Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

La célèbre nounou bientôt brûlée en place publique ?

En octobre 1965 sortait en salles Mary Poppins, long-métrage de Disney dans lequel Julie Andrews interprète une nounou bien particulière.

 

Drôle, touchant et entraînant grâce à ses musiques, le film est-il également raciste ?

C’est ce qu’affirme Daniel Pollack-Pelzner, professeur d’anglais à l’université de l’Oregon, dans les colonnes du New York Times.

L’homme va même plus loin, en affirmant que la scène des ramoneurs sur les toits de Londres est la pire de toutes puisqu’elle met en lumière des blackfaces – qui consiste à se colorer le corps pour se déguiser en une personne noire. Une pratique raciste, déplacée et héritée du passé colonial des États-Unis.

 

 

 

Lire la suite de l’article sur vanityfair.fr

Voir aussi, sur E&R :

Un film à proposer au New York Times, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Donc quand petit je revenais noir de la cave à charbon, c’était pas bien ? Faut d’urgence le mettre chez les fous celui-là.
    Quant à : "héritée du passé colonial", plutôt que de revenir au KKK franmac du XIXe, intéressez-vous à ce qui se passe EN CE MOMENT en Syrie et plus proche de vous, au Venezuela les voleurs de pétrole !


  • Un de mes films préférés enfant. Je n’y ai vu que des ramoneurs sales de la suie de leur labeur ! Mais je ne dois pas avoir la même intelligence que ce M. Pollack-Pellzner. Peut-être devrais-je me faire psychanalyser ? Je ne suis peut-être pas assez raciste pour arriver à déceler tous les endroits où ce fléau arrive à se cacher ! Pollack-Pellzner ? Un cousin éloigné de Freud ?


  • Espérons que le ramoneur n’oublie pas de prendre du sopalin en partant au travail. Ca pourrait lui couter cher.


  • #2138925
    le 04/02/2019 par Suis-je sain d’esprit ?
    Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

    On vit vraiment dans un monde de psychopathes

     

  • #2138926
    le 04/02/2019 par The Médiavengers Zionist War
    Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

    Ah, bingo ! Le con du jour vient de sortir. On applaudit bien fort le gagnant, et à demain, si on veut bien !

     

  • de plus le ramonage n’est-il pas une allusion mal placée envers la communauté Gay ?
    Faudrait creuser de ce côté-là, si je puis dire...

     

  • Le jew-york time, pour les intimes.

    Ce journal est devenu le pire torchon que l’on puisse imaginer.


  • Comment s’appelle ce rétro-pédalage historique déjà ?... révisionnisme... nan c’est pas çà...

    Cela étant je vois pas le rapport, des ramoneurs avec le visage couvert de suie c’est plausible !

     

    • Il ne doit rester qu’une seule "mémoire".
      Ca défile, ça défile en boucle.... jusqu’à la nausée.


    • Je dirais "uchronie" et force est de constater que l’ingénierie sociale nous fait baigner en plein dedans tant sa perversité est abyssale. Les effaceurs de mémoire qui ont ramassé le pouvoir, ce fruit blet en putréfaction avancée, ont commencé par supprimer les départements des plaques minéralogiques puis ont rebaptisé entre autres l’Alsace et la Lorraine sous le nom poétique de "Grand Est". Maintenant c’est au tour de tout ce qui a nourri notre enfance. De Gaulle avait déjà judicieusement observé que "le pouvoir ne se prend plus mais se ramasse". Rien à attendre des urnes !


  • La débilité a cela de bien que cela permet de connaître le nom de tous ces délateurs zélés et stupides au plus haut point. Et Hulk c’est quoi ? Du racisme anti haricots verts ?


  • C’est surement la présentation, dans le film, du banquier méchant qui vole la famille de travailleurs anglais endettée, très actuel en fait !, qui choque ce monsieur.


  • Pollack Machin, oublie juste une petite chose, certain aurait dit un détail...

    Le premier filme parlant, The Jazz Singer, mettait en scène de bout en bout un blackface. En fait, il parodiait la tradition américaine du black minstrels...

    Mais, là bien sûr ce n’est pas pareil, l’acteur s’appelait Al Jolson et la major en cause Warner. Ce que d’aucun appellerait, cochez toutes les cases !


