Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ils se sont parlé !

Leur rencontre, tellement attendue, a été bien plus riche que tout ce que les uns ou les autres avaient pu prédire.

 

L’anxiété était à son comble, et les attentes aussi basses qu’un lourd plafond de nuages juste avant l’orage, d’autant plus que Trump venait de passer par Varsovie, où il avait docilement repris les platitudes de la Guerre froide dictées par ses mentors. Il avait été expédié à Hambourg par l’establishment de Washington avec toutes les mises en garde de rigueur pour une novice au couvent à la veille d’une rencontre regrettable mais inévitable avec un don Juan. Ils ne faisaient pas confiance à un pareil débutant, et insistaient : il ne devait parler à Vlad que sous bonne garde, en présence d’adultes responsables tels tante Fiona Hill (conseillère de Theresa May) ou oncle H.R. McMaster (conseiller à la sécurité nationale US), tous deux bien connus pour leur aversion envers les Russes.

Ils l’avaient prévenu que, à deux pas d’une frappe nucléaire, toute autre réaction serait considérée une trahison envers la « Cité étincelante sur une colline » de Ronald Reagan. Chaque néocon et fanatique de la Guerre froide en Occident y était allé d’un petit avertissement au Président : comment faire pour humilier Poutine et le remettre à sa place, plus bas que terre. En fait ils ne l’avaient pas autorisé à avoir une vraie rencontre avec Poutine, en lui bricolant un ordre du jour minutieusement surchargé, avec des conseillers et des ministres, et le tout ne devait pas prendre plus de quelques journées, format Camp David ou approchant. Et ils ont profondément raté leur coup.

La rencontre en marge du G20 était devenue le centre de tout, le G20 est devenu un rassemblement en marge du sommet Trump Poutine. Aucune pause, à partir du moment où ils se sont rencontrés : une grande sympathie réciproque se trahissait dans chacun de leurs sourires. Au début, Poutine était plutôt réservé ; il s’était endurci d’avance en cas de rejet, d’affront, toujours possible, et même d’insulte. Mais Trump a su le mettre à l’aise avec tact.

À la place de la demi-heure prévue, ils sont restés à parler pendant deux heures ; même la tentative de la femme de Trump pour remettre le grappin sur son mari n’a pas été couronnée de succès. Ils ne pouvaient pas s’arracher l’un à l’autre, c’est tout. Après quelques mois de séparation forcée par l’action des duègnes auto-désignées, ils étaient là, ensemble, comme deux compères, à la fin.

Les médias occidentaux, mettant en œuvre tous leurs maléfices pour empoisonner le courant entre les deux hommes, ont parlé de victoire de Poutine, les Russes sont devenus « les patrons », le chien qui a le dessus. Réaction typique, celle du Centre pour le Progrès de l’Amérique (Center for American Progress Action Fund), qui a déclaré que Trump s’était « tout simplement couché devant la Russie, unilatéralement ». Ils espéraient que Trump le vaniteux serait vexé d’être dépassé par Vlad. Nous n’allons pas nous joindre à leurs légions en concédant la victoire à Poutine. Ils ont gagné tous les deux, et c’est nous qui y avons gagné, avec eux.

D’un tel évènement, il est difficile d’attendre des résultats tangibles. Ces choses-là prennent plus de temps. Si cela a créé les conditions pour du travail à deux, cela devrait suffire. Et même à ce niveau, il y a eu des avancées notoires.

Je me permets de vous suggérer de voir le film d’Oliver Stone Conversations avec Mr. Poutine, un film long mais qui ne vous décevra pas, comme préambule aux rapports sur la rencontre historique. Dans le film, Oliver Stone pose des questions à Poutine sur les accusations d’ingérence cybernétique dans les élections américaines, et Poutine lui donne une réponse complète et explicite.

Lire la suite de l’article sur plumenclume.org

Retrouvez l’excellent Israël Adam Shamir chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

 

Israël Adam Shamir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1770281
    le 21/07/2017 par Paskl
    Ils se sont parlés !

    Ces deux là se sont plus de toute évidence. Du fait d’une véritable intelligence et volonté d’ouverture. Cela ne plaira pas à tout le monde ? Pas grave et mieux pour nous tous, sur le fond.
    Ce ne sont pas là des pions à qui on donne des ordres comme certains autres.


  • #1770295
    le 21/07/2017 par bertin
    Ils se sont parlés !

    Donnons à Trump ce qui revient à Trump,

    Effectivement ils se sont parlés et semble-t-il
    de manière positive et même efficace .
    Le cessez le feu qui déplaît tant à Israël,au sud syrien
    témoigne de cette amélioration .
    Prenons acte avec patience et observons la suite
    des "aventures" de Trump avec le grand "lobby" .


  • #1770329
    le 21/07/2017 par Pouet
    Ils se sont parlés !

    "Il se sont parlés" ou "Ils se sont parlé" ?

     

    • #1770407
      le 21/07/2017 par bertin
      Ils se sont parlés !

      A Poué,

      Ils se sont parlé car ...Ils ont parlé ...entre eux !
      Bien vu et Merci .


    • #1770419
      le 21/07/2017 par serge
      Ils se sont parlés !

      c’est bien "ils se sont parlé"
      voir les règles d’accords par exemple à ce lien
      http://www.francaisfacile.com/exerc...

      Une remarque sur le fonctionnement des commentaires :
      la page "répondre à un commentaire" était préremplie avec les données d’une autre personne : nom et adresse courriel.


  • #1770719
    le 22/07/2017 par carafe
    Ils se sont parlé !

    Ils se sont parlé.
    Deux interprétations : 1. verre à moitié plein : tant mieux pour nous, l’Euro-Américain s’entend avec le Russe d’Eurasie, sans intermédiaire malveillant. L’Ouest-Européen, donc le Français, peut y retrouver un encouragement à revendiquer/retrouver sa fierté originelle, abondamment et ouvertement piétinée par la malveillance au pouvoir.
    2. verre à moitié vide : tant pis pour nous, ils sont forts dans l’union ces deux-là, et nous voilà tout seuls et tout faibles en proie aux Orientaux cruels, avec leur suite traditionnelle. L’OTAN a les mains libres pour nous imposer ce qu’elle veut, le territoire européen lui est sacrifié, puisque la Russie a réussi à dégager l’OTAN de son propre territoire et de sa propre sphère d’influence.
    Connaissant la bête otanesque, nous avons tout lieu de craindre une rage décuplée de sa part, puisque, n’ayant déjà pas de prétexte pour exister, son terrain de jeu se réduit... à nous.