Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La mort de Lou, 11 ans, symbole de l’effondrement du système hospitalier français

Il y a un mois, la petite Lou, 11 ans, est décédée d’une péritonite à l’hôpital Necker. Ses parents incriminent la négligence et l’incompétence des médecins qui l’ont prise en charge aux urgences, et alertent sur la dégradation de l’hôpital qui met la vie des patients en danger.

 

(...)

 

 

En décembre dernier, vous avez emmené votre fille aux urgences de l’hôpital Necker. À deux reprises, les médecins vous ont renvoyées chez vous, alors que votre fille souffrait terriblement. Racontez-nous…

Le samedi 8 décembre, nous sommes arrivées à Necker sur le conseil de SOS médecins. Lou avait des douleurs abdominales intenses, des vomissements, et un peu de fièvre depuis la veille. Le médecin qui l’a examinée nous a dit d’aller aux urgences pour faire une imagerie de l’abdomen. Il suspectait une colique néphrétique. Une fois sur place, nous avons passé cinq heures en salle d’attente. Je voyais des enfants arrivés après nous, qui étaient reçus en consultation. Dans la salle d’attente, je sentais le regard des gens qui avaient de la peine pour Lou, pliée en deux de douleur. Quand le médecin nous as enfin reçues, il a procédé à un simple examen clinique, mais n’a pas fait d’imagerie. « Le ventre est souple », m’a-t-il dit. J’ai insisté pour qu’on lui fasse une échographie car ma fille souffrait. On m’a répondu : « Madame, c’est une angine, rentrez chez vous. » Je suis repartie avec une prescription pour son angine et du paracétamol. Le dimanche matin, après une sale nuit, nous sommes retournés aux urgences car Lou souffrait toujours. Nous avons encore attendu plus de 4 heures. Ma fille avait les extrémités froides et était épuisée par la douleur. Après quelques examens (radiographie du thorax, échographie de l’abdomen, analyses d’urine), l’échographiste m’a dit : « Il y a quelque chose qui bloque. » Nous avons été renvoyées chez nous. « Vous lui faites un lavement. Si ça ne va pas, vous revenez. » J’ai dû insister pour que cet acte soit fait sur place par une infirmière.

 

Le service des urgences était-il débordé ?

Clairement, oui. Mais ils n’ont pas du tout mesuré l’urgence. Ils n’ont pas tenu compte du niveau de douleur estimé par ma fille à « 12/10 » ! Ils n’ont pas fait de radio de contrôle, après le lavement. Je me suis demandé si l’échographie de l’abdomen avait été transmise au service de chirurgie viscérale. Si cela avait été le cas, on aurait vu que ma fille faisait une torsion intestinale et on l’aurait tout de suite envoyée au bloc opératoire.

 

Le lendemain matin, Lou va toujours mal. Vous allez voir votre pédiatre à la première heure, qui tente de vous rassurer.

Je lui explique que Lou a ressenti une forte douleur dans le dos pendant la nuit et qu’elle a toujours très mal au ventre. Mon pédiatre l’examine et regarde les examens réalisés. Constatant un point sur l’un des poumons de Lou, il la met sous antibiotique pour soigner ce qui lui semble être un foyer infectieux. Quand j’insiste pour qu’elle refasse une échographie de l’abdomen, il m’explique qu’il n’en voit pas l’intérêt puisque Necker venait d’en faire une.

(...)

 

Comment analysez-vous la chaîne de responsabilités qui a conduit au décès de Lou ?

Le cas particulier de Lou s’inscrit dans un contexte global. Il n’y a pas assez d’effectifs ni de moyens, donc pas assez de lits, et le personnel soignant est en souffrance. Je rejoins complètement le coup de gueule du Pr Isabelle Desguerre, neuropédiatre à Necker, en novembre dernier. C’est elle qui a posé le diagnostic de l’infirmité motrice et cérébrale de ma fille à la naissance et qui la suivait régulièrement. Si ce médecin remarquable aujourd’hui manifeste et alerte sur le fait que les patients sont en danger à l’hôpital, c’est que la situation est très grave ! Ensuite, il y a clairement un problème au niveau de l’accueil aux urgences de Necker. Ne faut-il pas plus orienter les patients vers SOS médecins pour ce qui relève de la bobologie ? Ne faut-il pas que les médecins sortent de temps en temps de leur box pour aller voir les patients en salle d’attente ? Pourquoi ma fille, handicapée, n’a pas été reçue en priorité ? Pourquoi faire une échelle de cotation de la douleur si elle n’est même pas respectée ? Nous sommes tombés sur deux médecins urgentistes manifestement incapables de poser le bon diagnostic. En tant que parents, nous nous sommes sentis pris de haut par certains, comme si nous étions des ignorants incapables de comprendre. En revanche, le personnel soignant, et les infirmières en particulier, ont été très dévoués au bien-être et aux soins de Lou. Je leur en suis très reconnaissante.

 

Aujourd’hui, vous médiatisez pour alerter ?

Il est inadmissible qu’aujourd’hui, en France, dans un hôpital de réputation mondiale, un enfant agonise jusqu’à la gangrène et finisse par en mourir. Si c’est arrivé à notre fille, cela pourrait arriver à n’importe quel autre enfant, et c’est impensable. J’aimerais sensibiliser l’opinion publique pour que l’on puisse tirer les leçons de cette prise en charge désastreuse afin que cela n’arrive plus jamais. Depuis la médiatisation, je reçois des milliers de messages de soutien. Les langues se délient et beaucoup de personnes dénoncent une mauvaise prise en charge aux urgences, le manque de moyens et d’écoute des médecins. Je suis aussi contactée par de nombreux médecins affligés par ce drame et qui souhaitent apporter leur aide dans la mesure du possible. L’un d’eux m’a confié qu’il a failli perdre son fils dans les mêmes conditions que Lou.

Lire l’article entier sur parismatch.com

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

121 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Eh ben... Le pire c’est qu’en voyant la petite en fauteuil roulant, il me vient à l’esprit que cette "négligence" pourrait venir de plus d’une volonté d’en haut de se débarrasser des personnes qui risquent de coûter cher à la collectivité.

     

    • Donc un complot pour diminuer le coût de prise en charge des malades ? Je ne pense pas. Les phénomènes dénoncés sont bien réels. Moins de moyens, des praticiens débordés, des services d’urgences engorgés par des situations qui ne relèvent pas de l’urgence. C’est bien là le problème, et cette idée saugraunue que le service public, voir la santé doit à tout prix être rentable.


    • Tu vas peut-être un peu loin Bizarre mais, faire des coupes budgétaires conscient que ça débouchera sur un moins bon service médical, et, par conséquent, de possibles morts dans certains cas, ça c’est une évidence.
      Toute proportion de cynisme gardée, c’est les bourses céréalières (Chicago je crois) qui bloquent les échanges pour influer les cours tout en sachant que ça va faire 20 millions de morts d’un coup en Afrique de l’Est.


    • @Maures
      ... Et des médecins de moins en moins compétents et concernés (voir le problème des équivalences de diplômes d’un pays à l’autre) !
      Ca aussi, il faut le dire...


    • Je me suis fait la même réflexion.
      Ôtez moi d’un doute...


    • Et les vieux c’est pareil ! Ils rentrent l’hôpital et en sortent les pieds devant ! C’est plutôt de l’incompétence et du jemenfoutisme dans ce pays en voie de sous développement ! Combien de ces trous du culs de la médecine ont notre vie entre les mains ? Combien de morts à leur actif ? Sans parler du mediator, prescrit à tour de bras par ces diafoirus corrompus par les labos !


    • @Maures : "Donc un complot pour diminuer le coût de prise en charge des malades ? Je ne pense pas." : Si cette naïveté vous permet de mieux dormir, parfait. J’ai eu un proche euthanasié et dont le dossier médical a été falsifié pour dissimuler l’homicide. Et Vincent Lambert, ça vous dit quelque chose ?


    • Pas la peine de mettre ça sur les médecins étrangers. Ils sont en général meilleurs que les médecins français cest factuel et décrit dans des rapports publics. Cherchez vous trouverez. Au-delà des problèmes de matériel et tout ça, il y a de la feignantise chez des gens qui ne comprennent pas qu’après avoir fait plus de 12 ans d’études sous pression et accompli un des cursus les plus difficiles on leur demande d’être sur le front et de suer sang et eau. Ils veulent une rente. Du type dentiste. Désolé si le début de mon commentaire est dérangeant mais cest la réalité. Beaucoup de médecins étrangers acceptent d’être sous-payés et bosser simplement comme interne juste pour pouvoir être en France. Mais techniquement ils sont meilleurs que les médecins français. Je suis désolé si d’insister là dessus. La bonne question est plutôt pourquoi en médecine il y a un tel numéros clausus, pourquoi on régularise des immigrés illégaux à tour de bras mais pas des médecins compétents, pourquoi on laisse des cursus européen de médecine se développer sans former les gens comme en Roumanie. Je crains que sur ce sujet il faille faire un peu dauto critique. La France n’est plus un phare concernant la médecine. Et l’attitude y est pour beaucoup. La médecine est une science et un art. Il faut de la passion et se donner entièrement, car là on est pas sur des feuillets excel à remplir mais des vies humaines.


    • @simplet, non et non les médecins étrangers ne sont pas meilleurs c’est totalement faux !! J’ai des exemples de prise en charge pourries de la part de roumains et de polonais !! Signé un infirmier.
      Avant de dire des sottises et de s’appuyer sur des rapports douteux il faut se renseigner correctement et venir voir sur le terrain !


