Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Xavier Moreau et Nicolas Dolo – 2021 : quelles perspectives pour le Brésil ?

Au sommaire :

- Macron vs soja
- Brésil, UE et États-Unis
- Le Covid au Brésil
- Vaccins, priorité aux BRICS
- Lula vs Bolsonaro

 

Nicolas Dolo à propos du Brésil, sur E&R :

Le point sur l’Amérique latine, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour 2022 l’escroc (blanchi...) Lula est crédité de 50% d’intentions de votes, Bolsonaro de 38%...

     

  • Salutations,

    C’est intéressant d’entendre Nicolas Dolo apporter un peu de nuances, notamment dans son éclairage sur l’opposition entre l’aile olavete et l’aile militaire au sein du gouvernement brésilien, opposition bien réelle et dont le grand public (en-dehors du Brésil) n’a généralement pas conscience. MM. Dolo et Moreau sont en outre totalement dans le vrai quand ils évoquent la question du "marxisme culturel" et les contradictions internes à l’aile olavete

    Pour le reste, je continue de trouver un peu décevant son soutien à Bolsonaro. Rappelons que la désindustrialisation du Brésil a débuté sous le deuxième mandat de Lula alors que le contexte rendait l’export des commidities plus rentable que le commerce des biens manufacturés, s’est aggravée sous Dilma Rousseff (femme intègre mais gouvernante médiocre) et sous Temer (pantin des milieux d’affaires), mais que Bolsonaro n’a rien fait pour inverser la tendance.

    Le soja dont il est question en début de vidéo est l’exemple type d’une production qui génére très peu d’emplois qualifiés et dont les revenus profitent à une toute petite caste de millionnaires auxquels Bolsonaro est totalement soumis. Pendant ce temps le petit peuple se débat dans des mini-jobs informels et survit difficilement avec 800 reais par mois.

    L’ego sur dimensionné de Lula l’a conduit à tourner le dos à l’intérêt supérieur du Brésil en tant que nation et a joué un rôle de premier plan dans la dégradation de la situation. Bolsonaro n’a apporté aucune solution concrète ce qui était pour le moins prévisible pour quiconque aurait creusé un peu les allégeances et le passé du personnage.

    Le Brésil est bien mal barré... Ni le retour de Lula, ni la réélection de Bolsonaro, ni l’arrivée au pouvoir d’arrivistes comme Huck, Moro ou Doria ne seraient de bonnes nouvelles.

    PS : celles et ceux qui comprennent un peu le portugais peuvent consulter les analyses en ligne de Paulo Gala ou de Nova Resistência pour creuser le sujet.

     

    • Salutations,

      Concernant Bolsonaro, j’aimerais "nuancer un peu vos nuances" ;p

      Ce dernier a, certes, ses défauts, mais je pense qu’il reste de très loin "l’option la moins pire" pour le Brésil.
      Vous me corrigerez si je dis des bétises,mais il me semble que le gros problème de Bolsonaro se résume grosso-modo à :
      - Son côté "capitaliste" : mais en fait, il admet lui-même “ne RIEN connaître en économie”, du coup, il “fait juste confiance à ses conseillers”.
      - Son apparente “allégeance” aux USA&Israël : mais il me semblait que c’était surtout un de ses fils qui l’avait influencé dans ce sens. De plus, il me semblait aussi avoir entendu Bolsonaro admettre à demi-mot lors d’une conférence que son rapprochement des USA était un "choix stratégique" : l’option qu’il estimait "la moins pire/seule viable" pour -en gros- ne pas se retrouver "totalement empêché de gouverner"...

      Par contre, sur le plan “sociétal”, il est depuis toujours très très proche de la ligne E&R, du moins pour la “droite des valeurs” (d’ailleurs, il me semble qu’à une époque -je parle d’il y a genre “10 ans”- son blog ou site officiel ou page Facebook -sais plus exactement mais bref- relayait des vidéos de Soral (!) sous-titrées en Portugais).
      Contrairement à la Dilma Rousseff qui était plus féministe* et lgbtiste que Fourest et Schiappa réunies (*littéralement incapable d’aligner deux phrases sans prononcer le mot Femme, déclare ne pas croire en "Dieu" mais plutôt en une “Déesse Femme”, en fait des tonnes sur la "défense des lesbiennes", se fait appeler "PresidentA" au lieu de "Presidente" alors que le mot est déjà neutre/féminin (d’ailleurs, on ne dit pas "presidentO" au masculin, bref) etc etc et je ne parle même pas de son "ministère de la Femme" et des lois -absurdes- qui ont été inventées, bref), Bolsonaro est, lui, depuis toujours opposé à tout ce qui est féminisme, lgbtisme, communautarisme, quotas, etc (et a toujours été diabolisé pour ça)...

      En plus, même s’il n’a peut-être pas la formation ni la culture d’un « Enéas Carneiro », il s’agit quand même d’un militaire (Capitaine) patriote, quelqu’un de visiblement doté d’une assez bonne "intuition/bon sens**" et d’un franc-parler extrêmement rare dans le milieu politique.
      **Voir notamment ses prises de position vis-à-vis (à l’encontre !) des mesures de "confinement" ou encore (et surtout) des "vaccins" (qu’il a déclaré qu’il ne prendra PAS, et qu’il serait scandaleux d’imposer ce “truc” jamais testé et sans garanties).


    • @ Goy Halal : vous avez raison de rappeler le Covido-réalisme de Bolsonaro, qui lui vaut d’ailleurs les foudres de la Rede Globo, de Veja et compagnie. Le Covid-réalisme est à mon sens le seul mérite qu’on puisse accorder à cet individu.

      Pour compléter un peu mon propos initial, ce qui dès le départ me gênait profondément chez Bolsonaro était, outre l’ultra libéralisme dont on a déjà parlé, les deux points suivants :

      - Sa proximité avec le protestantisme évangélique (il s’est fait baptiser façon born again dans le Jourdain lors d’un voyage en Israël et son 3ème mariage a été célébré par le gourou néopentecôtiste Silas Malafaia)

      - La proximité (euphémisme) de sa famille avec les milices de Rio qui sont des groupes criminels de la pire espèce.

      Pour les neopentecotistes, il faut bien avoir à l’esprit que le Brésil fût durant plusieurs siècles un grand pays catholique et que les diverses obédiences évangéliques ayant fleuri depuis les années 70 suite aux bouleversements socio-économiques liés à l’exode rural sont l’un des principaux vecteurs d’une influence US sur ce pays latino-américain. "Pasteurs" auto-proclamés qui extorquent 10% de leurs revenus à des familles pauvres, vénération aveugle du monde juif, bigoterie caricaturale et hors-sol chez des brésiliens qui voisine avec la dépravation contemporaine : c’est ça le quotidien dans les quartiers populaires des grandes villes.

      Concernant les milices, comme vous semblez connaître un peu le Brésil (vu votre référence à Eneas Carneiro ;) je ne peux que vous inciter à lire quelques articles de Nova Resistência. Tout ce qu’ils écrivent à ce sujet est facilement traçable et vérifiable et vous verrez, c’est édifiant :

      http://novaresistencia.org/2019/02/...
      http://novaresistencia.org/2017/08/...

      Au plaisir d’en discuter plus en détail avec vous (vous êtes sur Telegram ?)


  • Nous sommes du côté de Poutine, Trump, Bolsonaro, Soral, Dieudo, Ryssen,... Nous irons de défaite en défaite jusqu’à la victoire car la vérité est toujours victorieuse des mensonges et des violences.