Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Anne Frank, star du Shoah Business

Les ayants droit du « Journal » se battent pour continuer de toucher

Écrit entre 1942 et 1944, alors que l’adolescente vivait cachée à Amsterdam, le Journal d’Anne Frank reste un des témoignages les plus célèbres de l’Occupation et de la Shoah. Le Journal était censé tomber dans le domaine public au 1er janvier 2016, soit 70 ans après la mort de son auteur comme le veut la loi française. Sauf que les ayants droit réclament une prolongation du copyright.

Le Fonds Anne Frank, qui détient les droits patrimoniaux de l’œuvre, vendue à plus de 30 millions d’exemplaires depuis sa première parution en 1947, considère que les droits d’exploitations devraient courir au moins jusqu’en 2030, aux motifs que l’adolescente ne serait pas la seule « auteure » du Journal et que celui-ci n’a été publié dans son intégralité qu’en 1980.

Contacté par « l’Obs », Guillaume Sauvage, avocat spécialisé en droit d’auteur, revient sur l’affaire.

 

BibliObs. Comment le Fonds Anne Frank justifie-t-il cette décision de prolonger le copyright ?

Guillaume Sauvage. Tout dépend de quelle version du journal on parle. Pour celle de 1947, le Fonds Anne Frank avance qu’Otto Frank, son père, devrait être considéré comme co-auteur [le père avait coupé certains passages du journal de sa fille, notamment ceux dans lesquels elle évoquait son éveil à la sexualité, NDLR] et qu’à ce titre il devrait lui-aussi bénéficier du délai de 70 ans de protection des droits d’auteur. Il est mort en 1980. Le Journal ne pourrait donc pas tomber dans le domaine public avant 2050. Le Fonds Anne Frank opère le même raisonnement concernant l’écrivaine allemande Mirjam Pressler qui avait également « réalisé » une version du journal et qui est toujours en vie.

L’autre argument concerne la version intégrale du Journal qui a été publiée dans les années 1980. Selon le Fonds Anne Frank, elle bénéficie du régime des œuvres posthumes et inédites, et notamment d’un régime antérieur qui permet de faire courir le délai de protection du monopole d’exploitation économique jusqu’à 50 ans après la publication, soit dans les années 2030.

Lire la suite de l’article sur bibliobs.nouvelobs.com

Voir aussi, sur E&R :

Sur le Journal d’Anne Frank, chez Kontre Kulture :

Le business de la « mémoire », chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1290524
    le 12/10/2015 par "Chevalier Lefebvriste"...
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Et pour le chèque (passe à ton voisin...enfin s’il est de la communauté...)
    L’héritage perpétuel du mensonge éternel et de l’aumône goyim obligatoire...


  • #1290534
    le 12/10/2015 par Beber
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Ah, la photo du stylo BIC... Ce qu’ils sont taquins, sur ER !

     

    • #1290880
      le 12/10/2015 par Aiguiseur de guillotines
      Anne Frank, star du Shoah Business

      C’est quoi l’histoire du stylos avec anne frank ? Quelqu’un peut m’expliquer vite fait ??


    • #1291038
      le 13/10/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Anne Frank, star du Shoah Business

      @ Aiguiseur de guillotines

      C’est comme lorsque l’on a retrouvé le fichier "Word" de César pour son "De bello gallico" et sur sa clef USB...


    • #1291294
      le 13/10/2015 par Beber
      Anne Frank, star du Shoah Business

      @ Aiguiseur de guillotines

      Tape "Anne Frank stylo BIC" ou "stylo à bille" dans Google et tu tomberas vite sur un article du Pr Robert F.


    • #1291326
      le 13/10/2015 par Marko
      Anne Frank, star du Shoah Business

      @Aiguiseur de guillotines, des passages de la version originale sont soulignés au bic. Il n’y avait pas de bic en 1944, il a été créé en 1950. Le journal d’Anne Franck serait donc un faux.


