Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Likoud veut négocier avec Poutine : le Golan contre le maintien d’Assad

La droite israélienne demande à Netanyahou de faire un marché avec Poutine : « Tolérer Assad au pouvoir » contre « l’annexion du Golan » !

 

Six ans après la guerre semi-« mondiale » contre la Syrie où la quasi-totalité du monde occidental, plus ses alliés arabes et turcs, ont combattu un seul État et ses alliés avant de subir l’une des plus grandes défaites militaires de leur histoire, d’extravagantes propositions de compromis se font entendre.

Certaines figures de la droite en Israël, convaincues de l’impossibilité de la mise à l’écart d’Assad qui, de surcroît, va de victoire militaire en victoire militaire, semblent avoir opté pour une nouvelle stratégie : négocier avec Assad le Golan. À en croire le journal Al Chargh al Awsat, proche de Riyad, Netanyahou se serait entretenu avec le président russe, Vladimir Poutine après les appels lancés par l’aile droite de son parti qui veut «  un marchandage ».

Le journal écrit : « Les coordinations entre la Russie et Israël en Syrie ont prouvé leur efficacité. En ce sens, Israël serait prêt à "tolérer" Assad au pouvoir en échange de l’annexion du plateau syrien du Golan qu’il occupe depuis 40 ans ». Israël chercherait à s’assurer des acquis au Golan que lui garantirait la tant espérée entente russo-américaine.

Le journal relève « la polémique suscitée par le communiqué émis par le bureau du Premier ministre israélien qui avait "par inadvertance" utilisé l’adjectif "réussites" pour qualifier les coordinations faites entre Tel-Aviv et Moscou ». En effet les généraux de l’armée israélienne et les experts militaires du régime ne cessent de se plaindre de « l’insuffisance » de ces coordinations, ce qui « réduit sensiblement la marge de manœuvre des chasseurs israéliens » et « pousse Israël et son armée à recourir à d’autres moyens » d’ingérence en Syrie « pour éviter toute confrontation entre la Russie et Israël ».

Ceci étant dit, certains stratèges israéliens sont partisans de « davantage de coordination avec la Russie » pour pouvoir en tirer « des bénéfices politiques et stratégiques ». En d’autres termes, Israël veut sa part du règlement de la crise en Syrie et cette part pourrait être « l’annexion permanente ou de longue durée du Golan syrien par Israël ».

Al Chargh al-Awsat poursuit : « Depuis que la Russie s’est engagée en Syrie, le nombre de raids ciblés d’Israël en Syrie s’est sensiblement réduit. On se rappelle du meurtre de Jihad Moghniyeh, fils du commandant en chef de la branche militaire du Hezbollah, du meurtre de Samir Kantar et de Mustapha Badreddin ou encore du bombardement des bases militaires syriennes, soit des opérations toutes menées par Israël. La présence russe a ralenti la cadence de ces opérations surtout depuis que Russes et Israéliens ont créé un comité militaire conjoint pour superviser les évolutions. Ce comité représente en effet un handicap : Israël a été amené à avoir davantage recours à l’artillerie au lieu d’envoyer ses avions frapper les cibles syriennes ou celles du Hezbollah ».

Le journal se penche ensuite sur le sens du mot « coordination » dans ce contexte et en donne une interprétation très subjective : « Quand on parle des coordinations russo-israéliennes, cela signifie très exactement que la Russie tolère les raids israéliens contre ses alliés en échange du refus de Tel-Aviv de s’aligner totalement sur les positions de ses partenaires occidentaux en Syrie et puis Israël a accepté la demande de Moscou de ne pas assister aux réunions du Conseil de sécurité consacrées aux "crimes de guerre" commis en Syrie. »

Cette information est diffusée par le journal alors qu’Israël n’a cessé de suivre pas à pas les politiques de ses alliés arabes et occidentaux en Syrie en apportant un soutien plus que ferme aux terroristes takfiristes. De l’autre côté, le mot coordination sied plutôt au modus operandi régissant les liens entre la Russie et ses alliés en Syrie, en termes de résultats obtenus sur le terrain des combats.