  • J’ ai vu ce film quand j’étais toute petite,il avait eu un très grand succès, on ne se posait pas toutes ces questions à l’époque, surtout quand il s’agissait de comédies, il faudrait alors considérer comme racistes la plupart des oeuvres des années 30, 40, 50 et 60 au moins, les Laurel et Hardy comportent des blackfaces, assez hilarants, l’excellent Auberge rouge, de Autant Lara, et les De Funes, et Autant en emporte le vent, les vieux westerns, sans compter la littérature, les Tintins etc...la démagogie et le politiquement correct sont en train de tuer toute liberté d’expression y compris celle de la créativité et de voir absolument partout des racistes, des homophobes, des sexistes et des nazis une fois de plus, c’est grave et triste, car toutes ces comédies ont fait rire des millions de gens ...du peuple et de toutes origines, notre époque est oppressante et déprimante et n’apporte plus que ces comédies certes politiquement correctes mais vulgaires et sans talents !

     

    • La présence de Black faces dans des films est dû en partie à la ségrégation. Pas question de faire tourner des noirs et de les amener au niveau de star. Certains animateurs radio ont eu de gros problèmes pour avoir simplement diffusé de la musique de noirs sur les ondes. La ségrégation aux USA a perduré bien après la seconde guerre mondiale alors que le monde était débarrassé des méchants nazis.


  • Mon père était charbonnier ou plus précisément négociant en combustible.
    Les mineurs étaient appelés les gueules noires et combien de fois j’ai vu cette gueule noire de père rentrer à la maison couvert de poussier de charbon avec la sueur ruisselante sur son visage noirci.
    C’est hallucinant de connerie cette histoire de racisme.


  • Tiens, au fait, la minute de la mémoire...

     

  • Ah ! eh bien oui ! ,si le New York Times l’a dit, c’est que c’est certainement vrai .Comme si on disait que le New York Times sont des cons .Là je considère que je me trouve très près de la vérité .Il y en a qui n’ont vraiment rien à foutre, en se levant un beau matin tout en se rasant .Et de suite une petite lumière d’inspiration et...hop ! Mary Poppins est un film raciste . Ils embauchent au New York Times . Parce que moi, des idées à la con comme celle-ci, j’en ai plein .


  • Et si je me mets du noir sur la bite je suis raciste ?

     

  • Pamela Travers, une élève de Gurdjieff a écrit cette belle histoire. On est a 15000 lieues de notre époque et du niveau de cet antiracisme de propagande. Spirituellement, intellectuellement et dans la sensibilité ce fut un autre temps. L’Homme se cherchait encore un peu, il regardait plus haut, plus humblement. Cet homme a été fondamental dans la vie de tant de gens de qualité : Barjavel, Maurice Nicoll, Rene Daumal, Georgette Leblanc, Ouspensky ..... et Pamela Travers

    On ne peut que rire de la stupidité contemporaine de nos ’maîtres à penser .....


  • Un chef d’oeuvre ce film ! quel bon souvenir !

    Et que dire des boulangers qui sortent le visage plein de farine, c’est du racisme anti-blanc ?...


  • J’ai regardé hier des films encore plus racistes  : Laurel et Hardy !!!
    Hardy reçoit de la farine blanche sur la tête : racisme anti-blanc !
    Hardy reçoit du charbon dans la tronche : racisme anti-noir !!!
    Heureusement que Laurel se déguise en femme : promotion LGBT !


  • Certainement !
    ...et la danse de Mary Poppins avec les 5 ramoneurs illustre un GangBang de noirs avec une blanche surdouée pour la chose !


  • Oliver Twist est raciste sans le savoir.


  • C’est sûr que si Mary Poppins était jouée pas Woopy Goldman ce dégénéré du nouillorktime ne trouverait rien à redire...

     

  • Il devrait regarder du côté de Tel-Aviv il verra ce que le mote raciste veut dire.


  • Les noirs devraient s’entrainer au ski pour battre les blancs en neige...

     

  • Et dormir dans le noir c’est raciste ??

     

  • Ils nous cassent les... pieds à voir du racisme partout ! Leur monde est fatigant.


  • Ce film n’est pas plus raciste que les propiétaires et journalistes

    de vanity fair et du NY times réunis. Encore un sujet débile

    pour les gueux sans cervelles et sans dents.

