Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Opération Overlord du Système contre les Gilets jaunes et contre Alain Soral

La fabrique de l’antisémitisme s’emballe dangereusement

Avant, pour déclencher la tempête médiatique sioniste antifrançaise, parce qu’il s’agit de ça, il fallait un attentat avec des juifs dedans, ou au moins qu’un juif soit assassiné. Même s’il s’agissait d’un fait divers : on ne pouvait pas impunément toucher à un juif en France, alors que 700 Français sont assassinés chaque année. Même tarif pour les agressions : les Français subissent des dizaines de milliers d’agressions physiques mais qu’un seul juif soit visé, tout de suite c’est l’hallali. Les « plus jamais ça » fleurissent, qui n’ont évidemment rien à voir mais aussi tout à voir avec la Shoah.

 

 

Dans cette configuration, la moindre étincelle met le feu aux poudres médiatico-politiques. Il y a un an, un croche-pied à Sarcelles sur un enfant coiffé d’une kippa a suffi à allumer la mèche. On en a rigolé. Aujourd’hui, le seuil de déclenchement du plan JudéOrsec est descendu d’un cran : une inscription fait ventre. Un tag, une croix, presque rien. Pas besoin de savoir écrire, un enfant de 10 ans peut être à l’origine de la tempête. Que l’auteur soit antisémite ou pas, agent du renseignement, repris de justice, camé manipulé ou antifa stipendié n’est plus le problème : ça existe, c’est là, donc il y a antisémitisme, donc le pays est coupable. Et surtout les Gilets jaunes puisqu’ils s’opposent au Système. Et le Système, c’est qui ?

« L’hydre toujours renaît, insidieuse ou brutale, diffuse ou violente. D’une année sur l’autre, les actes antisémites ont progressé, selon les statistiques officielles, de 74%. Chiffre effrayant, même s’il s’agit d’une résurgence après deux années d’accalmie. » (Laurent Joffrin dans son édito)

Par crainte ou par calcul, par terreur ou par obligation, les agents des médias mainstream relayent et multiplient le délit jusqu’à en faire un crime innommable – la Shoah –, jetant ainsi de l’huile sur le feu du prétendu antisémitisme. Le dispositif a juste besoin d’un déclencheur, et la machine est tellement huilée que ça se déclenche presque tout seul maintenant. La machine à shoatiser fabrique son propre déclencheur. Et l’ensemble tourne en boucle, comme une folie, un mécanisme inarrêtable.

Chaque journaliste en poste se doit de nourrir l’événement et chaque article, chaque déclaration, chaque analyse fait office de bûche dans le grand bûcher des organisateurs, maîtres du dispositif. Et curieusement, au moment où le pouvoir a compris que les Gilets jaunes ne lâcheraient pas, la machine s’est remise en mouvement comme pour l’affaire Merah ou l’affaire Halimi.

 

 

Les journaux jettent leurs dernières forces dans la bataille, qui a pourtant été perdue contre l’Internet. Plus grand monde ne croit les hurlements du Monde, de Libé, du Parisien, tous ces supports qui impriment du mensonge oligarchique du matin au soir, mais la Machine n’en a cure, elle s’emballe de plus en plus vite pour des actes « antisémites » de plus en plus ténus, de plus en plus friables, de plus en plus inexistants. Moins il y en a, plus c’est grave ! Le peuple de France, préoccupé par son emploi, ses impôts, sa retraite, son niveau de vie, est obligé de recevoir sans broncher cette gifle médiatique en pleine face et la moindre réaction, de défense ou de rejet, vaut antisémitisme. Le piège est parfait, on ne peut en sortir sans dommages.

« La transmission des valeurs de la République est une mission première de l’École. Au cœur des valeurs d’égalité et de respect de l’égale dignité des êtres humains, la lutte contre le racisme et l’antisémitisme constitue un défi quotidien, à l’école comme dans l’ensemble de la société.
Cette priorité gouvernementale est présentée dans le plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (2018-2020), piloté par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH). » (Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse)

Les Français sont des prisonniers politiques, prisonniers du sionisme et de ses ingénieries diaboliques. Il est pourtant un moyen de ne pas mordre à l’hameçon, culpabiliser et se soumettre : il suffit de donner à l’événement – un tag grossier tombant à point nommé – l’envergure qu’il mérite, c’est-à-dire rien. Du bidon, un montage, une ingénierie minable. Au moins l’arnaque à la taxe carbone était-elle gigantesque, avec ses centaines de millions d’euros détournés vers Israël. Ça n’a pas fait trop de foin chez nous, la meute des journalistes est prudente, s’en prendre aux organisateurs du braquage aurait pu valoir quelques remontrances pour « dérapage » de la part des commissaires politiques des médias, confortablement placés en haut des miradors, eux qui scannent tout le spectre de l’expression politique avec leurs projecteurs à 360 degrés.

 

 

Nous allons passer en revue la fièvre qui s’est emparée, sur ordre, de tout le Système depuis ces inscriptions dont on ne connaît toujours pas les auteurs. Avant de s’exciter et de lâcher les chiens, il faudrait peut-être savoir qui a fait ça, et pourquoi. Et si c’était un membre de la LDJ ? Cui bono, à qui profite le crime, voilà un début de piste. Et si c’était un agent sioniste, lassé de devoir attendre le Grand Soir de la punition définitive de tout un pays, pour Vichy, pour Mitterrand, pour Maurras, pour Sorel, pour Morand, pour Céline, pour Drumont, pour tous ceux qui ne filaient pas droit ?