La presse israélienne se montre particulièrement élogieuse à l’endroit de Poutine le qualifiant de « nouveau propriétaire de la Syrie ». C’est le cas d’Israël Hayom qui « dénonce l’attitude passionnelle d’Obama en Syrie » qui s’est opposée à « la logique et à la maturité de Poutine ».

Mais Poutine va-t-il accepter le marché que veut lui proposer Israël ?

Les sources proches de la Résistance voient dans cette nouvelle position israélienne en Syrie, « une opération de charme destinée à affaiblir l’alliance Syrie/Russie/Iran ». La Russie sait pourtant que sa présence renforcée au Moyen-Orient n’aurait jamais été possible sans le soutien tous azimuts du Hezbollah et de l’Iran. Reste à savoir si oui ou non la Russie de Poutine serait prête à renoncer à une alliance « vitale » et « fiable » avec la Résistance, garante de sa présence au Moyen-Orient au profit d’une possible normalisation avec l’Amérique de Donald Trump.

Pour comprendre le projet sioniste, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et bien voilà ! On y est, enfin. Le véritable enjeu du conflit avec ""DAESH"".


  • Nous y voilà ! Depuis des années Israël fait détruire la Syrie car, du fait de la conquète du Golan en 1967, la Syrie est un ennemi potentiel d’Israël . Puisque, grâce à Poutine, Bachar va se maintenir au pouvoir, Israël sort du bois et demande un "pourboire" : la reconnaissance internationale de l’annexion du Golan effectuée unilatéralement en 1981 . Mais ça ne marchera pas car la communauté internationale va s’y opposer, comme Bachar qui ne veut pas perdre toute popularité : le Golan, c’est "l’Alsace-Lorraine" des Syriens . Cette politique israélienne rappelle la "politique des pourboires" de Napoléon III quand il quémanda à Bismarck la Belgique ou le Luxembourg après le triomphe prussien de Sadowa (1866) .

     

  • Israël a cherché à faire totalement détruire la Syrie afin de pouvoir faire reconnaître internationalement son annexion unilatérale du Golan en 1981 . Mais c’est en train de foirer car Poutine est intervenu . Culotté comme jamais Israël accepterait que Bachar reste au pouvoir à condition qu’il renonce au Golan ! Il révèle ainsi la cause secrète de la guerre faite à la Syrie par tous les gouvernement sionistes du monde .


  • Eh bah ! A la maison mère on perd pas le nord !
    Triple salto arrière sur la caisse enregistreuse.


  • On peut comprendre aujourd’hui à qui va profiter le crime...au "peuple qui a beaucoup souffert".


  • Ah, maintenant israel "tolère" le maintient d’Assad au pouvoir ? !!
    Mais on s’en fout, et Israel n’est pas, ou plus en position de marchander, et encore moins le plateau du Golan qui est une region Syrienne.
    Non seulement, elle n’a pas le choix, .....Assad va rester au pouvoir, ....et....le plateau du Golan va etre reconquit !!


  • ca veut dire quoi ? si assad est d’accord,israel peut faire cesser la guerre en syrie ? fini daesch,fini les frappes de la coalition occidentale juste parce qu’israel le deciderait ?je ne comprends pas bien.

     

  • La stratégie sioniste dans toute sa clarté : fomenter des guerres mondiales pour récolter le bénéfice dans les négociations de paix. Relire les articles de Guyénot, "Combien de guerres mondiales pour Sion ?" : http://www.egaliteetreconciliation....


  • ce serait bien qu’on leur explique que le golan n’est pas a eux et que assad a le droit d’etre la ou il est, c’est aux syrien de decider.
    ils se croient vraiment tout permis, meme quand ils essaient de faire un effort, c’est incroyable ca.


  • Se vendre à tout le monde, et au final essayer de tirer parti de la force du vainqueur : telle a toujours été la stratégie des sionistes, qui ne l’oublions pas ont pactisé avec Hitler avant d’en faire leur diable universel (cf. accord Haavara).

