Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pour Bolsonaro, la presse et les gouverneurs locaux ont tué l’économie du Brésil

Pour le président brésilien, l’effondrement économique du pays est lié aux restrictions préconisées par les gouverneurs pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

 

(...)

« Le Brésil est en faillite. Je ne peux rien faire. Je voulais changer la grille de réductions des impôts, mais il y a eu ce virus alimenté par la presse que nous avons ici, cette presse sans intérêt », a-t-il déclaré en réponse à un de ses partisans qui l’a salué devant sa résidence officielle à Brasilia.

Le président brésilien faisait référence à la réforme pour la hausse du niveau des revenus exonérés d’impôts, une promesse de campagne du leader, arrivé au pouvoir avec un programme économique libéral.

Pour Jair Bolsonaro, l’effondrement économique du pays est lié aux restrictions préconisées par les gouverneurs pour lutter contre la pandémie de coronavirus, qui a déjà tué près de 198.000 personnes au Brésil.

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Bolsonaro contre le couillonavirus, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • """Le président brésilien faisait référence à la réforme pour la hausse du niveau des revenus exonérés d’impôts, une promesse de campagne du leader d’extrême droite, arrivé au pouvoir avec un programme économique libéral.""""

    On dirait du Marine Lepen. Ou du Marion Maréchal. On est bien d’accord que aujourd’hui être d’Extrême-droite, c’est être sioniste et libéral.
    Donc on peut considérer maintenant que de qualifier quelqu’un ou un parti d’extrême-droite est une insulte justifiée. De même, quand on considère l’Ukraine par exemple, le terme néo-nazi n’a aucun sens.
    Au moins cela a l’avantage d’actualiser le débat. Je propose ultra-droite pour en finir avec le terme éculé d’extrême-droite.

     

  • En France c’est le gouvernement,les médias, les préfets, les maires et toute la ribambelle d’hypo-con-driaques masqués qui ont tué l’économie...rendant un sacré service à "la banque" ;
    Les croyances payent les créances.


  • Il est le seul chef d’état au monde à avoir ouvertement dénoncé jusqu’au bout toute l’arnaque covidienne y compris les ’’vaccins’’ ! Même Trump à au final ’’jouer le jeu’’ du covid et des ’’vaccins’’(qu’il à validé...).


  • si le brésil est flingué, c’est surtout dû à une population africaine qui ne bosse pas, produit rien et surtout tue, agresse, casse...

     

    • Exact, Brésil : 56 000 homicides par an, record mondial. Métissez-vous, métissez-vous !! Le brésil : toujours l’exemple de réussite du brassage ethnique exposé par les gauchistes. Et puis les métisses sont plus beau, et patin couffin. Les plus belles sont les Colombiennes ou les Argentines, pas les brésiliennes.


    • Comment dire... Je séjourne régulièrement chez ma belle-famille dans une ville "moyenne" du Brésil (presque un million d’habitants tout de même) et je m’y sens bien plus en sécurité qu’à Paris. Oui, certaines favelas de RJ, SP sont le théâtre de guerres des gangs, mais le reste du pays n’a rien d’un coupe-gorge.

      Sur la "population africaine" là aussi on peut relativiser. Le Sud a une population européenne, l’intérieur est peuplé d’européens avec (un peu) de sang indigène. Même dans le Nord, on trouve très peu d’africains (au sens type subsaharien comme en Europe ou aux US). Il y a surtout des métis, à des degrés divers.

      Non, au Brésil comme ailleurs, le poisson pourrit par la tête, par la faute d’une élite corrompue et dégénérée qui préfère se goinfrer de l’export des commodities plutôt que de soutenir l’industrialisation. Résultat, le vulgum pecus se débat avec des mini-jobs informels, des revenus bas et une inflation galopante.

      La situation n’a fait que s’aggraver durant les dernières décennies. Avant ils avaient au moins João Gurgel, Enéias Carneiro, Plínio Sampaio. Aujourd’hui, c’est Rodrigo Maia et Luciano Huck qui tiennent lieu "d’élite". Triste.


  • Avec près de 200 000 morts on comprend qu’ils fallait tout de même prendre des décisions.

     

  • L’effondrement économique sera peut être bénéfique à la forêt amazonienne et à ses habitants : tribus,animaux,plantes