Il est aujourd’hui facile de fabriquer de l’antisémitisme à partir de rien, on l’a vu. Mais on n’a même plus besoin de croix gammées sur un pochoir de Simone : tout ce qui s’oppose au Système est décrété antisémite, ce qui montre, en creux, que le Système est bien d’obédience sioniste.

Un Gilet jaune met en doute l’honnêteté des élites ? Antisémitisme.
Un Gilet jaune brandit un drapeau français ? Antisémitisme.
Un Gilet jaune manifeste devant BFM TV ? Antisémitisme.

Le message est clair : qui touche au pouvoir, qui menace le pouvoir est un antisémite. Dites ainsi, les choses sont plus claires. Il n’y a alors plus de Shoah, de Simone et de Juden qui vaillent, tous ces prétextes sont balayés car ce qui compte, ce ne sont pas les morts d’hier, mais le pouvoir d’aujourd’hui. Chez certains, il n’y a pas de transcendance, de récompense au-delà, uniquement la récompense des trésors terrestres, où mites et vers rongent. Les morts d’hier ne comptent pas plus que la vie après la mort, sauf qu’ils peuvent servir de boucliers humains. Les morts de la Shoah sont les boucliers humains du pouvoir sioniste actuel.

 

 

La campagne sioniste ou anti-antisémite de février 2019 n’a qu’un but : éteindre l’incendie social en allumant un incendie oligarchique anti-incendie social. Il est peu probable que les Gilets jaunes, motivés par la puissance retrouvée de leur action collective, tombent dans le panneau. Le lobby a beau siffler la fin de la récré, les Actes se poursuivent, inlassablement. Une remarque en passant : le mouvement des Gilets jaunes perdure malgré la violence de la répression gouvernementale qui montre ainsi son impuissance. Impuissance à conduire le pays, mais aussi à se faire respecter. Ce respect est perdu à jamais et après les gesticulations d’un gouvernement cynique, que voit-on ? Le pouvoir profond qui pointe le bout de son nez et qui déclenche une grande opération de culpabilisation générale. Là on est au-dessus du pouvoir visible, n’est-ce pas. Les Organisateurs sont obligés de se salir les mains.

Il faut en attendant que cette campagne inique se calme accepter d’être du côté de la « haine », ce concept fabuleux trouvé par les organisateurs. L’amour serait donc du côté d’Haziza et consorts ? En mathématique, on appelle ça une démonstration par l’absurde. On pourrait gloser sur l’explosion des actes antisémites que tous les larbins de l’Organisation reprennent en chœur, sans jamais aller vérifier la source. Et quelle est la source de ces « 74% » d’augmentation dramatique ? Le SPCJ .

 

Le SPCJ, Service de Protection de la Communauté Juive a été créé en 1980, au lendemain de l’attentat de la rue Copernic à Paris.
Le SPCJ est la concrétisation d’une volonté commune du CRIF – Conseil Représentatif des Institutions juives de France, du FSJU – Fonds Social Juif Unifié – et des Consistoires, de protéger la Communauté juive dans son ensemble. Les membres du Bureau Exécutif du SPCJ sont désignés par ces institutions fondatrices. _ Le Président du SPCJ est Monsieur Eric de Rothschild.
L’existence du SPCJ depuis les années 80 se justifie par la menace terroriste et antisémite qui perdure sur le territoire depuis 37 ans et – de fait – par la nécessité d’œuvrer à l’épanouissement de la Communauté juive en France, en garantissant l’intégrité et la libre expression de l’identité juive sous toutes ses formes.
Le SPCJ est une organisation apolitique, à but non lucratif. Sa vocation exclusive est la protection de la vie juive dans toutes ses pluralités.

Conclusion : le SPCJ n’est qu’une officine communautaire sans aucune crédibilité puisque ses membres sont juges et partie dans l’établissement de statistiques... trafiquables. Malgré ce château de cartes fondé sur des sables extrêmement mouvants, la classe politique dans son intégralité a repris et amplifié les cris des intéressés. BHL, jamais à l’abri d’un délire – la faute sans doute aux amphétamines – parle d’« effroi » :

 

 

C’est curieux, les tags « nique la France » des racailles ou « nique la police » des gauchistes n’ont jamais déclenché le moindre plan national de la même ampleur. Le président de la République en personne a dénoncé « l’augmentation insupportable des actes antisémites », texto.

« L’antisémitisme est la négation de la République, de la même manière s’attaquer à des élus ou institutions sont la négation de la République. Nous serons intraitables vis-à-vis de ceux qui commettent de tels actes. »

Dessiner une croix sur une boîte aux lettres est donc un acte de négation de la République. Quel euphémisme ! Le concept de négation risque l’usure... En revanche, donner l’ordre à des forces de l’ordre de viser les manifestants à la tête n’est pas condamnable. Il y a une hiérarchie des crimes et délits que nous sommes tenus de respecter.
Derrière un président en perdition, on ne pouvait pas moins faire pour le lobby. Tout l’arc républicain a hurlé avec les loups jusqu’à donner à l’ensemble l’aspect d’une farce grotesque, celle de la soumission de toute une élite politique à un noyau dur même pas élu. Le député LReM Thomas Mesnier a regretté « que l’opposition ne condamne pas plus fermement l’antisémitisme et l’antiparlementarisme ».

