Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Conférence d’Alain Soral, Marion Sigaut et Stéphane Blanchonnet à Bordeaux

1er juin 2013

E&R Aquitaine et l’Action française Bordeaux invitent Alain Soral (président d’Égalité & Réconciliation), Marion Sigaut (historienne et écrivain) et Stéphane Blanchonnet (président du Comité Directeur de l’Action française) pour une conférence sur le thème : "France - Monarchie, remparts au libéralisme ?".

Le samedi 1er juin 2013, à 19h.

Athénée Municipale de Bordeaux, Place Saint-Christoly

Entrée : 5 €

 

 

 

Retrouvez Alain Soral chez Kontre Kulture :

 

 

Retrouvez Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • ma première conférence, j’y serai sans faute, par contre comment cela se passe-t-il ? est il possible de réserver , en particulier si on a la carte E et R étudiant ?


  • Symbolique ! cela va être EPIC !


  • je tien a remercier E&R pour l’effort de mettre sur le net toutes ces video ,enrichissantes qui nous permet d’avoir acces a certaines conaissance et a un certain eveil d’ici en Algerie ,j’espere un jour rencontrer des gens d’E&R en france ou en Algerie et de participer a une de ces conferances ,et merci a (Alain SORAL,Salim LAIBI,Pierre HILLARD,Marion SIGAUT,Pierre Dortiguer) et a tout ceux qui partages leur savoirs mes sinceres encouragements d’ORAN Algerie


  • Merci beaucoup à E&R et à l’Action Française d’organiser cette conférence qui s’annonce passionnante, j’y serai à coup sûr !


  • Merci pour cette conférence.
    Que dit Alain Soral avant "Charles Mauras" ? On voit 2 photos apparaitre à l’écran.
    Merci d’avance.

     

  • Je suis ravi de voir que des ponts entre ER et l’Action française se créent. C’est une heureuse initiative de la part des Bordelais, et un pas en avant dans la critique globale et en profondeur du libéralisme. La véritable alternative est là !

     

  • Bonjour, faut-il réserver ?


  • J’ai hâte de voir cette conférence !


  • Voilà une conférence qui va arracher !


  • Démarche intéressante. Sur la monarchie, rempart contre le libéralisme sauvage, les quelques exemples de monarchies européennes ne sont pas probants.

     

    • Sans doute parce qu’elles ne sont pas catholiques, mais intégrées au mondialisme (l’exemple de la reine Beatrix est le plus éloquent), et également parce que ces monarques ne gouvernent pas, ils ne font que régner. En France, une monarchie royale devrait inévitablement s’accompagner d’un ordre corporatif, ce qui permet de donner le pouvoir aux Français sur ce qui les concerne directement, au quotidien. Il n’y a pas meilleur frein au libéralisme !


    • Une monarchie n’est pas forcément anti-libérale, ça nous sommes d’accord, mais la monarchie française traditionnelle (type Ancien Régime) dans ces valeurs, dans son organisation et ses conceptions était en contradiction totale avec le libéralisme. Il s’agit de voir dans cette conférence (je pense) en quoi elle s’y opposait et pourquoi.


    • Dans le Gotha actuel, je ne vois aucun noble avoir la trempe d’un roi du Moyen Âge ou de l’Ancien Régime. Eventuellement Emmanuel-Philibert de Savoie pour l’Italie et c’est bien le seul car en France, nous ne sommes pas gâtés.

      Sinon, les aristocrates du XXIème siècle sont des bobos 68tards libéraux libertaires dégénérés et ne valent pas mieux que ceux de la FIN de l’Ancien Régime.

      En Angleterre, c’est à partir du roi psychopathe dépravé, je nomme Henry VIII, que la monarchie ne vaut plus tripette.

      En Russie les Romanov étaient les seuls monarques à avoir résisté à l’oligarchie bancaire au début du XXème siècle avant que l’oligarchie ne commandite leur meurtre. Aujourd’hui, le seul en Europe à avoir la carrure et les valeurs d’un roi médiéval est, s’il avait été noble, le Czar WLADIMIR PUTIN.


    • La monarchie, rempart contre le libéralisme, comme on peut le constater en Angelterre ?


    • @Dame du lac
      Poutine est un homme d’état exceptionnel mais en aucun cas un tsar (dynastie héréditaire). Je me demande si l’on ne finit pas par mythifier la monarchie Française et selon quel miracle elle pourrait échapper à la dictature de l’argent, aux aléas de l’hérédité, à la déliquescence et la corruption liées au pouvoir tel que nous le subissons déjà. Ne serait ce pas remplacer une dictature par une autre...
      La démocratie vue par Etienne Chouard apparaît plus souhaitable et plus motivante.


