Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alain Soral condamné par le tribunal de Bobigny à un an d’emprisonnement ferme et à payer 16 250 euros

Le 17 janvier 2019 la 14e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny présidée par Charles Moscara a suivi les réquisitions du procureur Loïc Pageot qui avait requis un an d’emprisonnement ferme contre Alain Soral. Il est trop tôt pour commenter cette décision puisque nous n’en avons pas encore les motifs, mais nous pouvons au moins dire de quelles infractions et pour quels faits l’écrivain a été reconnu coupable. Cela permettra de corriger certaines fausses informations qui ont circulé sur les ondes radio et dans la presse sur Internet.

 

Alain Soral a été reconnu coupable de trois infractions : de provocation raciale, d’injure raciale et d’injure sexiste. Les deux premières infractions concernent des faits identiques et c’est une première remarque à faire qu’il est devenu habituel en ce domaine de cumuler les qualifications ; pour un seul et même fait vous pouvez être coupable de deux ou trois infractions en même temps. C’est contraire au principe non bis in idem qui interdit le cumul idéal de qualifications. Passons.

 

Les faits réellement en cause

Alain Soral a été reconnu coupable à raison de propos publiés sur le site d’Égalité & Réconciliation le 7 avril 2018. Mais ce site n’avait fait que rendre compte à ses lecteurs d’un procès qui s’était déroulé devant un autre tribunal, celui de Paris, le 14 mars 2018. Alain Soral avait comparu devant la 17e chambre correctionnelle en tant que directeur de la publication du site d’E&R.

Il y a ici aussi une remarque importante à faire. C’est que Alain Soral est à ma connaissance la seule personne que la justice s’obstine contra legem à considérer comme le directeur de la publication de fait de ce site alors que les directeurs désignés en sont les époux Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe.

Mais poursuivons sur cette précédente affaire. Le 14 mars 2018 donc Alain Soral était déjà prévenu de provocation à la haine pour la publication de deux dessins en lien avec les présidentielles de 2017 et l’élection d’Emmanuel Macron : le dessin de l’Échiquier et celui des Cancrelats. Ces deux dessins relèvent de la satire politique. Ces causes sont en appel actuellement. Alain Soral avait pris la parole pour se défendre, c’est cette déclaration qui était publiée sur le site d’E&R et qui faisait l’objet du procès de Bobigny.

Maintenant ce sont deux remarques successives qu’il convient de faire :

- 1. Si Alain Soral est condamné pour ces propos en tant que directeur de la publication du site, il s’agit d’une atteinte portée au droit de la presse. Lorsqu’un journaliste rend compte du déroulement d’un procès il bénéficie d’une immunité : il ne peut pas être poursuivi.

- 2. Et si Alain Soral est condamné en tant qu’auteur des propos, c’est une violation des droits de la défense. Les nations civilisées n’ont pas attendu les droits de l’homme pour reconnaître à l’accusé la possibilité d’être entendu. Et cette audition n’a de sens que si le prévenu a le droit de parler librement. Il bénéficie donc en principe d’une immunité.

Cela signifie, en résumé, que lorsqu’un procès est fait à Alain Soral on ne veut pas que le public en soit informé. Soyons plus précis : on ne veut pas que le public soit informé de la vérité.

 

Les mensonges de la presse mainstream

La seule presse « libre » est celle qui ment. Comme lorsque sur le site les Inrocks.com sous la plume de Julia Prioult dont la source serait l’AFP, on peut lire ce propos :

‟Entre le peuple juif et le reste de l’humanité, le combat ne peut être que génocidaire et total.” Ces propos, entre autres, tenus sur son blog Égalité & Réconciliation, ont valu à Alain Soral d’être condamné à un an de prison ferme par le tribunal de Bobigny le 17 janvier.