    • Les généralistes du Maghreb expatriés sont meilleurs. Pour l’Europe de l’Est, je n’ai jamais testé.


    • @jon. Va donc jusqu’au bout et partage la totalité de ton expérience. Hors pays de l’est (ils sont incritiquables car bien conforme aux normes physiques) ils sont comment ? Oui je le maintien, les médecins africains sont bien meilleurs que les français. Sur les pays de l’est vois mon autre commentaire sur leurs fausses écoles pour aspirant médecin raté


  • Dans l’entretien accordé au magazine :



    Nous sommes tombés sur deux médecins urgentistes manifestement incapables de poser le bon diagnostic. En tant que parents, nous nous sommes sentis pris de haut par certains, comme si nous étions des ignorants incapables de comprendre.




    A l’issue de cette médiation, nous nous réserverons le droit d’engager des poursuites.



    Eh oui, « nous nous sommes sentis pris de haut par certains », et ces « certains » avaient bien raison puisque du côté de la famille, on se contente d’un « nous nous réserverons le droit d’engager des poursuites ».

    Ces « certains » médecins avaient bien perçu que cette famille était faible. Ils ne se sont pas trompés. Le terrain médical est un terrain de rapports de forces et de classes. Les forts - la santé, bouffent les faibles - les malades. Les médecins reniflent la faiblesse comme les porcs sentent les truffes. Sauf si les malades font peur, pour n’importe quelle raison : statut social, amis, parents, relations, etc. pouvant générer un retour de manivelle douloureux en cas d’erreur ou d’abus. C’est cruel à dire, mais le fait que les parents acceptent une « médiation » après un traitement aussi méprisant, et refusent « d’engager des poursuites », explique le traitement ignoble qu’a subi leur fille. Il faut montrer préventivement les dents et les griffes à chaque rencontre avec le monde médical (comme avec des fournisseurs), montrer qu’on n’est pas seul, que l’entourage se battra, qu’on ira jusqu’au bout, bref que le mépris du médecin lui coûtera cher... pour être bien soigné.

    Et vraiment, ce « nous nous réserverons le droit d’engager des poursuites » est aussi tragique que la mort horrible de la fille.

     

    • Dernière phrase, tout est là ! Des nounours, des bougies, une marche... je me demande qui survirait à ma Fille dans un cas similaire...


    • Mon Dieu, comme ça doit être terrible la perte d’un enfant. Mon Dieu, aidez ces parents à garder leur foi et donnez leur le courage pour leur deuil, Paix à l’âme de cette petite.

      Je crois surtout que c’est dans la phase de sa formation ou tout se joue chez le médecin.
      On le formate pour toucher entre 10000 et 15000 euros par mois avec nos impôts, et non à la compassion pour son prochain, (les labos pharmaceutiques le savent parfaitement), quant au serment d’Hippocrate, pardon mais la plupart s’assoie vraiment dessus. Ils sont à la recherche pour la plupart de leur bien être matériel, c’est évident, y a qu’à observer une carte et deviner ou se trouve les déserts médicaux. On devrait dire stop et redéfinir les nomination et les salaires, quitte à chercher des médecins cubains, en quoi seraient t’ils moins performants ?


    • Vous avez raison.
      Sans entrer dans le détail, il y a plus de quinze ans, nous avons eu à faire à des médecins hospitaliers très méprisants, dans un service de réanimation pédiatrique régional, qui ont rampé quand d’une part mon beau-frère chirurgien spécialisé chef de service, dans un hôpital à l’autre bout de la France, et d’autre part le doyen de la Fac de médecine de notre Académie leur ont téléphoné pour leur demander des comptes sur leur pratique. . En clair , ils faisaient l’ essai d’une nouvelle formule morphinique sur mon enfant qui souffrait le martyre... Après les, deux coups de fil, ils sont revenus à l’ancienne formule et mon enfant a enfin été soulagé.
      Selon mon beau-frère il y avait matière à porter plainte, mais bon, se lancer dans une procédure judiciaire qui aurait pris des années, non merci.
      J’avoue que j’ai été tellement écoeurée par ce que j’ai découvert à l’hôpital où j’ai passé un mois au côté de mon enfant, que je me suis dis que la société qui tolérait cela ne méritait pas que je m’empoisonne la vie à dénoncer la situation.


    • Ces deux "médecins" urgentistes ont dû être recrutés sur des critères autres que la compétence, par exemple par souci de "diversité" .


    • @ Anita



      des médecins hospitaliers très méprisants, dans un service de réanimation pédiatrique régional, qui ont rampé quand d’une part mon beau-frère chirurgien spécialisé chef de service dans un hôpital à l’autre bout de la France, et d’autre part le doyen de la Fac de médecine de notre Académie leur ont téléphoné pour leur demander des comptes sur leur pratique.




      Oui, j’ai plusieurs exemples similaires dont une étudiante avec qui je sortais, une fille très sensible et assez fragile, et qui me demandait de l’accompagner à ses rendez-vous pour avoir la force de résister aux pressions d’un médecin qui cherchait à l’opérer pour lui retirer un organe. Elle a finalement guéri sans l’opération, ni les honoraires du médecin, ni leur remboursement par la sécu..

      Les malades sont en situation de faiblesse voire de détresse et le rapport de force peut être l’occasion d’abus de la part de celui qui détient le sort du malade entre ses mains. Cela peut aller jusqu’à l’emprise, avec le cas célèbre de la famille impériale russe tombée sous la coupe de Raspoutine, la maladie du Tsarévitch ayant été le point faible sur lequel le « guérisseur » s’appuyait pour exercer son pouvoir.


    • @Sigebert : Votre commentaire m’a été pénible à lire, tant il est lucide et criant de vérité.


    • Arrêtez avec vos allusions à la diversité ou je ne sais quoi. Il n’y a rien de plus hautain qu’un médecin français de souche. Et je met les pieds dans le plat. Entre la féminisation de la médecine et le souci de rentabiliser ses études cest fini personne ne vas vous soigner.

      Si vous penser que c’est une question de diversité allez aux urgences en prétextant une douleur quelconque et observer ce quil se passe. Cest un espace ouvert ou chacun peu se rendre.

      L’ancienne génération que jai eu la chance de connaître avait un idéal humain et national, faire le mieux pour les patients et faire rayonner son pays. Aujourd’hui les chirurgiens vous demande de l’argent pour vous enlever une appendicite. Sils voient que vous avez pas les moyens même 20euros feront l’affaire. Une honte.

      Le summum cest les hôpitaux parisiens, assistance publique hôpitaux de Paris. Là on touche le fond tant l’écart est grand entre la réputation et la qualité des soins.


  • Nos dirigeants ont du sang sur les mains. J’espère que je serais témoin, un jour, de l’inévitable retour de bâton !

     

    • @Mandark,

      Nous sommes très nombreux a attendre ce juste retour de bâton, qui châtiera sans clémence, cette oligarchie corrompue, pourrie jusqu’à la moëlle, et totalement insensible à la détresse de tout ceux qui ne sont pas de leur cercle très limité.

      Cette oligarchie commet de tels excès, qu’il ne peut qu’y avoir un retour de bâton, et il sera conséquent.


    • @Mandark,

      Nous sommes très nombreux a attendre ce juste retour de bâton, qui châtiera sans clémence, cette oligarchie corrompue, pourrie jusqu’à la moëlle, et totalement insensible à la détresse de tout ceux qui ne sont pas de leur cercle très limité.

      Cette oligarchie commet de tels excès, qu’il ne peut qu’y avoir un retour de bâton, et il sera conséquent.


    • ’’’J’espère que je serais témoin, un jour, de l’inévitable retour de bâton !.’’’.
      Réponse :
      84 ans , il ne reste plus beaucoup de temps pour espérer. Par mesure de ma sécurité , je me suis échappé de l’hôpital ( en toute régularité) comme si je fuyais Alcatraz . cordialement ;André.


    • @ Diogène 

      "Nous sommes très nombreux a attendre"

      Verbe ignoble symptomatique de la lâcheté généralisée.


  • Nous assistons impuissants à la longue agonie et la mort de la France.

     

    • @ Rajja

      "Nous assistons complices à la longue agonie et la mort de la France."

      Beaucoup de gens savent. Beaucoup de gens connaissent les dessous du système mais ne disent rien car beaucoup de gens participe ... à leur échelle.


    • Excusez moi mais beaucoup de nos compatriotes y participent a ce déclin.

      De peur de se faire taper sur les doigts, ils refusent des examens complémentaires.

      De peur d’avoir une mauvaise évaluation, ils essaient d’abattre un maximum de patients pour les faire sortir. Le lendemain au debrief, cest ben tiens hier Intel a fait sortir tant de personnes en une nuit. Si ces personnes reviennent le lendemain, il ne sera pas tenu compte. Si elles meurent pareil.

      Bénéfice à court terme. Tenir la nuit de garde face à tous ces êtres immondes qui nous assaillent avec leurs plaintes, leur gémissements.

      Pendant un stage à l’étranger, il n’était pas rare que les médecins prennent des claques de parents ayant trop patienté. Ou même parce qu’il passait devant la salle d’attente un gobelet à la main et ils étaient aussitôt accusé de prendre des pauses alors que les patients attendent des heures.