    • @mc

      Rien à voir !

      En Angleterre, depuis la révolution de 1688, on a affaire à une monarchie parlementaire, ou la famille royale est présente mais ne gouverne pas.

      Ici, il sera question de la monarchie absolue de la France de l’ancien régime, ou le roi avait les pleins pouvoirs (de François Ier à Louis XVI).

      Ne jamais confondre monarchie parlementaire (Angleterre, Espagne, Pays Bas, Suède etc....) et monarchie absolue.


  • Monarchie catholique, voilà une excellente idée ! j’espère que cette conf va être filmée !


  • Bonjour Monsieur Soral,

    Monarchie absolue ou monarchie comme en Angleterre ... Henri d’Orléans ou Louis XX ?

    Mais par pitié dans tous les cas avec la démocratie directe !

    Voir "La démocratie directe : une chance pour la France" d’Yvan Blot qui est un de mes livres préférés avec "Comprendre l’Empire".

    Je vous salue bien bas

    Rémi

     

    • La démocratie n’est possible que dans un cas bien particulier. C’est lorsqu’il existe une population solidement encrée dans une terre et qui dispose d’une autonomie économique suffisante. Ce fut le cas du citoyen soldat de la Grèce antique ou des colons américains au moment de la guerre d’indépendance contre l’Angleterre. Inutile de vous dire que la France n’est pas dans cette configuration avec une population de plus en plus dépendante de l’Etat économiquement, ne participant plus à la guerre (conscription) et est donc fort logiquement de plus en plus servile à tout les impératifs moraux qu’on lui assène.

      Raison pour laquelle la démocratie est une impossibilité à l’heure actuelle. Néanmoins on arrête pas d’en parler. La démocratie est aujourd’hui plus un mythe dont les valeurs mise en avant ont pour rôle de masquer la véritable nature du pouvoir : celui d’une ou plusieurs oligarchies issues de la bourgeoisie dont la puissance passe par l’intermédiaire d’un parlement et de réseaux (financiers et de propagande).

      Voilà pourquoi aucun parti politique, aucun mouvement ne pourra amener la "démocratie" à la France. Tout simplement parce que l’organisation de la société actuelle ne permet pas l’existence d’un tel système. Le citoyen pour être impliqué dans le processus politique de son pays doit peser économiquement, ou en tout cas avoir son indépendance économique vis à vis de l’Etat. Il doit, condition fondamentale, participer à la guerre en temps que citoyen soldat afin de défendre sa terre. Il est intéressant de constater que les populations ont toujours réclamées plus de liberté et de pouvoir après un conflit où l’Etat a requis leur participation. La "révolution hoplites" grecques / la révolution française qui voit le retour de la conscription du citoyen / la fin de la première guerre mondiale où des révolutions éclatent partout en Europe faisant basculer la quasi-totalité des monarchies / le droit de vote des femmes après la première ou la seconde GM où elles participaient pour la première fois à l’effort de guerre / la lutte pour les droits sociaux des noirs américains après la deuxième GM et par la suite pendant la guerre au Vietnam.

      Bref la démocratie est à mon sens une impossibilité, parce que les population ne sont pas en position de peser dans le processus politique. Lorsqu’on est autonome et que l’Etat à besoin de nous, on peut l’ouvrir. Lorsque l’on demande de l’aide à l’Etat (cas de la majorité) on obéis humblement.


    • La système corporatif est ce que l’on peut appeler la véritable démocratie, la démocratie réelle et concrête, où les Français ont le pouvoir de décider pour eux-mêmes au quotidien, à travers les corps intermédiaires et les corporations, où l’homme est libre et travaille à une oeuvre commune. La devise des corporations étaient d’ailleurs "La concorde entre frères est victorieuse".
      http://fr.calameo.com/read/00086931...


    • Les corporations existaient déjà du temps de l’ancien régime et pourtant il n’y avait pas de démocratie directe... même à l’intérieur des dites corporations. Pas de vote à main levé où tous ont les mêmes droits et devoirs, mais des rites, pratiques fermement encrés. Il suffit d’observer le fonctionnement des Compagnons bâtisseurs de cathédrale. Le système corporatif représente bien des avantages et est très intéressant, mais je ne pense pas qu’il incarne la démocratie directe ; surtout la démocratie directe telle que notre époque se la représente.
      La corporation met au dessus de tout l’importance du groupe, de la communauté et non l’intérêt ou les droits de l’individu. Elle ne sont pas constitué d’individus égaux en droit, mais de différentes hiérarchie par lesquelles le nouveau doit passer : apprenti, compagnon et maître. Il était très rare pour un compagnon de devenir maître.

