Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Images d’archives : Alain Soral et la conquête des femmes (1996)

Se procurer la reproduction du tableau Café des sports
aperçu dans la vidéo :

 

Alain Soral et les rapports homme-femme,
chez Kontre Kulture :

Vous appréciez Alain Soral ?
Dites-le autour de vous avec la boutique E&R :

Les dernières interventions d’Alain Soral, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • N’est pas vaurien qui veut :
    Vaurien dans le monde,
    Chevalier hors du monde !

    « À ceux dont l’existence est dans le ciel » La vie d’un vaurien p.113

    Merci pour ce partage émouvant de la vie d’un vaurien de 39 ans à Paris, qui commencera à mettre au pied du mur dix années plus tard, la ripouxclique antifrançaise !


  • Soral est un bel homme, grand, cultivé, qui parle bien, à la voix agréable, un tchatcheur né, normal qu’il puisse draguer facilement. Son succès n’est pas étonnant, et je crois tout à fait qu’il a pu avoir un palmarès de 700 femmes. Quand je parle de ce nombre à des gens, on me répond "c’est du baratin, de la frime, il a du en avoir 150 ou 200 et gonfle le chiffre" etc, mais moi, j’y crois. Un pote me dirait ça, j’y croirais pas, mais venant de Soral, si, c’est possible.
    Quand on connait les critères des femmes modernes, qui plus est parisiennes, c’est plausible.

    Personnellement, collectionner les femmes ne m’intéresse pas du tout, comme toute autre collection d’ailleurs, je préfère construire dans la fidélité, donner un max d’amour à une femme ciblée, car ça me construit beaucoup plus. Si je faisais autrement, je penserais que je serais fou...

    De plus, je déteste absolument le caractère des femmes légères qui se laissent séduire facilement, qui trompent leurs maris, etc, elles sont peut etre jolies et permettent d’assouvir des envies sexuelles, d’accord, mais par contre, je trouve qu’elles n’ont rien au 3ème étage, dans le ciboulot, et surtout, qu’elles ont un coeur endurci et fermé.
    Leur comportement entre bien dans la démolition moderne de la famille, avec les tromperies, divorces, IVG, et féminismes outranciers en tous genres.
    Il y a une contradiction, à mon avis, entre dénoncer le monde moderne, et renforcer des attitudes qui justement rabaissent l’esprit et ferment le coeur.

     

    • Effectivement bcp de justesse dans ton propos mais bon alain était jeune et tourmenté de par son éducation. Mais niveau Logos il reste au dessus du lot c’est clair.


    • On reproche - légitimement - aux femmes actuelles d’être consommatrices et légères. Mais il ne faut pas comparer cela au côté volage et consommateur du prédateur qui doit se soumettre rapidement à des stimuli, à en paraître émotionnellement instable. Ce n’est pas du tout du même registre et de toutes façons on n’est pas à une contradiction près :-)


    • SC31,

      Les grosses contradictions sont inacceptables, sinon on dit et on fait n’importe quoi.

      La légèreté de l’homme et de la femme sont tout à fait comparables.
      L’homme n’a pas à se soumettre à tous ses instincts animaux, le contrôle de soi et de ses instincts, ça existe et ca s’apprend.
      Sans la contraception, ces attitudes équivaudraient à faire des tas d’enfants à droite et à gauche, sans mariage, et en laissant les enfants sans leur père.
      Ce qui correspond à la situation des pays arriérés du sud, qui ne se sont pas développés, et pour cause.


  • En gros, première qualité pour plaire aux femmes : l’assurance. C’est assez simple en fait.

    Si tu as ça ; derrière, tu as le droit d’être con, moche, vulgaire, etc etc...Un grand classique.

     

  • Ce n’est pas le Soral que je préfère, je passe.


  • Soral en prof de séduction dans un cours avec des filles... Effectivement, plus besoin de passer par le Luxembourg...


