Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ce que dirait Poutine à Trump

Le premier rendez-vous est décisif, comme nous l’avons appris au collège, en courtisant Alice ou Nancy. La prochaine première rencontre entre deux présidents qui sont les super-héros de notre génération, va planter le décor pour les prochaines années. Comment cela va se passer, qu’est-ce qu’ils vont se dire ? Les conséquences en seront heureuses ou fatales.

 

Tous les deux sont les meilleurs dirigeants que deux grands pays aient produits depuis bien des années. La Russie n’avait pas eu de dirigeant de cette stature, et avec un tel soutien populaire depuis Staline ; un sondage récent l’atteste : pour choisir la personnalité la plus haute dans l’histoire, des Russes très divers ont placé Poutine et Staline en tête, avant Pouchkine, le poète russe qui occupe la place que les Anglais réservent à Shakespeare. Trump, avec toutes ses carences, est un grand et bon dirigeant ; dès le démarrage de sa carrière d’homme d’État, il dépasse d’une bonne tête ses prédécesseurs depuis Richard Nixon.

Ils sont extrêmement différents. D’abord par leurs expériences respectives. Poutine dirige son pays depuis environ dix-sept ans ; il a rudement appris les astuces et ruses de jeu du pouvoir, étant au départ le prête-nom des sept banquiers juifs qui avaient privatisé la Russie dans les années quatre-vingt-dix, puis devenant un autocrate pleinement indépendant, comparable à l’avant-dernier tsar Alexandre III, ou à Napoléon III. C’est un vrai dirigeant sage, selon les critères de Confucius, qui cache toujours sa volonté acérée dans un gant de velours, toujours modeste, modéré, tempéré, ne se laissant jamais aller à des accès de passion. Il ne perd jamais le contrôle de lui-même, et les sages nous disent que c’est la chose la plus difficile à contrôler, et la plus sublime. C’est aussi un homme d’État responsable et fiable ; sa parole vaut engagement : il a tenu les promesses ridicules qu’il avait faites à la famille de Eltsine. Et il est aussi très populaire parmi ses sujets.

Trump au contraire vient tout juste, dans son âge mûr, de s’embarquer dans un périple d’homme d’État, après toute une vie à rechercher les plaisirs et les succès en affaires. Il manque cruellement d’expérience, sa main mise sur le pouvoir est précaire. Il est entouré par des ennemis déclarés et cachés, par des gens qui prient pour qu’il se casse les dents. Ses propres services secrets sont dans l’opposition, ainsi que les médias et son propre parti. Et sa popularité n’est pas assurée.

C’est quelqu’un de passionné et de flamboyant, qui a tendance à donner libre cours à ses sentiments et émotions. Il est extroverti, tandis que Poutine est introverti. C’est un homme de scène, alors que Poutine avait travaillé dans l’ombre, en James Bond russe sur les bords.

De telles différences pourraient constituer le socle d’une belle amitié soudée par la complémentarité. Si ces deux personnages aux talents si différents devaient travailler ensemble pour un but commun, ils guideraient l’humanité et nous sortiraient de l’impasse actuelle. Leurs différences sont celles de « deux durs face à face, venus des deux bouts du monde » [1].

Seulement voilà, tous les deux sont gravement handicapés. Trump par la campagne empoisonnée insinuant qu’il a été élu grâce à l’interférence russe, et qu’il fricote avec la Russie ; quelle que soit la conclusion, si elle ne débouche pas sur une frappe militaire, le New York Times et CNN vont croasser sur le mode : il a vendu les joyaux de la couronne. Poutine de son côté est handicapé par le fait que la Russie est plus faible que le US en tous sens sauf en matière d’armement apocalyptique. La Russie est encerclée par des bases militaires américaines, le budget militaire américain est dix fois plus important que le budget russe. Poutine a très peu de marge de manœuvre pour un retrait et il pourrait bien répondre par la force à une provocation.

Si Poutine devait dire le fond de sa pensée à Trump, ce qui est très improbable, parce que leur conversation va certainement être sabotée, enregistrée et fuitée par la NASA aux médias hostiles, voici ce qu’il lui dirait :

Tu vas pouvoir réaliser tous tes vœux, Donald, rendre sa grandeur à l’Amérique, atteindre tous les objectifs réalistes des US, si tu t’inspires de ton grand prédécesseur Richard Nixon, le dernier président américain indépendant. Même aujourd’hui, après des années d’inflation, un ouvrier américain ramène à son foyer le même salaire que son père au temps de Nixon. S’il y a eu un âge d’or pour les Américains, c’était bien à ce moment-là. Nixon a créé les bases de la prospérité, il a dessiné pour le long terme la politique étrangère des US, une politique qui reste valable et fonctionnelle, malgré les ajustements de rigueur, basée sur le commerce chinois et le pétrole arabe. Nixon a mis fin aux guerres en Asie du Sud Est, et a amorcé la détente.

