Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Syndicats de police : les petits arrangements et le grand malaise de toute l’institution

À l’heure où Christophe Castaner invite les policiers à l’exemplarité dans leurs opérations quotidiennes, d’anciens patrons de syndicats de police s’en vont dans des conditions favorables. Malaise à la police.

 

Deux organisations policières, le syndicat ViGi et l’association UPNI, ont récemment fait savoir, dans plusieurs publications, que le secrétaire général du syndicat des cadre de la sécurité intérieure (SCSI-CFDT) allait bénéficier au mois de juillet 2020 d’une mutation enviable à Tahiti avec une affectation qu’ils jugent contestable.

En l’espèce, l’intéressé Jean-Marc Bailleul, 52 ans, commissaire divisionnaire, doit prendre un poste au renseignement territorial à Papeete. Mais selon le secrétaire général de ViGi, Alexandre Langlois, alors qu’une trentaine d’autres policiers postulaient, c’est un secrétaire général de syndicat qui se voit « récompensé pour sa complaisance envers l’administration et le gouvernement ». Or, le secrétaire général du SCSI a bien été obligé d’admettre son manque d’expérience en la matière et, ainsi que le relate le magazine Capital, qu’il allait devoir suivre « des formations » pour préparer son arrivée à Papeete.

 

 

Il assure néanmoins : « Je conçois que c’est un beau poste, mais j’ai été soumis aux mêmes règles que les autres candidats. » Jean-Marc Bailleul n’a pas souhaité répondre pour le moment aux sollicitations de RT France, mais selon Capital, il se dit « profondément blessé » par ces attaques et déplore une « agressivité totalement disproportionnée », avant de déclarer : « Cette histoire me donne vraiment envie de partir. Qu’ils me laissent enfin tranquille ! »

Autre récrimination digne d’intérêt de la part de Jean-Marc Bailleul, cité par le magazine économique : « Ça n’est pas la première fois qu’un représentant syndical obtient une mutation de ce type sans expérience préalable, mais d’habitude, cela ne provoque pas une telle polémique. »

De source policière contactée par RT France, d’autres cas similaires de postes obtenus après une longue carrière syndicale sont effectivement connus : un policier a été affecté au Sénat, un autre à la sécurité des bâtiments de la CFDT, un autre encore, déjà passé par le Conseil économique social et environnemental, a obtenu une place dans l’équipe sécurité des Jeux olympiques 2024 à Paris, ainsi que le relevait La Lettre A, précisant que « les réseaux de Nicolas Sarkozy montent en première ligne sur la sécurité des jeux olympiques ». En l’occurrence, il s’agit de l’ancien secrétaire général du syndicat de police Alliance, qui avait cédé sa place en avril 2019.

À cet égard, l’Union des policiers nationaux indépendants (UPNI) rappelle dans une publication Facebook datée de ce 28 janvier : « Nous nous interrogions sur le sort qui était réservé au précédent secrétaire général d’Alliance, Jean-Claude Delage, major RULP [Majors Responsables d’Unité Locale de Police] de son état, porté disparu depuis le printemps dernier. Nous sommes à présent rassurés. [...] Ceux qui sont sollicités ou méprisés à longueur d’année apprécieront à leur juste valeur les reclassements divers et variés que consent l’administration police au bénéfice de syndicalistes policiers qui ont toujours eu la colère sélective ou l’indignation médiatique. Incapable de faire autre chose que du mauvais théâtre, ils ont eu en récompense médailles, nominations de confort (et souvent rémunératrices), parachutage politique, ou mutation sous des cieux paradisiaques. »

Et de lâcher, intraitable : « La République est bonne fille à ceux qui ont su ne pas l’agacer, ne pas soulever concrètement les problématiques qui fâchent, et s’accommoder d’un effondrement programmé. »

Mais pour en revenir au cas de Jean-Marc Bailleul, comme le souligne le syndicat ViGi, l’affectation du secrétaire général du SCSI s’assortit d’un coup de pouce supplémentaire : « Félicitons Jean-Marc Bailleul et son épouse pour avoir su mener leur pirogue dans les îles… »

Selon les informations de l’UPNI, le patron du SCSI aurait en effet obtenu que son épouse le suive dans son voyage en Polynésie française : « Il se trouve que ce monsieur est l’heureux époux d’un autre officier également commandant divisionnaire. Craignant probablement une solitude administrative pesante et démoralisante, il a tout simplement obtenu la création pure et simple d’un poste en tant qu’adjoint au chef d’état-major de la circonscription de sécurité publique de Papeete. Sachant que ce poste est déjà occupé, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une affectation en surnuméraire. Les esprits chagrins y verraient presque la création d’un emploi fictif. »

