Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Nucléaire iranien : France, Royaume-Uni et Allemagne déclenchent le mécanisme de règlement des différends

Paris, Londres et Berlin ont déclenché une procédure visant à contraindre Téhéran à respecter ses engagements dans le cadre de l’accord sur le nucléaire iranien que Washington a pourtant quitté unilatéralement il y a plusieurs mois.

 

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont annoncé ce 14 janvier qu’ils allaient déclencher un mécanisme de résolution des différends afin de forcer Téhéran à se plier à ses engagements nucléaires conclus en vertu de l’accord de Vienne de 2015, que Washington a quitté unilatéralement il y a plusieurs mois. Concrètement, Paris, Londres et Berlin doivent saisir une commission mise en place à cet égard dans le cadre de l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA).

« Nous n’avons plus d’autre solution, étant donné les mesures prises par l’Iran, que de faire part aujourd’hui de nos préoccupations quant au fait que l’Iran ne respecte pas ses engagements au titre du JCPOA  », écrivent les ministères français, allemand et britannique des Affaires étrangères, dans un communiqué commun cité par Reuters.

« Ce faisant, nos trois pays ne rejoignent pas la campagne visant à exercer une pression maximale contre l’Iran », ont-il toutefois assuré, dans un autre extrait du texte cité par l’AFP, laissant entendre qu’ils ne voulaient pas se joindre à la politique de sanctions des États-Unis.

Pour autant, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est par la suite dit prêt à remplacer l’accord de 2015 par un nouveau texte voulu par le président américain Donald Trump. « Le président Trump est un excellent négociateur [...] . Travaillons ensemble pour remplacer [l’accord de Vienne signé en 2015] et le remplacer par l’accord de Trump », a-t-il en effet lancé sur la BBC.

 

Téhéran et Moscou dénoncent la décision des Européens

L’Iran a mis en garde les Européens contre les « conséquences » de leur décision. « Bien sûr, si les Européens [...] cherchent à abuser [de ce processus], ils doivent également être prêts à en accepter les conséquences, qui leur ont déjà été notifiées », a ainsi déclaré le ministère des Affaires étrangères iranien dans un communiqué.

La Russie – signataire de l’accord de Vienne sur le nucléaire – a elle aussi dénoncé la décision européenne. « Nous n’excluons pas que les actions irréfléchies des Européens puissent conduire à une nouvelle escalade autour de l’accord sur le nucléaire iranien et rendent impossible sa mise en œuvre dans le cadre initialement convenu », a fait savoir la diplomatie russe.

Téhéran avait récemment annoncé ne plus souhaiter limiter ses activités d’enrichissement d’uranium comme l’y contraignait l’accord mais a précisé être prêt à revenir sur cette décision en cas de levée des sanctions économiques.

Or, si les trois pays dénoncent la posture iranienne, ce sont bel et bien les États-Unis qui ont décidé de se retirer de cet accord conclu de longue haleine entre l’Iran, les États-Unis, l’Union européenne, l’Allemagne, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie. Cet accord prévoyait la suspension du programme nucléaire iranien en échange d’une levée partielle des sanctions économiques visant le pays.

Cependant, sous l’impulsion de Donald Trump, Washington avait annoncé en mai 2018 son retrait unilatéral de l’accord, couplé au rétablissement du « niveau le plus élevé de sanctions économiques possibles » contre Téhéran. Les autres signataires avaient déploré cette décision et appelé à tenter de sauver l’accord, malgré le retrait de la première puissance mondiale.

Le ton est encore récemment monté entre Washington et Téhéran, après l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, figure de premier plan dans ce pays, lors d’une frappe américaine à Bagdad. L’Iran a riposté en frappant des bases militaires américaines dans la région, sans faire de victimes selon Washington. Dans ce climat de tensions et de menaces, Téhéran a, un peu plus tard, abattu un avion civil ukrainien par erreur, faisant 176 morts civils.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et pendant ce temps, un petit pays qui ne respecte pas le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et qui, de toute façon, ne possède pas officiellement la bombe, continue ses exactions en toute impunité. On tourne un peu en rond, non ?


  • Qui est ce pouvoir occulte qui arrive à coordonner et maintenir la coercition entre les principaux pays d’Europe dans l’intérêt de EI et d’Israël ??

     

  • France, Royaume-uni et Allemagne sont sous les ordres de Netanvoyou ?

     

  • Paris, Londres et Berlin : 3 petits chiens .


  • quelle mascarade...ça va finir mal je le sens

     

    • #2364934

      Non tout va bien finir, Trump continue de jouer au billard à 9 bandes (interdit de rire) dans le but de faire obstacle au sionistes de l’Etat Profond et ainsi éviter une WWIII.
      C’est en tout cas ce que je retiens après avoir vu la dernière vidéo de Alexis Cossette de radio Québec.