      On peut aussi parler des communauté paysanne, où là encore il n’y avait pas de démocratie directe, mais des rapports de forces entre paysans ; ancienneté, richesses et possessions, influence sur les autres membres de la communauté, etc... Se combinait aussi à cela les rapports avec le seigneurs, le curé, etc...

      Edmund Burke, le théoricien anglais qui critiqua aussi bien la Révolution Française que l’Ancien Régime français, propose une autre explication à la naissance des droits et des libertés d’un peuple. Il affirme qu’elles naissent de la tradition et de l’histoire, c’est à dire de l’addition successive de différentes structures et pouvoir et à la formation d’un équilibre harmonieux entre eux que seul les siècles peuvent produire. La Révolution tout comme l’Absolutisme royale ont interrompue et détruit la lente évolution de la société française vers l’équilibre des liberté et des pouvoirs.

      La monarchie française dés Louis XIII a pratiqué la même politique de table rase des traditions et corps intermédiaires afin d’assurer la centralisation de l’Etat. Les Révolutionnaires ne font que poursuivre et radicaliser la politique d’un Louis XIV. C’est la monarchie elle même qui en détruisant l’esprit et la puissance aristocratique, en réduisant l’influence papale sur le sol français s’est vidée de toute substance. Lorsqu’éclate la Révolution, la monarchie n’est déjà plus qu’une coquille vide.


  • Bonsoir,
    Il n’y a pas de réservation nécessaire pour cette conférence ?
    Habitant assez loin ça me ferait un peu mal de prendre le train tout juste en sortant du taf pour, en arrivant là-bas, me rendre compte qu’il n’y a plus de place...

    J’aimerais juste une confirmation si oui ou non il seras nécessaire de réserver pour cette conférence qui m’intéresse tout particulièrement.

    Merci à vous camarade


  • Excellente initiative ! Je présume que tout sera filmé, c’est une très bonne nouvelle pour le royalisme en France jusqu’à maintenant trop peu représenté sur E&R !


  • Quel bonheur qu’un tel échange ait lieu !
    Pourvu que la conférence soit filmée, et pourvu qu’elle soit préservée de toute querelle dynastique.

    Merci E&R Aquitaine, merci l’AFE Bordeaux !


  • La conference risque d’être interessante cela ne fait aucun doute. Mais ne soyons pas naifs pour autant, un retour de la monarchie en france est aussi probable que l’évaporation des océans demain midi...

    Quand bien même un retour de la monarchie aurait lieu, les descandant bourbons sont tous des libéraux et rien ne dit que nous auront droit à une politique plus sociale...

     

    • Impossible n’est pas Français ! La monarchie est le régime qui correspond à la France, on le voit bien avec la Vème République, qui ne peut s’empêcher dans son organisation d’être monarchique. Les Français, trop épris de liberté, aiment une autorité tutélaire. Après, la question est celle des valeurs. Devant la faillite de la modernité et du libéralisme en particulier, les valeurs traditionnelles et catholiques vont apparaître comme des évidences. La tournure que prennent les manifs contre la loi Taubira en sont la preuve concrête.


    • "En 1789, on aurait pas trouvé 10 républicains dans Paris" Camille Desmoulins. Il ne faut jurer de rien, l’Histoire est pleine de surprises.

      Ceci dit je préfère une monarchie catholique à une république satanique...


  • Je dois être le seul à défendre cette thèse, mais contrairement à ce qu’on dit, si la royauté est retombée en 1830, ce n’est pas à cause qu’elle fût réactionnaire, mais au contraire car trop libérale.
    Si Charles X avait écouté les ultra qui voulaient le suffrage universel masculin et féminin, le retour des coopérations, et la décentralisation, la royauté aurait pu continué.
    Entre le roi et le roi-argent un des deux étaient en trop.
    On carricature trop Charles X, au passage


  • je crains d’être hors sujet mais concernant le 18eme siecle je viens d’écouter une émission de Raphaël Enthoven sur france culture à propos du marquis de Sade. Cela mérite un sujet de la part d’E&R. La mise en descente des valeurs symboliques au profit d’une certaine communauté est révulsante. Est-ce que Marion Sigaut pourrait s’exprimer à ce sujet ?