L’association de policiers en colère souligne également le motif de mutation de l’épouse du syndicaliste : « La mutation de l’épouse de ce secrétaire général vient d’être validée ce 20 janvier 2020 par la signature d’un article 25, qui, comme chacun sait, est une mutation dérogatoire justifiée par des conditions ou circonstances exceptionnelles. »

Contacté par RT France, le porte-parole de l’association UPNI, Jean-Pierre Colombies, a, ironiquement, fait savoir qu’il serait curieux de connaître le bilan des travaux réalisés par l’ancien secrétaire général d’Alliance au CESE (le Conseil économique, social et environnemental) et évoque pour ce cas et celui des deux commandants divisionnaires Bailleul (mari et femme) une « République de copains coquins ». Remontant à des affaires datant de 2007, cet ancien commandant de police retraité qui est lui-même passé par le même syndicat que Jean-Marc Bailleul déplore : « Depuis la commission administrative paritaire de 2007, des syndicats comme Synergie, à l’époque, ont vendu le syndicalisme policier contre des médailles et des avancements et autres mutations favorables à leurs adhérents. Le SCSI avait été épargné jusqu’à présent, mais ce n’est manifestement plus le cas, ce syndicat se normalise, malheureusement, avec cette attitude opportuniste. »

Le vent avait d’ailleurs déjà tourné au SCSI à la fin de l’automne 2019, ainsi que l’avait relevé RT France. Un secrétaire national du syndicat en délicatesse pour avoir préfacé l’ouvrage d’un syndicaliste concurrent, avait tenu à faire une petite mise au point le 8 novembre dans un email à tous les adhérents : « Il faut avoir l’honnêteté de l’avouer et la loi de transformation publique votée en juillet 2019 qui supprimera le rôle des syndicats dans les CAP rappellera à quel point nos adhérents nous associaient d’abord à ce rôle incontournable, parfois indu, que nous avions pris dans la gestion des carrières. Je regrette d’ailleurs que notre syndicat comme les autres n’ait pas eu, dans ses organes de direction, ce souci de franchise et transparence sur cette évolution, préférant un déni de réalité opportuniste qui doit là aussi questionner sur la responsabilité syndicale. »

Les choses étaient dites pudiquement, mais au sein de la police nationale, il était courant de voter pour une famille syndicale majoritaire qui serait la plus à même d’aider le votant au cours de sa carrière dans ces fameuses CAP. Un levier de fonctionnement conséquent a donc été retiré aux grands syndicats dans le plus grand silence en 2019... Était-il temps de partir sous d’autres cieux pour certains responsables ? L’histoire ne le dit pas.

Les associations et syndicats comme ViGi dénoncent en tout cas un certain malaise dans l’institution de la police nationale. Un tel constat est en tout cas réalisé par les trois signataires socialistes d’une tribune dans le Journal du dimanche, parue le 26 janvier : « La récente démission du directeur général de la Police nationale est un indice révélateur du malaise persistant ressenti par le monde policier. Il s’étend à tous les secteurs de l’institution et affecte les gros bataillons de la sécurité publique comme les équipes spécialisées de la police judiciaire (PJ) ou les brigades, les compagnies et les commissariats. »

 

Le nouveau DGPN sera-t-il à la hauteur du défi ?

Selon les informations du Point, un nouveau directeur général de la Police nationale (DGPN) aurait justement été trouvé ce 28 janvier en la personne de Frédéric Veaux, préfet des Landes. Ce dernier est qualifié par le journaliste Aziz Zemouri d’« ex-grand flic de la PJ, puis du renseignement ».

Le signal qui pourrait être adressé par Beauvau à cette occasion serait donc le suivant : les policiers de terrain voulaient un des leurs à la direction, ce serait chose faite, en quelque sorte...

Peut-être ce prochain DGPN saura-t-il mieux que son éphémère prédécesseur se faire entendre de ses effectifs ? Si cette nomination se confirme, le préfet aura probablement comme double mission de réparer les liens distendus entre le ministère de l’Intérieur et les policiers de terrain fatigués, mais également entre les policiers et une part croissante de la population française.

