Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trop de Shoah tue la Shoah

On se demande bien qui est à l’origine de la transformation de la Shoah en argument-massue dans le débat public...

Ceux qui utilisent et surutilisent le concept de Shoah quand ils cherchent à se protéger des arguments adverses ou à faire du buzz sont évidemment les premiers responsables de cette dégradation du sens.

- La rédaction d’E&R -

 


 

La Shoah et les sujets qui y sont associés servent de prétexte dans le débat public à toute occasion et quel qu’en soit l’objet, écrit le secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation Johanne Gurfinkiel. Une situation qui entraîne inévitablement un glissement vers la banalisation du génocide

 

Autrefois l’apanage des milieux extrémistes et des professionnels de la provocation en mal de sensationnalisme, l’utilisation outrancière de la Shoah dans le seul but de choquer l’opinion publique devient de plus en plus fréquente.

La Shoah et les sujets qui y sont associés servent de prétexte dans le débat public à toute occasion et quel qu’en soit l’objet. Une situation qui entraîne inévitablement un glissement vers la banalisation du génocide. Cette banalisation de la Shoah, volontaire ou inconsciente, relativise l’ampleur des atrocités commises par les nazis et leurs collaborateurs pendant la Seconde Guerre mondiale en comparant cette tragédie avec à peu près tout et n’importe quoi.

Qu’il s’agisse du transport de porcs comparé sans vergogne aux trains de la mort, d’une manifestation un peu virulente comparée à la « Nuit de Cristal », d’une joueuse de tennis suisse transformée par une journaliste en gardienne du camp d’Auschwitz ou de parallèles établis entre la FINMA et la Gestapo… Tout devient ainsi prétexte aux amalgames et autres comparatifs avec le régime totalitaire nazi. Les exemples proviennent de tous les milieux : économiques, politiques, médiatiques. Au gré des vents et marées et des aléas de l’actualité, d’aucuns s’aventurent à comparer ce qui est incomparable dans le seul but de susciter l’émotion et l’adhésion du public.

 

« Reductio ad hitlerum »

« Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler se rapproche de 1 »

Voici en somme la définition de ce que le désormais célèbre avocat Godwin appelait lui-même la « reductio ad hitlerum ». Jusqu’à une période récente, ce type de comportement était observé plutôt dans les milieux extrémistes, bénéficiant des réseaux sociaux comme caisse de résonance principale. Aujourd’hui le phénomène s’est amplifié et vient polluer nombre de débats d’actualité, quelle que soit l’étiquette des protagonistes. L’objectif obtenu : ce fameux quart d’heure de célébrité ! La mécanique est désormais bien huilée : le propos outrancier sur la Shoah garantit ainsi l’attention de la presse et de l’opinion publique.

« Le premier danger n’est pas l’oubli, ni la négation, mais bel et bien la banalisation de la Shoah » (Simone Veil)

Quel résultat au final, au-delà du marasme argumentatif ? Force est de constater que l’utilisation de ce type de parallèles douteux ne fait que porter le discrédit et disqualifier ceux qui les emploient. Un discours basé sur une argumentation solide n’a pas besoin d’utiliser ce type d’amalgames sur la Shoah pour trouver une quelconque légitimité.

Lire l’article entier sur letemps.ch

Origine et exploitation de la Shoah,
sur Kontre Kulture

Shoah à toutes les sauces, sur E&R :

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1822328
    le 19/10/2017 par nanasse
    Trop de Shoah tue la Shoah

    En URSS, juste avant la chute du mur, plus personne (chez les jeunes en tout cas) ne croyait ce que ressassaient les apparatchiks, depuis déjà plusieurs décennies.


  • #1822342
    le 19/10/2017 par nico
    Trop de Shoah tue la Shoah

    Je n’en peux plus de ce mot ’ Shoah" qui ne veut rien dire et qui est brandi comme la quinte flush royale du "poker souffrance" .