      Que dire. Je pense que c’est le terrain idéal pour égalité et réconciliation. Que dire de ces mamans qui balbutiant quelques mots de francais et à qui on dit avec un air Supérieur patientez. Les plus dignes s’en vont sans rien dire. Les plus courageuses crient et on appel la police puis on se plaint quelle nous méprise car jai les cheveux libres et pas elle.

      Voyons mes chères compatriotes et bons esprits de chez ER, il y a là un réel problème. Les cas où un barbu refuse qu’un homme osculte sa femme se font de plus en plus rare pour que nous puissions les médiatiser.


  • Pas trop entendu dans nos merdias. Alors qu’une simple matraque dans le cul...

     

  • Un peu facile d’accuser " le système hospitalier", c’est de l’incompétence et du je- m’en- foutisme, oui ! Les médecins sont souvent des nuls, archi-nuls ! On est sans défense devant ces diafoirus aussi cons qu’incompétants ! Ils ne connaissent rien à rien comme du temps de Molière mais se prennent au sérieux et notre vie est entre les mains de ces guignols ! J’espère que ceux qui ont tué cette petite fille le paieront très cher ! Mais sans illusions... cette caste est puissante ! Molière les avait bien jugés et analysés et ils n’ont pas évolué depuis !

     

    • Vous me faîtes bien rire. Ma soeur est professeur de médecine, elle s’est tapée 12 ans d’étude après le bac S mention TB. On est une famille d’ouvrier, mon père a bossé 6/7 jours pour payer ses études, pendant 7 ans. Ma soeur est un très bon médecin, humaine, à l’écoute, prenant toujours le temps nécessaire pour consulter ses patients même si elle perd des thunes, elle s’en tape, elle est issue du monde ouvrier, seul le bien être des autres lui importe .
      Vous débloquez grave. Vous ne vous rendez pas compte de la charge de travail d’un médecin durant toute ses études. A partir de son internat, il est surexploité par le système médical, il est rémunéré au nombre de garde ( 24h non stop, tu les ferais sans broncher toi !?) 100 euros pour 24h . Après tu as la CPAM, la MSA, l’ordre des médecin qui te fliquent sur tes prescriptions, tes dires, etc... Demandez au professeur Joyeux ce qu’il pense de tout ce système qui musèle tout ce qui n’est pas en accord avec la politique des labos.
      Faut arrêter de penser qu’un médecin est un abruti. Ils font ce qu’ils peuvent, ils ont fait plus d’études que la grande majorité d’entre nous, sont bien plus intelligent que la plupart d’entre nous, ils ont une capacité de mémorisation et de traitement de l’information impressionnante seulement ils sont ensevelis de travail et il leur est difficile de développer leur culture général (par manque de temps, et d’envie aussi).
      Notez que les médecins en marge ne sont jamais des trentenaires sortie fraîchement de l’université, ceux sont des médecins qui ont 10 à 20 ans de pratique qui se remettent en question et changent de vision de la médecine et se dirigent vers une médecine préventive, voir douce.
      Il ne faut pas confondre un médecin du tiers monde (payé 30% moins cher, pourquoi ils se feraient chier pour nous soigner correctement !? Sa formation, l’équivalence française ??) avec nos médecins en France, mieux formés mais pas infaillible, au vu des surcharges horaires et du manque de moyen de la santé en France.
      Quand on connaît pas, on ferme son clapet ou on se renseigne, et on évite de généraliser sa petite expérience de vie.

      .


    • @odyssée



      Faut arrêter de penser qu’un médecin est un abruti. Ils font ce qu’ils peuvent, ils ont fait plus d’études que la grande majorité d’entre nous, sont bien plus intelligent que la plupart d’entre nous, ils ont une capacité de mémorisation et de traitement de l’information impressionnante seulement ils sont ensevelis de travail et il leur est difficile de développer leur culture général (par manque de temps, et d’envie aussi).
      Notez que les médecins en marge ne sont jamais des trentenaires sortie fraîchement de l’université, ceux sont des médecins qui ont 10 à 20 ans de pratique qui se remettent en question et changent de vision de la médecine et se dirigent vers une médecine préventive, voir douce.



      Voilà vous présentez 2 vision de médecine :
      D’une part les médecins et etudiants qui engloutissent littéralement des bouquins et à qui on leur demande de les recracher et de reproduire des schémas de décision et de par le fait ne peuvent développer ni culture générale et n’en on plus envie ayant choisi la cupidité ou " l’entre soi " médical.
      La médecine de pratique, l’observation, la remise en question, la prevention qui en gros foutent en l’air beaucoup de bouquin et où le médecin se base sur ses observations, l’analyse, l’expérience, l’écoute, la confrontation

      Mais faire 12 ans d’études n’est pas signe d’intelligence loin de là ! Oui signe de grande capacité de mémorisation, d’endurance face aux gardes (mais les pompiers aussi le font, les infirmières, aide soigants, agents de securité...),
      Allez vraiment demander l’avis de ceux qui bossent auprès d’eux et vous allez voir...Je pourrais perso en écrire un livre, et cela que ce soit homme ou femme médecin !

      Pour conclure...le danger entre les 2 modèles, c’est que de nos jours, rien mais absolument rien n’est fait pour que les "nouveaux" évoluent vers la prise de recul car ils sont sans cesse pris sous le lobbying , l’argent, aller toujours plus vite, tester un nouveau truc (alors qu’il ne maitrise pas encore l’ancien), et la concurrence de celui qui aura la plus grosse pour ainsi dire...ou celui qui sera au plus tranquille. tout est question de plan de carrière car des médecins tire au flan, oui oui ca existe...
      .


    • @odyssée
      Je trouve votre dernière phrase quelque peu méprisante, surtout de la part de quelqu’un invoquant une ascendance modeste.


    • @Toubib or not toubib : Vous avez un talent comique. C’est drôle, et triste à la fois, car tellement vrai. Merci.


    • Salut Odyssée, si ta sœur voulait faire honneur à ses origines modestes, elle bosserait plus et se plaindrait moins. Et alors 12 ans d’études ? Mieux former que les médecins étrangers ? J’en doute.

      Beaucoup de médecins étrangers commencent à pratiquer sur des patients plus tôt dans leur cursus car ils ont beaucoup moins peur des représailles judiciaires et compagnies.

      Les filières roumaines qui vendent des diplômes de médecine sont composées principalement de francais. Le bon français doit avoir un métier prestigieux. Medecin tu sera mon fils.

      Arrêtez avec vos fichus étrangers et vos étrangers à fichu.

      Oui le médecin doit crever à la tâche en empêchant un maximum de personnes de crever. Oui il faut faire son métier même si la hiérarchie nest pas contente qu’on prescrive des radio ou des examens.


  • Tout ces crétins qui ont voté Macron, et avant les autres, n’ont aucune idée de comment la vie se passe dans un pays pauvre.
    Faut sauver son petit capital et stopper le fascisme.

    École de merde on peut dire qu’on y est presque.
    Sécurité et police absente, création de milice, ça commence très doucement, zone de non droits dans les banlieues.
    Santé payante ou nulle. T’as pas d’argent tu meurs. Ça c’est le plus gros du truc. Cela arrive gentiment.

    Voilà une fois que tu n’as ni école, ni santé, ni police, on retourne à la période mérovingienne version ethnique et technologique.

     

  • La bête sauvage...


  • La premiere chose qui me vient , et de donner tout mon soutien aux parents. Perdre un enfant est la pire des choses qui peut arriver dans cette chienne de vie. Je pense a eux et a cette petite fille . Paix a elle .


  • Necker ... et un symbole de plus , avec cinq jours de " repos " avant de se remettre au boulot , terrible .. Repose en paix petitoune .

     

    • Heureusement qu’il n’y a pas de guide Michelin pour les hôpitaux.

      Si les anciens ressuscités pour noter les hôpitaux qu’ils ont fondé ca serait la Bérézina.

      De grands humanistes ont investi leur vie pour créer ces hôpitaux. Il ne reste que les noms comme héritage.

      Notez ceci s’il vous plaît.

      Dans quelques années, nous prendrons des vols charter pour aller nous soigner au maghreb.


  • L’histoire du "manque de moyens" c’est très largement du vent ! C’est un bon et vieux truc quasi-cégétiste pour expliquer justifier le gâchis matériel et la mauvaise organisation générale. C’est tout aussi valable dans les entreprises privées.

    Le coup du "mauvais diagnostic" est facile à comprendre, les petits péteux en blanc recrutés et formés des derniers 20 ans ne savent RIEN faire sans ordinateurs ni palanquée d’examens divers et variés.

    Les urgences sont surtout débordées par les papiers. L’important c’est D’ABORD d’avoir sa carte vitale et d’être enregistré. Ensuite cela dépend. l’appendicite chez un enfant c’est un truc basique aux urgences et dans un hopital. L’infarctus et l’AVC chez les personnes âgées pareil . Même le crétin de patient est au courant et en a entendu parler.

    Mon expérience des "urgences" en 2006 à l’hopital Bichat où mon père a été hospitalisé pour un AVC est que les "urgences " - en grève - étaient un bordel géant.

    J’ai vu arriver de 15 H, heure à laquelle je suis arrivé à 21 H - heure à laquelle je suis parti - en tout et pour tout HUIT patients pour 2 services d’urgences - médical et chirurgical. Peu avant j’avais vu l’ineffable trostkyste Peloux, actionnaire de Charlie Hebdo, expliquer sur C dans l’air que les urgences étaient débordées.

    une connasse bourgeoise , soit disant aidante bénévole à l’acceuil nous fait passer ma mère et moi de la salle d’attente à l’intérieur du service - derrière le panneau marqué interdit au public"". On en sait pas pus mais au moins on peut observer. Des types et des nanas en blanc qui se baladent de bureau en bureau maniant des tas de dossiers et consultant des ordinateurs.