    Comment peut-on acheter des torche fions pareils ?


  • #2139059

    Le white face n’existe pas encore ?

     

  • #2139073
    le 04/02/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

    Je n’ai pas vu ce film.
    Mais j’imagine qu’il a un charme suranné :
    qui a cessé d’être en usage, qui évoque une époque révolue.

    Dès lors, pourquoi l’attaquer ? ça n’a pas de sens, c’est minable.

    Qu’il s’en prenne plutôt à des films actuels, où les auteurs et interprètes vivants peuvent répondre.
    Tiens, par exemple:Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance (Three Billboards Outside Ebbing, Missouri), film américano-britannique réalisé par Martin McDonagh, sorti en 2017...
    Ça, c’est une merde, et multi-primée/ récompensée, en plus !

    Des personnages caricaturaux, qui n’apparaissent que le temps de faire leur numéro de caricature : le nain, l’ex, la jeune pouffe de l’ex, le jeune Noir sympa, le vieux Noir en contraste du Blanc raciste débile/ violent, etc...
    Le seul personnage qui a compris que tout cela n’allait nulle part, c’est celui qui se suicide sans regret : salut ! au revoir, merci !
    Frances McDormand fait la gueule pendant tout le film, du début à la fin, n’évolue pas de l’ombre d’un cil.
    Seul le personnage du policier Blanc gros con raciste violent, à un moment, il n’est plus raciste, mais on ne sait pas trop pourquoi, mais il est toujours aussi con et potentiellement violent.
    Le film se termine alors qu’il accompagne le personnage de Frances McDormand se venger physiquement violemment.
    Zéro évolution.

    Du vide intégral, violent sans fond, porté aux nues.


  • #2139090

    Mary Poppins serait la fille cachée d’Hitler.


  • Je suis dévasté, je viens de me rendre compte que mon enfance a été bercée par des dessins animés à caractère raciste ! Mon préféré était Bernard et Bianca ! Bianca= Blanc en italien !!! (Et Bernard c est pas tres érythréen !!)
    le racisme est vraiment partout ! Moi qui avait cru être épargné par ce fléau , en depis de mon (grave) handicap racial de blanc cisgenre privilégié...
    je suis ravagé par la honte ! J ai vu ce dessin animé à multiple reprises et je dois l avouer... j ai aimé ça ! Suis je damne à jamais ? Suis je devenu un horrible rassisse à l insu de mon plein gré ? Le doute m envahit, le ventre fécond ect... des zeures les plus sombres blah blah blah...


  • #2139104
    le 04/02/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

    Il y a des films comme ça, avec un charme d’une autre époque, qui, lorsqu’on est capable de réflexion, nous propulsent loin des médiocres rivages de la fange botulesque, des phisolophes de magazines, des attention whores, putes à scandale à peu de frais...

    Permettez-moi d’en proposer un qui m’a fait rêver récemment :
    - La Machine à explorer le temps (The Time Machine), film américain réalisé par George Pal, sorti en 1960, inspiré du roman La Machine à explorer le temps de H. G. Wells.
    Un délice, qui pose tout un tas de questions essentielles.
    Le héros aventureux entre en contact dans le futur avec des humains abrutis parce que sans conscience d’eux-mêmes et du temps qui s’écoule.
    Ils forment en outre la nourriture/ bétail d’une peuplade obscure, qui les entretiennent pour les consommer.

    Les effets spéciaux de l’époque, on ne peut pas les refaire avec autant de crédibilité, parce qu’ils sont justement d’époque, où les gens vivaient, y croyaient.
    Y’a des scènes apocalyptiques, destruction de la ville, peu de moyens, donc vision synthétique, et pareil pour la suite, "paradisiaque".
    C’est réalisé à un moment où le rêve est encore possible, mais plus pour longtemps.
    Et tant mieux, tant pis, peu importe : on a le choix d’y réfléchir.


  • C’est quand même dommage qu’on puisse pas créer une double société parfaitement hermétique.
    Du moment qu’on nous foute simplement la paix, moi je les laisserai bien aller au bout de leurs délires.

    En plus on pourrait se marrer à pleins poumons rien qu’en les regardant faire.
    Avec la garantie qu’ils seraient bien les seuls à subir les répercussions de leur propre monde.
    Moi je les laisserai bien dans leur coin.... à jamais .... enfin jusqu’à leur propre perte, car ils finiront mal ça en revanche c’est garantie.