C’est faux. Alain Soral n’était absolument pas poursuivi pour ce propos, qui figurait en effet sur la page d’E&R, mais qui n’est pas de lui. Aux procès du 14 mars 2018 (Échiquier et Cancrelats) Hervé Ryssen témoignait et citait un propos tenu par Itzhak Attia, directeur à l’École internationale de l’Institut Yas Vashem, dans Israël Magazine (avril 2003) :

La paix universelle régnera sur le village global postmoderne où vit l’ensemble de l’humanité… Même si notre raison nous crie de toutes ses forces l’absurdité de ce face à face entre un tout petit peuple aussi insignifiant que le peuple d’Israël et le reste de l’humanité… aussi absurde, aussi incohérent, aussi monstrueux que cela puisse paraître, nous sommes bien engagés dans un combat intime entre Israël et les Nations qui ne peut être que génocidaire et total, parce qu’il en va de nos identité respectives.

Et Hervé Ryssen de commenter :

Vous avez bien lu : entre le peuple juif et le reste de l’humanité, le combat ne peut être que ‟génocidaire et total”.

Alain Soral a fait valoir son droit de réponse auprès des Inrocks, et il a écrit à l’AFP pour leur demander de rectifier. Cette « intox », cette « fake news » ou, comme on voudra, ce mensonge qui provoque à la haine contre Alain Soral est apparu en novembre 2018 sur Leparisien.fr sous la plume de Carole Sterlé. Le Parisien a refusé l’exercice du droit de réponse. Une plainte a été déposée, aussitôt classée par le Parquet. L’information a été ensuite reprise par le Times of Israël (avec référence à l’AFP), qui en a fait un gros titre.

Autre mensonge véhiculé par la Presse libre (libre, car laissée en liberté, au contraire de la presse interdite, comme le site d’Égalité & Réconciliation), Alain Soral n’a jamais dit ou écrit « les juifs sont manipulateurs, dominateurs et haineux ». Il a dit « ces juifs communautaires, manipulateurs, dominateurs et haineux » (nous soulignons). Ces juifs : ceux présents à l’audience du 14 mars 2018 et qui se réclament ouvertement du judaïsme sans que personne ne leur ait jamais rien demandé.

 

Une guerre totale pour le monopole de l’information

En somme, la presse mainstream doit pouvoir conserver le monopole de l’information, de sorte qu’il n’y ait qu’une seule voix. On ne veut pas qu’un site comme celui d’Égalité & Réconciliation communique au public de manière exacte et fidèle les propos qui se sont tenus devant le juge. Cela vaut pour les propos tenus, pour sa défense, par Alain Soral et cela vaut également pour les propos tenus dans le même cadre par son avocat. Maître Damien Viguier est en effet poursuivi pour le contenu des conclusions qu’il avait prises pour la défense d’Alain Soral, là encore tenu pour directeur de la publication d’E&R, au sujet du dessin Shoah où t’es ?. L’affaire Shoah où t’es ? est en cassation. Et l’affaire des conclusions Viguier est devant le tribunal correctionnel de Paris. On viole les droits de la défense et la liberté de l’avocat parce que le monopole de la presse doit primer. Cette mainmise de la presse « libre » sur le procès explique cette curiosité du droit français qui interdit les prises de son et d’image durant les audiences. D’ailleurs les audiences qui sont censées publiques ne le sont pas toujours : ainsi dans l’affaire Klarsfled (« finir le boulot ») en première instance les membres d’une association de partisans dudit chasseur de nazis avaient-ils envahi la salle d’audience, et mieux en appel des gros bras formaient-ils un barrage, avant celui des gendarmes, pour interdire d’accès à l’audience tous les amis d’Alain Soral.

