Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Venezuela expulse un millier de Colombiens

Le 22 août, le président vénézuélien Nicolas Maduro annonçait une fermeture des frontières entre le deux pays pour une durée « indéfinie ». Le 27 août, le Venezuela a commencé à expulser par centaines les ressortissants colombiens de son territoire.

Leur relation n’a jamais été au beau fixe. Pourtant, c’est un refroidissement sans précédent qui a figé les rapports entre les deux pays. Un affrontement à deux vitesses : alors que les ministres des Affaires étrangères des deux nations ont réaffirmé, jeudi 27 août, leur coopération dans la résolution de la crise frontalière, le Venezuela a commencé à expulser massivement les Colombiens résidents dans le pays.

Tout a commencé le 19 août, lorsque deux hommes à moto ont attaqué à l’arme lourde des militaires de l’armée vénézuélienne, faisant quatre blessés, dont un civil. Ces soldats étaient en opération contre des cartels accusés de contrebande. La frontière entre le Venezuela et la Colombie, longue de 2 219km, est le territoire de groupes de guérilleros, de paramilitaires, de trafiquants de drogue ou d’essence.

Après ce nouvel incident, Caracas avait fermé la frontière qui sépare les deux pays, pour un délai annoncé de 72h. Le président Maduro avait alors qualifié les auteurs de l’attaque de « mafia de paramilitaires qui viennent de Colombie » et avait demandé « toute la coopération des autorités colombiennes pour l’identification des assaillants [...] au cas où ceux-ci seraient passés en territoire colombien ».

La fermeture des frontières avait attisé les tensions, déjà lourdes, qui existent entre les deux nations. Dans une volonté d’apaisement, Caracas et Bogota avaient néanmoins entamé un processus de discussion. Au programme, des sujets de fond pour les deux pays : la contrebande pour le Venezuela et le traitement des ressortissants colombiens pour son voisin. « Nous avons le problème des groupes criminels qui se consacrent au trafic de drogue et à la contrebande, le problème du prix de l’essence et celui du différentiel de change monétaire », a expliqué Maria Angela Holguin, la chef de la diplomatie colombienne.

Après l’échec des négociations, et par mesure de sécurité, le Venezuela a reconduit à la frontière plusieurs centaines de ressortissants colombiens, 1 088 selon le bureau colombien des migrations.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1254703

    Il peut venir donner des leçons aux dirigeants européens sur la fermeture des frontières ?


  • #1254705
    le 27/08/2015 par oscar fortin
    Le Venezuela expulse un millier de Colombiens

    L’auteur de cet article aurait pu commencer par préciser les motifs qui conduisirent le Venezuela à expulser ces colombiens et non les autres. Il s’agit de colombiens résidant illégalement au Venezuela, de colombiens impliqués dans le para-militarimes, dans le marché noir des devises et des produits sortis illégalement du Venezuela pour les vendent aux colombiens du coté de la Colombie. Il s’agit donc d’un nettoyage, non pas de colombiens, mais de criminels, d’illégaux, de contrebandiers, de paramilitaires.

    L’article ne donne pas cette information qui modifie fondamentalement la perception de l’intervention du Venezuela à cette frontière.

    Je suis surpris que ce site que je fréquente ait laissé passer un tel article qui a toutes les caractéristiques de la désinformation ciblé sur le Venezuela.