    Sauf qu’avec Poutine, qui a encore une colonne vertébrale de valeurs humaines et spirituelles, ils risquent de tomber sur un os. Sans compter qu’il est particulièrement bien informé sur les véritables responsables des attentats du 11-Septembre.

     


    • Sauf qu’avec Poutine, qui a encore une colonne vertébrale de valeurs humaines et spirituelles, ils risquent de tomber sur un os. Sans compter qu’il est particulièrement bien informé sur les véritables responsables des attentats du 11-Septembre.



      Tous comme sur les chambres libérée par l’armée rouge.... mais à part le rappeler subtilement pour en jouer, a-t-il sorti quoi que ce soit ? et crois-tu vraiment qu’il le fera ?
      Surtout sur le 11 Septembre qui n’a pas touché la Russie.

      Arrêtez de faire de Poutine un mythe, y a de grandes chances qu’il ne soit pas un psychopathe comme ceux d’en face OK, mais Poutine est un russe défendant la Russie POINT BARRE !!

      J’ai beaucoup de respect pour lui et son intelligence, et j’envie de croire qu’avec lui on peut discuter et surtout avoir confiance une fois s’être mis d’accord, contrairement à ceux d’en face.
      Mais arrêtez de rêver, avec Poutine cela nécessite des impératifs, à commencer par être soi-même à la "hauteur" (pour résumer).
      Sinon il vous écrasera comme les autres si ça peut servir ses intérêts et ceux de la Russie.

      Si vous croyez qu’il suffit d’être gentils, ou pire soumis, pour que Poutine soit votre sauveur... vous n’allez pas juste déchanter, vous allez amèrement le regretter.
      C’est tout sauf un saint, réveillez-vous !!!
      J’ose croire que OUI on peut s’entendre avec lui et avancer dans la bonne direction, mais si et seulement si on est capable d’être de la même envergure, Poutine ne respectera que ceux qui savent se faire respecter.
      Sinon vous ferez pas un pli.... et pour le moment on est plutôt très mal parti pour y parvenir.


    • Personnellement je n’ai jamais été Poutinolâtre, je me contente juste de rappeler que c’est un véritable chef d’État qui défend son pays comme les autres devraient le faire. Et qui donc n’est pas prêt à accepter n’importe quoi.

      Je n’attends pas de lui qu’il soit un sauveur, juste qu’il sache remettre les psychopathes à leur place. Et bien entendu il ne s’agit pas d’être "gentil" avec lui (ou avec la Russie en général) mais seulement de se comporter en hommes et non en marionnettes de l’empire américano-sioniste comme c’est le cas actuellement de toute la classe politique dite "républicaine".

      Quant au 11-Septembre, peut-être qu’il n’a pas touché directement la Russie mais on sait tous ici d’où vient le terrorisme "islamiste" et il me semble qu’un certain Poutine avait parlé d’aller buter les terroristes "jusque dans les chiottes"... preuve qu’il se sentait un peu concerné quand même, vu le nombre de musulmans en Russie et le peu d’intérêt de laisser se développer une guerre civile.


    • Poutine est avant tout russe. Il n’est d’aucun parti. Il se fiche de la Syrie comme de l’an quarante et s’il était simple Russe il serait plus sioniste que musulman ! Poutine veille aux intérêts de sa Russie uniquement. Cela le grandit, mais il n’est pas le dissident que nous rêvons tous ici de voir s’élever contre l’Empire !


    • @ awrassi :



      s’il était simple Russe il serait plus sioniste que musulman !



      J’ai du mal à saisir la logique... déjà parce que sioniste et musulman ne sont pas des catégories comparables ! Musulman fait référence à une religion, sioniste non... (il existe des juifs non sionistes et des non juifs sionistes).


  • #1636650

    Y’a toujours moyen d’un p’tit billet....


  • Alors en échange de quelque chose qui ne me regarde pas je demande quelque chose qui ne m appartient pas.
    Décidément ils sont forts en affaires chez bibi

     

    • Voilà qui est bien dit !