     

    • ".....à propos du marquis de Sade."

      J’ai un grand respect pour les rois du Moyen Âge pour les valeurs chrétiennes qu’ils représentaient et qu’ils appliquaient, tels que la bravoure, la loyauté, la fidélité, la charité, etc.

      La perversion des monarques a doucement commencé à partir de la Renaissance pour arriver au XVIIIème où la noblesse n’était que perversion et décadence - et la bourgeoisie n’était pas en reste, à l’instar des Lumières.


    • J’aurais bien des trucs à dire à propos du diabolique marquis. Qu’en dit Enthoven (en résumé, je prendrai le temps plus tard d’écouter sa prose sur France Cul...)


    • Le marquis de Sade est très "tendance" depuis 68, moultes ouvrages sur l’association entre marquis de Sade et "libertés". On comprend bien qu’il s’agit du processus et projet de dégénérescence généralisée voulus par l’oligarchie sataniste. Sade et l’oligarchie : même combat.


    • Je serais ravie de vous entendre un jour à ce sujet chère Mme Sigaut, car je doute fort que les partenaires qui se prêtaient aux jeux sexuels du marquis de Sade, où il était question de tortures voire de mort, étaient des femmes consentantes de la noblesse. Allez savoir si en réalité ce dégueulasse ne faisait pas enlever, en toute impunité, des jeunes filles pauvres du peuple pour les soumettre à sa perversion sexuelle !
      Et dire que nous avons les mêmes aujourd’hui !


    • Figurez-vous, chère dame du lac, qu’il enlevait bien des filles du peuple et leur faisait les derniers outrages. Il passa le plus clair de son existence en prison où une lettre de cachet mit sa famille à l’abri du scandale qu’aurait été un procès public. C’est de sa prison qu’il écrivit ses délires dont on prétend, mensongèrement, qu’ils lui valurent d’être enfermé.
      Tout est faux. Il fut mis en prison pour ses crimes, réels. Un véritable modèle pour tous ces pervers qui nous gouverrnent et nous enfument.


    • Mme Sigaut, merci pour vos éclaircissements et UN GRAND MERCI aussi pour le privilège que vous nous faites à chaque fois en partageant sur ce site votre savoir et vos découvertes d’historienne sur le XVIIIème siècle qui permettent de réhabiliter certains faits, personnages et l’église catholique (bien que je sois russe orthodoxe). C’est un travail de titan que vous effectuez pour notre plus grand bonheur. Merci aussi à Alain Soral, Salim Laïbi, Pierre Dortiguier, Farida Belghoul et aux autres que j’oublie de mentionner de même que tous les intervenants. Ce site E&R est un vrai puits d’informations et de connaissances, tous les sujets y sont abordés.


  • Salut,
    Que pensez-vous de Régis Debray ?
    itw intéressante par taddéi
    http://www.franceculture.fr/emissio...

     

  • Comment reserver sa place ?


  • Marion n’a rien à faire à DLR, le niveau y est franchement décevant et on a vraiment l’impression là-dedans de papillons qui tournent autour du feu. Je dis ça en tant que sortant de ce parti et "admirateur" de Marion.
    Hâte de pouvoir l’entendre s’exprimer.


  • Pour info : Pas besoin de réserver, sinon on l’indique systématiquement.

     

  • Je crois que beaucoup, monarchistes convaincus ou non attendaient cette conférence sur E&R.


  • Il y a toujours quelque chose que je ne m’explique pas !
    Comment en une vidéo, Marion Sigaut a-t-elle réussi a me faire comprendre la beauté et la grandeur d’un régime là où je ne voyais, jusqu’à présent, que combat d’arrière garde de fins de race ?

     

  • Bonjour à tous. A tout ceux qui se rendront à cette conférence (mais aussi aux autres), je vous conseille la lecture d’un article de Charles Maurras, "Dictateur et Roi" (vous le trouverez facilement à partir de Google) qui selon moi correspond très bien au thème de la conférence et est tout à fait sur la ligne ER.
    Bien à vous


  • Je reverais d’assister à cette conférence !
    Et E&R, par beaucoup d’aspects, m’a toujours fait penser au modèle d’Action Française dont A.S. ne renie evidemment pas l’inspiration. L’AF, qui bien plus qu’un simple courant politique, était une puissance de pensée classique et moderne avec journal, galaxie d’intellectuels de premier ordre, ligue d’action militante, élus, maison d’édition et institut parauniversitaire. On est très loin du modèle du parti moderne à deux sous.
    La devise des Camelots, c’était d’ailleurs "sans doctrine, pas d’action" !