     

    • #2139264
      le 05/02/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

      "C’est quand même dommage qu’on puisse pas créer une double société parfaitement hermétique."
      lol, ce sont des parasites (relation biologique entre deux êtres vivants où un des protagonistes — le parasite — tire profit d’un organisme hôte pour se nourrir, s’abriter ou se reproduire), ils ont besoin de toi.
      Lui, il a besoin de Mary Poppins pour faire semblant d’exister.
      Et jamais il ne remettra en question, pourtant essentielle, cela.

      Au fond, il sait qu’il n’est rien, face à Mary Poppins, personnage de fiction...
      C’est la légende, qu’on imprime.


  • Et les Schtroumpfs, ils faisaient du "Na’vis face" (cf. Avatar) ?!
    Sois "singer" (des guillemets partout, de la liberté nul part) ces amérindiens extra-terrestres inconnus à l’époque... Mais bon on est plus à une énormité près !

    Et Babare cet enculé de pervers marié à sa cousine Céleste, qu’il délaissait pour aller voir la vieille Christelle...ah bah non du coup, avec un tel comportement, pour peu qu’il y aille en scooter, il aurait pu finir Président !
    Mais pour se faire il aurait du troquer son honneur et vendre ses défenses en ivoire, à ceux de la Tour d’Ivoire qui trônent à la Défense !
    Car en ce monde la Valeur n’a de sens que celui de la cherté.

    Allez bisous tout jaunes !

     

    • #2139270
      le 05/02/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Le New York Times considère que Mary Poppins est un film raciste

      Les Schtroumpfs...

      Tu sais qu’il y a un album Les Schtroumpfs noirs ?
      - Un beau jour, les Schtroumpfs travaillent au pont sur la rivière Schtroumpf sous la supervision du Grand Schtroumpf, chef et doyen du village. Un Schtroumpf, plus paresseux que les autres, est alors surpris à deux reprises à dormir au lieu de travailler. Pour qu’il soit plus utile, le Grand Schtroumpf l’envoie dans le bois chercher une grande perche. Il se fait alors piquer à la queue par la mouche Bzz, ce qui le transforme en quelques instants en un Schtroumpf noir. Il devient alors fou, violent et agressif, et son vocabulaire se réduit au mot « Gnap ! ». Son obsession est de contaminer les autres Schtroumpfs en leur mordant la queue, pour qu’ils deviennent noirs à leur tour.

      Mais noirs ou bleus, peu importe, voilà LA Vérité (génuflexion de rigueur) :
      - Dans son Petit Livre bleu. Analyse critique et politique de la société des Schtroumpfs (2011), première monographie critique consacrée aux lutins bleus de Peyo, Antoine Bueno, analyse la société des schtroumpfs comme un archétype d’utopie totalitaire empreinte de stalinisme et de nazisme.

      Heureusement (ouf !) :
      - la question du racisme, elle, se pose clairement dans la relecture de l’œuvre de Peyo, lorsque Hanna-Barbera Productions adapte dans les années 1980 les aventures des lutins bleus en dessins animés pour le jeune public américain et procède au changement de couleur des schtroumpfs noirs qui deviennent pour l’occasion violets.
      - Cet album est longtemps resté inédit aux États-Unis en raison d’une possible interprétation raciste (couleur de peau et caractère violent et stupide des Schtroumpfs noirs). Dans la série télévisée d’animation produite dans les années 1980 par Hanna-Barbera, les Schtroumpfs noirs devenaient violets. Une version américaine de l’album a finalement été publiée en 2010, en reprenant le changement de couleur opéré dans le dessin animé.
      Le billet, lui, reste vert, on est sauvés !


    • Les Schtroumpfs...

      Tu m’apprends tout cela, merci !

      Mais du coup, avec ma naïveté infantile d’autrefois, j’ai toujours vu les Schtroumpfs comme bien-heureux, en paix et joyeux... Kinder Bueno donnerait-il raison à Staline et aux Nazis ?!
      Schtroumpfs alors !!