  • #1290585
    le 12/10/2015 par Anonyme
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Sauf que les ayants droit réclament une prolongation du copyright…La cupidité est la morale ne font qu’un…


  • #1290680
    le 12/10/2015 par Druide
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Anne Frank n’est pas très aimée des juifs intégristes car elle prônait et souhaitait l’assimilation des juifs au reste de l’humanité... Du coup j’ai un grand respect pour cette "juive qui se haïssait elle-même".


  • #1290699
    le 12/10/2015 par petit gris
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Le coup de poker.
    Les ayant droits sont à deux doigts de révéler, pour ceux qui ne sont pas au courant, que Anne Frank n’est pas l’auteur de l’oeuvre complète.
    Y’a moyen d’un p’tit billet...


  • #1290744
    le 12/10/2015 par Gerard John Schaefer
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Même plus besoin du Bic !
    Suffit de taper un ou deux paragraphes supplémentaires au clavier, retrouvés miraculeusement dans des circonstances bien lacrymales, hop ! nouvelle version, autant de décennies de gagnées, et ainsi de suite, non ?

    Pauvre gamine...


  • #1290781
    le 12/10/2015 par Rekedi
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Je suis content d’avoir pu y échapper durant mon cursus scolaire. Une chance qui est loin d’être partagée apparemment.

     

    • #1291069

      Pareille ! Je n’ai jamais eu à le lire et je suis pourtant née au milieu des années 90, de la chance sûrement.


    • #1291124
      le 13/10/2015 par rallye
      Anne Frank, star du Shoah Business

      Comment t’as fait ?

      Moi j’ai eu celui-là, qui honnêtement ne m’avait pas trop déplu, mais le pire c’était "un sac de billes".

      J’ai jamais eu un contrôle aussi difficile (j’étais en 5eme), une série de 100 questions à choix multiple, à laquelle on ne pouvait pas faire croire qu’on avait lu ce bouquin, car chaque détail y était présent.

      Bref j’ai eu tout faux, j’ai répondu au hasard...

      Ma prof de français, cette lesbienne qui emmenait son joujou à piles dans son sac à main (histoire de se rappeler qu’elle aurait bien eu besoin d’un homme), ne m’a plus dit bonjour pendant 2 ans après ça... Et elle m’a saquée sévère malgré que j’étais la meilleure élève en français. A chaque contrôle d’expression écrite, je me tapais des 12 et moins alors que je méritais bien plus. Papa était fier de sa fille, c’est ce qui comptait pour moi...


    • #1291305
      le 13/10/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Anne Frank, star du Shoah Business

      @ rallye

      Un "QCM" pour un devoir de Français... ils n’en finiront donc jamais de descendre !


  • #1290791
    le 12/10/2015 par Romano
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Je me souviens de ce bouquin qui avait bien fait chier toute la classe à l’époque, j’imagine que ça n’a pas changé.


  • #1290800
    le 12/10/2015 par Buleh Gila
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Imaginez que ce chef d’oeuvre tombe entre les griffes des éditions Ж ?


  • #1291382
    le 13/10/2015 par anonyme
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Pourtant, la gratuité, découlant d’une liberté de tels droits, ne profiterait pas à la diffusion de la Mémoire ???

     

  • #1292583
    le 14/10/2015 par Youri
    Anne Frank, star du Shoah Business

    C’est fou ça.
    J’étais resté persuadé que c’était "Le Protocole des Sages de Sion" qui était un faux écrit au stylo à bille par Anne Franck.


  • #1295425
    le 18/10/2015 par anonyme
    Anne Frank, star du Shoah Business

    Tout le monde n’a pas eu cette chance ! Prenez le journaliste Christophe Boltanski, fils du sociologue Luc Boltanski et neveu de l’artiste Christian Boltanski, qui fait le portrait des siens : Il transforme l’histoire d’une famille singulière en l’histoire d’une famille française.
    Boltanski construit son roman autour de l’hôtel particulier de la rue de Grenelle (Paris 7e), où ils se rassemblèrent durant l’Occupation.
    http://www.lejdd.fr/Culture/Livres/...


Afficher les commentaires suivants