  • Sortie de l’armée en 1983,de cette année jusqu’à 1988 j’ai eu un nombre difficilement calculable de conquêtes.Parfois je voyais quatre ou cinq jeunes femmes différentes dans la semaine je crois que cette époque était propice,aujourd’hui avec trente ans de moins je ne sais pas si pourrais en faire de même. L’état d’esprit la mentalité et surtout je trouve que les femmes se sont masculinisée,ou ne suis-je plus dans le coup...

     

    • @Nenex...........ton analyse est la bonne, c’est à un véritable bouleversement sociologique que nous avons assisté depuis cette époque " bénie " !...et pas pour le meilleur, le charme est rompu depuis longtemps .


    • #1745736

      Moi je dirais qu’elles se sont déshumanisées quelque peu, avec leur portable attaché à la main, la tête baissée, la réaction est soit de l’indifférence (donc pas de réaction, autisme, blasée), soit de l’énervement compulsif... bref en général il y a moins de répondant, moins d’enthousiasme - à moins que j’idéalise trop les rapports dans la France d’avant, le climat social s’est dégradé, l’insouciance ayant laissé place à une angoisse latente, qui ne favorise pas la rencontre (mais encore possible hein !).


  • #1745434

    Soral, le premier coach, bien avant avant les autres, comme toujours !


  • J’ai pratiqué pendant 3 ou 4 ans ce sport qui était devenu une drogue. Je draguais plutôt des femmes qui se déplaçaient, j’adore les beaux culs alors une femme assise c’est plus compliqué pour la vérification !

    Contrairement à Soral j’y allais plus directement ! "Excusez moi mais je vous ai vu passé et comme je vous trouvais charmante, j’avais envie de faire connaissance". Pas de perte de temps et puis si le style plait à la nana c’est dans la poche et si le style plait pas, tant pis ca sera pour la suivante. L’idée c’était de provoquer l’étonnement, elles n’ont pas l’habitude de se faire draguer aussi ouvertement. Après il y tout un savoir faire qui consiste à voir si on dérange ou pas.

    Technique à pratiquer avec une grande prudence pour les débutants, mieux vaut y aller doucement quitte à perdre des opportunités au départ pour éviter de se retrouver au poste car on a été trop pressant ! Ne jamais se fâcher, c’est pas viril. Il faut prendre cela comme un jeu.

    Faut pas chercher à reproduire le style de quelqu’un d’autre, après on est pas à l’aise et comme il le dit, et c’est super important, il faut être parfaitement à l’aise avec la démarche et l’assumer complètement. Si on assume pas, elle le sent et c’est forcément raté ou alors on tombe sur une gratteuse qui va chercher à profiter de la situation.

    Bien pratiqué, avec le sourire et une assurance viril sans arrogance, ça passe très bien et au pire on prend un gentil râteau. Avec la pratique on repère du premier coup d’œil la femme disponible et les râteaux sont très rare, au pire c’était la nana qui finalement ne plaisait pas et je ne donnais pas suite.

    Le débutant se prend des râteaux à la pelle car il ne sait pas détecter les femmes disponibles, et ensuite il a du mal à assumer la démarche et elle profite pour le jeter et l’écraser !

    Quand je pense qu’avant d’avoir découvert ça j’allais dans les boites draguer des moches maquillées comme une voiture volé en me saoulant pour me donner du courage !

    Comme il le dit passer à l’acte même si on s’est prit un râteau fait que l’on a aucun regret. Contrairement à celui qui regarde passer la jolie femme et qui n’ose pas l’aborder en la regardant s’éloigner. Après avoir vu ce reportage je suis sûr qu’il dit la vérité (bon peut-être qu’il a exagéré sur le nombre de nana, ça je ne sait pas), car cela correspond exactement à mon ressenti.

     

    • Parfaitement d’accord, rien à ajouter.
      La drague est un jeu plaisant, suffit d’avoir plus de deux neurones et de ne pas être trop moche.
      Aujourd’hui les hommes ont peur des femmes, de ne pas assurer, de ne pas savoir répondre juste...

      Je dirais que si tu es armé intellectuellement, ça fait déjà 50% voir plus du job !