    J’ai vu un car de flics amener un "agité" envoyé là pour examen : résultat 4 flics et un car bloqués pendant 4 heures , soit 2 journées / homme. Tout cela pour finir par dire qu’il n’avait rien , ce que moi j’avais vu au premier coup d’oeil et en l’écoutant pérorer. et par le renvoyer.

    Ensuite vers 18 H - changement d’équipe - donc la vous réexpliquez une deuxième fois ce que vous avez dèjà dit à votre arrivée. La nouvelle chef infirmière - une antillaise - dit avec juste raison "c’est quoi ce bordel" et fait évacuer tous ceux qui n’ont rien à faire là (moi compris) qui sont entrés grâce aux "aidants" bénévoles qui se la joue bonne conscience. J’ai bien aimé l’infirmière chef antillaise, visiblement germanisée, " interdit au public, cela veut dire interdit au public" . Ou alors on retire le panneau.m

     

  • On accuse Hitler d’avoir assassiné ses handicapés.

    Accusation formulée sans connaître le dénuement dans lequel se trouvaient ces handicapés (ils vivaient dans leur merde, physiquement), l’incapacité de l’Allemagne d’alors de faire face, etc.

    Aujourd’hui, j’accuse la république française de tuer les handicapés. Et comme pour Hitler : peu importe les raisons !

     

  • Ce qui est amusant avec ce genre d’histoire, c’est le nombre de spécialistes en médecine que l’on trouve dans les commentaires. A les lire, les médecins sont des crétins, et en trois clics sur internet ils savent mieux qu’eux.

    Je vais rappeler quelques évidences :
    - Ce que vous croyez savoir de l’histoire de Lou, c’est ce que vous avez compris de ce que les parents ont compris de ce que les médecins ont compris. Croyez vous que des parents qui viennent de perdre leur enfant soient impartiaux dans la manière de rapporter leur histoire ?
    - On peut passer à côté d’une occlusion sur bride ou d’une invagination intestinale aiguë dans certaines situations, parce que l’anomalie évolue sur un mode initialement transitoire et récurrent. Si le médecin examine ou fait l’échographie au mauvais moment, il peut passer à côté.
    - L’évaluation objective de la douleur était peut-être rendue difficile par l’état neurologique de cette enfant, ou par un comportement excessivement revendicatif des parents (étaient-ils des "habitués" des urgences ? L’histoire ne le dit pas).
    - Qu’y-a-t-il d’étonnant à ce que les patients de réanimation soient prioritaires pour l’accès à l’imagerie ?
    - Est-ce étonnant que les médecins débordés n’aient pas le temps d’expliquer clairement les choses ? Où d’aller voir l’état des patients en salle d’attente ? Débordé ça veut dire débordé. Au point de ne même pas pouvoir boire, pisser, bouffer.

    Je ne cherche pas des excuses aux médecins. J’en ai juste ras-le-bol d’entendre toujours les mêmes conneries sur les médecins, soit disant incompétents, sans aucune conscience professionnelle et uniquement intéressés par le pognon. Certes, il y en a, mais sûrement pas à l’hôpital public, et encore moins aux Urgences.

    Signé : un médecin (qui a bossé aux Urgences)

     

    • "Certes, il y en a, mais sûrement pas à l’hôpital public"
      Si, il y en a à l’hôpital public. Et pas qu’un peu.
      Un infirmier.


    • Alors, vos placements financiers, ça roule ?

      Crisse, la petite est morte d’une peritonite, non diagnostiquée, au sortir d’un hôpital !!! En fait, des cas semblables SONT PLUTOT COURANT, plus qu’on pense. Il n’est pas ici question de temps, de disponibilite : elle était déjà recue, merde !

      Incompétence... l’incompétence gagne du terrain partout, on le sait tous. En médecine aussi... les assurances médicales sont la pour le prouver.

      Dites nous donc comment diagnostiquer une peritonite ? Comment procédez vous ? Histoire que l’on puisse bénéficier d’un avis autorisé...il me semble que c’est une procédure plutôt banale, non ?

      "Transitoire machin truc"... voilà le genre de vididu auquel les parents ont eu affaire... bref, " des fois, ça marche pas, désolé "... la médecine n’est plus une science exacte, faut croire.


    • Il y a une "incompétence" médicale , plus précisément du "service" (je rigole ) hospitalier.

      Le côté "technique" marche plutôt bien - si tu dois te faire greffer un coeur c’est ok. Ou si chez toi tu as besoin d’oxygène pour un patient. avec une ordonnance en 4 H c’est réglé.

      TOUT le reste déconne ; l’accueuil, l’information contradictoire, la gestion administrative etc

      a) l’anonymat : les médecins sont anonymes . Ceux qui ont un nom ne soignent pas . Ceux qui soignent sont sans nom . on dit aux infirmières " le blond bouclé, un peu joufflu, dans la trentaine m’a dit .... vous voyez qui c’est ?" Je ne connais pas son nom ce sont des internes, ils sont là pour 6 mois.

      D’ailleurs les infirmières changent aussi. Donc on répète ou demande 10 fois la même chose au cours d’une hospitalisation un peu longue.

      L’anonymat / sans nomisme fait que l’on ne peut de fait critiquer personne. Le responsable a un nom affiché et tout , mais il ne vous soigne pas vous ! Responsable mais pas coupable direct. Il faudrait faire un "tapissage" comme dans la police "c’est le numéro 5, j’en suis sûr’

      b) le manque de lit - on trouvera sûrement de vrais exemples mais ! Mais moi mon expérience , c’est que ma ma mère a été "libérable" 3 fois - un vendredi et puis patatra on la garde .... le week-end jusqu’à lundi . Et puis après, on reporte en 2 fois jusqu’au vendredi suivant.Et on recommence.

      Au delà de la déception maternelle , j’ai très vite soupçonné un problème de facturation du week end d’un lit libre (1.500 euros par jour). D’autant plus qu’il est arrivé la même chose à une amie de ma mère venue au même moment pour un "simple" contrôle. Donc j’ai de gros doutes.

      c) le bordel administratif : le blond bouclé joufflu dans la trentaine a refait 4 fois les papiers de sortie et les ordonnances ad hoc parce qu’il avait oublié des trucs. Dehors les ordonnances pour la kiné, les prises de sang et les infirmières étaient TOUTES inexploitables il a fallu les faire refaire . D’où cout supplémentaire en temps et en argent.

      Je suis partagé entre l’incompétence crasse, le j’men foutisme concret et des problèmes de quota : si tu meurs à la maison tu n’es pas dans les stats de l’hopital . Si ton ordonnance hospitalière n’est pas bonne et que tu dois la faire refaire par ton médecin traitant, est-ce que cela a une incidence statistique et administrative ? Je ne sais pas


    • Moi ce que je peux voir d’emblée c’est bien la réaction corporatiste médicale qui s’active...que je constate au quotidien (oui je travaille en bloc opératoire)...Oh ben oui un chirurgien a toujours raison...bon je passe sous silence le nombre de connerie que leur ego leur fait faire, ou dire !
      Et dès qu’il y a connerie c’est forcément le patient qui a compris de travers !

      Un médecin au delà de la consultation est d’un égo sans bornes, et souvent d’un mépris cultivé dans le monde de l’entre-soi des facultés de médecine.

      Dieu merci certain parfois descendent de leur tour .

      Il ne faut pas être "médecin" pour avoir du bon sens...oui pareil pour mon père où 2 médecins ont diagnostiqué une dépression et l’autre une fatigue passagère...jusqu’à ce que moi vraiment inquiet j’insiste à demander une IRM cérébrale...Non me dit on c’est une dépression ! et quand soudainement il est tombé sur le sol paniqué,15 min plus tard hopital IRM, tumeur , 8 mois plus tard cercueil...

      Désolé des médecins parfaitement crétins...il y en a...des cupides, des bourrés, des dégueux, des pervers, ...il y en a et ce ne sont pas des exceptions.
      Bref le diplôme de médecine n’immunise pas de la connerie au contraire j’irai jusqu’à dire qu’il la révèle voire l’amplifie ! Tant en public qu’en privé, y compris aux urgences !

      AAhh mais c’est bien connu "on ne remet pas en question un diagnostic médical"....

      Cela ne nie pas pour autant la surcharge des urgences, mais ne justifie pas non plus l’attitude souvent méprisante des médecins envers les patients.
      De nos temps, le port de la blouse longue fait surtout enfler la tête, se prenant pour des génies mais ne font qu’appliquer des arbres décisionnels réflexes, pour aller +vite, -cher, +rentable ; et non plus une science médicale. (mouih douleur...paracetamol 1g*4 par jour)
      La différence de comportement est d’ailleurs flagrante entre ancien et nouveaux médecins !

      J’admet également que cela va de pair avec la désertion des médecins de proximité où c’est infernal,

      Par ailleurs d’avoir travaillé au plus près des médecins m’a dégoûté du secteur de la santé.

      Il n’empeche également qu’il y en a aussi des geniaux et d’autre in fine moyen

      Signé : un aide soignant (infirmier de formation sans avoir pu passer le DE[oui la maladie de mon père y a joué, j’ai manqué l’épreuve], chef d’équipe secouriste (donc les urgences public ou privé....je connais !)


