Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

14 mai 1942, les Américains cassent le code japonais

La bataille de Midway du 4 juin est (presque) gagnée

Il y a des batailles qui changent le cours de la guerre, et le cours de l’Histoire. De mémoire vive, Aboukir en 1798, qui donne les océans à l’Angleterre après la victoire de la Fleet de Nelson sur la flotte française de Napoléon ; Stalingrad en 1942, qui n’était pourtant pas stratégique pour Hitler, et qui sera le tombeau d’un sixième de son armée. Et il y a Midway. La confrontation entre l’Amérique et le Japon entre 1941 et 1945 a été moins médiatisée chez nous, théâtre européen oblige. Mais pour les Américains, la WW2, la Seconde Guerre mondiale, c’est Midway 42 et Normandy 44.

 

Notre titre originel « 14 mai 1942 : des musiciens américains cassent le code japonais » était quelque peu exagéré : dans les équipes qui ont participé au pétage du code nippon, il n’y avait pas que des musiciens, il y avait des professionnels du chiffre, des mathématiciens, comme dans tout département de décryptage ou de contre-espionnage qui se respecte. Et pas que des Américains. Les musiciens ont été amenés par Joseph Rochefort, un officier de la Navy en charge de la cryptanalyse dans la guerre du Pacifique, pour trouver une logique autre que mathématique dans les lignes de codes japonaises. Il ne suffit pas d’intercepter des messages, qui tombent par milliers chaque jour sur les bureaux et les téléscripteurs : il faut les comprendre, les compiler, les associer, les croiser, trouver du sens. Un boulot de fou qui demande de la dextérité, de l’imagination, et une connaissance profonde de l’ennemi. Ce sera le cas de Layton, un officier du renseignement proche de Rochefort, qui parle japonais et rencontrera l’amiral Yamamoto plusieurs fois à Tokyo avant le conflit.

« Il y avait une personne — une personne très spéciale — qui ne servait pas dans le “Donjon” avec nous, mais qui mérite une très grande place dans la liste des cinq étendue à six. Il a eu la chance de travailler au-dessus du niveau du sol, respirant l’air frais d’Hawaï. C’était une sorte de dynamo humaine, forte, pensant vite, agissant rapidement, intuitive, rapide à comprendre, et extrêmement agressive. » (Description de Layton dans Wikpédia)

Tout ceci est connu des spécialistes et des amateurs éclairés, qui vont sûrement nous en mettre plein la soute en commentaires, mais on ne peut pas tout savoir, ni, surtout, recopier Wikipédia, cette paresse du chercheur. Nous voulions revenir sur le moment du basculement car malgré la connaissance quasi parfaite du jour et de l’heure, les Américains n’avaient théoriquement pas la partie gagnée : la flotte jap est à l’époque largement supérieure à la flotte US, le nombre de porte-avions – les carriers – en témoigne : quatre – Kaga, Sōryū, Akagi, Hiryū – contre un – le Yorktown – sur le champ de bataille, qui fait la taille d’un quart de la France.

La connaissance du jour et de l’heure, capitale, permettra aux marins et aviateurs de l’amiral Nimitz de préparer un piège à l’amiral Nagumo, le chef de la Marine impériale, qui pensait écraser la puissance maritime américaine en un seul coup. Le coup fatal ne sera pas porté, ce sont les Américains, après un chassé-croisé de chasseurs, qui couleront trois des quatre porte-avions, après avoir pourtant perdu presque toute leur chasse. C’est seulement la dernière escadrille de bombardiers, partie dans un raid hautement risqué à la poursuite du gros de la flotte ennemie, qui réussira à bombarder les ponts marqués d’un joli cercle rouge, comme le drapeau national japonais.

Pour une raison technique, les trois bâtiments ont explosé, les chasseurs étant partis... à la chasse au Yorktown pendant que le système d’armes était changé à bord, avec tout le matos en surface, bidons d’essence, torpilles et bombes offertes. Le feu d’artifice sera immense, les porte-avions n’étaient plus défendus que par la DCA, le talent en piqué des pilotes US menés par le héros McClusky fera le reste. En moins de six minutes, les navires amiraux de la flotte impériale sont en feu, la victoire et la domination sur le Pacifique viennent de changer de camp.

Pour les amateurs, il reste plusieurs films sur la bataille de Midway, et le dernier en date, de l’Allemand américanisé Roland Emmerich, une fois débarrassé de ses oripeaux hollywoodiens obligatoires, tient solidement la route. Comme on n’a pas le droit de vous passer le film du roi du blockbuster, voici un documentaire avec les images d’archives.

 

 

Pour la petite histoire (complotiste), Layton avait compris dès 1941 que Pearl Harbour serait attaqué, mais la hiérarchie militaire et politique, pourtant au courant de câbles qui ne laissaient aucun doute sur l’agressivité nippone, n’a pas réagi...

 


 

Ne soyez pas un Jap’ ! Chiffrez sérieusement vos propres communications avec le projet VPN eniKma et rejoignez des milliers d’utilisateurs satisfaits (avis indépendants TrustPilot) :

La nouvelle guerre du Pacifique, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2462504

    Le code japonais était déjà ’’cassè’’ en 1941, c’est comme ça que les américains ont pu ’’mettre à l’abri’’ le Yorktown et l’Enterprise (surnommé le ’’survivant du Pacifique’’)
    juste avant Tora Tora Tora, ne laissant aux Japonais qu’un vieux cuirassier, deux destroyers, quelques barques de pêcheurs et deux mille marins à mettre à bas !... étonnement des pilotes japonais arrivant au dessus de Pearl Harbor...

     

    • #2462724

      si tu parles du code 97 il a été cassé par les russes du NKVD en 1941 ce qui leur a permis de connaitre l’attaque de Pear Harbour à l’avance (ils avaient aussi les mêmes infos reçues de leur espion au Japon, Richard Sorge) mais c’est Sorge qui les a prévenu en premier de la date de l’opération Barbarossa, les cables diplomatiques ont été décryptés juste après et ont confirmé l’info de Sorge


  • #2462519

    Stalingrad pas une bataille stratégique ? L’occuper, c’est couper la route du pétrole soviétique du Caucase (et du Proche-Orient) à la Moscovie en contrôlant la Volga. Et en plus, c’est un zoning industriel militaire de premier ordre (production de T-34) qui hors service... L’acharnement et la perte de la VIe armée à Stalingrad a permis l’évacuation de l’armée du Caucase qui aurait été sinon encerclée et fait volé en éclat tout le front sud.

    Qu’est-ce qui aurait été un meilleur choix stratégique ? Leningrad n’a aucun poids et son siège mobilise d’importantes ressources pour son ravitaillement. Moscou à nouveau ? C’est un champ de mines où le gros des troupes soviétiques sont présent. Attendre ? La pire option. C’est laisser l’ennemi continuer à s’organiser et fortifier ses positions, hors le temps presse : le Lend-Lease prend effet (chaque jour des ouvriers et paysans peuvent délaisser leur fonction pour rejoindre l’armée), l’US Army mobilise, les investissement dans la Kriegsmarine et surtout la Flak (25% du budget militaire) vont exploser et handicaper le front de l’Est. Stalingrad était la meilleure option et un va-tout.

     

    • #2463685

      Le mythe américain de la 2 ème guerre mondiale.... Les USA ont tout monté un beau roman de propagande avec Pearl Harbour le DDay.

      Il suffit de lire les biographie et les témoignages des soldats et officier allemands de l’époque. Front ouest = vacance, Front de l’est = punition.

      L URSS a gagné la guerre quasiment tout seul grâce a une volonté un courage hors du commun.

      Ne parlon pas du prêt bail américain qui se résume a 20 % de matériel dépassé (quasi jamais en première ligne.)

      Les meilleurs divisions allemandes affrontaient les russes.