    • @Neuxneux

      Mouais, enfin, ce qu’on ne dit jamais, c’est que ce qui joue surtout c’est la répétition. Si tu te mets dans une rue passante et que tu abordes toutes les femmes que tu croises, même en ayant un faible ratio d’un succès sur dix, ça fait beaucoup de succès à la fin de la journée. La classe, la verve, l’élégance, etc etc...ça augmente juste ton ratio, ça ne change pas fondamentalement la donne.

      La différence fondamentale entre un homme qui "chope" et un qui ne "chope" pas, c’est qu’il y en a un qui tente et un qui ne tente pas.


  • 1996 les gars. L’âge des jeunes filles actuelles, qui sont fort différentes de celles de l’époque. Je suis gérant dans une boîte et j’ai quelques subalternes de cet âge, fort jolies, qui se font draguer environ 30 fois par jour, récoltent 120 "like" sur FB à la moindre photo en moins de 10 minutes, et de fait se mettent sur un piédestal qui à tendance à leur faire croire qu’elles sont exceptionnelles. Hors, elles sont insipides à un point de non-retour, et il faut soit être un chevalier blanc (=soumis), soit un gay, soit une pseudo-racaille (les derniers ayant encore la testostérone), pour y parvenir. Je vois bien ce que prennent dans la tronche leurs collègues masculins, qui passent leur vie à baver. Suis bien content d’être d’une autre génération.


  • Soral traitant les sujets du bac philo... trop court..on en redemande et redemande....
    Mais là, quel intérêt... banals exploits... tristes propos... pour le moins peu dignes de cet homme et des hommes ...


  • Ayant pratiqué beaucoup avant et un peu après l´an 2000 le quartier latin et le Luxembourg, je regrette un peu de pas avoir pratiqué plus que ca ce sport. Quand Alain Soral dit 7 00 c´est tout à fait possible si c´est fait comme un sport, vu la quantité et la disponibilité de l´endroit. C´est comme faire un marathon, ca semble impossible pour un néophyte, mais relativement simple avec entraînement. Si on compte 1 réussite pour 10 râteaux sur une pèriode de 12 ans, c´est très crédible. Ca fait 1 fille sur 10 de séduite. Ca devient très humain comme ratio, en sachant que la plupart des étudiantes font pas grand-chose. Le tout est d´y aller. Comme dit dans le livre, un homme ayant un équilibre émotionnel avec sa maman ne va pas aller ramasser encore et encore. Il trouvera ca presque vulgaire.
    À noter que je regrette d´avoir éte si équilibré.

    À l époque il n´y avait que le téléphone fixe, la zombification n´était pas encore totale.

    Le quartier latin est probablement le meilleur endroit en France. Des milliers d´étudiants, avec des filières pouvant aller jusqu´à 80-90% de filles, souvent bourgeoises -sciences humaines- donc qui parlent bien, s´habillent bien, et qui ont le temps de rien foutre avant de passer de passer l´agrègation.

    Comme Soral le dit, cela est probablement une maladie du à un problème d´affect avec la mère. À part souffrir de priapisme type Rocco Siffredi, passer son temps à draguer relève de la maladie. Il est clairement normal et sain de vouloir cartonner - je sais pas si le terme existe encore. - un maximum de nanas, pour se poser avec le temps, mais passer son temps a ca relève de la pathologie.


  • #1745506

    Alain Soral a été le précurseur de Nicolas Dolteau et de tous les coachs en séduction.


  • J’aime beaucoup le charme de l’Alain Soral d’aujourd’hui, qui n’a rien à envier selon moi à l’Alain Soral d’hier ; ce serait plutôt l’inverse, il fait partie de ces gens qui ont la chance de pouvoir développer leur potentiel avec l’âge, qu’il soit physique, intellectuel, et pourquoi pas spirituel, ce qui les rend particulièrement attirants ; pas d’idolâtrie bien sûr, juste la reconnaissance de quelque chose qui force l’admiration...
    Quant à la drague en soi, je ne sais pas, je ne me prononce pas...


