Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Premier anniversaire de la mort d’Hélie de Saint-Marc

Hélie de Saint-Marc s’est éteint il y a tout juste un an.

Bien que le pouvoir en place soit peu avare de commémorations et autres protocoles de reconnaissance éternelle, les mobilisations officielles pour faire honneur à cet ancien résistant, officier de la Légion, auteur de nombreux ouvrages et plusieurs fois distingué, avaient été quasiment inexistantes. Pourtant, non seulement Hélie de Saint-Marc incarnait par son parcours les valeurs de loyauté, de courage, de détermination que l’on peut estimer chez un homme, mais il avait aussi souffert profondément dans sa chair des grandes douleurs françaises de ce tumultueux milieu de XXème siècle.

En février 1941, alors que la débâcle de la France est à peine consommée, Hélie de Saint-Marc s’engage dans la Résistance. En 1943, alors qu’il tente de rejoindre une unité en Afrique du Nord, il est arrêté et déporté à Buchenwald, où il frôlera la mort.

Engagé dans la Légion étrangère après la guerre, il est envoyé en Indochine où il collabore pendant dix-huit mois avec des populations Tày, une minorité implantée au nord du Vietnam. Lors du retrait des forces françaises, il est contraint par le commandement d’abandonner les villageois ralliés à la France au châtiment des troupes communistes. Cette blessure le marquera à jamais. Il l’a à l’esprit lorsque, une dizaine d’années plus tard, il voit poindre l’abandon des Pieds-Noirs et des Harkis à travers la marche vers l’indépendance de l’Algérie. Convaincu de devoir s’opposer au général De Gaulle, il participe activement au putsch des généraux. Il est alors par intérim à la tête du 1er REP, et il mène des opérations de prise de contrôle dans Alger.

Hélie de Saint-Marc sera condamné à dix ans de réclusion. Il est gracié après cinq ans et sort de prison en 1966.

Il entreprend alors une carrière civile, mais il reviendra sur ses expériences à travers plusieurs ouvrages, dont une autobiographie, Les champs de braises. Mémoires, publiée en 1995. Il donnera de nombreuses conférences en Europe et outre-Atlantique, et sera décoré de la grande croix de la Légion d’honneur en 2011. Juste avant de mourir, le 26 août 2013, à l’âge de 91 ans.

Homme des premières lignes de l’histoire militaire française de la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, Hélie de Saint-Marc a aussi cherché continuellement un sens, des enseignements, dans la souffrance et les grands déchirements, avec la préoccupation héroïque de ne jamais tourner le dos à ses valeurs.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le pouvoir actuel est trop occupé à célébrer la rafle du vel’ d’hiv voyons !


  • Le livre de ce grand patriote est paru en livre de poche aux éditions Perrin. A découvrir également un autre grand bonhomme, le Colonel Jean Sassi et son livre de souvenirs : "Opérations spéciales, 20 ans de guerres secrètes (Résistance, Indochine, Algérie)" aux éditions Nimrod


  • Silence assourdissant et révélateur, une preuve de plus, si besoin était, que la France n’est pas aux Français.


  • #945323

    Merci E&R, de rappeller cet anniversaire. On parle souvent "d’inversion des valeurs", avec Hélie de Saint-Marc on a les valeurs à l’endroit.
    De plus, il a été quelqu’un d’extrêmement sensible, qui n’a jamais pu admettre les "dommages collatéraux". C’est un héros indépassable pour beaucoup de gens.
    Pauvre patrie, qui ne sait plus reconnaître ses grands hommes !

    Depuis l’an dernier, une vidéo très intéressante a été mise en ligne, beaucoup plus riche que le laisse supposer son titre modeste :
    Entretien avec le commandant Hélie De Saint Marc - YouTube
    ► 53:58► 53:58
    www.youtube.com/watch ?v=8qH9...

    Et aussi :
    déclaration Hélie de Saint Marc - YouTube
    ► 6:37► 6:37
    www.youtube.com/watch ?v=1jSr...


  • je me souviens d’un passage d’un de ses livres, récit de la vie concentrationnaire : "là où je m’attendais à voir du courage, je voyais de la bassesse ; et là où je croyais découvrir de la lâcheté, j’entrevis du courage" (je ne me souviens plus de mots exacts...) - c’était bien écrit, et m’avait frappé...
    un résistant, c’est qqn qui met de côté son être et son devenir pour une cause et des valeurs (rien qui se bouffe..) - le camarade de Saint-Marc aurait pu se planquer, se placer dans l’administration et en profiter un max (putes et coke à tous les repas..), et pourtant il choisit le chemin héroïque (celui qui fait mal et qui tue..) ; une question m’obsède : serai(s)-je capable du même sacrifice ?
    Valdo le communiste


  • Catholique pratiquant, enfant de la noblesse de France, scout puis officier de Légion, guerrier et patriote : Aucune chance de s’en tirer dans notre beau pays aujourd’hui.


  • #945733

    Felicitation pour sa vie de résistant mais par contre aucune sympathie pour sa vie d occupant tant en Indochine qu en Algerie. Oui a la liberation de la france mais oui aussi à la liberation de l Algerie et de l Indochine. Aucune difference entre l occupant Allemand en France et l occupant Francais en Algerie.

     

    • des dizaines de différences...
      Notamment la suivante : avant la présence Française l’Algérie n’existait pas. La France avait elle 15 siècles d’histoires avant la présence allemande.
      Y’à du boulot...


    • Dire qu’a Scolca est enterré le Colonel Mattei..
      En face de chez moi,a Isulacciu,il y a le monument des victimes du Général Morand.Six membres de ma famille y sont morts et je chie pas sur le drapeau comme toi.J’éspère au moins que tu va au bout de ta logique et que tu refuses pensions et subsides de l’Etat Français et que t’es pas un de ces branleurs qui se lèvent à 15 heures pour aller taper la carte en touchant le RSA.