 

 

Le journal Ouest-France, jamais avare d’une grosse soumission, a fourni une analyse psychologique de l’attentat contre Simone sur une boîte aux lettres.

« Pour Jean-François Bouthors, écrivain et éditeur, la prolifération de l’antisémitisme qui a rejailli dernière n’est pas un effet secondaire de la contestation des Gilets jaunes ou des réseaux sociaux mais bien la haine de l’autre tel qu’il soit et dont  “le Juif devient presque immédiatement le symbole obsédant” . Il appelle à raviver la légitimité de l’État et du politique. »

La grande campagne en cours permet à des nobody de sortir de l’anonymat et de l’obscurité. Pour Bouthors, le geste d’un seul (même si c’est un provocateur ?) rejaillit sur toute la communauté (goy) :

« Nous ne sommes pas en présence d’une collection d’actes isolés. L’antisémitisme n’est jamais un acte isolé. Il implique toujours une vision collective, celle d’un monde qui se rêve épuré et parfait par la désignation d’un bouc émissaire sur lequel on décharge sa violence, son ressentiment, sa haine. Une entreprise vouée à l’échec et collectivement suicidaire. Le paradis n’advient jamais par l’anéantissement de l’autre et c’est nous-mêmes, en notre humanité, que nous autodétruisons. »

Le penseur Bouthors en appelle donc à une répression renforcée :

« Dans ces conditions, le “tous contre un” de l’antisémitisme ne fait qu’annoncer la guerre de tous contre tous. Et nous savons depuis Hobbes qu’elle ne prend fin que par l’exercice de la force légitime de l’État. Si le Grand débat servait à raviver cette légitimité aujourd’hui affaiblie, il serait une étape pour sortir de cet infâme bourbier. »

Un magnifique exemple de tolérance et de compréhension de la part d’un écrivain enfin célèbre. Désormais, on pourra parler de bouthorseries. Paris Match, armé de sa grosse brosse à reluire et de sa célèbre boîte de cirage, raconte l’effacement du tag nazi par l’artiste simonien. Attention, passage émotion :

« L’artiste qui avait réalisé sur des boîtes à lettres parisiennes les portraits au pochoir de Simone Veil, grande figure européenne rescapée d’Auschwitz, les a débarrassés mardi des croix gammées qui les défiguraient. “Ça ne pouvait pas rester comme ça. J’ai gardé les matrices, vous pouvez compter sur moi pour les refaire à chaque fois”. Penché sur le portrait au pochoir, Christian Guemy alias “C215”, y va à l’éponge à vaisselle et frotte méticuleusement le tag avec la face-grattoir sous les yeux de Pierre-François Veil, fils cadet de Simone Veil. »

La vidéo de la farce restera dans les annales de la comédie politique :

 

 

Regarder ce troupeau terrorisé assister à l’effacement du crime des crimes est un spectacle irrésistible. À gauche, chez Mediapart, même son de cloche(s). On invite la femme rabbin Delphine Horvilleur qui vient d’avoir son papier hagiographique dans La Pravda de Niel & Pigasse. Sa parole est d’or :

« Si la haine des Juifs, qui leur reproche tout et son contraire, échappe à toute logique, précise Delphine Horvilleur, “il est peut-être vain et immoral de lui chercher des modalités explicatives, ou d’analyser le raisonnement de ses agents. Inutile, à moins d’interroger ce que le haineux exècre exactement à travers le Juif, et de quoi sa détestation est le nom”. »
[...]
« En effet, selon elle, “le Juif et la femme incarnent tous deux le manque aux yeux du haineux” et “la vision du Juif comme un homme dévirilisé, qui menace l’intégrité physique ou psychologique du mâle, et donc l’intégrité de la nation ou du groupe, hante la déferlante antisémite du XXe siècle”. »

Faut-il être rabbin pour en revenir au sempiternel argument de la « haine », cet élément de langage envoyé à toutes les rédactions par les officines sionistes ? Décidément, de la part de ceux qui sont du côté de l’Amour, ça manque de tolérance et d’amour.
On a droit à tous les clichés possibles, sortis de tous les tiroirs de tous les greniers du CRIF. Ici, Nonna Mayer, prof à Sciences Po Paris, nous révèle que cet antisémitisme « rappelle celui des années 30 ». Un effort cérébral remarquable pour une politologue qui sort de la douche. Le journaliste d’Euronews, lui, programmé jusqu’à l’os, ne doute pas une seconde de cet « antisémitisme »…

 

 

On atteint parfois des sommets de stupidité, par exemple cet article de francetvinfo qui donne la parole à une historienne, Marie-Anne Matard-Bonucci, qui voit tout de suite le danger de la médiatisation : « En faisant état de ces faits il y a aussi le risque qu’ils se multiplient ». Matard n’y va pas avec le dos de la cuillère :

« Il y a une libération d’une parole, et même une prolifération d’une parole antisémite. Et ce n’est pas qu’une parole : ce sont des actes. Ce qui a été fait aussi bien autour des arbres d’Ilan Halimi que des portraits de Simone Veil, ce sont des actes littéralement de profanation qui sont d’une violence inouïe. »

Scier une branche, dessiner sur une boîte aux lettres – on voit qu’elle n’a jamais été dans un hall de cité de banlieue où les boîtes ont depuis longtemps dépassé le stade de la croix gammée –, c’est une « violence inouïe » pour la Matard. Mais elle va plus loin, grâce à son flair d’historienne : elle a senti d’où venait le coup.

