Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le scandale pédocriminel "Boys Town" par Judith Reisman et Marion Sigaut

Judith Reisman, en présence de Marion Sigaut, revient sur l’affaire « Boys Town », un foyer pour jeunes garçons qui alimentait un réseau pédocriminel, un scandale pédophile qui a défrayé la chronique américaine 30 ans avant le Pizzagate.

 

« La Diable est nu, le Diable est en pleine lumière » (Marion Sigaut)

L’affaire « Boys Town » a concerné des membres de l’élite culturelle et politique américaine sous l’administration Reagan.

Selon le New York Times du 18 décembre 1988, propos rapportés par Wikipédia :

Des gens non-identifiés présents à une réunion confidentielle ont déclaré que le sénateur de l’État du Nebraska, Ernie Chambers, aurait entendu des allégations crédibles de « garçons et filles, certains provenant d’orphelinats, qui auraient été transportés dans le pays par avion pour prodiguer des actes sexuels pour lesquels ils ont été rémunérés »

Un grand jury fut constitué en 1990 par l’État du Nebraska, qui balaya les accusations d’abus sexuels sur enfants. Trois ans plus tard, une équipe britanique enquête sur l’affaire, mais le documentaire ne fut jamais diffusé. Nous l’avons diffusé en décembre 2016.

Pour information, et de source directe et sûre, nous avons le témoignage d’un ancien pensionnaire de la DDASS qui, placé chez une famille d’accueil dans les années 1950 avec son petit frère, a confirmé des allers et retours à Paris (en voiture) pour participer à des « soirées » avec des adultes. Il s’agissait là aussi de sommités.

Dans le même ordre d’idées, mais de manière massive, la pornographie touche désormais les enfants à travers l’Internet. L’association Ennocence a tenu à avertir le gouvernement français, à travers Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique, de ce danger lors d’une rencontre le 16 février 2017. Le journal Le Parisien a détaillé les différentes sources d’exposition au porno qui menacent les mineurs.

 

 

Aujourd’hui, les enfants ont accès à l’Internet, que ce soit sur mobile ou sur ordinateur familial. Leur consommation s’oriente vers la vidéo, que ce soit en streaming ou sur des sites de téléchargement illégal. C’est là que s’offrent des publicités à caractère pornographique, qui inondent littéralement les pages. Il suffit d’un clic pour qu’un enfant de 8 ou 10 ans atterrisse sur une scène X. Et on ne parle même pas de la violence qui y est généralement accolée.

Selon Gordon Choisel, président d’Ennocence, « 14% des 9-16 ans reconnaissent avoir surfé sans le vouloir sur un site pour adultes », d’après une étude OpinionWay commandée par son association. L’âge moyen du premier « contact » avec le porno ? Onze ans.

« L’industrie du porno en ligne a mis en place une stratégie marketing très féroce en forçant les internautes, via ces sites de streaming, à consulter des images pour adultes sans leur consentement et sans se préoccuper de leur âge. Elle n’a aucun intérêt à enrayer le phénomène, puisque ces mineurs tombés contre leur gré sur des contenus inappropriés lui rapportent chaque année, selon nos estimations, la somme colossale de 147 M$ (NDLR : 138 M€). »

Impossible d’intervenir juridiquement contre des plateformes situées à l’étranger, généralement. Alors Ennocence a trouvé un autre biais :

« Notre angle d’attaque est différent. Nous allons tenter de couper leurs rentrées financières en attaquant prochainement en justice l’une des régies publicitaires qui jouent les entremetteuses. Nous alerterons également chaque candidat à l’élection présidentielle pour les inciter à prendre position pour la lutte contre ce fléau. »

Pas sûr que les candidats se mobilisent pour cette œuvre de salubrité publique... et future. L’hypersexualisation de la jeunesse faisant partie des plans très clairs de l’oligarchie.

Pour comprendre le projet oligarchique d’hypersexualisation et de pornocratie, lire sur Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La dernière phrase de votre article résume parfaitement la situation.
    Cette hypersexualisation se fait sous des formes différentes : de la théorie du genre aux films cinématographiques, de la littérature destinée à la jeunesse aux concours de beauté pour enfants, en passant par la publicité, la mode vestimentaire ...
    Ces choix sociétaux, décidés par nos élites, relèvent, pour moi, d’esprits malfaisants.


  • Les zélites sont bien trop occupés à faire taire Dieudo et Soral sur la toile,
    plutôt que de s’atteler à ce problème particulièrement inquiétant concernant les nouvelles générations, et celles à venir.

    C’est un bien triste monde qui se tient là, juste sous nos yeux.


  • Jai récemment remarqué que, dans des reportages quelconques, les sexes des bébés étaient floutés.
    Ce faisant, on leur reconnaît de facto une sexualité...
    Par contre dans un docu sur le nudisme en Belgique,pas de problème à montrer les atribus des adultes !
    Sexualisation des enfants, infantilisation des parents... C’est particulièrement pernicieux.

     

    • Tu as parfaitement compris le sens réel et pernicieux de flouter le sexe des bébés ! A priori on se demande quel est le sens de cette aberration alors que nous vivons dans une société exhibitionniste, impudique... En fait de la sorte on sous-entend que les bébés sont sexualisés, qu’ils sont, comme si cela devait être naturel, des objets de désirs sexuels potentiels. Traditionnellement il n’y avait aucun tabou à montrer les bébés ou les petit enfants nus tout simplement parce que dans une société normale leur sexe sexuellement non fonctionnel et petit corps immature et sans poil n’est pas perçu comme quelque chose de liée à la libido.


    • Bonjour Total fiasco et goy pride,

      Ou c’est aussi pour cacher et faire oublier leur genre ...


  • Pourquoi toutes ces atrocités ? Faire en sorte que les futures générations est un contract avec le sexe complémentaire (et non opposé ) soit répulsif , le but ? diminuer par tout les moyens le nombre d’hommes et de femmes , faire en sorte que ce contrôle soit permanent , j’ai vu le graphique de la démographie mondiale : a partir des années 60 une véritable hécatombe à grande échelle , cette hécatombe n’est dut en aucun cas à l’extrême droite , c’est même plutôt eux qui ont tiré l’alarme , qu’on fait les médiats ? ils se sont contentés de les discrédités sous le thèmes se sont des méchants complotistes .


  • Un certain Paul... Des personnes haut placé... Un patron de la Banque...
    Et bien on comprend pourquoi ça n’a pas été très loin en justice...