Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Images d’archives : Alain Soral et la conquête des femmes (1996)

Se procurer la reproduction du tableau Café des sports
aperçu dans la vidéo :

 

Alain Soral et les rapports homme-femme,
chez Kontre Kulture :

Vous appréciez Alain Soral ?
Dites-le autour de vous avec la boutique E&R :

Les dernières interventions d’Alain Soral, sur E&R :

 
 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1745506
    Le 14 juin à 20:30 par anti mondialiste
    Images d’archives : Alain Soral et la conquête des femmes (1996)

    Alain Soral a été le précurseur de Nicolas Dolteau et de tous les coachs en séduction.

     

    Répondre à ce message

  • #1745528

    J’aime beaucoup le charme de l’Alain Soral d’aujourd’hui, qui n’a rien à envier selon moi à l’Alain Soral d’hier ; ce serait plutôt l’inverse, il fait partie de ces gens qui ont la chance de pouvoir développer leur potentiel avec l’âge, qu’il soit physique, intellectuel, et pourquoi pas spirituel, ce qui les rend particulièrement attirants ; pas d’idolâtrie bien sûr, juste la reconnaissance de quelque chose qui force l’admiration...
    Quant à la drague en soi, je ne sais pas, je ne me prononce pas...

     

    Répondre à ce message

  • #1745546

    Mélange de drague et de sociologie : du stéphane Edouard bien avant l’heure.

     

    Répondre à ce message

  • Petite erreur d’analyse Alain...

    Les mecs n’ont pas peur de l’acte sexuel parce que la femme représenterait la mère et l’acte sexuel, une faute... c’est juste que 95% des femmes n’ont, pour les hommes, aucun intérêt autre que sexuel et qu’il est difficile d’envisager de faire semblant de s’intéresser à une femme pour ensuite se tirer juste après avoir couché... ça fait faux-cul et crevard en chaleur, et personne n’aime se voir sous ces traits-là...

    La seconde appréhension c’est d’imaginer se faire jeter, ce qui est paradoxal puisque normalement, se faire jeter par une fille dont on se fout complètement ne devrait pas nous émouvoir... mais si, il y en a que ça rebute...

    Une fois passé ces deux pudeurs : ne pas vouloir se faire jeter et ne pas vouloir se montrer comme un sale menteur en rut... n’importe qui peut effectivement aborder n’importe quelle fille... et ce, même passé 39 ans...

    Et vive l’amour...

    PS... j’oubliais aussi... le fric.... les hommes ne peuvent s’empêcher de vouloir avoir les moyens financiers et matériels (appart’, voiture, etc.) avant de proposer la botte à une femme... c’est idiot mais c’est comme ça... alors un conseil, dites aux femmes que vous abordez que vous êtes de passage et que vous n’avez qu’un petit pied à terre qui vous coûte une fortune... mais que vous vivez en fait ailleurs (choisir une vie crédible et qui fait rêver)... ça a le double intérêt de rende votre appart’ pourri tout à coup super cool et de laisser envisager la possibilité d’une escapade dans votre véritable ville de résidence...
    Mais pour ça, il ne faut pas avoir de scrupule à mentir (cf. plus haut)...

    PS 2 : et puis dites-vous bien qu’une fille, avant que de se monter le bourrichon et vous casser les pieds, ne désire qu’une présence, un regard, de l’affection, de la gentillesse... un peu d’insouciance et de la joie... alors pas besoin d’en faire des tonnes...

     

    Répondre à ce message

    • #1745585

      Les mecs n’ont pas peur de l’acte sexuel parce que la femme représenterait la mère et l’acte sexuel, une faute... c’est juste que 95% des femmes (...)




      Tu ne montres pas en quoi la thèse de Soral serait fausse, tu parles d’autre chose.



      La seconde appréhension c’est d’imaginer se faire jeter, ce qui est paradoxal puisque normalement, se faire jeter par une fille dont on se fout complètement ne devrait pas nous émouvoir... mais si, il y en a que ça rebute...




      Si tu convoites une fille, même pour un moment, c’est que tu ne t’en fous pas complètement.
      Se faire rejeter, même par une inconnue, c’est être confronté à un échec, un échec on ne peut plus personnel, donc très déplaisant à vivre.

       
    • #1750872

      La peur de se faire jeter n’est pas tant liée au désir de baiser la femme qu’à la peur qu’a notre ego de subir une désillusion.

       
  • #1745682
    Le 15 juin à 00:52 par C’est choux les fleurs
    Images d’archives : Alain Soral et la conquête des femmes (1996)

    Quel coach !

    Savoir ce qu’un autre ignore c’est trop bandant. Toute sa générosité est là, dans la satisfaction permanente du partage à ne rien cacher. L’assurance d’une relation équilibrée dans la confiance mutuelle de savoir qui l’on est.