« Le “Juden” ressemblerait plutôt à quelque chose qui vient de l’ultra droite, mais allez savoir. Et cette distinction est maintenant toute relative. Il y a eu à l’extrême droite une stratégie visant à faire fusionner les registres de l’antisémitisme. Je pense au site Egalité-Réconciliation, avec Alain Soral et Dieudonné, qui avait véritablement pour stratégie de s’appuyer sur un certain type d’hostilité, on va dire “islamique” pour parler rapidement, en recyclant des thèmes de l’extrême droite. Donc, c’est assez difficile d’identifier la source. »

Bref, on sait pas qui c’est mais il faudrait vérifier les emplois du temps de Soral & Dieudonné, feuilleter leurs agendas...

L’agenda, tout est là. Le déclenchement de cette opération « Overlord France antisémite » semble avoir été préparé de longue date, bien avant le sacrilège de la boîte aux lettres (ce 11 Septembre français), à la manière de l’invasion de l’Afghanistan par les USA au prétexte de la lutte contre le terrorisme, quelques jours (le 2 octobre 2001) après l’effondrement contrôlé des tours jumelles. Les connaisseurs de la chose militaire savent que l’invasion d’un pays étranger à 12 000 km de ses bases ne se monte pas en deux semaines. Six mois auparavant, l’US Army se préparait à punir ben Laden, qui n’avait encore rien fait…

Dans cette opération d’envergure, Alain Soral est cité par tous les perroquets du pouvoir profond. Comprendre à travers cela que son nom doit être accolé aux événements, fussent-ils grotesques, pour le responsabiliser idéologiquement. Cette préparation mentale assimilable à une préparation d’artillerie précède en général une invasion. Le terrain doit être labouré pour que les troupes au sol s’occupent du ben Laden français, puisqu’on en est là. Si Alain Soral n’est pour rien dans les miraculeuses profanations, il en serait l’inspirateur, selon les nombreux porte-parole plus ou moins volontaires du lobby.

Ainsi Jérôme Guedj, conseiller départemental de l’Essonne et fondateur du Prix Ilan Halimi, enfonce-t-il le clou dans la main du maudit sur la croix prévue à cette effet :

 

« On parlait tout à l’heure d’Alain Soral, qui a pignon sur rue. Est-ce que cela change quelque chose dans la société ce que ce type de personne dit et écrit, en permanence ?
Incontestablement. C’est la raison pour laquelle les politiques disent "quand un juif est attaqué, c’est la République qui est attaquée". Si la République est attaquée, il faut qu’elle se donne les moyens de se défendre. On voit bien que pour les interdictions de sites internet et les condamnations, cela prend parfois du temps. Il y a des demandes qui sont faites pour que la sanction de l’antisémitisme ne relève plus du droit de la presse mais du droit pénal pour aller plus vite. Je ne suis pas juriste, je ne sais pas si c’est pertinent. Mais il y a beaucoup d’associations comme l’UEJF (Union des étudiants juifs de France) qui se battent pour cela. »

Le message est clair : E&R est dans le viseur et Soral, qui a déjà une main clouée sur la croix du sanhédrin, un pied en prison. Tout ça pour ça !

Cependant, ne soyons pas pessimistes, toute la France ne ressemble pas, fort heureusement, à l’engeance soumise aux forces occultes, de moins en moins occultes d’ailleurs. Des individus lucides ou courageux – ça va souvent ensemble – se sont élevés contre cette campagne inqualifiable montée de toutes pièces contre les Gilets jaunes en général et Soral en particulier. Emmanuelle Ménard, député de l’Hérault de la droite dite hors les murs, résiste à la pression du « service » public :

« Je ne pense pas que le mouvement des gilets jaunes soit à l’origine des actes antisémites »

 

Mais que vaut une parole de raison contre la parole oligarchique ?

 

 

Pour un Joffrin qui dénonce dans son édito un « épandage d’immondices verbaux », reprenant en cela le « le robinet d’immondices » du président de la LICRA – l’officine antifrançaise – Mario Stasi, il y a un Onfray qui ironise sur la nazification des Gilets jaunes.

« Si Hitler n’avait pas existé, il est probable que BHL l’eût inventé – lui et tous les européistes qui le remettent sans cesse en selle, partout, tout le temps, en permanence, et ce ad nauseam, dans la moindre de leur intervention dès qu’il s’agit de discréditer leurs adversaires… Pour ce genre de propagandiste, le monde se partage entre ceux qui défendent les mêmes préjugés qu’eux, la crème de l’humanité, et les autres, tous les autres : la lie. »

On ne résiste pas à l’envie de vous décrocher un deuxième passage :

« Le dimanche 27 janvier dernier, Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes qui fut directrice de l’Ecole nationale d’administration après avoir fait Science Po, catholique pratiquante, juppéiste devenu macronienne, commémore le 74ème anniversaire de la libération d’Auschwitz avec deux tweets.

Le premier instrumentalise le visage, le nom et les mots de Simone Veil : “La construction européenne est née à la réaction à la barbarie du XX° siècle. Qu’ont donc en tête ceux qui aujourd’hui veulent affaiblir l’UE ? En ce jour de la commémoration d’Auschwitz, n’ayons pas la mémoire courte.”