    • Décrire les études de medecine comme des etudes scientifiques me fait rire.Aujourd’hui ce sont plutôt des etudes pour devenir prétentieux et vrp de l’industrie pharmaceutique.Et le système marche parfaitement en ce sens.

      "Croyez vous que des parents qui viennent de perdre leur enfant soient impartiaux dans la manière de rapporter leur histoire ? "
      En tous les cas pas moins que toi à la lecture de ton commentaire.Et ils connaissent infiniment mieux ce qui s’est passé.

      "On peut passer à côté d’une occlusion sur bride ou d’une invagination intestinale aiguë dans certaines situations".On peut passer à coté de beaucoup de choses notamment à coté de perdre une occasion de se taire comme pour toi et ce commentaire.Tu devrais avoir honte,demander pardon aux parents de Lou et baisser la tête.Non tu es toujours content de toi et ceux qui l’ont pris en charge n’ont fait aucune erreur.Forcément ce sont des professionnels.
      Pas assez manifestement.Professionnel ce n’est qu’un mot.Le titre on le mérite avec les résultats.La le résultat c’est la mort d’une petite fille qui n’aurait pas du mourir.D’après les descriptions et sa mort elle allait vraiment très mal depuis le début,ca d’ailleurs été evident pour l’un des médecins.Elle aurait du être PRIORITAIRE dès le début.Mais non avec votre système à la con,il faut attendre son tour des heures et des jours dans son cas même si on est un enfant en train de mourir.

      "un comportement excessivement revendicatif des parents"
      Que les parents demandent pardon d’être revendicatifs alors que leur petite fille est en train de mourir.Il ne faut rien dire et attendre le bon vouloir des dieux médecins.

      "Est-ce étonnant que les médecins débordés n’aient pas le temps d’expliquer clairement les choses".Oui le système également est défaillant mais ce n’est pas la faute de cette petite fille et d’après ce qui est rapporté ils auraient largement eu le temps de la sauver s’ils avaient été moins prétentieux et plus compétents.

      "J’en ai juste ras-le-bol d’entendre toujours les mêmes conneries sur les médecins"
      Avec ton commentaire ridicule mettant en accusation les parents,sans aucune empathie pour cette petite fille morte après des jours d’agonie,et aucune remise en question,tu confirmes toutes les critiques graves qu’on peut leur faire et tu ne t’en rends même pas compte.

      Signé : Un ingénieur qui n’aime pas tes grands airs


    • Sincères condoléances à la famille.


    • @Un médecin, qui est une caricature de cet état d’esprit qui a coûté la vie à cette enfant et bien d’autres : remise en question, infantilisation et dénigrement de l’acuité du récit, pourtant circonstancié, de la mère en deuil, métalangue médicale pour justifier la difficulté à poser un diagnostic, alors que le problème a commencé par le refus de l’hôpital de pratiquer l’échographie abdominale, absence d’empathie... Vous me rappelez de plus confondre médecin et diplomé en médecine. Cette nuance peut tuer.


  • Bof, elle ne s appelle pas hapsatou, il s agit donc juste d une petite erreur humaine, et pas de racisme et de discrimination... pas besoin d en faire tout un plat... pourquoi pas une marche blanche pendant qu on y est ??
    Bon je vous laisse, je vais me regarder une redif de la derniere emission de Quotidien...

     

  • "En tant que parents, nous nous sommes sentis pris de haut par certains, comme si nous étions des ignorants incapables de comprendre"

    Pour moi, tout est dit dans cette phrase. Les "médecins" actuels n’ont aucune empathie, ils se la racontent et prennent les gens pour des ignares.

    Il suffit de parler un peu leur jargon à la con sans "en être" pour comprendre à quel point ils sont perchés !!

    Nous sommes nos premiers médecins. Personne ne connait mon corps comme moi.

    Protégez vos enfants et inondez les de questions quand vous avez affaire à ces robots imbus d"eux mêmes...

    Comme cette maman endeuillée, un IMMENSE respect pour les HUMAINS de la médecine telles les infirmières et autres soignants près des malades......

     

    • Il fallait 4 ans avant pour former un médecin, maintenant 10 sont nécessaires, les médecins en savent de moins en moins, sont des VRP des laboratoires, les patients sont devenus des clients, alors les faibles et les pauvres. Et puis pour le cas de cette petite, je ne suis pas médecin mais par connaissance de plusieurs cas proches, parfois l’appendicite se déplace quand elle est à ce stade donc l’examen clinique... il faut penser à l’exception...


  • Cette pauvre petite a dû terriblement souffrir avant de s’éteindre. Paix à son Âme... Erreur de diagnostic ? Incompétence à détecter les signes cliniques ???? Je ne suis pas médecin mais une péritonite chez l’enfant peut-être tout de même détectable : un ventre très dur à cause d’une contracture généralisée des muscles de l’abdomen avec une grosse fièvre et l’Enfant est tout pâle... Les bactéries se développent très vite dans les intestins et sans soins rapides... c’est la mort. Dans tous les cas la Souffrance d’un Enfant ne doit jamais être pris à la légère...Moi qui envisageais de me reconvertir dans les Métiers du Soin...Ce n’est guère rassurant. Puisse le Destin m’éviter d’atterrir aux Urgences...


  • #2381595

    Fin Octobre 2019, mon père né en 1940, chute dans des escaliers. Les pompiers arrivent rapidement, l’emmènent aux urgences à 15 kms.
    Le premier médecin prévoit de le faire revenir chez lui.
    Mais il est envoyé finalement dans un autre hôpital plus important.
    Allant mieux, 3 semaines après, il intègre un hôpital proche de chez lui (2 kms) sensé faire de la ré-éducation.
    Il sort de l’hôpital le 24 décembre et Il reçoit le rapport du premier hôpital : 11 fractures sur les côtes et 3 sur la clavicule accompagné d’hématomes importants à la tête !
    Et le premier médecin (je pense à un interne, donc un apprenti !) voulait le renvoyer chez lui !
    Vous aurez remarqué qu’il a fait seulement 2 mois d’hôpital !
    Et oui, apprendre à "magnétiser" ça sert !


  • Mon dieux quel horrible calvaire. Pauvre enfant, dans quel monde vivons nous. Putin les enfants c’est sacré, merde. Et on l’a laissé mourrir, alors que la sauver et la soulager était facile. J’ai une grande peine pour les parents et je leur transmet toutes mes plus sincères condoléances.

    J’espère que la tristesse que je ressens pourra les soulager un peu de leur terrible souffrance.

    Que Dieux leur vienne en aide pour les aider à passer la pire épreuve qui puisse arriver à des parents.


  • Necker à Paris dit l’hôpital des Enfants Malade ?
    C’est comme ça que ma mère (80ans) l’appelle, car opérée des suites d’un virus un vrai... contracté pendant la guerre... Le chirurgien, un Professeur (celui qui opérait une seule fois ses malades), un grand Ponte, l’a très bien soignée et a veillé à sa rééducation, et prix de la consultation en fonction des ses revenus... 20 FRANC FRANCAIS à l’époque sachant que ma mère venait du nord... qu’il fallait financer le déplacement... elle a été envoyé à l’époque par la médecine du travail... elle avait 17 ans...
    C’est horrible pour Lou et sa famille et nous tous, le système de santé, il n’en reste quasiment plus rien ! Étant très souvent confrontée au monde médical, je confirme qu’il se montre souvent méprisant sauf exception qu’il faut aller chercher souvent bien loin et même quand l’entourage est présent, il faut toujours batailler.


  • pauvre enfant, soit heureuse au ciel.


  • Evidemment aucune sanction ne sera prise pour cette bande de cons .


  • Nan, la petite Lou, 11 ans, est décédée d’une péritonite à cause de l’état de délabrement des matrices des femmes "françaises".

    C’est le tires-monde fabriqué par les frangins.

    Les hôpitaux n’y peuvent rien. Quand c’est pourri, c’est pourri.

    Arrêtez de rejeter vos propres responsabilités sur des exécutants.

    Et l’OMS, avant d’être une organisation privée, c’est un temple de maçons.


  • Dans certains pays européens les études de médecine sont basées sur des notes sur toutes les matières et il faut avoir sur 7 à 10 ans d’études une
    moyenne minimum de 12 et plus pour valider sa médecine. De plus, les étudiants pour les moins bons sont éliminés au fur et à mesure et ne restent en fin d’études que les plus sérieux ayant validés toutes les matières.
    En France, un examen sur les maths et chimie vous sélectionnent en première ou deuxième année de tentative et ensuite aucune sélection durant les années restantes aucun suivi ...chercher l’erreur.. aucune incompétence n’est sanctionnée ou détectée. Il y a quand même de bons médecins mais uniquement ceux qui ont étudié avec rigueur l On ne laisse pas la santé des personnes à des irresponsables.


  • Comme l’explique si bien Pierre Jovanovic, l’Etat Français est tellement surendetté qu’il ne peut que rembourser les intérêts de la dette (et non la dette elle-même, ça peut continuer 1 000 ans comme ça !!!).

    Résultat : des économies délirantes sur les services publics (profs sous payés, privatisation de nos services, et surtout fermeture de maternités/hôpitaux sous équipés etc).

    Et pendant ce temps le 1% d’ultra riches internationaux continue de s’enrichir (et notamment c’est le nombre de milliardaires français qui a le + augmenté en nombre 2019 => c’est dire qu’ils s’accaparent les richesses françaises, en ne payant pas d’impôt par exemple).