Car, si Christophe Castaner a récemment appelé les forces de sécurité intérieure à faire preuve d’exemplarité, selon les informations du Parisien, il l’aurait fait sur demande du président de la République. Le quotidien francilien précise à ce titre que le gouvernement a dû ménager chèvre et chou après de longs mois de crise sociale et de suremploi des forces de l’ordre : « Place Beauvau, on n’avait qu’une hantise : que les policiers, interdits de droit de grève, se fassent porter pâles, en déposant des arrêts maladie. [...] Au ministère de l’Intérieur, on dispose [d’un] baromètre sur la perception de la police par la population, réalisé tous les deux ans. Les résultats sont tombés en décembre. Et ils ne sont pas bons. »

L’exemplarité serait donc exigée pour les policiers de terrain, soumis à des mois de rappels sur week-ends pour assurer le maintien de l’ordre au cours des manifestations de Gilets jaunes, puis des manifestations syndicales interprofessionnelles, alors que des secrétaires généraux de syndicats réformistes bénéficient de sorties de carrière enviables et que le directeur général de la police nationale fait valoir ses droits à la retraite à 62 ans, c’est-à-dire deux années avant l’âge habituel pour un haut fonctionnaire de l’État.

Pour le nouveau DGPN, la pilule ne sera peut-être pas si facile à faire passer auprès de ces effectifs soumis à rude épreuve. Il sera surtout attendu à propos de l’épineux sujet du suicide, après l’année noire de 2019 qui a vu 58 policiers nationaux se suicider, selon le décompte sinistre du compte Facebook Citoyen solidaire.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • De la lutte des classes à la lutte des places...


  • Un propriétaire de grande chasse au gros en Sologne me racontait tout le bien qu’il pense des syndicalistes. A 500€ le weekend hors action de chasse payée à l’année, ce sont ses meilleurs clients. Ils sont riches et payent tout en espèces. Ils ont tous les équipements grandes marques et fusils labels rares. A celui qui a le plus cher. Du privé ils tapent dans la caisse du comité d’entreprise car la leur sert pour les vacances et autres conforts. Dans le public, tous corps confondus, c’est nous qui payons se vantent ils. Ils flambent tous les weekends en cash, laissent bobonne à la maison et viennent tous avec des putes payées avec notre argent. Certains râles parce qu’ils sont obligés de venir faire les cons en jaune le samedi et manquent la chasse et leur tapin attitré son billet. C’est beau le syndicalisme !


  • Muter un mec pareil au milieu des vahinés, c’est gonflé......

     

  • Vous rigolez ou quoi, y a jamais aucun piston chez les keufs, jamais !!!


  • Qu’ils ne se fassent aucune illusion, les Français ne sont pas près d’oublier leur ignoble/abject comportement. A chacun selon son dû...

     

  • On croirait entendre d’autres chouineurs : aussi est-il toujours bon de répéter (et de rappeler à ces pseudos idéalistes) que le bon soldat ne se dompte que par la solde ; Rex, au pied !
    Lex, quant à elle, foulée...


  • Macron est aux petits soins avec ses flics, sans eux il serait balayé par l’insurrection, il leur doit TOUT . Humiliant de constater que ce sont des cordons de chiens de garde en bleu marine qui "assurent" le pouvoir de ces pourris .

     

  • YOUPI

    Article trouvé concernant accord passé entre syndicats de police et gouvernement.

    https://www.bvoltaire.fr/me-frederi...


  • Moi si j’étais flic je sortirai du syndicat, si tous font ça et lancent un mouvement de grève pour le licenciement de ces deux parasitos tout irait mieux. Mais aucun n’est assez couillu. Toujours cet esprit paillasson.

     

  • Le syndicat est le maquignon de la force de travail au service de l état capitaliste qui le subventionne.


  • La police a trahi le peuple Français en protégeant Macron et sa clique, tout en jouissant de violenter le prolétaire ou le travailleur Français de base ! Oui, certains semble-t-il, ont véritablement aimé ça. Ca allait bien au delà du simple respect des ordres donnés !
    Qu’ils ne comptent donc plus sur moi pour les défendre lorsque les antifas mono-neuronaux s’en prendront à eux. Ils ont choisi leur camp.

     

    • Tout à fait, ils peuvent tout prendre sur la tronche, on n’en sera que plus content. ils ont trahi tout le monde, pays, peuple, pompiers, etc, et avec des attitudes parfois criminelles, car quand vous êtes au niveau d’éborgner quelqu’un, ce dernier pourrait tout aussi bien crever sur place.


    • @Mandark

      Nous sommes très nombreux à faire le même constat que vous, et c’est un très grave constat.