Comme si l’obscénité de cette récupération intellectuelle ne suffisait pas, la dame en remet une couche trois heures plus tard, toujours dans un tweet, car il semble que ce soit dans ce format que sa pensée complexe brille le mieux : “Ma grand-mère devait porter une étoile jaune sur son manteau. Moi j’ai de la chance d’avoir douze étoiles sur mon (sic) drapeau !”

Au cas où les mots n’auraient pas suffi, elle ajoute un dessin d’enfant – à moins qu’il ne soit d’elle.... Puis ceci : “L’étoile jaune fut la honte de l’Europe. Les douze étoiles du drapeau européen nous le rappellent : plus jamais ça.”
Qu’on comprenne donc la ministre : quiconque n’ira pas voter Macron en mai prochain travaille au retour de la Solution finale… »

Tout est dit : tout ce qui s’oppose à ce Système pourtant totalitaire (!) est taxé d’antisémitisme, d’hitlérisme et autres fariboles. Il s’agit d’éradiquer toute opposition, qu’elle soit dans la rue – les Gilets jaunes – ou sur le Net, avec Égalité & Réconciliation en navire amiral de la résistance. La campagne en cours est calquée sur celle du New York Times avant l’invasion de l’Irak en 2003. Le journal avait menti à longueurs de colonnes pour faire basculer l’opinion dans le camp de la guerre. Le journal s’excusera une décennie plus tard mais le mal sera fait : plus d’un million de morts irakiens dans les combats et le chaos qui s’est ensuivi.

 

 

Chez nous, tous les supports médiatiques possibles – tous les bateaux de l’opération Overlord – sont mobilisés, jusqu’à la moindre barcasse – Bouthors, Joffrin – pour sauver le soldat Lobby et son pouvoir démesuré, un pouvoir de plus en plus discuté par des Français à la conscience qui monte, qui monte. En toute logique, le Système taxe ces millions de Français d’antisémites, créant ainsi une opposition durable et forte.

« Le succès numérique de la “fachosphère”, qui draine, sans pratiquement aucun contrôle, des audiences de plus en plus larges sur la Toile, facilite les passages à l’acte, dont on a vu les incarnations morbides en marges de certains défilés de gilets jaunes.
Il est renforcé par un travers de plus en plus répandu, à dessein ou inconsciemment : le tropisme complotiste d’une partie croissante de l’opinion et de certains leaders politiques ou intellectuels. Ainsi la dénonciation obsessionnelle de forces plus ou moins obscures, d’oligarchies de l’ombre, de tireurs de ficelles de la finance, de réseaux subreptices et indistincts, est l’antichambre des clichés éculés mais toujours actifs inaugurés au XIXe siècle dans la France juive de Drumont, premier bréviaire français de la haine antijuive. Entre conspirationnisme et antisémitisme, le cousinage est étroit. Ceux qui professent le premier favorisent le second. » (Laurent Joffrin dans son édito de Libération)

Cybernétique finale

Chaque système peut être représenté de façon simple par un cercle, dit « l’effecteur », un mécanisme qui produit un certain « effet ». Cet effet est représenté par une flèche qui part du cercle. C’est la production du système. Les conditions nécessaires au fonctionnement de l’effecteur sont symbolisées par des flèches entrantes, ce sont les « facteurs ».
Mais comme rien n’est simple (lire Sempé) ou que tout système est complexe, l’effet agit aussi sur les facteurs : on appelle cette boucle la « rétroaction ». Elle peut être positive – elle augmente l’intensité d’un ou plusieurs facteurs – ou négative – elle limite un ou plusieurs facteurs. L’effet modifie ainsi les facteurs. Ne jamais oublier que tout système, vivant ou pas, tient à maintenir ou à développer sa structure avant toute chose. C’est-à-dire à survivre.
La rétroaction permet à l’effet de maintenir le facteur à un niveau acceptable pour l’effecteur. C’est le principe du thermostat ou de la stabilisation de la température, quelle que soit la température extérieure. L’effecteur est dit auto-régulé si une commande – le « servo-mécanisme » – fixe en vue du bien-être (de l’effecteur) le niveau de correction de l’effet sur le facteur. Cette commande extérieure permet de réguler le système en cas de surchauffe, par exemple.

 

 

Trop d’antisémitisme tue l’antisémitisme

On l’aura compris, c’est bien le Système (sioniste) qui produit de l’antisémitisme, l’antisémitisme étant le moyen par lequel le lobby maintient sa structure ou conserve son pouvoir. La terreur diffuse permanente via la menace antisémite imposée au peuple (facteur 1) et à l’ensemble politico-médiatique (facteurs 2 et 3) pour les soumettre tend à maintenir le pouvoir du lobby sioniste.

Mais en augmentant sa production d’antisémitisme artificiel (effet) pour réduire la contestation montante (Actes I à XIII) contre le pouvoir profond (les Gilets jaunes ont ciblé progressivement les centres de pouvoir réel), le lobby s’est emballé : il y a surproduction d’antisémitisme.

La boucle rétroactive qui auparavant limitait la contestation anti-lobby par la peur (procès) ou la terreur (attentat) n’a plus l’effet de stabilisation escompté sur le peuple, les médias et le politique étant complètement sous contrôle. Le servo-mécanisme est cassé : le gouvernement (pouvoir visible qui sert de fusible) aux ordres du lobby (le pouvoir profond inamovible) a perdu la raison et oublié toute décence. Il frappe de plus en plus durement (répression policière, paupérisation économique, choc migratoire, censure des échanges horizontaux) les Gilets jaunes et à travers eux les Français.