      Dans l’archétype d’un monde libéral on imagine que les champignons eussent été hallucinogènes, Schtroumpfs à lunettes gauchiste et donneur de leçon sur le service publique, Gargamel un bienfaiteur philanthrope sacrifiant du "bleu" (du "jaune" dans le réel actuel) car supérieurement conscient ...et un à un chacun des Schtroumpfs demanderait à la Schtroumpfette : "On dit merci qui ?" !! Et elle de s’en sentir Libre, Épanouie et Femme !

      À quand un Grand Schtroumpf Français ?! Dut-il avoir un bonnet rouge et brun...

      Sur le billet vert :
      Et dire que le vert est la couleur de l’Espoir...ils inverseront donc tout !

      Salutations


  • y’zont pas vu le film ces antirabiques-racistes ?
    Car Mrs Poppins et ses potes jouent aux ramoneurs de cheminées dans cette scène... ou alors ces incultes savent pas que la poussière c’est noir ?

    Tout ça, c’est pour interdire progressivement tous les films d’avant l’immigration massive.
    Pour que les peuples oublient que l’Europe était White.


  • La connerie sans limite.
    quand on vient à accuser des ramoneurs ou des mineurs ( vu ailleurs ) de se déguiser en noir...

    et quand bien même se grimer n’est pas un acte raciste .


  • #2139189

    Donc, dernière nouvelle : la suie du charbon est raciste....
    Effarant de voir la connerie déployée par les universitaires américains, visiblement en manque de sensationnel ;
    Ce n’est pas tout : "mary poppins" discrimine aussi les nounous anglaises et le prolétariat... (attendez un peu, ça viendra)


  • Ce "professeur" est à la fois un ignorant et un imbécile …..
    Manifestement il ne sait pas ce qu’étaient les ramoneurs, qui à l’époque étaient tous "noirs" lors de leur travail, car couverts de suie et de poussière et cela n’avait évidemment strictement rien à voir avec un quelconque "racisme" !!!


  • #2139204

    Et tous les films où des soldats participant à des opérations commandos se mettent du noir sur la figure pour se camoufler. Il y en a un paquet.

    Au fou !


  • #2139223

    Vite un remake avec Will Smith dans le rôle principal. Histoire de cocher plusieurs cases...

     

  • Je ne suis pas lecteur du New York Times, mais j’imagine que la répartition de ses employés est à l’image de la ville elle-même soit près de 33% de blancs non-hispaniques (source Wiki).

     

  • Et quand on est dans une merde noire, c’est du racisme ?

     

  • En gros le charbon est raciste… les corons sont des racistes dans l’âme… ce type est un crétin doublé d’un menteur (ils sont dailleurs de plus en plus nombreux dans les médias)… pourtant d’après son profil il était à Yale et Harvard, on peut se demander ce que l’on y apprend. Universités de gauchards de la pire espèce.


  • Méfions nous les ramoneurs doivent être du KKK !!!


  • Germinal est également un film raciste, qu’il faut interdire au plus vite.


  • L’auteur de l’article se présente lui-même sur son compte Twitter comme "English/Gender Studies/Shakespeare prof".
    Dans les départements de langues aux USA, les mecs n’ont plus la capacité intellectuelle de faire de la littérature ou de l’analyse littéraire. Du coup, beaucoup se sont mis aux "Gender Studies", "Critical studies" etc..., des choses très simples ou il suffit de trouver un détail et d’en tirer une analyse sociétale générale. C’est comme ça que les départements les plus contestataires (au pire sens du terme) des universités anglo-saxonnes sont souvent les départements d’anglais, ce qui peut sembler paradoxal vu de l’extérieur.


  • Ont lit parfois pour rire que le gauchisme est une maladie mentale.
    Je pense qu’a un certain point, il y a une forme de pathologie mentale a chercher la présence du racisme partout ou il pourrait se trouver,comme si le cerveau de certaines personnes inconsciemment faisait une analyse sur tout ce qu’il voit, lit, ou entend, dans la crainte d’y déceler du racisme, ça fonctionne aussi très bien pour le sexisme et un peu pour l’homophobie/genre.
    Ça devient au bout du compte une obsession qui même a ce genre d’excès, très bien incarnés par ces nouveaux êtres extrémistes qui passent leurs vie sur les réseaux sociaux américains a dénoncer (voir bien pire) les mal-pensants.

