - dont En Marche est un des bras.


  • #1757362

    Bonsoir,

    alors sur ce point je vous conseil à tous de visionner un excellent documentaire d’ Arte, qui reprend le titre du roman de Zola Au bonheur des dames.
    http://www.film-documentaire.fr/4DA...

    qui montre justement comment l’ avènement de la société de consommation a permis une certaine émancipation des femmes, voire même à de véritables ascension sociale, pour les femmes du peuple, à une époque ou elles ne travaillaient pas et ou sous le coup du sort il ne leur restait plus que la prostitution, dans les bordels de 3e ordre, avec la syphilis et tout le tintouin.

    Il faudrait se rappeler parce que c’ est historique que la plupart des techniques du commerce moderne ont été inventé à cette époque ici en France avec l’ invention du grand magasin par Aristide Boucicaut, dont une enseigne comme Amazon en reprend aujourd’hui les grands principes.


  • #1757380

    Mme Veil était aussi passée maître dans l’art du pilpoul....

     

  • Comparer ce qui est comparable alors qu’elle compare ce qui n’est pas comparable !


  • #1757568

    En quoi l’esclavage économique (et réel) de la femme serait préférable à la domination patriarcale (théorique) ?

    Soral a raison de poser la question : les féministes ont prétendu que la domination patriarcale était réelle parce que de "principe"(?), pour présenter comme "libérateur" l’esclavage économique.

    Leur sophisme loin d’améliorer la servitude théorique de la femme, l’ a INSTITUEE

    Hier, vous étiez femme, aujourd’hui esclave-objet
    Et demain objet dans le commerce.

    C’est très grave : je ne couche pas avec des poupées en plastique.

    L’Histoire donne raison à Soral et tort à Veil :

    - C’est Marie qui a inauguré la Prédication christique
    - C’est Véronique qui a essuyé le visage du Christ
    - C’est Clotilde qui a éduqué Covis
    - C’est Ste Geneviève qui a sauvé Paris
    - C’est Ste jeanne d’Arc qui a sauvé la France

    Et c’est notre mère qui nous a fait découvrir le pot au feu.

    Nous serions fous, menteurs et criminels si nous ne faisions pas nôtre l’exclamation d’Adam devant Eve :

    "Cette fois, celle-ci est os de mes os et chair de ma chair ; celle-ci sera appelée femme (Isha), parce qu’elle a été prise de l’homme (Ish)."

    Vous ne pouvez pas condamner la femme telle que Dieu l’a faite sans vous condamner et vous ne pouvez pas vous condamner sans condamner Dieu

    C’est ce qu’il faut reprocher à toute cette école protosatanique : condamner Dieu en condamnant sa Création, au premier rang de laquelle l’Homme qui est en est le couronnement.

    Mais Quis ut Deus ?

    Qui t’a donné le droit Veil de tuer les Fils de Dieu que Dieu a créés ?

    Dès lors comment pourrais-tu te présenter comme l’avocate des femmes après avoir fait d’elles des infanticides d’habitude ?


  • Elle répond un poil à côté et ne nie pas les propos de Soral.

    Par contre je me demande un truc... Dieudo est devenu pestiféré médiatique en 2004, suite à son sketch sur le colon feuj (pas drôle d’ailleurs).

    Donc là au moins il y a une date et un motif précis.

    Mais Soral l’est devenu quand ? Et par rapport à quoi ?

     

  • comparer ce qui est comparable ?
    et non toutes les femmes n’étaient pas abandonnées par leur mari et le divorce était mal vu, par contre toutes les femmes sont aujourd’hui obligées de travailler car un salaire ne suffit plus pour faire vivre une famille.
    S.VVeil = pilpoul
    CQFD


  • #1757600

    La réponse de Simone Veil est confondante de médiocrité. Un des éléments de réponse : pour que Simone puisse parader, coiffée et sapée comme une grande bourgeoise, pour qu’elle puisse prendre du pognon partout où elle passait (elle, son mari et ses semblables), pour que le peuple adhère â la figure de la Sainte Laïque, pour que les gens pensent que l’avortement soit un progrès et une nécessité, pour que la culture de mort soit partout promotionnée dans un déluge de mensonges (la libération du clitoris, je me marre...)