Non seulement ce monopole permet à la presse « libre » ou mainstream de véhiculer ouvertement des provocations à la haine et à la violence, mais cela permet de maintenir constante la pression qui pèse sur les magistrats. On rappellera que lorsque le 20 mars 2018 la 17e chambre devait dans l’affaire du dessin Macron-Filoche (En marche vers le chaos mondial) relaxer Alain Soral de provocation à la haine raciale et d’injure raciale, Sacha Ghozlan (UEJF), Marc Knobel (J’accuse), Renée Le Mignot (MRAP), Alain Jakubowicz, Jean-Louis Lagarde et Stéphane Lilti se fendirent dans Libération d’une tribune à l’incroyable violence. Au beau milieu des mensonges et des distorsions de la vérité ce collectif présentait « les juges » comme ayant refusé de lutter contre le racisme et l’antisémitisme, et autorisant « la propagation d’images nauséabondes ». Les juges du 14 mars 2018 étaient également critiqués (le mot est faible). Le collectif en appelait des tribunaux « aux plus hautes autorités de l’État » et finissait sur cette perle : « Naturellement, nous faisons appel de cette décision. Nous attendons que le ministère public en fasse de même. » Injonction cruciale, car en cas de relaxe si le Parquet ne fait pas appel la décision pénale est définitive. Le collectif revient beaucoup sur l’audience du 14 mars 2018 (Cancrelats et Échiquier). Ce que n’ont pas apprécié les associations parties civiles, c’est que le 14 mars 2018 un public de près d’une centaine de personnes ait été présent à l’audience. Ils n’ont pas non plus digéré l’audition des témoins Hindi, Cohen, Hillard et Ryssen. Mais la publication du compte rendu de l’audience sur Internet leur a fait définitivement perdre le sens des réalités.

 

16 250 euros pour qui ?

Les parties civiles, parlons-en. Non pas de la partie civile au sens traditionnel, la véritable partie civile, Madame Aglaë Fradois, qui a obtenu l’euro de dommages et intérêts qu’elle demandait [1], mais parlons des associations.

Une remarque, encore. En principe il n’y a que deux voies : soit celle du Ministère public, qui défend les intérêts de la société ou de la République (jadis de la Couronne), et qui s’occupe de l’aspect pénal (peine d’amende, emprisonnement etc.) ; soit celle de la partie civile qui défend son intérêt personnel direct et qui demande réparation du dommage subi. Longtemps on a donc refusé que des actions soient diligentées par des associations ou des personnes qui n’étaient pas victimes. La législation française a changé sur ce point, et c’est un tort. Cela permet à une association de se prétendre défenderesse d’un intérêt collectif, qui n’est ni un intérêt particulier ni l’intérêt général. Par exemple la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Mieux. Cet intérêt collectif mérite encore ce nom en ceci qu’il n’appartient pas en propre à une association. Que SOS Racisme se présente au nom de la lutte contre l’antisémitisme n’épuise pas toutes les possibilités d’action. La LICRA peut se présenter à son tour, puis J’accuse et l’UEJF, le MRAP. On a ainsi vu des procès avec une dizaine d’associations qui chacune réclame réparation et indemnisation pour ses frais de justice. Si les associations sont les têtes d’un corps qui est l’intérêt collectif il faut bien convenir qu’il s’agit d’une Hydre. Elles se partagent l’intérêt collectif, mais non les réparations et les frais. Chacune obtient son tout. C’est ainsi que l’on aboutit, comme pour la décision du 17 janvier, à des condamnations globales de 16 250 euros.

Le 24 janvier 2019 Alain Soral a fait appel du jugement de Bobigny.

Les condamnations pécuniaires s’élèvent maintenant à près de 400 000 euros. Trois ans, neuf mois et dix jours. C’est le temps qu’Alain Soral devra passer derrière les barreaux.

En attendant d’autres décisions à venir.

Damien Viguier
Avocat d’Alain Soral

 


 

Chronologie

- 6 avril 2016 – Aff. Klarsfeld finir le boulot – Plaidoiries devant 17e.

- 5 janvier 2017 – Aff. Klarsfeld finir le boulot – Plaidoiries Cour appel Paris.

- 13 novembre 2017 – Aff. Shoah où t’es ? – Publication ER conclusions Viguier.

- 14 mars 2018 – Aff. Cancrelats et Échiquier. Plaidoiries devant 17e.

- 20 mars 2018 – Aff. Macron en marche vers le chaos mondial – Relaxe par 17e.

- 7 avril 2018 – Aff. Cancrelats et Échiquier. Publication ER déclaration Soral.

- 17 janvier 2019 – Aff. Publication déclaration Soral – Un an ferme à Bobigny.

 

Rappel : jeudi 24 janvier 2019 dans l’affaire Klarsfeld la cour d’appel de Paris a relaxé Alain Soral du délit d’apologie de crime de guerre.