  • #2364812

    Et voilà, comme prévu, après avoir assassiner le général Soleimani pour faire monter davantage la tension contre la République Islamique, Trump fait une petite pause et passe le relais aux vassaux européens qui continueront d’accentuer cette pression.
    A noter que les 4 chefs d’état Trump, Macron, Johnson, Merkel sont pilotés par les mêmes, sauriez-vous devinez qui ?


  • L’Iran pourrait simplement se retirer du Traité de non prolifération. Il en a le droit. Qu’il ne le fasse pas me dépasse ou alors ... l’Iran est un membre à part entière de l’Empire et joue au faux ennemi !

     

    • L Iran a aussi "son etat profond" qui est lui mondialo/compatible...


    • L’ Hémisphère nord ne veut pas que l’hémisphère sud ait la bombe : cela empêcherait son partage.

      Si l’Iran sort de l’accord, il prend le risque de déclencher la WWIII dont il sera le centre !

      L’hémisphère nord n’est pas fait d’ennemis irréductibles entre eux mais de complices juste en désaccord sur le partage du butin de l’hémisphère sud.

      Si un membre de l’hémisphère sud voulant échapper au partage proposait une voie alternative, il serait immédiatement éliminé avec l’accord unanime de tous les membres complices de l’hémisphère nord.

      Ainsi,

      C’est BHL qui a prêché la croisade contre la Libye, la France qui l’a mise en oeuvre mais c’est le consortium Washington-Pekin-Moscou-Londres-Paris qui l’a décidée.

      En fait, l’hémisphère nord veut l’éradication de l’islam, obstacle au pillage en règle de l’hémisphère sud.

      Ils le détruisent, le discréditent, le bombardent, le poussent au terrorisme, au crime, au rejet de l’Occident., attisent ses rivalités religieuses et tribales : l’islam doit disparaitre.

      Ils feront des musulmans, les indiens du XXI.

      Mais pas du tout par haine de Mahomet ou hier par haine du totem.

      Mais pour les plaines hier du Middle West, et aujourd’hui le contrôle des champs pétrolifères et des matières premières de l’Afrique dont l’islam est le verrou.

      Comme hier, la colonisation était l’obstacle au partagé "équitable" des richesses de l’hémisphère sud par l’ensemble de l’hémisphère nord et pas seulement la France et la Grande Bretagne (qui les exploitaient d’ailleurs trop "humainement" donc mal).

      Aussi, le retrait de l’Iran, pour eux, ce serait le prétexte idéal de la "shoah verte"

      Qui est leur agenda.


    • Les forces impérialistes qui se sont ruées sur l’Europe sont venues de là-bas. Quand même !

      Il est rare que ce réseau occulte qui propage l’impérialisme et le mondialisme, ne laisse pas de structures sur place quand il migre vers de nouvelles proies.

      Et il est rare qu’il oublie d’occulter ses liens en simulant ou en fabriquant des oppositions ou carrément des conflits de façade.

      Donc, oui, il doit probablement y avoir en Iran, des impériaux qui maintiennent le pays dans les clous selon les plans et intérêts de la confrérie, et ces derniers doivent gérer les naïfs locaux, comme partout.

      Et comme chez nous, la corruption du pouvoir politique et sa proximité avec le milieu du BTP est flagrante.

      Il n’y a qu’à voir les conneries qu’ils font en matière de constructions liées à l’hydraulique pour ôter tous doutes à ce sujet.

      L’Iran est une partie de la pieuvre, avec la Chine, la Russie, les anciens territoires mongoles , etc ...

      Vu leur projet, ils ont tout intérêt à taire, et leur présence, et leurs liens, sans quoi, ils se feraient empaler sur le premier sens interdit qui passe.

      C’est pour cette raison qu’ici et ailleurs, on doit se farcir les élucubrations de vieux scotchés dans les années 70, ou de jeunes naïfs qu’ils envoient en première ligne pour tenter d’imposer leur narrative.

      Facile de savoir où ils veulent en venir, leurs connexions, en constatant ce qui passe ou non la censure, et les similitudes dans la narration des événements.

      On attend encore les preuves irréfutables d’un avion prétendument abattu par l’Iran, thèse que Messan défend aussi, alors qu’on sait que l’attaque sous faux drapeaux est une tactique classique chez la confrérie depuis toujours.

      Les USA n’ont jamais cessé de l’utiliser.


  • Et pour ce qui est de contraindre les Yankees à respecter le droit international, on en est où... ?

    L’europe n’est que le chien des US, qui ne sont que les chiens d’isra-Hell.