    Oui, pour cela, il a fallu que les femmes soient mises en esclavage moderne. Par qui ? Par des gens comme Simone.

    Jean-Patrick Manchette écrivait dans les fabuleuses premières pages de son Petit Bleu de la Côte Ouest : "La raison pour laquelle Georges file ainsi sur le périphérique avec des réflexes diminués et en écoutant cette musique-là, il faut la chercher surtout dans la place de Georges dans les rapports de production. Le fait que Georges ait tué au moins deux hommes au cours de l’année n’entre pas en ligne de compte..."

    Cette phrase-là, lue à 15 ans, m’a ouvert un peu les yeux (et isolé des foules sentimentales) : Auswitch ou pas, Sainte Laïque ou pas, nos places dans le rapport de production nous confisquent nos vies, font de nos vies des avortements, nous sommes des foetus pour nourrir ces vampires...

    Merci Patron.


  • Dans tous les domaines, les femmes sont sans aucune limite, elles arrivent toujours à leurs fins bonne ou mauvaise.

    À 99 %, elles gagnent sur tous les sujets de la vie même si elles sont dans l’erreur ; erreur qu’elles ne reconnaîtront jamais et si l"homme insiste à à lui faire reconnaître ses erreurs, il le payera cher d"une façon ou d"une autre.

    Le 1% restant représente les hommes qui ont préféré foutre le camp.

    Les femmes étant dépourvus d’un véritable sens pratique, elles ne se rendent pas compte des conséquences des pressions qu’elles exercent sur les hommes.

    Depuis 1968, les hommes se transforment de plus en plus en femmes et le pire est que les femmes détestent ce que les hommes sont devenus à cause d’elles qui ont gobés toutes les débilités des féministes.

    Mais comme, je l’ai dit plus haut, elles ne le reconnaîtront jamais.


  • #1757702

    « Hélas » ! Comme dirait Victor H. « Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous ».

    Les contes amplifient les citations pour ne jamais nommer la relation des mots qui manquent aux émotions.


  • #1757721

    alain soral n’est ni sociologue ni philosophe, c’est dingue comme quand t’es dans les petits papiers des médias on te présente élogieusement, maintenant qu’il est mal vu il n’est même plus qualifié d’intellectuel, alors que pour le coups même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui il en est un tout de même.

     

    • Il est un peu de tout ça sans être spécifiquement un ou l’autre.

      Un peu comme un médecin urgentiste/généraliste.

      Après t’as le radiologue qui ne fait qu’interpréter de l’imagerie, que ça.

      Ou le psychiatre qui ne fait que distribuer des psychotropes, que ça.

      Etc.


  • J’en ai vu de ces trentenaires parisiennes qui se disent "libres". Libres de vivre seule avec leur chat, dans un 20 m2 à 800 euros par mois, libre de bosser 8h par jour pour un boulot sous-payé après de longues "études" inutiles financées par les parents. Libres d’enchaîner les rencards, les plans culs et les relations éphémères foireuses via l’application "Tinder". Libres de se bourrer la gueule le samedi soir "entre copines" dans des bars branchouilles à 8 euros le cocktail, avant d’avaler leur lexomil et de s’endormir en se retenant difficilement de chialer en pensant à leur solitude et à l’approche de la ménopause.

    Sans glorifier le passé, cette génération devrait être un peu plus réaliste, objective et critique sur l’idéal de vie qu’on lui a vendu.

     

    • @stev
      Effectivement, ces trentenaires et quadragénaires sont les filles des baby-boomeuses ( soixante huitardes) qui ont rejeté en bloc l’image du père et la société patriarcale pour mieux s’aliéner dans une vie telle votre description. Et ainsi de suite de mère en fille au détriment des garçons dont on a détruit l’image de leur père ( à juste titre parfois tellement ils buvaient !).
      Ainsi tellement d’hommes ont une infinie affection et un grand respect pour leur grand-mère, née avant la guerre, soumise et rejettent leur mère, qui voulait être une femme libre avant tout, libre du joug marital , avant d’être une mère.


  • #1758100

    Simone Veil Maîtresse du pilpoul


Commentaires suivants