 


 

Rappel, pour mémoire

Le 14 mars 2018 se déroulait devant la XVIIe chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris le procès d’Alain Soral – poursuivi par la LICRA, l’UEJF, J’acccuse, le MRAP et SOS Racisme – pour deux dessins publiés sur le site d’Égalité & Réconciliation.

À cette occasion, le président d’E&R avait fait une déclaration en fin de séance, après la diffusion d’une vidéo illustrant non pas sa haine de la communauté juive, mais les propos haineux de représentants de cette même communauté. Cette dénonciation de la haine a donc été assimilée à de la... haine, et condamnée ce jeudi 17 janvier 2019.

 

 

La vidéo que vous allez (avez) visionner(ée) compile les déclarations publiques des diverses personnes incriminées et démontre qu’elles n’ont été ni injuriées ni diffamées et que pour notre part, il n’a pas été provoqué à la haine.

D’ailleurs aucune des personnes incriminées n’a porté plainte.

Comme cette vidéo vient de le démontrer, le pouvoir juif est un constat, une réalité revendiquée par les juifs eux-mêmes. Comme l’obscénité du dîner du CRIF le démontre un peu plus chaque année…

À la simple vision de cette vidéo, il est facile de conclure que nous sommes face à une inversion accusatoire.

D’ailleurs pourquoi énoncer ce pouvoir juif serait une provocation à la haine ? Parce que les juifs ici présents pensent que leur pouvoir est haïssable ? Il est en effet illégitime et néfaste (fait de parasitisme, de diviser pour régner…). Quant à la haine, elle est une spécificité juive, le cœur même de cette religion.

Alors que faisons nous ici ? Notre présence ici provient uniquement de l’acharnement de monsieur Lilti ! Lilti, monomaniaque hystérique, prétend représenter la communauté juive.

Un. Il n’y a pas de communauté juive, c’est contraire à la Constitution (la République ne conçoit aucune corps intermédiaire entre le citoyen et la nation). Deux. Il ne représente que lui-même, au mieux le communautarisme victimaire et dominateur juif, et les intérêts d’Israël... Monsieur Cohen ici présent, comme des centaines de milliers d’autres juifs (cinq juifs sur six ne sont pas affiliés au CRIF) ne se sent pas représenté par monsieur Lilti.

Pour démontrer cette intolérable inversion accusatoire, j’ai fait citer quatre témoins. Quatre judéologues – il y a bien des islamologues – issus de la diversité française : un juif, un musulman, un catholique, un nationaliste… Je suis moi-même de culture marxiste et bon connaisseur du sujet ! Nous aurions pu en citer des milliers d’autres...

Le judaïsme contemporain, judaïsme talmudo-sioniste, est bien une religion de haine, belliqueuse et raciste. L’État d’Israël en est la démonstration, la réalisation pratique. Il est aussi facile de démontrer, avec un peu de raison et de courage, que le judaïsme – religion raciale et politique – contrevient à tous les principes de la République.

Le judaïsme est contraire au principe de liberté (par le tribalisme qui interdit tout libre-arbitre).

Le judaïsme est contraire au principe d’égalité (par le peuple élu, prétention raciale inégalitaire).

Le judaïsme est contraire au principe de fraternité (la terre promise n’étant jamais qu’une entreprise de domination, de violence et de spoliation, comme l’État d’Israël le démontre encore).

Et ceux, ici présents, qui s’en réclament, sont donc bien des faussaires en république et des fauteurs de haine !

C’est donc bien à ces juifs communautaires, manipulateurs, dominateurs et haineux, de se conformer aux principes de la république laïque et égalitaire. Pas l’inverse ! Malgré la propagande, les mensonges, les menaces, tout le monde le comprend, et de plus en plus...

Alors que la République française, par l’égalité citoyenne, leur a tout donné, ces nouveaux marranes – ces marranes laïques – bafouent et pervertissent l’égalité républicaine, pour nous imposer leur domination religieuse et raciale. Comme leurs ancêtres refusèrent ou trahirent l’amour du Christ, ils refusent et trahissent l’assimilation à la nation française pour soumettre la nation française à Israël.

Donc oui, luttons et soyons tous unis contre la haine ! Dénonçons ces fanatiques racistes et dominateurs.