    Personellement, je suis pour une conciliation revolutionnaire d’une république royale : reconnaissance du fait royal (représentatif naturel) mais présidence princière (à la de Gaulle) ? Enfin, pour finir, oubliez Louis XX, banquier franco-hispanico-venezuelo-américain sensé représenter aujourd’hui le sang bourbon. Je prefère cent fois un Jean d’Orléans qui a exposé quelques thèses fort interessantes dans ses ecrits.

     

    • @ goy errant

      Une conférence est prévue le 13 juin au Local (Paris, rue de Javel) sur le thème de la République royale.


    • Bonjour,

      Pour d’Orléans, je n’ai pas lu ses écrits, mais j’ai vu une interview de lui disant qu’il préférait la monarchie anglaise, plus bourgeoise et plus moderne, aux théories monarchistes de Maurras, et cela m’avait fait mauvais effet.

      Pour ce qui est de la bourgeoisie anglaise : "kidnapping" : terme qui apparu en Angleterre pour désigner l’enlèvement des enfants pour le travail forcé dans les manufactures anglaises (de kid « enfant » et nap « saisir ».)

      De plus l’ancêtre d’Orléans a voté le guillotinage de Louis XVI, et le propre papa d’Orléans a participé à l’assassinat de l’amiral Darlan, cela fait beaucoup.

      Pour Louis XX, s’il n’est pas un bon candidat, il faut proposer la couronne a son fils. Pour le fait que c’est un banquier, pas de problème ! :-) Il suffit de lui dire comme à Henri IV : pour devenir Roi, TOUT le patrimoine privé devient propriété de la Couronne, pas de patrimoine privé pour le Roi !
      Après le Roi doit refuser toute double nationalité, c’est évident.


  • La Monarchie ?
    J’y vois surtout la droite des valeurs
    et pas beaucoup la gauche du travail . . .

     

    • C’est parce que vous avez été enfumés, et qu’on vous a fait croire que les roycos étaient de méchants réactionnaires qui pensaient qu’à soumettre les Français en esclavage et à leur piquer leur pognon. Intéressez-vous alors à ce qu’est le catholicisme social. Au XIXème siècle, lorsque le capitalisme triomphe, ce sont les royalistes qui proposent des lois pour améliorer la condition ouvrière. Toutes leurs propositions sont rejetées par les républicains et seront pour beaucoup appliquées par le Front pop’ un siècle plus tard : http://storage.canalblog.com/52/88/...


    • Et la police du grain ? Quelle etait donc sa fonction ???
      Et la dissolution des corps de metier a la revolution ?? a quoi servait ces corps de metiers ???etait ce une forme de protection sociale ??
      Cordialement Quentin.


    • Monarchie ou République, cette question institutionnelle est mineure.
      Ce qui compte, c’est l’expression de la souveraineté populaire et nationale ; peut importe le type de régime...
      Après je suis évidemment d’accord pour abandonner la diabolisation idiote de l’ancien régime.

      Mais d’un point de vue stratégique, je crois que c’est une erreur de mettre en avant la Monarchie.
      ça va rebuter les gens qui viennent de la gauche et de l’extrême gauche : dès qu’ils voient le mot "monarchie", ils partent en courant, sans chercher à comprendre... on attrappe pas les mouches avec du groupe ; ni le type qui vient de la gauche avec des fleurs de lys

      E&R ne met pas assez en avant ce qui les rapproche de la gauche


    • Par ailleurs la notion de Nation, chère à chacun de nous, a été forgée en opposition à la société des classes et des privilèges de l’Ancien Régime...
      L’excellent discours de Soral sur la Nation, qui doit plus que jamais être mis en avant, me parait malgré tout difficilement compatible avec l’Ancien Régime et la société des privilèges ; en tout cas c’est contre ça qu’est né le discours national en France


    • Vous savez qui Louis XVI avait en face de lui en 1789 ? Il avait les Parlements du tiers-Etat qui représentaient la très haute bourgeoisie nouvellement enrichie (la noblesse de robe : juristes et magistrats. En d’autres termes, nos bobos-parisiano-mondialistes actuels). Ces bourgeois s’opposaient au vieux projet monarchique d’unifier la France au niveau de l’impôt. Ils voulaient conserver leurs privilèges, pouvoir transmettre leurs charges à leurs enfants et continuer à bénéficier des exemptions d’impôts..Quand la monarchie voyant les déficits s’accumuler (ça date pas d’hier..) a décidé de généraliser l’impôt, cette noblesse de robe s’est subitement mise à parler pour le peuple, à parler de "progrès", de "droits", comme si tous ces concepts n’étaient pas le coeur des rois Capétiens depuis 1000 ans..