Nixon a fait un virage complet au Viêt Nam. Il a mis fin à la guerre qui avait enflé pendant des années, sans la gagner : il a reconnu la futilité de la guerre. Toi, tu peux faire la même chose avec les guerres du Moyen-Orient que ton pays livre depuis trop longtemps. Ce sont des guerres pour rien. Tout ce que tu veux obtenir en Syrie, tu peux le décrocher sans tirer un seul coup de feu, sans envoyer un seul soldat.

Lire la suite de l’article sur plumenclume.org

Notes

[1] Rudyard Kipling disait aussi : « L’Est est l’Est, et l’Ouest est l’Ouest, et jamais ils ne se rencontreront » en 1889, dans son poème La Ballade de l’Est et l’Ouest, (ndt).

Retrouvez l’excellent Israël Adam Shamir chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

 

Israël Adam Shamir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1759246
    le 03/07/2017 par Joffe
    Ce que dirait Poutine à Trump

    Une bonne fois pour toute il va falloir mettre le point sur les i concernant la puissance militaire us, russe et chinoise.
    plus de la moitié des avions us ne sont pas en état de décoller, les critères de recrutement des troufions son constamment revus à la baisse (casier judiciaire, poids, sexe... j’ai vu de mes yeux la brigade us récemment arrivée en Pologne : des femmes et des types ayant abusé des pizza hut) l’état du parc nucléaire est quant à lui apocalyptique.
    en cas de conflit, russie et chine seront main dans la main ce qui rend les menaces américaines nulles à ce stade et ce qui rend hystérique les abrutis du département américain. Un jour on menace les russes, le lendemain les chinois mais tout cela reste de la posture car les américains ne sont pas en mesure de gagner une guerre conventionnelle. Un conflit maritime ponctuel peut-être mais au-delà non.

     

    • #1759878
      le 04/07/2017 par Miville
      Ce que dirait Poutine à Trump

      Les USA ne sont pas en mesure de gagner une guerre civile et c’est cette éventualité qui est de loin la plus probable. Les USA ne se relèveront jamais car ils sont entrés dans l’univers de la pensée magique : le travail quel qu’il soit est méprisé au profit de la visualisation créatrice.


  • #1759268
    le 03/07/2017 par remy
    Ce que dirait Poutine à Trump

    Excellent texte d ’ Israel Adam Shamir comme toujours .Hélàs la réponse au propos imaginaires de Poutine adressé à Trump c ’est Assad lui même qui la donne (dans les colonnes d ’ ER) ce jour même " Trump n ’a pas de pouvoir ; il est le jouet de l ’ Etat profond , le pion des lobbies ; l ’ Etat profond us n ’accepte pas des partenaires mais exige des marionnettes " . I A Shamir le dit lui même " Nixon fut le dernier président US indépendant"


  • #1759283
    le 03/07/2017 par NoHope
    Ce que dirait Poutine à Trump

    Poutine est intelligent, il pourrait dire tout cela à Trump par politesse, mais s’il voulait être efficace et s’adresser à l’Amérique qui décide, l’État profond comme on dit de façon elliptique, il dirait tout cela directement à Netanyahu.


  • #1759379
    le 03/07/2017 par spirit
    Ce que dirait Poutine à Trump

    Bien sûr que Poutine rêverait de lui dire ça,sourire aux lèvres et mains tendues !!!
    L’exemple de Nixon nous ramène, en tant que français,à celui de Pompidou qui était aussi bon en politique extérieure qu’en politique économique.. !!
    Mais,comme le premier avait sabordé le dollar-or en 71,le second a détruit l’indépendance financière de la France par la loi inique du 3 janvier 73...L’un comme l’autre ont livrés leur pays aux banques privées et au désastre mondial actuel... !!!
    La prospérité est illusoire puisqu’elle repose sur un Everest de dettes non remboursables qui est la conséquence de la politique du chaos voulu par quelques décideurs trop haut placés pour être connus....Les bons sentiments ou la volonté ne suffit pas toujours !

     

    • #1759875
      le 04/07/2017 par Miville
      Ce que dirait Poutine à Trump

      Nixon n’avait pas le choix (pour rester dans les limites d’une honnêteté toute relative) : le dollar américain était basé sur un or dont il était devenu clair qu’il n’existait pas dans les souterrains secrets de Fort Knox. Il a décidé de le remplacer par l’or noir, par le pétrodollar, ce qui irrita quelque peu Israël. Rien à voir avec la décision de Pompidou et d’une foule de chefs d’état de partout (Brandt, Trudeau...) d’obliger les états envers les banques privées. La décision américaine en ce sens était prise depuis 1913 et comme c’est à peu près le moment où l’American Way of Life prit forme pour les grandes masses la pensée magique fit conclure que c’était le chemin du niveau de vie américain pour tous.


  • #1759532
    le 04/07/2017 par Gaston Dildo
    Ce que dirait Poutine à Trump

    Peu probable qu’une conversation entre Trump et Poutine puisse « être sabotée, enregistrée et fuitée par la NASA ». La NASA est en effet l’agence spatiale fédérale (National Aeronautics and Space Administration). Mais il existe bien une NSA (National Security Agency) qui pourrait, elle, faire ce sale boulot...