Assez de la tyrannie de la minorité ! De cette minorité qui, pour continuer à régner, pousse à la haine toutes les minorités derrière elle : féministes, jeunes, gays, immigrés… conduisant ce pays au chaos !

Conformément au principe même de la démocratie, il est grand temps que le pouvoir revienne à la majorité, aux 99 % de goïms, de gentils, méprisés et manipulés qui constituent ce pays.

Ici ni peuple élu ni terre promise. Égalité et réconciliation !

Alain Soral

 

Face aux persécutions du Système, votre participation est essentielle !

Notes

[1] Le cas d’Aglaë Fradois s’est révélé très instructif au sujet de savoir à qui sont confiées dans un pays les fonctions juridictionnelles. On connaissait deux systèmes, celui du responsable politique (élu ou autrement désigné) et celui du juriste savant (seulement diplômé, comme en France, ou diplômé et expérimenté, comme en Angleterre), on a désormais un troisième corps possible, composé de gens qui ne sont pas formés à la science du droit mais uniquement aux sciences sociales ou politiques.

À ne pas manquer, sur E&R :

Pour mesurer l’ampleur de l’acharnement contre E&R et Alain Soral :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Courage, M. Soral !

     

  • Et vous allez faire quoi maintenant ? Attendre sagement la police ? Je serai vous, je demanderai asile à l’un des pays encore antisionistes : l’Algérie, l’Iran ou la Syrie. Et peut être la Libye si, in cha Allah, demain, le fils du martyr Mouamar est élu ! Sinon, il reste la lutte armée, avec constitution d’une milice et incendie de toutes ces organisations sionistes. Je vous suggère la seconde solution. Cette nuit de Cristal 2.0 sera le début de la libération de la France !!!

     

  • Courage, M. Soral et Me Viguier, tenez bon !
    Votre combat intellectuel est salutaire pour tous !
    La Vérité sera implacable contre tant de mensonges et d’injustices !


  • Discutant de ce sujet avec une vieille personne qui a connu la dernière guerre dans sa jeunesse, et en intégrant à notre discussion les problèmes du monde actuel, ceux de la France en particulier (Marrakech, Aix-La-Chapelle, tendance insurrectionnelle, antisémitisme, oligarchie, etc), On m’a fait cette remarque de bon sens « Il est des marmites qu’il ne faut pas trop faire rebouillir ». Je n’ai pas demandé à qui ça s’adressait...


  • Ici on a bien compris la question, mais pas les Gilets jaunes qui se font récupérés de toute part !
    On n’est pas encore assez lucide sur la situation politique dans ce pays : dès qu’il y a manipulation, récupération, menace, interdiction etc., on recule et on obtempère ! On suit le tracé ! On se conforme à la bien-séance, la bien-pensance ! Ce qu’il faut dire pour être bien vu !

    Il ne s’agit pas de casser, il ne s’agit pas de biens matériels, ni même de marcher : il s’agit de conscience !

    Au contraire : il faut être mal vu, provoquer, pour réveiller les autres qui dorment !

    Sinon, de combien de Soral et de Ryssen auront-nous besoin pour enfin s’affranchir du 1% qui nous emmerde !?
    Nous on veut une France 100%, et on n’y est pas du tout.

    Alors réveillez ceux qui dorment. Lancez des piques, courtes et justes, des faits, des preuves, qui fassent réfléchir, pour plus tard... en évitant la censure, ou l’altercation...

     

    • Je vous rejoins totalement. Dans ma ville, au sein de certains GJ, il y a une main mise sur la modération et l’organisation de certaines AG de GJ qui ont lieu régulièrement. Une confiscation de la parole, dotée de quelques tabous comme la dette ou l’immigration. Des syndiqués ou militants d’extrême gauche, type antifas et compagnie, qui ont coupé court à toute discussion quand ils ont su que j’étais "soralien" (et je me demande encore comment ils l’ont su). J’ai été exclu deux fois du groupe FB, sur des prétextes fallacieux. J’avais obtenu ma réintégration une première fois suite à une AG où j’avais ouvert ma gueule, les mettant face à leurs contradictions et leurs mensonges. Malaise et regards tournés vers leurs pompes ce soir là, un grand moment. M. Soral, que j’ai interpellé sur la question pendant qu’il me dédicaçait son bouquin, m’a lui-même semblé un peu démuni, tant cette bien-pensance hypocrite est ancrée chez certaines personnes.
      Aussi, je pense qu’il faut aller au contact : faire tomber les masques, les pousser dans leurs retranchements, mettre à jour cette hypocrisie, qui est plus le fait d’une lobotomie et d’une inculture que d’une méchanceté réelle. Quitte à susciter une hostilité certaine.
      Force à vous messieurs !