Le Système est en surchauffe : si rien ne change, nous allons vers une explosion du Système.

Quand la conscience vient au peuple, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce sont les dictatures qui ouvrent le courrier.
    Moi je me sens carrément plus serein depuis que je sais que Simone Veil sur mon courrier !

     

  • La Iejovitchina de 1937/1938,en URSS,fonctionnait de la même manière...les organes et les troïkas du NKVD n’avaient qu’à souligner aux procureurs dans les demandes d’arrestation que "c’est l’avis du politburo" pour qu’elles soient prise au sérieux !..La machine s’emballait sans qu’on puisse l’arrêter... !! (C’est Béria qui a,seulement,réussi à la ralentir,en exigeant des signatures au bas des ordres.. !!)

    Jouer la carte d’une résurgence de l’antisémitisme sur la base de quelques tags, sans murmures ni contradictions, prouvent que la machine n’a plus besoin de grand chose pour déchaîner sa furie... !

    Et puis vous connaissez la formule :"qui ne veut lutter contre est pour.. !!"


  • Le modèle « Cybernétique finale » est remarquable car logique mais en plus vérifiable dans la réalité (ce n’est pas un modèle purement abstrait).

    Je suggère que l’intégralité des analyses, décryptages et déchiffrages d’E&R soient systèmatiquement démontrés via ce « canal » de communication.

    Si E&R arrive à ce niveau, alors c’est saut qualitatif énorme pour l’intelligence collective, et il est grand temps !

    Pour reprendre les mots de Lucien Cerise : créer c’est résister, résister c’est créer !


  • Étant en études de médecine , la fin de l’article m’a bien fait rire .


  • Excellent article.
    Mon ressenti fut le même lorsque j’ai découvert à la radio, l’annonce de la recrudescence d’actes antisémite ! Je me suis dit que c’etait encore de la Com’ anti-réinformation (par anti-E&Risme et anti-Soralisme).


  • on dessinerait le portrait de la jeune et courageuse palestinienne Ahed Tamimi, sur une boite aux lettres, ils seraient capables de comptabiliser cela comme acte antisémite.

     

  • Article terriblement lucide et qui donne la nausée comme de voir le diable en face.
    J’ajoute que plus il y a d’organismes et d’administrations qui vivent du combat contre "l’antisémitisme", plus il y aura "d’actes antisémites" car il faut bien que tous ces gens justifient leur salaire. Une blague potache n’aurait pas été recensée autrefois et l’est aujourd’hui. Mais aussi, un tag sur un portrait de la supposée déesse Simone Veil, cela peut être fait par n’importe qui, y compris donc ceux pour qui c’est un gagne-pain.
    La lutte contre l’antisémitisme se nourrit d’elle-même et est un cercle vicieux mais qui n’est pas inutile pour asservir ceux qui doivent l’être. On les connait ceux qui ont écrit leurs projets dans leurs livres sacrés, et que donc personne ne devrait avoir le droit d’ignorer.


  • Antisémitisme si ce nom n’existait pas BHL l’aurait inventé...
    BHL qui je le rappelle n est en rien un sémite....

    Je conseille aux internaute d’aller sur Wipikédia (qui pourtant fait partie de systeme) et de lire la definition du mot sémite, il y en a au gouvernement qui devraitent bien y jeter un coup d’oeil !!!!!


  • Je félicite l’auteur de cet article, remarquablement bien écrit et qui décrit de manière si saisissante et si juste la triste réalité de notre pays ! Merci à E&R pour cet incroyable ouvrage !


  • Quand Maxime Nicolle et Chouard vont lire cet article ils vont en tomber le cul par terre ! lol


  • Un grand classique qui marche toujours...L’état fabrique directement l’antisémitisme, "l’homofauxbi", etc... ou alors par l’intermédiaire d’agents provocateurs au service de ce même état eux-mêmes manipulant des crétins activistes à leur insu. Et hop ! On trouve des tags, des "attentats" sont perpétrés comme par hasard. Et après le "camp du bien" peut se déchaîner contre les "méchants"...Avec censure et répression...
    C’est tordu, mais, la population qui en général est naïve, manipulable et pas tordue, ne peut pas imaginer ce genre de manigances, ce n’est pas dans l’ADN du brave peuple. Ce que je dis est archi connu et archi banal...Parlez-en à vos amis, collègues, voisins ou familles ; ils vous diront que vous voyez le mal partout, que vous êtes parano...
    J’en ai marre, je rêve parfois de caverne, d’île déserte, de refuge de très haute montagne, de cabane au fin fond de la jungle, ou même carrément d’être mort, tellement j’en ai plein le cul de ces moutons et de ces "zélites" sataniques, de ce monde sans surprise..

     

    • Entièrement d’accord avec vous, sauf que je ne rêve jamais d’être morte (j’ai des enfants).
      Pensez que vous n’êtes pas seul ! Des milliers de gens ont ouvert les yeux. Bon, il n’ont aucun pouvoir, j’en conviens. Malgré tout, prenez de la distance, cultivez l’humour ! Pensez à l’histoire humaine : l’ignorance et l’illusion n’ont-elles pas été la règle plutôt que l’exception parmi les populations ?
      En fait, je pense souvent aux populations du bloc soviétique dans les dernières années avant l’effondrement. Je me demande s’ils ne vivaient pas une situation similaire. Beaucoup avaient ouvert les yeux, certains commençaient à parler, mais.... répression. Si quelqu’un avait des références de romans ou d’essais qui décrivent cette période à l’Est, ça m’intéresserait.