    • C’est clair qu’après tous les efforts effectués pour faire croire à tout le monde qu’ils étaient les seuls de la région à n’être responsable de rien, et donc par définition ne pas intervenir contre Assad.
      Va falloir qu’ils nous expliquent en quoi et pourquoi il se permettent de réclamer quoi que ce soit dans l’affaire maintenant....

      C’est vrai que depuis ils ont été suffisamment grillés pour que même un ex-responsable du Mossad reconnaisse qu’ils soignaient les djihadistes dans des hôpitaux israéliens.... pour raison humanitaire.
      Ils espèrent peut-être que non seulement on va gober ça, qu’on va surtout gober que c’est tout ce qu’ils ont fait, et qu’en prime en échange d’arrêter ça Assad va leur offrir le Golan en remerciement.
      Qui sait après tout .... sur un malentendu ça peut éventuellement marcher... qui ne tente rien n’à rien.
      Ca doit être pour ça qu’ils tentent tout justement, statistiquement y aura bien un truc qui va marcher.


  • Objection votre honneur !

    "Tolérer Assad quelques années en échange de la propriété éternelle sur un territoire Syrien."


  • Je sais pas si j’arriverai à retrouver la vidéo, mais je me rappelle avoir entendu Assad lui-même promettre dans une interview que non seulement DAESH serait vaincu mais surtout que tout le territoire syrien serait récupéré y compris le Golan.
    C’était il y a déjà quelques mois, je ne sais plus si c’était juste avant l’intervention russe ou juste après, mais je suis certain qu’il avait ressorti le dossier du Golan.

    Donc ....

    1) Si Israel obtient satisfaction, ça serait désespérant de constater ET l’impunité pour leurs crimes (encore une fois) ET en prime un double bénéfice, car la défaite de Daesh là-bas ne doit pas faire oublier que la Syrie est suffisamment affaibli pour qu’Israel soit satisfaite du résultat sur ce plan.
    Mais en prime ils obtiendraient l’annexion officiel et donc définitive du Golan.
    Bref.... oui ce serait désespérant de constater encore une fois que c’est bien le mal qui finit toujours par quand même avancer et gagner du terrain.

    2) Si il n’y a pas de refus rapide et catégorique de Poutine de débattre de ça, il va falloir suivre et étudier ça de près je pense.
    Car déjà à la base, c’est clair qu’Assad va pas juste ne pas apprécier, ça peut foutre une "mièrda" inimaginable dans les relations russo-syriennes (et je passe d’autres points importants, comme les réelles intentions de Poutine, bref).
    Idem au sein de la nation syrienne, je suis pas sûr que le peuple apprécierait beaucoup.....
    A moins qu’il ait suffisamment souffert pour désormais tout accepter.
    Et là retour au 1)


  • La suite,on la connait:Assad restera au pouvoir et le Golan appartiendra toujours à la Syrie...


  • Israël "tolère" un chef d’Etat étranger légitime et élu à la tête d’un pays souverain... en échange de l’annexion d’un territoire occupé dudit pays...

    Drôle de marchandage sioniste !


  • Pile je gagne !

    Face tu perds !


  • Ce serait sans compter sur les Druzes. Pour l’instant, ils se sont tus, car ils ne sont pas encore mangés à une sauce déclarée, mais gare à ce peuple (qui se rapproche plus des chiites que des sunnites) ! Le Hezbollah a dû le préparer à la résistance, n’en doutons pas, et c’est tant mieux !!!


  • Et qu’en pense la Syrie et les Syriens de ce Golan ? La réponse est toute faite.
    C’est chez eux et c’est surement pas négociable.Ca pèteras la bas.


  • Le Marchand de Venise n’a pas disparu, toujours prêt à marchander pour se tailler une part ou créer la zizanie entre les peuples. Poutine est un homme de principe, et les principes ne se marchandent point. Si le Golan n’est pas libéré, alors on revient à la case départ.


  • Même pas un cm carré. ...


Commentaires suivants