    • Ceslaoui, vous avez raison : c’est un travail de terrain qu’il faut, le contact naturel marquant davantage l’esprit qu’un simple touitte qu’on peut zapper, censurer, détourner etc. noyé dans le flux.

      Je dirais même que les réseaux "sociaux", hormis peut-être pour s’organiser, sont surtout une perte de temps.

      Comme vous le remarquez, l’étiquette "soralien !" est à peu près la même émotionnellement parlant, que "antisémite !"... d’où rupture du dialogue...

      Il faut persister, parler à tout le monde, pas seulement aux "Gilets jaunes", un peu comme un journaliste, poser des questions qui dérangent comme çà, lancer des piques, des remarques hors des sentiers battus qui feront réfléchir (ou pas !)...
      Aller à la pêche et si çà mord çà peut être constructif, sinon, passer à quelqu’un d’autre...
      Courage !

      "Toujours face au Réel." - Soral
      Aujourd’hui tout le monde fait face à son écran, c’est peut-être pour çà que çà foire pour l’instant !

      Le but c’est d’être le plus radical possible (verbalement pertinent), c’est-à-dire de faire prendre conscience de l’existence dans l’esprit de l’autre, de cette élite (son but, ses intentions, ses procédés etc.) par rapport à la situation sociale actuelle, par rapport au réel.

      Le meilleur moyen c’est d’alterner remarques pertinentes en se posant comme victime - pour susciter l’empathie de l’autre et non le rejet -, et les questions du genre "Tu penses pas toi que... ?", là çà bute (car la réflexion çà fait chier tout le monde), alors vous revenez à la remarque victimaire, et ainsi de suite.
      Quand l’autre vraiment n’en peut plus, vous lâchez, mais si çà mord, balancez des infos.
      Utile serait d’avoir sur soi (en plus du calepin-crayon) des "preuves" papier de vos dires, et ensuite discuter autour de çà.
      Si la personne n’accroche plus ensuite, donner deux-trois adresses de sites en partant (prenez son adresse mail), puis passez à quelqu’un d’autre. (Les longues marches inutiles des Gilets jaunes nous offrent des km d’esprits à convertir !)

      En fait, nous n’avons plus besoin de journalistes, de média-teurs...


    • @Ceslaoui
      Votre témoignage confirme ce dont beaucoup se doute : un noyautage du mouvement GJ par le bas à l’aide de l’extrême gauche, en paralèle du noyautage par le haut avec les tentatives de listes pour les élections.
      Une alliance d’intérêts bien connue...


    • Domino, bref la franc-maçonnerie quoi !

      Ce dont n’ont toujours pas pris conscience les Gilets jaunes qui préfèrent leurs marches touristiques.

      Çà pour être en marche, ils marchent !