  • En Palestine, le 9 avril 1948, à Deir Yassin, 253 personnes (femmes, enfants, vieillards) ont été massacrées par l’Irgoun. Et le 14 mai, la création de l’État d’Israël était proclamée. Dire que les palestiniens ont littéralement fuit devant la sauvagerie est peu dire. Ainsi, ceux qui pensent et disent qu’il s’agit là d’une iniquité sans nom seraient des antisémites ?
    Dans un autre registre : on nous refuse les crèches de Noël, mais parallèlement, on illumine Paris avec des chandeliers d’Hanouka. Pointer du doigt cette injustice, serait donc de l’antisémitisme ?
    Après tout ce temps, ces gens n’ont pas encore compris que la haine provoque la haine. Mais peut-être est-ce là leur plus cher désir ?


  • Cesar de la meilleure actrice décerné à hidalgo ! C’est à pleurer. Pauvre France ... Quel cinéma !


  • C’est plus des balles dans le pied que le système se tire, c’est des obus !...
    Tu m’étonnes que ça sent l’explosion du système...
    Ça s’ouvre bien inévitablement, quand ça s’ouvre divinement.


  • Une croix gammée sur le portrait de Simone, c’est une profanation. Donc le portrait de Simone est une chose sainte. C’est fou.


  • Perso, je bloque toutes les pleureuses bhlienne sur Les réseaux sociaux où je suis inscrit. Ca m’évite d’entendre leurs conneries avant deles découvrir ici :)


  • Comment faites-vous à ER pour supporter cette merde ? Moi j’en peux plus, c’est insupportable cette connerie omniprésente. Vite, un spectacle de Dieudo, qu’on se marre !!

     

    • On peut pas faire autrement : c’est la réalité faut pas la fuir. Mais le but c’est pas non plus de la subir en fuyant dans la consommation...
      C’est tout l’enjeu du mouvement Gilets jaunes ! En finir avec cette connerie ! Y’a du pain sur la planche hein ? :)
      Au moins çà prouve que vous êtes saine d’esprit.


  • Les mots de cet article sont choisis, pesés, sertis et déposés dans cet écrin appelé E&R. Un bijou.


  • Finkelkraut qui débarque dans la manif aujourd’hui et se fait insulter... ce qui était attendu. La dernière phase du pourrissement : l’antisémitisme.

    Et comme droite et gauche sont cul et chemise sur ce leurre. Game over les gilets jaunes :)

    Merci pour ce petit regain d’espoir tout de même.

     

    • Ils ont sorti la grosse artillerie. Parfois j’ai envie de baisser les bras. Ils sont trop fort. Ils tiennent par la corruption tous les leviers du pouvoir. C’est triste des éborgnés et des mains atrophiées .
      ensuite je me dis que le point de non retour a été atteint. Se soumettre alors que certains ont sacrifié leur œil ou leur main pour notre libération ?
      Égalité et réconciliation n’a jamais eu autant de pertinence qu’aujourd’hui . Le pardon et la réconciliation est notre dernière chance avant le chaos organisé par qui vous savez.


  • Comme par hasard finquellecrotte pointe son groin au milieu des gilets jaunes,sachant très bien que seules des insultes l’attendent et que "sa " presse va faire ses choux gras de tout cet " antisémitisme " véritable arme de dissuasion massive et paralysante de tout ce qui touche à l’ordre ( désordre ? ) établi !
    Pourquoi transformer , à marche médiatique forcée , des revendications sociales en actes antisémites ???


  • Quand Alain Soral est attaqué, c’est la France qui est attaquée.
    Merci à l’équipe de la rédaction pour cet excellent texte.


  • La fabrique sans vergogne du mensonge de l’antisémitisme.

    Merci E&R pour cet excellent document.


  • Dieudonné a oublié de s’adjoindre un autre peuple plus patient que les Allemands : les Français ! Je vais me retaper Mahmoud pour me soulager de ma haine ...


  • Ils vont certainement organiser une marche contre la montée de l’antisémitisme où Ça va rassembler un million de personnes minimum. Le système fera en sorte de la faire passer pour une contre-attaque contre les GJ. Si la dernière cartouche de diabolisation qui est l’antisémitisme saute, le printemps n’est plus loin. Courage les camarades. Bientôt la victoire.


  • Quand BHL “nous” dénonce des "conjonctions diaboliques", c’est un peu comme si SpongeBob passait dans une pub Anais Anais...


  • Une petite remarque sur l’image de Simone. Quand a-t-elle été dessinée sur ces boites aux lettres et pourquoi ? Tout utilisateur de la poste sait que les boites aux lettres sont souvent dégradées et taguées en France. On chercherait un problème qu’on ne ferait pas mieux.

    Je viens de lire cet article ce dimanche17. Un très grand coup de chapeau à son auteur, c’est visionnaire.
    Car comme par hasard, juste après la sortie de cet article arrive l’histoire de Finky qui couronne l’analyse développée ici.
    On peut se poser beaucoup de questions sur cet évènement. Qui a filmé, que faisait Finky devant une grille, avec un air souriant etc...