     

    • @ Kimi

      Bonjour,

      Je suis plutôt d’accord avec vous, étant également conscient qu’une fois plus au fait des choses (notamment grace à E&R) on peut aussi parfois se laisser tenter involontairement à voir des complots (au sens non galvaudé du terme) dans chaque évènement. Ou au même titre, à avoir une suspicion "spontanée" vis-à-vis d’un individu du seul fait de son appartenance à une certaine communauté.

      La limite entre Sagesse et Idéologie (ces 2 voies de la Conscience, l’une faite de lucidité et l’autre d’obtusité) est parfois floue (surtout que la seconde se fait passer pour la première), et je vous rejoins en effet sur le fait que sans vue d’ensemble, prise de recul et analyse ; engoncé dans ses certitudes, on finit par chercher des poux sur une tête de chauve (quitte à les mettre soi-même) et par s’enfoncer en psychose (même apparemment louable sur le papier) : soit une réalité déphasée du Réel.

      Pour ma part j’ai connu cet enlissement dans l’idéologie libérale pendant des années, et aurait pu être en accord avec une telle analyse (celle de cet article) sans y réfléchir une seconde (pourtant on me prête un QI de plus de 110).
      Si j’ai du mal à croire en la bêtise de ce "journaliste" (qui semble idéologue), en revanche j’ai beaucoup de peine et de commisération pour celles et ceux (idiots utiles comme manipulés lambdas) qui sont encore Charlie...et ai grande crainte pour les enfants qui sont conduits à le devenir...

      À savoir donc, que j’étais moi-même Charlie début 2015... Puis ai dis à ma soeur le 14 novembre 2015 qu’ "ils" feraient un lien avec la Syrie (par rapport aux événements du 13) 2h avant que ne soit retrouvé le passport syrien près du stade de France.

      Parce que cela chamboule aussi de remettre son cerveau à l’endroit, j’invite le néophyte en clairvoyance qui lirait ce post, à dépasser les seules vidéos et à approfondir par les livres, les conférences, l’Histoire, le partage, la discussion...etc.
      À s’appuyer sur les faits pour comprendre le Passé, appréhender avec prudence le Présent (l’actualité), et garder l’opinion pour bâtir l’Avenir.

      PS : Vous m’excuserez d’avoir quelque peu "nombrilisé" ma réponse et mon commentaire.

      La Vérité n’est jamais simple...


  • Parler de racisme c’est déjà du racisme
    Qu’on parle d’intolérance ok
    Mais a partir du moment ou tu es anti raciste c’est que tu crois très fort aux races et que tu fais en plus des differences et des hyerarchies.


  • Le spectacle ambiant et tellement grotesque de nos pseudo sociétés montre à quel point la civilisation occidental (pour ne parler que d’elle) est tombée dans les abysses !
    Il suffit que les évangiles modernes (la médiacratie entre les mains de divers milliardaires) affirment d’un coup comme ça que tel ou tel truc est raciste ou autre pour que beaucoup de goys y croient, sans aucune raisons !
    On croirait presque à de la magie noire.


  • C’est le même phénomène que les questions posées lors des "grands oraux" dans les concours : une question stupide pour mettre dans l’embarras le candidat..tout le monde se fout de la réponse, on veut juste voir comment le candidat se sort de la question...là c’est pareil, tout devient sujet à l’accusation de racisme : c’est juste pour emm...der le wasp et pendant que celui ci se défend en parole, d’autres accusateurs lui font les poches...


  • C’est surtout un racisme anti-prolos.
    Les prolos, vous savez, ce sont les gens qui se salissent en travaillant.
    Ah oui c’est vrai, vous ne savez pas non plus ce que travail veut dire.


  • #2139511

    Voilà qui en dit long sur le niveau des universitaires américains...


  • Mais c’est débile ! Ces ramoneurs couverts de suie parce que passés par les cheminées, et non pas déguisés en Noirs !

    Les Anglo-saxons ont vraiment un grain de ce coté là....


  • Moi ,j’ai été traité de raciste par un noir ,car j’ ai parlé d’une personne noir ,au lieu de
    dire black...
    il faut plus dire travailler au noir mais au black
    ni dire nuit noire ,mais black ...
    Bientot etre née blanc va etre raciste ... euh .. non white


Commentaires suivants