Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ordre donné aux soldats de ne pas s’engager au Bataclan : des familles de victimes demandent des comptes à l’État

Il faut lire en entier cet article du Parisien du 7 juin 2018 : on y apprend que Georges Fenech, le député LR (sarkozyste) en charge de la commission d’enquête sur les attentats de 2015 en France, avait déterminé dans son travail minutieux (il proposait un minute par minute le soir du 15 novembre 2015) que :

« “clairement, un ordre a été donné aux soldats Sentinelle de ne pas engager le feu alors qu’ils avaient en ligne de mire des terroristes”. “À la question : Qui a donné l’ordre aux soldats de ne pas intervenir ? On n’a jamais su”, regrette Georges Fenech. “Avec les autres parlementaires, on était sidérés”. »

Et ça ne va pas plus loin ! On s’arrête à la « sidération », et puis on passe à autre chose. En attendant, on ne sait toujours pas pourquoi cet ordre immonde est venu bloquer les premiers secours armés, et qui au niveau politique couvre la chaîne de commandement militaire qui a donné cet ordre immonde.

Voilà, c’était pour ceux qui douteraient encore qu’une opération extrêmement tordue avait eu lieu ce soir-là.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Le procureur de la République va voir arriver ce vendredi sur son bureau une plainte particulière. Deux ans et demi après la tragédie du Bataclan le 13 novembre 2015, qui fit 90 morts sous les balles des terroristes, dix-sept victimes ou familles de victimes se sont regroupées en un collectif. Leurs trois avocats déposent conjointement une plainte, initiée par une avocate lyonnaise Me Océane Bimbeau, du cabinet Sannier et Associés, « contre X pour non assistance à personne en péril en l’absence d’intervention des militaires lors des attentats perpétrés au Bataclan ».

 

Le soir tragique, alors que des centaines de victimes étaient prises en otage dans le Bataclan, huit soldats de l’opération Sentinelle, armés de Famas, des armes de guerre, n’ont pu, sur ordre de leur hiérarchie, intervenir aux côtés des policiers de la BAC (brigade anticriminalité) du Val de Marne arrivés les premiers et d’un commissaire de police, accompagné de son chauffeur, qui n’a pas hésité à rentrer dans la salle de concert et a tué l’un des terroristes.

Ces policiers, sous-équipés, qui se faisaient tirer dessus par les terroristes armés de kalachnikov, ont demandé aux soldats de leur prêter leur Famas. Les militaires, obéissant au réglement, ne se sont pas départis de leur arme.

Ce n’est pas la première fois que des familles demandent à la justice de faire la lumière sur ce point. Gérard Chemla, avocat pénaliste à Reims, représentant quatre vingt autres victimes et ayants droit du Bataclan, avait, en 2016, fait une demande d’acte aux juges d’instruction « pour qu’ils enquêtent sur la non autorisation aux militaires de donner leur arme ». « Le juge m’avait répondu : Je ne suis pas saisi de ces questions ». Maitre Chemla avait alors tenté un recours devant la Cour d’appel, qui n’avait pas eu de suite.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

L’incroyable information, à voir ou revoir sur E&R :

L’horreur et les zones d’ombre du Bataclan, sur E&R :

 

Pourquoi l’oligarchie a-t-elle intérêt à l’insécurité et au terrorisme ?
Lire sur Kontre Kulture

 






Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est exactement ce qui s’est passé au Rwanda dans les collines de Bisesero : les soldats français savaient qu’il y avait des massacres mais ont attendu trois jours avant d’intervenir, et ils l’ont fait au détriment de leur hiérarchie qui ne leur en avait pas données l’ordre.
    https://www.francetvinfo.fr/societe...

     

    Répondre à ce message

  • L’armé sert l’état , pas le peuple !
    Ça n’est rien d’autre que des mercenaires/fonctionnaires .
    Dans toute l’histoire de France , ils ont défendu les régimes en place , même au besoin en massacrant leurs concitoyens !
    Il faut donc compter QUE sur soit même et donc être armé , même si c’est illégal , même si je ne suis pas pour , à cause des dérives .
    Sur ce point Donald à raison ...

     

    Répondre à ce message

    • Personnellement, je ne compte pas sur l’armée pour me protéger.
      Sur les quatre supposés Marsouins qui se postent de temps en temps à l’entrée de la cathédrale, près de chez moi, collés comme il se doit les uns aux autres, il y a trois Réunionnais lymphatiques. A peine descendus de ce qui leur sert de Jeep (une espèce de 4 x 4 de bobo), ils ont déjà l’air exténué rien qu’à porter leur gilet pare-balles.
      Et c’est quoi ces nouvelles fringues ? Le treillis camouflage en pleine ville avec le fute trop long qui leur tombe sur les godasses, ça m’étonnerait qu’en cas de pétard ils arrivent à courir...
      Ca aussi, c’est une réalité.

       
    • La seule « réalité », c’est la paranoïa ambiante.

       
  • Souvenez-vous aussi du commando des terrasses.
    Ici à partir de 3min30.
    https://youtube.com/watch?v=1KRF6Hcw5zY
    Le gars ressemble-t-il au stéréotype islamiste décrit par les merdias aux ordres ?
    Et des types se baladent avec des armes de guerre en plein coeur de Paris, tirent sur tout ce qui bouge et ont le temps de parcourir un long itinéraire (durant 42 minutes, quand même) sans être mis hors d’état de nuire, dans l’une des villes au Monde comptant le plus de policiers et de caméras de surveillance.