  • Mélange de drague et de sociologie : du stéphane Edouard bien avant l’heure.


  • Petite erreur d’analyse Alain...

    Les mecs n’ont pas peur de l’acte sexuel parce que la femme représenterait la mère et l’acte sexuel, une faute... c’est juste que 95% des femmes n’ont, pour les hommes, aucun intérêt autre que sexuel et qu’il est difficile d’envisager de faire semblant de s’intéresser à une femme pour ensuite se tirer juste après avoir couché... ça fait faux-cul et crevard en chaleur, et personne n’aime se voir sous ces traits-là...

    La seconde appréhension c’est d’imaginer se faire jeter, ce qui est paradoxal puisque normalement, se faire jeter par une fille dont on se fout complètement ne devrait pas nous émouvoir... mais si, il y en a que ça rebute...

    Une fois passé ces deux pudeurs : ne pas vouloir se faire jeter et ne pas vouloir se montrer comme un sale menteur en rut... n’importe qui peut effectivement aborder n’importe quelle fille... et ce, même passé 39 ans...

    Et vive l’amour...

    PS... j’oubliais aussi... le fric.... les hommes ne peuvent s’empêcher de vouloir avoir les moyens financiers et matériels (appart’, voiture, etc.) avant de proposer la botte à une femme... c’est idiot mais c’est comme ça... alors un conseil, dites aux femmes que vous abordez que vous êtes de passage et que vous n’avez qu’un petit pied à terre qui vous coûte une fortune... mais que vous vivez en fait ailleurs (choisir une vie crédible et qui fait rêver)... ça a le double intérêt de rende votre appart’ pourri tout à coup super cool et de laisser envisager la possibilité d’une escapade dans votre véritable ville de résidence...
    Mais pour ça, il ne faut pas avoir de scrupule à mentir (cf. plus haut)...

    PS 2 : et puis dites-vous bien qu’une fille, avant que de se monter le bourrichon et vous casser les pieds, ne désire qu’une présence, un regard, de l’affection, de la gentillesse... un peu d’insouciance et de la joie... alors pas besoin d’en faire des tonnes...

     


    • Les mecs n’ont pas peur de l’acte sexuel parce que la femme représenterait la mère et l’acte sexuel, une faute... c’est juste que 95% des femmes (...)




      Tu ne montres pas en quoi la thèse de Soral serait fausse, tu parles d’autre chose.



      La seconde appréhension c’est d’imaginer se faire jeter, ce qui est paradoxal puisque normalement, se faire jeter par une fille dont on se fout complètement ne devrait pas nous émouvoir... mais si, il y en a que ça rebute...




      Si tu convoites une fille, même pour un moment, c’est que tu ne t’en fous pas complètement.
      Se faire rejeter, même par une inconnue, c’est être confronté à un échec, un échec on ne peut plus personnel, donc très déplaisant à vivre.


    • La peur de se faire jeter n’est pas tant liée au désir de baiser la femme qu’à la peur qu’a notre ego de subir une désillusion.


  • #1745682
    le 15/06/2017 par C’est choux les fleurs
    Images d’archives : Alain Soral et la conquête des femmes (1996)

    Quel coach !

    Savoir ce qu’un autre ignore c’est trop bandant. Toute sa générosité est là, dans la satisfaction permanente du partage à ne rien cacher. L’assurance d’une relation équilibrée dans la confiance mutuelle de savoir qui l’on est.

    C’est evident que la vérité nait de la transparente ; toutefois, se cultiver son petit jardin secret pour faire perdurer l’intérêt que l’on a su susciter et se percevoir dans la relation à l’autre.

    Sur le marché la conquête de soi dans le regard de l’autre, c’est 1 € le kilo. Parfois, y a même des lots. C’est intéressant tu peux avoir deux regards pour le prix d’un. Ça fait tout de suite se donner plus d’importance.


  • Si les parents sont équilibrés, les enfants savent se reproduire naturellement.

    Tous ca, c’est du marketing pour bobos dégénérés..

    Les couples se forment majoritairement dans le milieu naturel de proximité... D’ou les castes (opposées aux multiculturalismes qui nous pond des types comme Stephan uber pas contant...)

    En réalité, c’est la femme qui choisit l’homme... Elles savent se faire pré-tendre...


  • Ce Alain est génial. J’adore.

    Je suis enfant unique de parents divorcés et j’ai été élevé par ma mère. Ma mère, qui était une femme formatées aux valeurs post 68, génération féministe-mittérrandienne, mes relations avec les femmes ont été assez difficile.
    Jeune homme frustré, mal dans sa peau, angoissé à l’idée du râteau, je n’ai pas eu beaucoup de femmes dans ma vie. Et quand j’avais quelques occasions, ce n’était jamais celles qui me plaisaient. Aujourd’hui encore, je vis avec une femme que je ne désire pas particulièrement.

    Quand j’ai découvert Alain et ses écrits, ses vidéos, quelque chose s’est passée en moi. Comme un réveil.
    Je reste un homme angoissé par les femmes, malgré mon désir pour elles.
    Je continue de lire les œuvres d’Alain et celles de KK. Cà m’aide.

    Merci ER.


  • C’est ce Soral là que j’ai découvert, et aimé au départ ... c’est grâce à lui que j’ai pratiqué moi aussi pendant 3 ans ce "sport". Il m’a inspiré et guidé.

    A partir de 2001, ça a commencé à être de plus en plus difficile ...
    Aujourd’hui, je ne comprends meme pas comment c’est possible, en particulier dans ces quartiers là.
    IPod sur les oreilles à une époque, iPhone devant les yeux, quasi aucune filles se déplaçant seule, que des couples ou faux couples dans les jardins, ou des groupes de filles, jeunes mais bruyantes, qui pensent contrôler le monde, donc inapprochables. Evidemment, une présence colossale de jeunes ethnicisées, donc souvent plus agressives et moins open au contact humain. Et les rares "dispo" sont dans une terreur permanente de se faire aborder par qui que ce soit, même un "blanc bien habillé", et répondent "non, non" et accélèrent le pas, même si tu essayes de simplement leur demander l’heure.
    C’est même plus du sport de haut niveau de nos jours, c’est comme jouer au casino, quasiment 100% de perdants.

    Par contre, ce qui n’est pas indiqué, c’est la présence majeure des étudiantes étrangères, ou étudiantes en langues, qui elles sont mille plus open et accessibles, et plus sensibles au lover frenchie. Pologne, Hollande, Bulgarie, etc... le tour d’Europe est rapide et total. :)

     

    • Oui j’ai remarqué également ces étranges conciliabules au restaurant ou ailleurs.

      ’ Je me rends compte maintenant à quel point elle est pareille aux autres : froide et distante. Y’a beaucoup d’gens comme ça, les femmes surtout, on dirait un syndicat."
      Taxi driver, Travis Bickle.


  • Je tiens à dire qu’aujourd’hui, la drague de rue ne peut plus être pratiquée comme un sport. Dans les années 60, à l’époque de la libération sexuelle et des mœurs, l’état de décrépitude et de pourrissement de la situation française n’était pas aussi avancé. Au XXIème siècle, avec l’immigration massive, la misère sexuelle et le sale boulot du féminisme, la drague de rue n’est pas un service rendu : ni aux femmes ni aux hommes apprenti-séducteurs !


  • Soral c’est l’anti-Conversano

    Ce dernier qui, je le rappel, disait dans ses vidéos, combien il est dificile d’aborder, d’intéresser, de conquérir voir sauter une femme française, remettant au passage cela sur le dos de leurs désirs fantasmé pour les noirs.

    La drague c’est avant tout un jeu, à deux, qu’il est aisé de pratiquer dans une ville comme paris, pour qui à un minimum de cervelle et de répartie.
    On va pas se le cacher, c’est pas donné à tous le monde non plus.
    Du moins pour la plupart des hommes faut -il encore ne pas avoir d’ambitions trop élevé.


Commentaires suivants