      A partir de 1943 l armée rouge est la plus puissante du monde et force les USA a débarqué pour avoir les miettes du gâteau europeen.

      Entendre des ignares fêter le DDAY en France alors que ces américains ont tout détruit a coup de bombe me donne la gerbe.


  • #2462565
    le 14/05/2020 par Les tas profonds
    14 mai 1942, les Américains cassent le code japonais

    Pearl Harbor a été le 11 Septembre pour les US. Attaque prévue et provoquée par le blocus imposé au Japon ! Quitte à sacrifier des milliers de marins americains, mais pas les porte-avions stratégiques ! A partir de là, l’opinion américaine était à fond pour l’entrée en guerre. Toujours les mêmes techniques de manipulation ...


  • bon article, mais j’apporte une précision : au moment du cassage de code, il y a 2 porte-avions américains opérationnels, l’Enterprise et le Hornet pour faire face aux quatre porte-avions japonais. Le Yorktown, endommagé lors de la bataille de la mer de Corail, a été ramené à Pearl Harbor et réparé en toute urgence, lui permettant de rejoindre les deux autres à Midway. Les quatre porte-avions japonais ont été coulés par les bombardiers en piqué de l’US Navy, alors que le Yorktown a dû être sabordé, car durement frappé par les pilotes japonais. Le film de Roland Emmerich tient la route, très peu d’erreurs, et très regardable si on enlève les oripeaux hollywoodiens comme vous dites


  • #2462725

    Personnellement, j’ai toujours été étonné de la production militaire nippone, quantité,qualité, niveau technologique.Largement au dessus la plus part des pays Européens de l’époque...Ce savant mélange d’esprit féodal (droite des valeurs) et d’avancée technologique(gauche du travail)...

     

    • #2462759
      le 14/05/2020 par le moine vengeur
      14 mai 1942, les Américains cassent le code japonais

      Détendez vous Kantor,
      les jap se sont montrés bien plus cruels que les nazis,voyez pour celà les témoignages chinois et coréens ;par ailleurs leurs grands submersibles,soit-disant incoulables, sont allés par le fond.
      Leur technologie navale leur fut d’abords donnée par les anglais lors d’achats et puis d’espionnage aussi.
      Quand ils ont demandé aux français d’utiliser les ports d’Indochine,après le repas avec les militaires français,ils les ont tous fait fusiller.(On n’en parle pas pour ne pas rester dans la haine de cette trahison,nous..)
      Au niveau technologique,vous voudrez bien nous conter,svp,ce que le Japon pouvait avoir de mieux que les allemands ,que les anglais ou que les français à la même époque,ce serait intéressant et excite notre curiosité.


    • Au niveau Technologique au début de la guerre les Japonais avait le meilleur chasseur aéronavale (zéro), les 2 plus gros cuirassé construits du monde (classe Yamato) et le meilleur port avions (Classe Shōkaku).
      Le problème c’est une industrie plus faible que les alliés, le japon avait 10 ports avion au début de la guerre contre 6 coté américain.
      Et durant la guerre le japon en a construit que 5 alors que les américain en a sorti environ 20 !


    • #2462887

      @le moine vengeur
      Le Mitsubishi A6M par exemple qui avait de zéro que le surnom...Le Kawasaki Ki-61 Hien(hien pour hirondelle),Le Ki-43 Hayabusa ...Et on parle que d’avions...


    • #2462943

      Et ca sert à quoi d’envoyer 65.000 tonnes d’acier sur l’oçéan ?
      Sinon à faire tourner l’industrie ?

      Tous les "super navires" ont eté coulés par des moyens detournés (mines,sous marins,bombardement) ..jamais par bataille navale ...c’est une hérésie.
      Ceux qui n’ont pas été coulés, ou endommagés (ou qui se sont endommagés eux mêmes comme le Nelson).... on a jamais réussit à leur trouver la moindre utilité stratégique
      (Iowa class par ex) même en modernisant... et ils ont été décomissionés.