    Comme les frères Kouachi qui soi-disant étaient parvenus à déjouer les barrages policiers et quitter Paris comme si de rien n’était.

    Ou ce témoignage d’une dame à Montauban décrivant le visage du tueur (visière du casque levée) avec une cicatrice et un tatouage sur la joue gauche (donc pas Merah).

    Etc etc etc.

    Les familles des victimes doivent persévérer, ne pas lâcher l’affaire, même s’il faut l’admettre la mafia responsable ou complice de ces atrocités fera tout pour que n’émerge aux yeux du Monde ce scandale d’État, ces attentats sous faux drapeau, pour changer. Vivement le changement de paradigme.

     

    Répondre à ce message

    • "Comme les frères Kouachi qui soi-disant étaient parvenus à déjouer les barrages policiers et quitter Paris comme si de rien n’était."
      Pour aller dans votre sens, j’ai souvenir d’un braquage de diamant qui eut lieux à paris, où les braqueurs furent retrouvés dans la journée ou le lendemain, tous les moyens ayant été mobilisés, ville quadrillée/bouclée etc
      Mais bon, pour des terros on ne sait pas se synchro, les diamants ca mobilise mieux...

       
  • La première question qui me vient à l’esprit et ce depuis longtemps est pourquoi aucun soldat n’a désobéi dans ces circonstances aussi graves. Car ils pouvaient le faire. Aucun n’a tiré ou au moins prêté son arme. Comment peut-on rester impassible tout en sachant que des gens desarmés se faisaient massacrer à quelques mètres de là par des terroristes issus de nos chances pour la France.
    Et le plus inacceptable est que Cazeneuve et Hollande se sont estimés ni responsables ni coupables, n’ont pas démissionné ni exprimé des regrets quelconques.

     

    Répondre à ce message

  • On parlait trop de la non intervention des militaires au Bataclan.

    Le contre-feu ne s’est pas fait attendre.
    On programme Médine au Bataclan, ce qui est une véritable provocation.
    Le tolé justifié que cela va entrainer, noiera les vrais questions qui se posent maintenant et qui fachent.

     

    Répondre à ce message

  • Camarades de E&R
    Les militaires ne sont pas équipés pour intervenir dans des endroits complètement clos.
    L’E.M a décidé de ne pas intervenir et je les comprends.
    Faut arrêter 2 secondes avec les complots a 2 euros.
    Par contre la question est de savoir pourquoi n’avons nous pas des patrouilles spécialisées comme en Italie. 8 gars dans des voitures blindés , équipés de PM et non de FA , avec gillet par balle , ce qui n’est pas le cas des militaires français, ils ont uniquement des pare éclats.
    Des patrouilles de gars spécialisés et qui se meuvent autour de lieux touristiques ou culturelles
    Faut pas cracher sur les militaires en racontant n’importe quoi et en ne connaissant pas les règles d’engagement en milieu civil.
    C’est très compliqué, uns balle de famas traverse l’ennemi , c’est vrai , mais ce qu’il y derrière ou même sur le côté aussi est touché.
    La réalité est que nous n’avons pas les gens nécessaires pour ce genre de patrouilles H24.
    Le Gign ou le raid intervienne sur demande uniquement. Il faut des gens sur le terrain tout le temps. Prenons exemple sur les Italiens, pour le coup.
    Ne varietur.
    Lavrov.

     

    Répondre à ce message

  • Les soldats ne sont pas formés pour ce genre d’intervention qui peut très mal tourner. Il n’est pas dit qu’il y aurait eu moins de morts.

     

    Répondre à ce message

  • J’imagine que les militaires, pas gforcément le groupe sur place, mais des soldats bien commandés, aguerris , des biffins ayant l’habitude des engagements et du contact , interviennent ....Il y aurait certainement eu moins de victimes , et des vies auraient été épargnées , MAIS....Il y aurait, fatalement eu des morts colatérales, des gens chez qui on aurait à l’autopsie trouvé des balles de 5.56 FAMAS, peut etre les assassins auraient ils pris et éxécuté des otages etc....Et aujourd’hui, dans ce pays divisé, versatile et sans mémoire , on compterait les victimes dues à l’engagement de l’Armée et on accuserait ces " cons " de militaires.
    Il existe une loi de 59 réglementant l’engagement de l’Armée dans les opérations de temps de paix sur le territoire national .Cet engagement se fait sous l’autorité civile .En Algérie, les compagnies étaient accompagnées de gendarmes , officiers de police judiciaire, représentant l’autorité judiciaire et la légalité républicaine .

     

    Répondre à ce message

  • Ils ont sorti l’artillerie lourde en mettant un reportage avec témoins sur Netflix. Chose invraisemblable. Donc s’ils ont besoin de ce type de propagande, c’est bien que les fuites sont trop nombreuses !

    Les gens sont globalement moins enclins à tout gober depuis le 11/09. Ils font certains rapprochements.

     

    Répondre à ce message

  • Très bonne initiative.
    Depuis dix sept ans, c’est une constante que les familles des victimes du terrorisme ne sont pas satisfaites des investigations menées par les gouvernements et difficilement tenues en respect (notamment à l’aide du fonds de compensation des victimes)
    l’inaction des militaires de sentinelle s’ajoute à l’escouade du GIGN prête à agir qui n’a pas reçu le feu vert de la part du Préfet de Police pour y aller.
    on pourrait ajouter Salah Abdeslan dont la voiture se fait contrôlée le soir même mais pas interpellé.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents