Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Patrick Mbeko : derrière l’esclavage en Libye, la géopolitique des puissances occidentales

Patrick Mbeko explique les dessous du « retour » de l’esclavage en Libye.

 

À lire, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Ici sur E&R, pardon pour les autres, sur E&R, tout le monde comprend que si CNN fait un pseudo scoop sur une histoire, et que cette histoire remue autant de monde, on sait que c’est commandité par ses patron du pentagone CIA, j’attends devoir Thierry Meyssan aussi sur ce sujet...

     

    Répondre à ce message

  • Merci ER pour la diffusion de ces sages paroles.
    J’espère que ces gentlemen ne sont pas installés à Paris ou comptent s’installer sur leur terre et la faire développer à leur image.
    Le mondialisme, cette horreur pour les 99% !

     

    Répondre à ce message

  • je salue le réalisme de M.Mbeko qui semble avoir compris les vrais enjeux lybiens. Les autres ne s’expriment que dans l’émotion, notamment cet agitateur antillais qui oublie que les algériens (tout comme les français) sont maîtres chez eux et n’ont pas à tolérer les clandestins sur leur territoire, et que de plus les "noirs" ne sont pas les seuls "migrants" en Algérie ; il omet sciemment les syriens présents en très grand nombre. C’est très facile de jeter la faute sur les autres pour masquer ses propres tares.

     

    Répondre à ce message

    • Tu es contradictoire mon cher, tu salue M. Mbeko et passe l’antillais pour un agitateur... "ils n’ont pas à tolérer les clandestins sur le territoire". Justement M.Mbeko explique très bien que ces "Clandestins" sont la à cause de l’oligarchie qui déstabilise leur Pays ! le clandestin n’est pas la pour tes beau yeux mais parce que les occidentaux volent son pain et les arabes ont soutenu ! l’antillais agite...oui mais pour réveiller la conscience "Noire". l’antillais agite oui et alors ? quel est le problème ? Il aime son peuple et l’interpelle sur les réels faits !!

       
    • A aucun moment ces intervenants ne disent "clandestins". Ils sont dans le déni.
      Des "migrants" "nos frères" etc....
      Non messieurs, ce sont des clandestins qui paient des milliers d’euros pour arriver là.
      Avec ces quelques milliers d’euros , ils pourraient monter un petit commerce et en vivre.
      Non trop subjugués qu’ils sont par l’attrait de notre société de consommation, de biens matériels, de sexe, de drogues , etc...voilà la vérité.
      Ils sont hypnotisés. Ils finissent comme dans le joueur de flûte de Hamelin.....dans les abysses.
      Et ils sont soutenus en cela par nos médias ainsi que ceux , ici ,clandestins qui vivent relax à nos frais.
      Mbeki est le plus réaliste....même si il n’utilise pas le bon mot pour définir ceux qui arrivent en Lybie.
      Ne varietur
      Lavrov.

       
  • #1848344

    L’entente entre les nations : voilà le véritable internationalisme.
    La destruction des nations : voilà le mondialisme cosmopolite.
    Que les patriotes africains dégagent leurs gouvernants à la solde des intérêts occidentaux !
    Que les patriotes européens dégagent leurs gouvernants cyniques qui sont les premiers responsables de l’immigration de masse par la destruction des pays africains "pour leur bien" !
    Ensuite, les peuples s’entendront entre gens libres et dignes.

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour monsieur Mbeko,

    Mettre sur la table en terre africaine ce que cette terre à de plus terrible que sont : la non représentativité de la plus part de ses dirigeants, la corruption,la prédation des pays occidentaux sur ce continent, d’un fort accroissement de sa population...
    Le débat est multiple en devient carricatiral d’un angle à l’autre de la pièce, d’intérêts divergents, de contradictions nourries.
    Mes questions sont les suivantes : l’Afrique terre de nations a-t-elle une chance de contrôler un jour son avenir et son destin ?
    Peut-elle dans un concert des nations africaines s’émanciper du dictact de l’Otan, des multinationales, du FMI, des États-Unis, de la Chine, de l’Europe... ?
    Ce que l’Europe a échoué à mettre en place sans l’accord de ses peuples sous dictact de l’oligarchie mondiale,l’Afrique est-elle condamnée à faire pire ?

    Nova

     

    Répondre à ce message

  • C’est le problème de la démocratie "représentative" en occident : tu élis des gars que tu ne pourras pas sanctionner immédiatement en cas de décision contraire aux intérêts du peuple ou des peuples. Illustration : on élit Sarkozy sur un certain discours. A quel moment a-t-il parlé d’aller faire la guerre à la Libye pendant sa campagne ? Jamais, évidemment. S’il l’avait fait, le peuple Français ne l’aurait pas élu. Le peuple Français veut qu’on s’occupe de ses intérêts, pas qu’on aille foutre la merde chez les autres au nom des intérêts d’autres pays ( suivez mon regard... ). Un système qui permet d’abord au gars de mentir, ne serait-ce que par omission, puis de faire ce qu’il veut pendant son mandat sans que le peuple puisse lui dire "non" sur telle ou telle décision qui engage gravement sa responsabilité, est un système non démocratique. La démocratie représentative, ça consiste à élire son maître et non pas son serviteur.
    La Suisse est une vraie démocratie : les Suisses se méfient de leurs représentants et ont donc adopté un système qui leur permet de se prononcer en tant que peuple dès qu’une décision importante doit être prise. Résultat : la Suisse ne fait pas la guerre. La Suisse ne va pas foutre la merde chez les autres.
    Nos élites sont des traîtres à leur peuple. Leur agenda est sans rapport avec nos intérêts. Nous devons adopter un système qui nous permette de dire "non" immédiatement pour bloquer les décisions contraires à nos intérêts et à ceux des autres peuples.

     

    Répondre à ce message

    • La suisse n’est jamais en guerre contre personne car c’est la plaque centrale mondiale du blanchiment d’argent sale. C’est là-bas qu’il y a la banque des banques centrales,avec leur propre milice. Ca n’a absolument rien à voir avec votre supposée démocratie.

       
    • @magic

      Je ne prétends pas que la Suisse soit une démocratie morale et juste. Je prétends que le peuple suisse se représente lui-même dans une proportion bien plus importante que ne le font des peuples comme la France, qui ne bénéficient pas de ce genre de démocratie directe et sont donc à la merci de leur dirigeants, c’est-à-dire de certains lobbies, classes ou intérêts particuliers. Le peuple Suisse est souverain alors que le peuple Français ne l’est pas. Le socle qui fonde l’économie de chaque pays est un problème différent.

       
  • #1849091

    Tout ces gens sont sympathiques et ce qu’ils disent fait plaisir à entendre. Mais ce ne sont que des paroles en l’air.
    S’ils pensent sérieusement qu’il suffira à un gouvernement africain de dire "enough is enough", ils se mettent le doigt dans l’œil extrêmement profondément !
    C’est que les élites mondialisés, elles les aimes bien, leurs ressources naturelles africaines. Elles seraient très tristes et très contrariées qu’un vilain chef de tribu veuille les leur retirer !
    Il pourrait très vite arriver des bricoles au malotru en question. Ce qu’ils semblent oublier, c’est que ces élites peuvent devenir très méchantes quand on veut leur retirer leur joujou.
    Il faut être plus malin et moins dans l’émotion... mais ça, c’est facile à dire hein ?

     

    Répondre à ce message

  • Esclavage pour trafic d’organe
    ... Ça glace le sang !

     

    Répondre à ce message

  • Les nations africaines naîtront certainement le jour où les africains cesseront de s’appeler des "frères" (remarque vis à vis de l’analyse d’A. Soral sur la construction des nations en Afrique)

     

    Répondre à ce message

  • C’est joli tout ça, mais les nationalistes (panafricanistes ou autres) vivant hors patrie (hors Afrique dans ce cas-ci) m’agacent légèrement : assumez votre fierté et allez y vivre.

    À défaut d’avoir une analyse sérieuse, Kémi Séba a cela de respectable : il est dans la praxis et habite le continent qu’il souhaite changer.

     

    Répondre à ce message

    • Ils mènent le combat là il doit être mené. Et le porteur de vérité partout le bienvenu, sauf si c’est les armes à la main. Vous êtes agacé simplement car vous vous sentez visé quand on parle d’occident, alors que ce système vous a déjà mis en esclavage et votre sentiment de fierté n’y change rien. Tantôt consomateur salarié, tantôt chair à canon vous n’avez jamais la qualité d’homme libre dans ce monde. La seule liberté qui vous reste c’est de rêver.