    SCANDALEUX !


  • J’espère que la mère n’a pas voté Macron.

    La population est coupable de favoriser les coups qu’elle reçoit.

     

  • J’essaie de ne pas désespérer quand je vois tous les jours, partout, l’état de décrépitude et de détresse dans lequel se dirige notre pays. Cette histoire en est une des tristes conséquences. Paix à son âme et que la douleur des parents puisse un jour s’atténuer.


  • Necker, tout un symbole.

    Necker était le ministre des finances de

    Louis XVI. Riche banquier Suisse, spécialisé

    dans la spéculation de dettes d’État.

    Il est urgent de faire sauter le numerus clausus,

    et de reprendre le contrôle des Hôpitaux Publics.

    Repose en paix, petite Lou.

     

    • En fait l’hôpital porte le nom de sa femme, Suzanne, fondatrice de l’hôpital.


    • A quoi bon faire sauter le numerus clausus ?Ce n’est pas que ça ! avant même de pouvoir voir les premiers médecins il faut 10 ans..donc il y a du temps !
      C’est le parcours de formation qu’il faut voir !

      A quoi bon "former" 10 30 50mille par an si c’est pour en faire des cow boy, des wikipédia humain, juste bon a dégainer un ordonnancier, et imbus d’eux même ? Mon ordinateur suffit a ce moment là ! Et après on va reprocher aux patients d’aller se renseigner sur internet et de prétendre en savoir autant voire plus qu’eux....Mais en fait c’est cela qui se passe ! les médecins deviennent petit a petit que des "wikipédia" sur pattes !

      Pas étonnant qu’on puisse maintenant voire des montres connectées prendre le pouls , la tension, la température etc...bientôt connectée aux librairies médicales c’est l’ordinateur qui dira de quoi vous souffrez ! et direct l’ordonnance sera éditée...même si c’est de travers !

      Il faut revoir l’idéologie de leur formation en profondeur, casser l’ordre des médecins qui ne doit plus être une officine de protection systématique du pouvoir médical mais bien de remise en ordre critique des pratiques médicale pour la protection des patients. A savoir quand un chirurgien opère bourré malgré plusieurs dénonciations, on ne met pas 3 ans avant éventuellement de lui proposer de s’expliquer...Non on lui suspend son exercice et on lui intime l’ordre de s’expliquer immédiatement !

      Oui effectivement, au bout d’un moment ça évite les charlatans...car des incompétents et dangereux, il y en a...Je connais un gastro qui le dt lui même...il est devenu gastro parcequ’il a raté ses études...il voulait être urgentiste...et quand on le voit exercer en effet, pas besoin d’être médecin pour se faire une idée...

      Il faut refaire passer le message que médecin, c’est avant tout le patient, le fric il vient plus tard, de mettre en exemple tout les médecins qui sont tombés dans la déchéance du à l’argent (misère financière, alcool, suicide, perversion, accident...)
      Bref tant que dans leurs études on leur remettra pas en place dans la tête qu’avant d’être médecin ils sont humain avant tout et que face à la vie, ils restent humain et que toutes leurs connaissances ne peuvent rien contre la nature, la nature, la vie se chargera de leur faire comprendre.


  • Allez les parents,5 jours après faut retourner bosser


  • #2381734

    la vie est fragile


  • Les médecins touchent des subventions de la sécurité sociale quand ils limitent leurs prescriptions et notamment concernant les radios. Il est donc possible que cette petite ait été victile, non pas du manque d’effectif dans les hopitaux mais plutôt de la cupidité et du manque de professionalisme d’un de ses toubibs.

     

  • Un exemple pour vous dire le niveau où on en est ! Alors que je disais à mon médecin que j’étais au comité de lecture d’un document sur l’arsenic auprès de la haute autorité sanitaire celui-ci me dit "mais l’arsenic cela ne tue pas" ????

     

    • Bonjour tintin (personnage soit dit, en passant. dont j’ai toujours apprécié la finesse d’esprit dans les bd d’Hergé),
      Il y a eu un article sur l’homéopathie hier sur E&R, et par rapport à l’arsenic que tu mentionnes, j’avais lu récemment que les amandes amères contenues dans les noyaux d’abricot, contenaient d’infimes proportions de cyanure, qui pouvait détruire des cellules cancéreuses sans toucher les cellules saines.
      Aurais-tu quelques connaissances sur ce sujet ?


  • La ripoublique tue tout, c’est un régime de mort dominé par les Forces du Mal. Son principe est la nuisance systématique et la destruction dans hyperviolence par l’hypercontrainte, son objectif la Spoliation pour dépossession afin d’appropriation. Il suffit pour cela d’accompagner et/ou d’amplifier dans l’impunité, les dégâts des laxismes, des incompétences et des hostilités sciemment organisées. Il s’agit d’anéantir l’autochtone, pour prendre sa place sans l’affronter directement..


  • soral a dit qu il suffisait de filmer les tribunaux et rendre public ce qui s y passent pour déclencher une guerre civile... dans la même logique filmons l’entrée et le hall d’accueil des services d urgence des hopitaux dits de France pour se rendre compte du niveau de tiers mondisation du pays et du remplacement de population en marche... il n y aura jamais assez d’effectif. Allez bon effondrement 2020...

     

  • Le Serment d’Hippocrate est devenu le serment d’hypocrites. Lors des visites, mon médecin ne me prend même pas la tension automatiquement : il faut que je le lui demande. Dans ma ville de 5000 habitants, aucun médecin ne se déplace !


  • Nos politiciens sont coupables de meurtres sur toutes personnes qui payent ses impôts.


  • Le niveau des commentaires est vraiment pitoyable.

    On ne sait RIEN du détail de ce qui s’est passé.

    Quelle est la cause de la péritonite ? Certaines causes (comme l’occlusion sur bride ou l’invagination intestinale aiguë) provoquent initialement des douleurs transitoires et récurrentes. Si vous n’examinez pas l’enfant au bon moment, vous passez tout simplement à côté.

    Par ailleurs, beaucoup ici semblent avoir des difficultés à estimer le niveau de débordement d’un médecin dans un hôpital public en 2020. Ce ne sont pas des gens qui sont obligés de finir une heure plus tard tous les jours. Ce sont des gens qui n’ont pas le choix (parce qu’ils ont justement une conscience professionnelle) de faire comme ils peuvent le boulot de 2 ou 3 personnes. Cela génère de la fatigue, des erreurs et une certaine irritabilité (oui, les médecins aussi sont des êtres humains...).

    Idem aux Urgences. Quand je vois la mère de la petite Lou se plaindre que les médecins n’aillent pas faire le tour de la salle d’attente toutes les heures, je constate qu’elle n’a tout simplement pas compris ce que signifie être débordé.

    Quant au chirurgien viscéral, peut-être n’a-t-il pas pu prendre Lou immédiatement parce qu’il a sauvé 3 autres vies cette après-midi là. Peut-être que ce chirurgien viscéral n’a pas pu prendre les 15 min nécessaires pour rassurer les parents parce que 15 min de palabres c’est 15 min de perdues au bloc opératoire.

    Il faut arrêter d’imaginer ces gens à la pause café toutes les 5 min. Quand vous faites une garde aux urgences, souvent vous n’avez même pas le temps de boire un verre d’eau, et il n’est pas rare de prendre son dîner à 2h du matin. Pour rappel, aux Urgences, bien souvent les médecins font 24h d’affilée, là où les autres personnels soignants font peu ou prou les 3 huit.

    Je pense qu’il y a beaucoup d’incompréhension, et qu’on verse un peu trop vite dans la critique, surtout pour les médecins hospitaliers qui sont loin d’être les moins compétents et les moins consciencieux. Mais quand vous êtes en permanence dans le rouge, forcément de temps en temps ça merde gravement.

    Moi aussi je suis régulièrement outré par l’incompétence et l’avidité de certains médecins, mais la grande majorité de ceux-là sont des médecins de ville.

    Signé : un médecin

     

    • J’ai demandé à une urgentiste de l’hôpital Saint-Luc à Bruxelles : on fait une analyse de sang... Deux heures maximum, et le médecin urgentiste a les résultats. Une radiographie et échographie : 1/4 d’heure max.



    • Il faut arrêter d’imaginer ces gens à la pause café toutes les 5 min. Quand vous faites une garde aux urgences, souvent vous n’avez même pas le temps de boire un verre d’eau, et il n’est pas rare de prendre son dîner à 2h du matin. Pour rappel, aux Urgences, bien souvent les médecins font 24h d’affilée, là où les autres personnels soignants font peu ou prou les 3 huit.



      Nan mais vous êtes complètement à la ramasse vous ! Vraiment en effet vous êtes tourné sur vous-même !

      Vous avez calculés le nombre annuels d’heures éffectués par une IDE, une AS, c’est largement loin des 3*8 !!!

      Et dans les décisionnaires ce ne sont pas toujours des administratifs mais bien des médecins ! des cadres de santé...donc stop....

      NON ! Le médecin n’est pas un Dieu, Oui ok le travail de médecin n’est pas simple ou facile et demande un haut niveau d’apprentissage pour recracher les connaissances dans le bon contexte et s’adapter en cas d’erreur.