      Le comportement de la police actuelle est tellement hors norme, que nombre d’anciens policiers outrés par le spectacle des violences abominables commises, font part de leur colère, de leur écoeurement, et désormais du mépris, qu’ils portent à la génération actuelle, dans des vidéos, pour les dénoncer.

      La fracture entre les forces dites de l’ordre, devenues celles de la répression à outrance, et les français, est désormais consommée. Mais nous avons atteint un tel niveau dans l’abjection, que même les anciens policiers choqués la dénonce, de manière véhémente.

      Et ce n’est sans doute pas la nomination d’un nouveau directeur général de la police nationale, qui va calmer les esprits, et permettre aux syndicats acquis à l’oligarchie, de faire oublier les violences terribles dont les français ont été victimes, qu’ils ne sont pas prêt d’oublier, et encore moins de pardonner.


  • Édouard Philippe lui-même partait en vacances en pleine grève au mois de décembre...

    Qu’attendre de ces imposteurs ? Seule la préservation de leur privilèges leur incombe, je crois que tout le monde l’a compris.


  • la liberté et la dignité....

    ne se gagnera pas dans les urnes.....mais avec les burnes !!!

    ALLES KLAR ! ! !

    nb y a toujours et de tout temps eu les chiens couchés et les HOMMES DEBOUTS


  • Bref, les derniers qui resteront en France seront les perdants.


  • Ah ah, les blancs entre eux !
    A ce niveau y pas encore de grand remplacement et y en aura jamais, la soupe est trop bonne.


  • concernant cet article je ne retient que la partie la plus visible, celle concernant le MO, a l’ouvrage depuis 14 mois

    etre policier signifie effectuer un travail, et ce travail est qualifié de travail humain

    l ’ homme se diffencie de l’animal (ou de la machine) par le fait que ses fonctions animales coexistent avec son univers mentale formé de symboles, eux memes construits dans le monde réel
    ainsi , cela permet a celui qui execute un travail humain, de mettre une part de lui meme a ce qu’il fait et de decouvrir les realités ( le monde réel ), et de se découvrir lui meme
    en prise avec le réel , vous etes obligé de domestiquer votre imagination ce qui est impossible pour un animal ( ou une machine )

    on s’échappe de la condition humaine du travail lorsque :

    - il ya un deni de penser
    ainsi, on aligne le travail humain sur le principe de la machine
    une forme de taylorisme, "moins je pense, plus efficace je suis"

    - il ya un un deni de la realité
    se substitue au réel, une représentation fantasmée et chiffrée, c’est ce que S Weil nommait " la folle imagination"
    c’est une forme de delire, personnel ou collectif

    celui qui exécute un travail humain est celui qui a son idée ( son imagination ) au creux de sa main et que le réel contraint

    que penser de celui qui ne fait travailler que sa main ou que son imagination ?

    la réponse peut apparaitre pénible mais les faits sont là !

     

    • @ albert

      "que penser de celui qui ne fait travailler que sa main ou que son imagination ?"

      Ça s’appelle un autiste volontaire.

      Et là, on a 2 autistes volontaires (flic + politicien) qui se sont unis pour massacrer des gens "équilibrés".


    • on peut le voir comme cela, mais l’autisme est une maladie dont l’apparition ne doit rien a un choix fait par celui qui en est atteint

      il y a en chacun de nous une part que l’on peut qualifier de déterminé

      qu’importe la voie vers laquelle nous mene ce déterminisme, il se caracterise par un ensemble d’actions non ordonnés par des choix : "je suis ainsi, j’agis ainsi"

      l’animal est un etre détermné
      l’abeille ne produit pas du miel pour l’apiculteur, l’abeille ne construit pas des alvéoles après avoit suivit une formation d’architecte, l’abeille ne vous pique pas gratuitement ....

      pour l’individu, a la difference de l’animal, il y a une prise de conscience du "ce que je suis", et au nom des principes dévoyés par le modernisme concernant la compréhension de la liberté de l’homme, je peux " agir comme j’agis " puisque "je suis comme je suis " sans aucune autres considerations que elles autorisées par la loi toute puissante, elle même dictée par les imperatifs de l’instant

      or la liberté de l’homme ne peut se comprendre que par le fait qu’il existe un libre arbitre, celui qui fait que l’on agit comme ceci et non pas comme cela ; encore faudrait t il que l’intelligence puisse éclairer la raison, meme si cela devait la contraindre, afin de guider l’action soumise a celle ci

      agir ainsi procede de la bétise
      ne savoir, ni comprendre ce qui précède témoigne de l’imbécilité
      le résultat étant une succession de mechancetés

      ainsi, tirer une Jf a terre par les cheveux, est une action méchante commise par un imbécile, agissant par bétise, action qui, admise comme un travail révelle, pour celui qui l’éxécute un part de lui même

      il faut toute l’habilité des sophistes aidé par la loi, pour justifier ce qui ne peut l’etre
      bienheureux l’homme violent qui devient pondéré, car ce changement qui peut apparaitre comme une faiblesse témoigne en lui de l’existence un grand courage