    Ni en Afrique du sud , ni en Amérique , ni en Palestine, ni au Cambodge, ni en Arménie, ni en Russie ni au Rwanda le mot génocide n’a été remplacé par une quasi marque sous copyright .
    Pourtant il s’agit exactement de la même chose,
    l’ extermination d’ un groupe ethnique, politique, ou religieux .

     

    • #1822348
      le 19/10/2017 par Pamfli
      Trop de Shoah tue la Shoah

      Qu’il s’agisse du transport de porcs comparé sans vergogne aux trains de la mort, d’une manifestation un peu virulente comparée à la « Nuit de Cristal », d’une joueuse de tennis suisse transformée par une journaliste en gardienne du camp d’Auschwitz ou de parallèles établis entre la FINMA et la Gestapo…
      Ils ont oublié Frédo Nazizza et son fabuleux « J’te la pète ta caméra ! » et les moulinets de ses petites jambes grassouillettes qui lui donne l’air d’avoir beaucoup souffert, véritable shoah journalistique.


    • #1822394
      le 19/10/2017 par wp
      Trop de Shoah tue la Shoah

      Non non, il ne s’agit pas exactement de la même chose.


    • #1822493
      le 19/10/2017 par AF
      Trop de Shoah tue la Shoah

      Visiblement, vous ne connaissez pas les Tutsis et les Arméniens.


    • #1823408
      le 20/10/2017 par Kippa en LICRA
      Trop de Shoah tue la Shoah

      @nico
      « Je n’en peux plus de ce mot ’ Shoah"  »
      La question est plutôt as-tu vraiment le shoaaaah ?


  • #1822545
    le 19/10/2017 par Paphytos
    Trop de Shoah tue la Shoah

    Déjà la "shoah" c’est un terme religieux n’appartenant qu’à la mythologie juive. Nous avons un fondement chrétien, nous avons tout pleins de mots nous aussi. Les mots que nous utilisons ne se comprennent que dans notre contexte culturelle. D’une culture à l’autre les sens changent selon les association et définition que nous avons.

    Par exemple, pour nous, chrétiens, lorsque nous nous parlons du Diable, du mal, nous parlons en fait de l’empire de la marchandise, qui impose ces valeurs malsaine en détruisant qui nous sommes, le malin qui nous ronge par la tentation.
    Bha les juifs par exemple pour parler de la même chose, avec leurs propre référentielles parleront de Dieu, car leur dieu est notre diable. Car les valeurs du judaïsme sont l’inverse de celles défendue par les chrétiens, par Jésus.
    Jésus est pour nous un diseur de vérité radicale, profonde, pour eux c’est un fouille merde.

    Quand nous parlons de shoah nous sommes prisonnier de leurs mots.


  • #1822699
    le 19/10/2017 par H.M.
    Trop de Shoah tue la Shoah

    Cet article est l’expression d’une opinion : celle de l’invité du site LE TEMPS. Et qui est l’invité du site LE TEMPS ? C’est écrit dans la marge :

    Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la CICAD

    Et c’est quoi, la CICAD ? Voilà leur site :

    http://www.cicad.ch/fr/cicad-action...

    Pour ceux qui ne veulent pas y aller, voici les premières lignes. On comprend assez vite à qui on a affaire :
    "Qui sommes-nous ?

    Créée en 1991, la CICAD est une association à but non lucratif qui a pour but et mission de :

    • lutter contre toutes les formes d’antisémitisme y compris l’antisionisme comme forme d’expression contemporaine d’antisémitisme"

    On appréciera le "... y compris l’antisionisme comme forme d’expression contemporaine d’antisémitisme"...

    Au fait, qui a lancé "la mode" de se servir de la s... pour tout, n’importe quoi et n’importe qui ?

    Ouais... C’est bien ce qui me semblait...


  • #1822774
    le 19/10/2017 par Georges 4bitbol
    Trop de Shoah tue la Shoah

    Géniale cette histoire de choa, ça économise les tanks, les uniformes , les bottes lustrées et les défilés militaires, et en plus, la plupart des péquins se croient en démocratie. Trop forts.