      Mais NON ce n’est pas un martyr, NON il n’est pas sous la "pression" car quand il a envie d’aller pisser ou de fumer sa clope, il envoie chier tout le monde en claquant la porte si ce n’est pas en insultant les soignants ou piquant une colère histoire de faire comprendre qu’il ne faut pas l’approcher et comme ça il est tranquille. Il a ce "pouvoir" de dire "merde" à qui il veut.

      Je parle du vécu car quand vous voyez passer un marteau des burins traverser une salle opératoire juste parce que "Docteur n’est pas content" car le marteau n’était pas dans le "sens horaire", ou toute l’instrumentation renversée parce que "madame la chirurgienne" veut que sa pince Mayo courbe soit chromée et donc qu’elle n’utilisera pas le set, de fait tout renverser par terre est contaminé...donc tout réinstaller, je vous raconte pas les frais !
      Et quand vous en faite part, c’est vous qui vous vous retrouvez convoqué limite pour insubordination ou remise en question de diagnostic médical voire exercice illégal de la médecine par contradiction d’un médecin ! Faut le faire.

      Une bible je vous dit ! on peut ecrire une Bible !!!

      Donc stop, la martyrologie du médecin overbooké...elle fonctionne auprès des patients car c’est pour la globalité du système, la conscience collective, mais dès qu’on creuse les rapports médecins/soignants...ça ne fonctionne plus.


    • Je suis dans le milieu.
      Un simple coup d’écho et on aurait eu le diagnostic.
      Mais beaucoup d’urgentistes ne savent pas les faire.


  • A titre personnel j’ai des amis à qui il est arrivé la même chose aux urgences pédiatriques, je vous jure que c’est trés souvent que j’entends des choses pareilles étant dans le métier.

    Je résume : la fille de mon ami, 5 ans, se fait mordre par son chien au crane cet été, quelques points de sutures retour à la maison... la rentrée arrive quelques jours aprés, la petite somnolait anormalement, depuis plusieurs jours, le papa emméne sa fille chez le médecin, il ne voit rien, la petite somnole toujours beaucoup, sa conscience est altérée (ce qui tout de suite doit faire penser a qqch de neurologique et de potentiellement grave) passage aux urgences ou il à été renvoyé 3 fois pendant 3 jours !!!! à un moment donné, mon ami demande un scanner au médecin qui ne veut pas, il péte un plomb et fini par l’obtenir... et la bingo, abcès intra cranien, en gros la petite allait mourir d’ici quelques jours si le père n’avait eu le bon sens de demander un scanner...

    Autre histoire, une amie, son fils nouveau né est retrouvé "bleu" dans son lit le matin, panique elle l’emméne au urgences aprés appel au samu, elle arrive, et on lui dit tenez vous bien : "oh ça doit être quand il pousse pour faire caca" ........ résultat le gamin fait des apnées mais il a fallut 3 passages aux urgences encore une fois pour qu’ils fassent quelque chose... et biensur imaginez le stress de la mère de trouver son enfant cyanosé à chaque sieste ...

    Une amie elle, se fait opérer des ovaires pour un kyste, elle ressort, prise de violentes douleurs abdominale elle retourne aux urgences... elle ressort avec du doliprane, oui oui, du doliprane et rien d’autre... les douleurs augmentent, deviennent insoutnables, elle y retourne, on lui dit qu’elle a une infection urinaire .... rebellote.... elle y retourne le lendemain, fièvre, nausées etc.... scanner échographie... OUPS, le chirurgien avait oublié une compresse dans le ventre ...

    Des histoires comme celles là, j’en ai à la pelle vraiment et plus le temps passe plus j’en entends. Avec le manque de personnel,le problème, entres autres, c’est que les médecins délèguent beaucoup aux internes qui n’ont pas le niveau et font des prises en charge superficielles ce qui aboutit à des situations comme celles ci. Je ne parlerai pas du recrutement de médecin étrangers pour pallier au numérus closus qui a tué la qualité des soins, quand un roumain qui parle à peine français rentre dans votre chambre pour vous dire "moi opérer vous ..." franchement ......

     

    • Tellement vrai, merci...j’en ai moi aussi à la pelle des exemples comme ça, mais pas trop envie de revenir sur ces épisodes douloureux qui ont parfois virés à la catastrophe...la morgue des médecins ET des infirmières (je ne serais pas aussi complaisante que certains ici ou que ces parents endeuilles) tout un système organisé en mafia comme dirait S.Simon.
      Je n’ai retenu qu’une chose depuis toutes ces années ne plus jamais accorder ma confiance à un médecin, prévenir autant que possible, éviter d’aller les voir à l’hopital ou en cabinet, boycotter leurs médicaments de m...


  • On se demande bien pourquoi les Hôpitaux de Paris sont aussi engorgés et pourquoi des gosses arrivés après eux ont passés avant !
    Faire le lien avec les innombrables agressions verbales et physiques du personnel médicale par certains types de populations bien précis mais dont en ’’République Française’’ c’est l’omerta totale !
    Désolée mais je devais encore une fois rajouter mon grain de sel !


  • hôpitaux avec 1 médecin pour 80 patients, seulement 2 infirmières pour tout un étage, bactérie qui se ballade en veux tu en voilà, ascenseurs en panne faute de moyens financiers et galère pour les brancardiers pour monter les gens à l’étage, C’est une honte, le personnel débordé et dépité par le silence de Macron ce voleur.
    Où est l’argent de nos impots ?!!!! Le personnel médical agit comme des robots faute de temps et de moyens, avec une pression quotidienne énorme qui ne peut qu’amener à des erreurs médicales lourdes la fatigue devenant ingérable ! Macron un jour on te coupera la tête pour cela c’est certain, le peuple va se soulever c’est juste une question de temps...


  • La relation médecin-malade s’est considérablement dégradée ces dernières années, sur fond de déficit mais également avec le développement d’internet.

    Le déficit en médecins crée des tensions du côté des patients (délais d’attente excessifs) mais également du côté des médecins (travail bâclé dans le stress).

    Le développement d’internet amène les gens à tenter de s’autodiagnostiquer sur Doctissimo. Une fois chez le médecin, ils viennent simplement chercher leur ordonnance. Et quand les avis divergent (ce qui est malheureusement fréquent), cela crée des tensions. Tout le monde ici dénonce les médecins qui croient tout savoir, je vous garantis que les médecins pourraient tout autant dénoncer les patients qui croient tout savoir !

    Vieux médecin de ville, je passe désormais plus de temps à expliquer à mes patients ce qu’ils n’ont pas plutôt que ce qu’ils ont, ce dont ils n’ont pas besoin plutôt que ce dont ils ont besoin.

    On le voit d’ailleurs dans cet espace de commentaires, où personne ne sait véritablement ce qui s’est passé, mais où tout le monde pense qu’il aurait mieux fait que tous ces médecins. J’aimerais bien voir ça !

    Quand un seul médecin merde, on peut légitimement remettre en cause sa compétence. Mais lorsqu’il s’agit de toute une chaîne, plutôt que de conclure qu’ils sont TOUS nuls, peut-être faudrait-il envisager d’autres hypothèses... On n’a que la version des parents ici, parents qui sont forcément bouleversés et en colère.

     

    • Justement ! les parents ne sont pas assez en colère ! Facile de les disqualifier parcequils sont parents de la petite victime ! C’est plutôt une chaîne d’incompétence et de jemenfoutisme des médecins qu’il faut dénoncer ! Et je suis en colère aussi et je n’ai pas perdu une petite fille !


    • @Un médecin : Merci pour cette perspective éclairante. Ce qui choque la communauté, c’est la non prise en compte de la douleur en contexte d’urgence et cette tendance, trop répandue dans le corps médical, à supputer que les mères se livrent à un grossissement hystérique de la souffrance de leur enfant ou le surprotègent. Ce régime de suspicion entraîne souvent une sous-évaluation de la gravité du cas de l’enfant. Cette culture médicale demande à être réformée.


    • je vous rassure : la relation médecin-laboratoires pharmaceutiques, elle, ne s’est pas dégradée, bien au contraire


    • Oui monsieur car il y a de quoi être en colère. Ce qui a tué cette fille est benin et vous le savez.

      La question nest pas Doctissimo. La question est que vous n’êtes pas capable d’expliquer de manière pédagogique ce quil se passe car vous n’en savez fichtrement rien.

      Le médecin qui ne sait pas vous file des antibio qui sont les plus généraux possible et une bonne dose de corticoïdes. Vous sortez de là dopé pour 48h


  • ce n’est pas le résultat d’un manque de moyens, c’est une tragédie qui résulte de la conjugaison et l’incompetance et de la suffisance


  • Nos Zélites ont des comptes à rendre. Il est urgent que les français réapprennent à se serrer les coudes, contre ces pourris et voyous au pouvoir qui nous saignent fiscalement et physiquement.


  • Ce n’est pas le système qui a tué cette enfant. Elle a été assassinée par l’eugénisme inconscient des médecins hospitaliers qui, voyant qu’elle était en fauteuil, donc à leurs yeux un poids pour la société, l’ont fait poireauter 5 heures aux urgences et lui ont refusé une radiographie de l’abdomen. Cessons d’accuser le manque de moyens (certes bien réel), pour déterminer les responsabilités humaines : la condescendance, la morgue, la pingrerie et le manque d’empathie des médecins hospitaliers est une réalité : voilà ce qui se passe quand la fac de médecine recrute des matheux, et bien ils ont l’approche (in)humaine qui va avec.


  • C’est un homicide par négligence. D’où vient la consigne de refuser une radio abdominale ? C’est bon, le directeur de Necker a sauvé l’équilibre budgétaire pour 2020. Légion d’honneur de rigueur.