    • Merci à tous pour vos retours. Je vous raconte quelques anecdotes dans ce contexte, survenus ces dernières semaines.
      Sur FB, un mec poste un article sur des idées d’impôts plus légers et plus juste, venant d’un journal suisse. J’avais déjà eu quelques anicroches avec cet abruti. Je laisse un com disant que la question centrale, c’est la souveraineté monétaire, et même la souveraineté tout court puisque nous sommes dépendants des directives de l’U.E.. J’ai gagné là l’étiquette "complotiste".
      En AG, après quelques intervenants bien-pensants qui fustigeaient "le racisme, l’homophobie et le sexisme" au sein des manifs, j’ai pris la parole pour dire que d’une, j’avais jamais entendu de tels propos et que c’était rarissime, de deux qu’on est pas obligés d’aimer tout le monde, et de trois j’ai rappelé que bien souvent le racisme est le fait d’une méconnaissance, de préjugés, de peur ou de mauvaises expérience, rappelant qu’on ne règle pas l’intolérance par l’intolérance, et donnant mon propre exemple : j’ai des potes de toutes les couleurs et aussi des potes "racistes", et ils s’entendent souvent très bien. Malaise général, mais à la fin, deux personnes sont venus me remercier et me féliciter pour "avoir le courage de mes convictions" et pour avoir fait sauté un tabou. 2 sur 30 c’est ça de pris.
      Là où je ne vous rejoins pas, @France occupée, c’est sur le côté "victimaire". Lorsqu’on est juste, on a pas à se poser en victime. J’entends votre propos comme une suggestion de la subtilité, ce qui est une bonne idée mais ne peut fonctionner qu’avec des gens honnêtes et un minimum ouverts d’esprits. J’ai constaté une telle malhonnêteté chez ces bien-penseurs que maintenant je les attaque frontalement. J’estime qu’ils sont à combattre comme le système puisqu’ils en sont les alliés objectifs. Nul besoin de céder à la pleurniche avec ces gens là : de bonnes claques rhétoriques dans la gueule histoire de les faire court-juter et révéler leur véritable nature, des lâches qui invectivent sans comprendre les mots qu’ils utilisent.
      Et sur les réseaux sociaux, il va falloir les abandonner à terme, puisqu’ils nous rendent vulnérables et accessibles. Le terrain, le réel, y a que ça de vrai. L’outil est indispensable à ce jour mais c’est provisoire si on tisse du lien avec les personnes de bonnes volontés, si différentes les opinions soient-elles. On est dans un marathon, et le départ vient juste d’être donné...


  • Je retiens de cet exposé ceci (qui est à mon sens le principal enjeu des procès faits aux authentiques dissidents) :

    "Cela signifie, en résumé, que lorsqu’un procès est fait à Alain Soral on ne veut pas que le public en soit informé. Soyons plus précis : on ne veut pas que le public soit informé de la vérité."

    Une guerre totale pour le monopole de l’information

    En somme, la presse mainstream doit pouvoir conserver le monopole de l’information, de sorte qu’il n’y ait qu’une seule voix. On ne veut pas qu’un site comme celui d’Égalité & Réconciliation communique au public de manière exacte et fidèle les propos qui se sont tenus devant le juge."

    Eh bien communiquons, partageons au plus grand nombre les décisions rendus au nom "du peuple Français"

    En dernière analyse ce sont les juges qui ont le dernier mot dans notre raie publique non ? Censée être un état de droit.. (Mon cul sur la commode)

    E&R combat le pouvoir profond caché derrière celui qui est visible (un dessin rendrait ceci très eclairant je pense).

    Un vent favorable souffle dans la bonne direction.. Poussons, poussons


  • C’est ahurissant de voir comment même la justice à 2 vitesses habituelle s’efface pour laisser place carrément à une justice d’exception (pour pas dire de persécution...) dès qu’il s’agit d’Alain SORAL, sans parler du niveau des peines prononcées....
    Mais sans aucun doute une preuve de l’honnêteté de ce dernier dans son propos, parce que il n’y a que la vérité qui puisse faire peur à ce gouvernement du mensonge universel, au point de condamner un essayiste à des années de prison ferme.


  • Courage Alain ! C’est eux les fachos, les racistes, les corrompus...


  • Mille mercis à Alain Soral et Damien Viguier. Sans oublier tous les autres dissidents persécutés.
    J’espère de tout cœur que votre sacrifice ne sera pas vain.
    Vous êtes des modèles pour les français patriotes et surtout vous êtes notre seul espoir.....contre ceux qui détestent la France et les français.


  • Qu’ après on vienne me dire :

    Que la France n’est pas une dictature !

    Que l’UE n’est pas une dictature !

    Que le futur gouvernement mondial et son NOM ne sont pas des dictatures !