    L’analyse systémique de l’antisémitisme est un régal et ce dernier épisode vient sournoisement confirmer que le système est bien en train de s’emballer et probablement à ses dépends.


  • bravo pour cet article. ceux qui écrivent ainsi ne se couchent jamais. vous êtes dignes des meilleurs. bon courage


  • Excellent article ! L’hystérie à laquelle on a affaire ici révèle bien l’origine religieuse de la République. Plus ils seront hystériques, plus le nombre de gens qui vont le comprendre va augmenter.... Personnellement, je trouve qu’elle monte en flèche depuis les années Hollande. Face à cela, il faudrait pousser ces lobbys encore plus dans leurs derniers retranchements pour qu’ils se dévoilent encore plus !


  • Ces sempiternelles attaques ad hominem (dans les deux sens) ruinent le débat.

    Et d’ailleurs, aucun de ceux qui prennent la parole n’ont le pouvoir et donc tous ceux qui ont condamné au nom du pouvoir politique,mediatique intellectuel qu’ils croient détenir ont jugé sans savoir.

    Je ne crois pas à l’expertise de ces rhéteurs.
    Encore moins à leur sincérité.

    En voici une petite démonstration :

    - Si vous avez fait de l’antisémitisme votre fonds de commerce de domination de la masse par la culpabilité aussi imaginaire que pseudo historique, à défaut d’être juste, c’est logique que vous voyant pris à partie par la France entière depuis 4 mois, pour vos 72 ans de mensonges vous proclamiez : "Croix gammé sur la tête de Simone = les HLPSDNH !".

    Mais en fait, soyons francs, ce que vous reprochez au graffiti c’est pas de colorier Simone, c’est d’être le faire part explicite de votre prochain décès professionnel.

    Mais cela c’est seulement parce que vous savez mieux que nous le nombre et la gravité de vos crimes.

    - Car si vous êtes Français, normal, GJ, que vous ayez ou pas colorié Simone, que comme Français vous n’avez rien à vous reprocher ni à reprocher au monde, vous aurez immédiatement une autre lecture : la vraie.

    Une lecture qui n’est pas du tout antisémite mais provie.

    Vous comprendrez instantanément : Simone ogresse de foetus, a réalisé avec l’IVG, ce que le NSDAP lui même n’avait pas imaginé : une solution finale silencieuse. C’est juste la race de la victime qui change et la méthode : tuer avant ou après la naissance.

    Et vous penserez : en plus, les masses sont équivalentes !

    Passons sur le mauvais goût républicain de mettre une criminelle au Panthéon et sa photo sur les boites aux lettres, faisant ainsi (à sa suite), l’apologie de l’infanticide de masse du blanc,

    Il reste que notre dessinateur à défaut de respecter le mobilier publique a au moins été éloquent

    Et quel est le rapport avec A.S ?

    Mais celui-ci : A.S. en son temps n’a pas dessiné un graffiti, il a relayé une affiche et a été condamné pour cela.

    C’est vous dire s’ils ont peur des faire parts.

    C’est cela qu’on doit retenir : leur peur panique des faire parts.
    Ils comprennent mieux que nous ce qui va leur arriver
    parce qu’ils connaissent mieux que nous, le nombre et la gravité de leurs crimes.

     

    • "une solution finale silencieuse. C’est juste la race de la victime qui change et la méthode : tuer avant ou après la naissance."
      Ouais, c’est quand même capillotracté comme argument je trouve.
      Il y a une différence majeure entre l’extermination des juifs et l’avortement.
      C’est le consentement, le choix individuel.
      Quand bien même ce consentement serait ou est fabriqué de toute pièce, est ce de la faute de simone si les gens, de manière générale, sont assez cons pour jouer avec leurs gonades impunément ?
      Comparaison n’est pas toujours raison, dans ce cas ci en tout cas.


  • Christian Gemy est un ami de longue date, Guemy est un terme d’Europe centrale qui veut dire juif je crois ...

    Un mec super smart (intelligent et sensible), un bosseur acharné à l’origine du collectif C215...

    il a fait un peu de zonzon (4 ans je crois pour meurtre alors qu’il était encore mineur)... il en est ressorti avec deux licences de langue (allemand entre autre, ce qui doit lui en faire au moins 4 actives au total) et une maitrise de droit (ou philo je sais plus) .. a fait le commercial pour des tissus d’ameublement de luxe pendant qq années avant de lancer son collectif de graffeurs.

    C’est un garçon que j’aime bien et on ne peut pas lui en vouloir de faire en sorte de faire connaitre son collectif, il faut bien prendre l’argent là où il est... et la mairie, le pouvoir... je ne pense pas qu’il soit particulièrement communautaire, c’est ce que je veux dire...

    Salut à toi Christian !


  • Excellent !
    J’ai prédit à ma famille dès le 17 nov que ce mouvement allait prendre cette tournure !
    L’antisémitisme au coeur des gilets jaunes !
    La loi sur l’antisionisme=antisémitisme passera !
    Alain avait parfaitement raison quand il disait que le mouvement des gilets jaunes était face à un mur, qu’il était manipulé avec le clivage force de l’ordre/ manifestants.
    L’antisémitisme rajouté, c’est foutu ! Il faudra des morts, et encore, pour que les choses bougent ! Le système trouvera un défunt avec une grand- mère déportée !


Commentaires suivants