  • Quelle repose en paix, la petite Lou ... le vrai responsable : la connerie humaine !

    Qu’ils soient débordés ou pas, les hôpitaux ... ne gèrent pas logiquement les urgences, car chaque cas est particulier. Il y a dans ces services pleins de gens compétents et bourrés d’humanité, mais d’autres qui ne sont là que pour faire " leurs heures " de travail.

    Certes, il y a plus grave ailleurs ... ça n’empêche pas que l’on peut toujours s’améliorer, sans que ça coûte énormément plus.


  • Ah ces médecins, une élite ! Il y en a même un qui a essayé d’écraser Dieudonné ! Au fait toujours en liberté l’écraseur en 4x4 ? Serment d’hypocrite !

     

  • « Nous sommes tombés sur deux médecins urgentistes manifestement incapables de poser le bon diagnostic »

    Incompétence totale. Le problème est humain, et non une question de moyens.

     

    • C’est un ensemble on va dire. Quand dès la maternelle les classes comptent 30 élèves, comment arriver à quelque chose de sensé au bout ? C’est donc bien à la base une question de moyens (la France les a, mais elle préfère les mettre ailleurs)

      J’avais les larmes aux yeux en lisant l’histoire de cette petite. Beaucoup ont du sang sur les mains... Je vis de plus en plus mal le "progressisme" ambiant qui nous vend toute cette merde et qui rend le monde de plus en plus inhumain. Je souhaite de tout cœur aux parents de parvenir à surmonter du mieux possible cette terrible épreuve.


  • Tout fout le camp dans ce pays, la médecine comme le reste, et ce n’est pas qu’une question de moyens, mais de mentalité, l’excellence française n’est qu’un lointain souvenir ; chacun sa gueule à tous les niveaux. Course au fric, sans foi sans regles sans morale sans avenir...la tiers mondisation en marche, il suffit d’ouvrir les yeux, ne le voyez vous pas ?

     

    • Oui merci pour ce commentaire. Nous avions une génération de pionniers, de personnes qui ne supportaient pas qu’un hôpital étranger soit plus e pointe queux sur un sujet et rivalisaient d’ingéniosité pour développer les savoirs.

      A cela s’ajoute le manque de pratique des examens cliniques, cest à dire observer, occulter, parler au patient en posant les bonnes questions.

      On ne peut pas faire grand chose avec des médecins youtubeur


  • On est « trollé » par les toubibs véreux...

     

    • Tout à fait. Les meilleurs ont compris et se taisent, et les autres ici font du zèle au serment de la fermer, pour venir spontanément en aide à la Sham ou autre société d’assurance contre les familles des victimes.

      Cette honte et cette infamie donne un bon aperçu de ce que les parents vont rencontrer, les avocats d’assurance étant encore pires.

      Plus l’hôpital public merde, plus les assurances gagnent de l’argent, et moins les droits des patients n’ont à être respectés et plus il y a de victimes etc ..

      Les même médecins vont bientôt être autorisés à dire quel pseudo infecté rebel échappé doit être abattu et brûlé, et il y aura autant de grilles et de barbelés autour des hôpitaux et crématoriums qu’autour des tribunaux administratifs et autres palais de justice de notre belle République.


  • J’ai moi meme pris des gardes a Necker, en urgences pediatriques.
    Et je dois avouer que je n’etais pas competent.
    Ce n’etait en effet meme pas ma specialite (qui est la radiologie).
    Mais bien force de faire pour valider nos stages.
    J’ai fait ce que j’ai pu .
    Ce qui n’est pas grand chose. La pediatrie clinique est une specialite a part et j’ai tj deteste m’occuper des enfants.


  • Il y a un problème de l’hiral, de moyens, clairement. Mais il y a aussi - parfois un problème de compétence. Il faut oser le dire.
    Les internes et jeunes médecins ne sont plus formés à l’examen clinique comme autrefois. A la place, ils font des tas d’examens. A la place, ils suivent les protocoles dictés par le gouvernement.
    Je me souviens dans les années 95 avoir emmené ma fille chez le médecin généraliste pour une simple douleur de os qui irradiait dans la cuisse. Ce médecin après un examen minutieux nous a adressés à l’hôpital car elle suspectait une appebdicite. Ce qui s’est révélé exact.


  • Hopital de Brest , médecine générale , je regardais l’organigrame du service : pléthore de professeurs , chefs , sous chefs , adjoints, ….pour finir à la personne compétente de l’affaire qui est simplement "praticien hospitalier " ! et tout ces éminents spécialistes , il faut les payer , meme si on ne les voit jamais, s’ils sont inaccessibles au vulgus pecus, et méprisants quand un quidam leur adresse la parole ….Ce sont les mèmes , en pire que les toubibs de Molière, ils se prennent pour une aritocratie du savoir , mais c’est nous qui leur payons leurs études, et leur train de vie !

     

  • C’est la même chose dans une ville riche comme Munich, à Paris à l’hôpital américain ou en Espagne et en assurance privée ! La grande majorité des médecins ne vous auscultent même plus, vous font passer des examens qu’ils savent leur rapporter du pognon mais dont vous n’avez pas besoin, et vous laisseront plus léger de quelques milliers d’euros sans vous soigner. Le comble de l’horreur étant l’espagne, une amie avait sa mère avec Alzheimer qui a fait une chute et s’est cassé la hanche. On a laissé quatres jours la pauvre femme sans opérer, après on lui a mis une couche et sur la chaise roulante non adaptée. La pauvre femme a fait deux chutes et ils ne l’ont pas envoyé à l’hôpital pour faite un scan du cerveau. La pauvre n’a plus ouvert les yeux après, plus marché et plus parlé, en fait suite à la chute son cerveau s’est rempli d’eau. Jusqu’à ce que le docteur du centre l’eutanasie (mise en soins palliatifs forcés). Il est fertain que Soros est bien mieux soigné. Il est étrange de constater comme les hommes de grande fortune et pouvoir ont tendances à rajeunir de nos jours.


  • Si on gertait toutes les AME déjà ça ferait de l’air. Et puis les CMU ce serait bien aussi.


  • Elle m’a l’air d’être déjà fragile cette enfant. Un médecin m’a dit un jour, qu’on fait tout pour garder en vie les bébés non viables. Ceux-ci sont fragiles. A voir les photos, je pense que c’est le cas ici.


  • Je ne rentrerai pas dans le débat ( bon médecin, mauvais médecin,suffisants, prétentieux....) je n’en sais rien !
    Je n’en connais que deux, et ils sont supers...professionnels, pas du tout la grosse tête, ils bossent comme des dingues, et ont VRAIMENT le souci de leurs patients !

    Par contre, ce qui n’a pas du tout été abordé ici, sur ce thread ( dont je viens de lire TOUTES les interventions), c’est la volonté de détruire ce qui jadis était une manifestation d’ultre-compétence française, ses services médicaux, et surtout, ce qui n’a pas été mis en exergue, ce sont les rôles dans cette décrépitude exponentielle, de la grosse Bachelot sous les ordres de l’ignoble Sarkozy !

    Ce duo a plus fait pour la destruction de la médecine, que toutes les politiques des incompétents précédents, pendant des années !

    Ils ont fermé des services, des maternités à qui mieux mieux, sans parler de l’arnaque des millions de vaccins pour le "H5N1", achetés par le cachalot Bachelot, à grands renforts de miillards d’euros, pour ensuite les envoyer à l’incinérateur !

    Mais plus personne n’en parle, tout le monde a oublié !

    Maintenant, le programme je vais vous le donner, c’est simple : ça va continuer à chuter, mais "l’Elite" elle aura les meilleurs toubibs, les meilleures structures, et elle banquera pour ça, et cher...
    Les "services publics" vont demeurer, mais atteindre le niveau de compétence d’un hopital du toers-monde...ça sera bien suffisant pour le blancos de bsae, qui de toute façon doit dégager de ce territoire, pour laissert la place ! Je vous renvoie au discours de Sarkozy sur le métissage....quand j’ai traduit ce truc à l’époque pour des potes aux USA, ils HALLUCINAIENT qu’un président français puisse tenir un tel discours !

    D’ici dix ans, quand le dealer de banlieur débarquera dans l’hosto avec une valise de billets pour le premier médecin qui soignera son gosse, des milliers de pitchounes comme Lou mourront, parce que leurs parents n’ont pas de valises de biftons !
    C’est comme ça que ça se passe dans le Tiers-Monde, je sais, j’y ai vécu !

    Voilà ce que donne 60 ans d’importation de "diversité", on a pas seulement les voiles et les djellabas, on a aussi les mentalités !

    Et ça ne s’arrangera pas de demain, les vers étant déjà largement présents dans le fruit !
    Et quand nos "CONS-patriotes" vont revoter Macron en 2022 pour "lutter contre la haine", eh bien préparez-vous....
    Repose en Paix Lou !


  • Mon enfant, très jeune à été hospitalisé vient d’être opéré à Necker. La chirurgienne, extrêmement douée et humaine, est débordée, la fatigue se voyait sur ses traits. Elle fait des consultations sur ses heures de repas.
    Ce genre de spécialistes très doués pourrait se faire une fortune dans le privé. Mais ils restent dans le public.
    Et il y a clairement dans ce cas un manque de médecins.
    Ce genre de drame va malheureusement se reproduire, et qui voudra continuer à exercer dans de telles conditions ?


Commentaires suivants