  • une vraie filière de criminels bien organisés - même quand c’est pour tirer , ils envoient des veaux à leur place , comme cela jamais pris !!!!!

     

    • Des polypsychopathes surorganisés agissant par intermédiation pour n’avoir pas à assumer les conséquences de leurs services des névroses. Ces profils toxiques ont besoin d’une nombreuse domesticité. Leur efficacité dans le recrutement est proportionnelle à leur pathologie. Ils ne reculent devant aucun procédé ; de la compromission à la menace en passant par la corruption. On observe au quotidien à quel niveau de virulence ils parviennent...


  • Ils découvrent que le peuple français est en rupture avec les "forces de l’ordre" ? C’est une blague ? Il faudrait des décennies dans un monde normal et sain pour que le retour à la confiance puisse se reconstituer. C’est pas demain la veille que ça arrivera. Bien entendu ce sont les responsables de haut niveau qui sont à faire tomber (Macron, Castaner, Nunez, les préfets). Mais ensuite des têtes devront tomber au sein de cette organisation avec une vraie IGPN pour enquêter (pas pour protéger les pourris et faire pression comme c’est le cas actuellement).

    Tous ces suicides au sein de la police montrent une chose, c’est que ce milieu est totalement malsain. J’ai le sentiment que les personnes qui finissent par passer à l’acte sont coincées entre ce qu’on leur a demandé de faire (irréparable) et leur conscience. Je ne suis pas sur, je ne suis pas flic mais en y réfléchissant bien, il est possible que les pourris contaminent leurs équipes... Est-il possible de rester intègre dans ce milieu ou est-on obligé petit à petit à se compromettre moralement (des personnes corrompues sont pratiques car on peut facilement les tenir par les couilles et leur mettre la pression pour qu’elles restent de bons soldats bien soumis et dociles).
    Ca a l’air tellement pourri qu’il peut aussi y avoir de faux suicides (par 2 balles dans le dos sur les affaires qui doivent être étouffées). C’est ce qui semble être arrivé dans le cadre de Charlie avec le commissaire Eric Fredou si ma mémoire est bonne (il se serait suicidé en plein milieu de son enquête sur le lieu de son travail au moment même ou il avait découvert des choses intéressantes sur les familles des victimes de l’attentat).



  • Il sera surtout attendu à propos de l’épineux sujet du suicide, après l’année noire de 2019 qui a vu 58 policiers nationaux se suicider, selon le décompte sinistre du compte Facebook Citoyen solidaire.




    Le suicide de magistrats et de policiers est partout dans le monde lié à un contexte de corruption.

    Le suicide de policiers est un indicateur du niveau de corruption, mais comme notre système français est corrompu jusqu’à la moelle, cela n’est jamais dit.

    Tout suicide de policier devrait relever d’un service spécial consacré à la lutte contre la corruption.


  • Regardez moi ces bonnes têtes de cons sur la photo ! Ça m’a bien fait marrer !! La police ouin ouin. Bons qu’à pleurer c´est tout. Pendant ce temps-là, y´en à des millions qui bossent, se font saigner,tout le monde s’en balance.ACAB.


  • Macron à très bien jouer sur ce coup....il a laisser la police se déchaîner sur le peuple...eborgnier et tirer au flash ball dans les seins des femme. ..tirer et traîner par les cheveux des veille dame...et j en passe...la police s est tellement rabaisser ....que macron peut a présent virer autant de policier qu il veux et personne ne va se pleindre...le peuple dansera et chantera de joie de voir les fonctionnaires virer en masse pour faire des économie. ...macron à prévu de virer 120 000 fonctionnaire pour faire des économie. ...ces flics ont même pas vue ce coup venir....les flics peuvent rire comme sur la photo mais ils vont bientôt passer à la trappe....


  • La photo n’est pas prise à Tahiti...


  • Sur la photo les cerbères féroces et abrutis du système se gaussent de leurs exploits de gredins serviles !!!...


Commentaires suivants