     

    • Personnellement j’en viens à apprécier la dictature lorsque celle-ci défend le peuple. C’est triste, parce qu’on ne peut pas savoir quand une dictature s’achève et où elle va aller (la république non plus mais c’est un autre sujet et elle dévie par d’autres moyens). Trop de mensonges, de détournements etc.. il est temps de payer et comme dirait l’autre (le loup en l’occurrence) si ce n’est pas toi c’est donc ton frère, trop c’est trop.


  • C’est tous ceux qui s’opposent au système, plutôt à ceux qui PROFITENT du système, qui vont se retrouver en taule. Le mérite principal aura été de faire la démonstration que nous vivons en dictature. Par là, le système s’est dévoilé, il est plus vulnérable.


  • C’est ce qu’on appelle un procès politique . Quand on voit les répressions en cours contre le peuple et le discours officiels de propagande ... je trouve que c’est drôle la démocratie autoproclamée !


  • La vérité ne saurait être vaincue , sous sa lumière les êtres des ténèbres tressaillent, et le visage immonde du mensonge est rendu visible a tous .
    Malheur a ceux qui trahissent l’ esprit de la Justice, et, qui corrompus s’ accoquinent avec la démence diabolique de ceux qui envieux de Dieu , s’ acharnent sur ses enfants pour en faire des esclaves soumis .
    On ne saurait jamais leur souhaiter autant de mal , qu’ ils nous en souhaitent , ni autant qu’ ils nous en font !
    ils devront payer pour leur malveillance et leur cruauté , nul n’ échappe a la Justice de Dieu !
    A.Soral est un exemple de détermination et de courage .


  • L’histoire retiendra votre nom,Mr Soral, pour sûr les oiseaux de mauvais augure au pouvoir jouissent aujourd’hui,mais demain ils seront les grands perdants sur cette terre et au delà, Justice Divine sera faite ,ne leur en déplaise,La Russie orthodoxe sera pour sûr un endroit accueillant pour tous les Justes,


  • Question à Maître Viguier : d’après vous AS ira-t-il réellement en prison ?


  • On peut arrêter un homme mais pas ses idees.


  • La défense est libre ou le procès est nul.

    (J’espère que c’est un appel en nullité qui a été fait et pas seulement en réformation).

    La défense est libre tant pour l’avocat que pour le prévenu car le mandataire (l’avocat) qui tient ses droits du mandant (le justiciable) ne peut avoir dans son mandat ad litem plus de droits que son mandant.

    Si la défense de l’avocat est libre à l’égal de la défense du prévenu pour lui-même, le tribunal ne peut à peine de nullité de son jugement dire que la parole identique de l’avocat et du prévenu est l’exercice d’un droit pour l’avocat mais un délit pour le prévenu.

    Et donc, s’il ne poursuit que le prévenu et non l’avocat, soit il poursuit le prévenu d’un délit imaginaire, soit il rabaisse l’exercice d’un droit au rang du délit et dans les deux cas encourt la nullité de son jugement.

    Et maintenant, je vais possiblement commettre un délit : le jugement est nul parce que les juges sont nuls.

    Or, quand les juges sont nuls, depuis toujours, c’est qu’ils sont achetés.

    Et lorsqu’ils ne le sont pas, c’est qu’ils se sont vendus.


  • #2132473

    Ils veulent sa mort, on est dans la continuité de la révolution Française. Les bons éléments n’ont plus le droit de vivre. La France aux terroristes et immigrés.
    Les terroristes en liberté et les cerveaux derrière les barreaux.
    Alain paye sa fidélité à Dieu.
    Adieu la France, les révolutionnaires ont gagné.


  • 400 000 euros !!!!!! Le système est entrain de péter un plomb !!!!!!


  • SOUTIEN INDEFECTIBLE au patron.
    On a une amie commune, s’il fallait. Aussi vierge et innocente que l’hermine.
    Quelle Justice en France ? Orwell, au secours.


  • on attend les motifs du tribunal avec intérêt, puisque les intentions qui les précèdent s’ accompagnent d’ une année d’ emprisonnement indispensable la sécurité publique.

    et sinon, est-ce que les faits et la science ont encore le droit de citer dans 1 tribunal français, ou merde ?!


Commentaires suivants