      Ca n’a jamais eu aucun sens ces super-navires....C’est juste produire pour produire.
      Quand au porte-avion ils s’est surtout imposé dans sa version moderne, avec des chasseurs moderne...mais ceux de l’époque laissaient franchement à desirer.


    • #2462967
      le 14/05/2020 par le moine vengeur
      14 mai 1942, les Américains cassent le code japonais

      @kantor et @zib,
      oui le "zéro" bien dessiné fut un bon avion au début de la guerre,mais avec peu d’emport,et une structure bois qui devint fatale lors des combats aériens...
      N’êtes-vous pas plutôt épatés par l’ingéniosité et la créativité des allemands durant la 2WW ?
      Beurre et essence synthétiques,schnorkel,avions à réaction,missiles,fusées,canons à tir rapide,armes de poings,tanks,mitrailleuses,sous-marins électriques,torpilles acoustiques,etc, donc une inventivité continue et d’une complexité souvent extraordinaire pour l’époque que les japonais n’ont pas eu .Ils eurent quelques idées avec des avions-bombes,les aka ?,ou quelque chose comme çà,mais dont les résultats furent décevants car trop lents,trop lourds et de ce fait trop vulnérables...


    • #2463039

      Niveau quantité, le Japon c’est plutôt la misère à l’époque.
      Zib a été gentil dans ses chiffres. Entre 1942 et 1945, l’US Navy a produit 95 porte-avions. J’englobe les 29 porte-avions moyens et lourds (50 à 100 avions) ainsi que les 70 légers et d’escortes (20-30 avions). Coté marine impériale, seulement 15 porte-avions (5 lourds et 10 légers ou d’escortes) et sur les 15, 4 légers étaient de vieilles commandes prêtes dans le courant de ’42 et 4 d’escortes sont d’anciens paquebots reconvertis...
      Une autre comparaison intéressante sur la même période : l’aviation, on en est à 274.000 avions contre environ 62.000 Japonais (90.000 Allemands, 120.000 Soviétiques, 88.000 Britanniques).
      Et encore, on parlait des points forts car le rapport du parent pauvre, l’armée de terre, doit être effrayant (camions, wagons, camionnettes, VBT, chars, motos)

      Et niveau technologie, on cite souvent le Zero.Tout simplement parce qu’il n’y avait que lieu à citer comme performant. Du moins à sa sortie en ’39 et jusqu’à Pearl Harbour car après ses améliorations (modèles suivant) ne tenaient plus la distances face aux Corsairs et Hellcat (dès la mi-42).
      Et dans les autres domaines ? C’est le néant. Sous-marine quasi inexistante, des tanks légers complètement obsolète (Chi-Ha), une artillerie ayant le syndrome Zero : performante à sa sortie (obusier type 96 et type 4) mais jamais repensée. Une armée terrestre complètement dépourvue de mécanisation et donc hippomobile, des armes de poings d’entre deux guerres (Arisaka) ridicule face au M1 Winchester par exemple, niveau renseignement c’est le néant (radar, espionnage, cryptage). Pas besoin de parler du Yamato et du Musashi à mettre dans les points positifs : ils furent des gouffres financiers et non servi à rien.

      Le Japon a une image de son armée et son complexe militaro-industriel bien supérieur à ce qu’était la réalité. L’Empire du soleil levant n’a jamais eu la moindre chance de gagner la Guerre du Pacifique alors que ce n’était...qu’un front secondaire. Technologiquement, il était soit à la ramasse soit rapidement dépassé ; industriellement, il était très largement inférieur à l’URSS et l’Allemagne et un nain à coté des USA.


  • #2462990

    Le cinéaste John Ford était sur place bien avant le début de la bataille.... un peu comme si Hollywood avait peu de doute sur l’issue de la bataille... quant à Georges Stevens en 1944 : https://www.youtube.com/watch?v=0DP...


  • #2462993

    A quand un reportage sur "l’incident du Golfe du Tonkin"... ?