    • Non mais faut arrêter de dire n’importe quoi ;
      l’idée de nation défendue par Renan et reprise par Soral s’inscrit en rupture avec l’Ancien Régime
      et n’existait surement pas y a mille ans...
      la première chose qu fonde une nation, c’est la langue.... alors y a mille une langue commune en France ... ???


    • @ze

      L’idée de nation par excellence est défendue par Charles Maurras et Maurice Barrès .


    • "Renan donne une définition de la nation qui est très proche de celle d’Egalité & Réconciliation"
      Alain Soral, "La vidéo des vacances"- été 2012
      http://www.egaliteetreconciliation....


  • Ptit dicton dont je suis l’auteur :

    il vaut mieux servir un Roi que mille princes !

    Monarchie absolue non héréditaires ! Voilà mon idée pour votre France, une monarchie électives comme celle de vos ancêtres les Gaulois !

    Cet phrase je la pensais déjà à mes 15 ans, et 15 années plus tard j’en suis convaincu !

    Moi qui suis fidèle au site et discret je me manifeste aujourd’hui,

    Merci à Marion Sigaut qui à sue répondre aux doutes que je nourrissais très tôt sur la dite "Révolution des lumières" et ma amené à me poser des questions sur le pseudo "obscurantisme"du moyen âge !

    Et dire que l’école républicaines voulait de nous que nous critiquions la dîme et la gabelle... C’était sans compter la serf-vitude que j’ai découvert en grandissant, sur les faramineux Rssi, impôts fonciers féodaux, les crapuleux impôts sur le revenu, l’injuste TVA, l’ignoble et juteuse TIPP, les intérêts satanico-bancaire et tant d’autres rackets légalisés !

    Peuple de France, le navire est en flamme que jetterez vous par dessus bord ? Les vivres et les armes ou les domestiques des anciennes colonies ? La réconciliation c’est maintenant pour éteindre les flammes ou JAMAIS !

    Quand je vois le discours d’Alain Soral depuis dix ans, la qualité de certain intervenant sur le site et l’ampleur cas pris E&R depuis ça "récente" création alors j’ose croire en un espoir !

    Un Mudéjar qui ne veux pas vivre la Reconquista De France !
    ( mais plutôt la réconciliation ! )

     

    • Cher Mudejar, bienvenu sur ce site et en ce qui me concerne ça sera la réconciliation.

      Comme vous, je souhaite une France libérée de la pieuvre et dirigée par un roi chrétien possédant les mêmes valeurs chrétiennes que les monarques du Moyen Âge, la question est de savoir si un tel homme existe aujourd’hui dans notre monde corrompu et dégénéré. Il va de soit que nos compatriotes musulmans qui aiment la France y ont toute leur place, ce sont des Français à part entière.

      Réservons la Reconquista de France aux traîtres et collabos de l’empire, qui ont contribué à détruire ce pays à tous les niveaux (sociétal, moral, intellectuel et religieux), et il y en a une belle brochette tant du côté des de souche que du côté d’origine immigrée.


    • Je crois que Voltaire a dit "je préfère servir un tigre que 300 rats" (les 300 députés du parlement.)


  • Bonjour à tous !

    Pas besoin de réserver vos places !


  • Une France monarchique serait non-libérale ? Mais pourtant, sous Louis-Philippe nous étions en monarchie. Et le roi était connu pour ses sympathies plus que libérales.


  • Bonsoir tout le monde !

    La conférence était superbe !

    Malheureusement, elle ne m’a pas convaincu d’être monarchiste personnellement.
    Je convaincu qu’E&R reste un mouvement rassembleur.

    Un Alain Soral explosif dans son rôle de rhétoricien animateur de salle (et intellectuel) et une Marion Sigaut de classe mondiale tant dans son intellect maintenant reconnu de tous que dans sa simplicité qui sait la rendre accessible.

    Personnellement, Stéphane Blanchonnet ne m’a pas convaincu, je ne vois pas en quoi ressemblerait une néo-monarchie selon l’AF... Il demeure néanmoins un intellectuel érudit sur l’Histoire de la monarchie Française.

    Cordialement,

    Farid.


Afficher les commentaires suivants