    C’est evident que la vérité nait de la transparente ; toutefois, se cultiver son petit jardin secret pour faire perdurer l’intérêt que l’on a su susciter et se percevoir dans la relation à l’autre.

    Sur le marché la conquête de soi dans le regard de l’autre, c’est 1 € le kilo. Parfois, y a même des lots. C’est intéressant tu peux avoir deux regards pour le prix d’un. Ça fait tout de suite se donner plus d’importance.

     

    Répondre à ce message

  • #1745731

    Si les parents sont équilibrés, les enfants savent se reproduire naturellement.

    Tous ca, c’est du marketing pour bobos dégénérés..

    Les couples se forment majoritairement dans le milieu naturel de proximité... D’ou les castes (opposées aux multiculturalismes qui nous pond des types comme Stephan uber pas contant...)

    En réalité, c’est la femme qui choisit l’homme... Elles savent se faire pré-tendre...

     

    Répondre à ce message

  • #1745743

    Ce Alain est génial. J’adore.

    Je suis enfant unique de parents divorcés et j’ai été élevé par ma mère. Ma mère, qui était une femme formatées aux valeurs post 68, génération féministe-mittérrandienne, mes relations avec les femmes ont été assez difficile.
    Jeune homme frustré, mal dans sa peau, angoissé à l’idée du râteau, je n’ai pas eu beaucoup de femmes dans ma vie. Et quand j’avais quelques occasions, ce n’était jamais celles qui me plaisaient. Aujourd’hui encore, je vis avec une femme que je ne désire pas particulièrement.

    Quand j’ai découvert Alain et ses écrits, ses vidéos, quelque chose s’est passée en moi. Comme un réveil.
    Je reste un homme angoissé par les femmes, malgré mon désir pour elles.
    Je continue de lire les œuvres d’Alain et celles de KK. Cà m’aide.

    Merci ER.

     

    Répondre à ce message

  • C’est ce Soral là que j’ai découvert, et aimé au départ ... c’est grâce à lui que j’ai pratiqué moi aussi pendant 3 ans ce "sport". Il m’a inspiré et guidé.

    A partir de 2001, ça a commencé à être de plus en plus difficile ...
    Aujourd’hui, je ne comprends meme pas comment c’est possible, en particulier dans ces quartiers là.
    IPod sur les oreilles à une époque, iPhone devant les yeux, quasi aucune filles se déplaçant seule, que des couples ou faux couples dans les jardins, ou des groupes de filles, jeunes mais bruyantes, qui pensent contrôler le monde, donc inapprochables. Evidemment, une présence colossale de jeunes ethnicisées, donc souvent plus agressives et moins open au contact humain. Et les rares "dispo" sont dans une terreur permanente de se faire aborder par qui que ce soit, même un "blanc bien habillé", et répondent "non, non" et accélèrent le pas, même si tu essayes de simplement leur demander l’heure.
    C’est même plus du sport de haut niveau de nos jours, c’est comme jouer au casino, quasiment 100% de perdants.

    Par contre, ce qui n’est pas indiqué, c’est la présence majeure des étudiantes étrangères, ou étudiantes en langues, qui elles sont mille plus open et accessibles, et plus sensibles au lover frenchie. Pologne, Hollande, Bulgarie, etc... le tour d’Europe est rapide et total. :)

     

    Répondre à ce message

    • #1746553

      Oui j’ai remarqué également ces étranges conciliabules au restaurant ou ailleurs.

      ’ Je me rends compte maintenant à quel point elle est pareille aux autres : froide et distante. Y’a beaucoup d’gens comme ça, les femmes surtout, on dirait un syndicat."
      Taxi driver, Travis Bickle.

       
  • Je tiens à dire qu’aujourd’hui, la drague de rue ne peut plus être pratiquée comme un sport. Dans les années 60, à l’époque de la libération sexuelle et des mœurs, l’état de décrépitude et de pourrissement de la situation française n’était pas aussi avancé. Au XXIème siècle, avec l’immigration massive, la misère sexuelle et le sale boulot du féminisme, la drague de rue n’est pas un service rendu : ni aux femmes ni aux hommes apprenti-séducteurs !

     

    Répondre à ce message

  • #1747047

    Soral c’est l’anti-Conversano

    Ce dernier qui, je le rappel, disait dans ses vidéos, combien il est dificile d’aborder, d’intéresser, de conquérir voir sauter une femme française, remettant au passage cela sur le dos de leurs désirs fantasmé pour les noirs.

    La drague c’est avant tout un jeu, à deux, qu’il est aisé de pratiquer dans une ville comme paris, pour qui à un minimum de cervelle et de répartie.
    On va pas se le cacher, c’est pas donné à tous le monde non plus.
    Du moins pour la plupart des hommes faut -il encore ne pas avoir d’ambitions trop élevé.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents