Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’école au Moyen Âge

 

Pour en savoir plus sur le véritable visage du Moyen Âge :

 

À lire absolument chez Kontre Kulture :

Voir également, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1789729
    le 25/08/2017 par Marion Sigaut
    L’école au Moyen Âge

    Bravo !
    Excellent !


  • #1789764
    le 25/08/2017 par Crux fidelis
    L’école au Moyen Âge

    Tout comme aujourd’hui, Satan et son armée braille bien plus fort que les quelques catholiques semper idem qu’ils restent dans le monde. A l’arrivée de l’imprimerie, au début du XVIème siècle, les grosses imprimeries sont à Strasbourg, Venise, Florence, Lyon, Anvers, Rouen, Francfort, Paris, Cologne, Bâle et Leipzig. Mais les Pays-Bas profitent du déclin de Venise à la fin de ce même siècle. Leur capitale typographique est Anvers, où s’illustre Christophe Plantin, un Français venu de Touraine en 1555 qui travaille pour la Contre Réforme et la couronne d’Espagne.
    Au plus haut des tensions religieuses des imprimeurs protestants se réfugient à Genève, comme les Parisiens Conrad Bade et Robert Estienne qui arrivent en 1550 et le Lyonnais Jean II de Tournes qui les suit en 1585. Après avoir inondé la France et les pays voisins de publications réformées, les Genevois impriment des livres non religieux qui peuvent être vendus librement dans les pays catholiques. Pour les libraires de Lyon, ils impriment à la fin du siècle des ouvrages, surtout littéraires et juridiques, dans des quantités telles qu’en 1588, les compagnons lyonnais accusent les patrons d’avoir délocalisé l’imprimerie à Genève, où les frais d’impression sont inférieurs de plus d’un tiers et le papier est moins coûteux en raison de sa mauvaise qualité. La suite est connue, les intelligences de plus en plus perverties en arriveront après d’innombrables massacres et révolutions au niveau bulot que l’on connaît aujourd’hui. Dieu l’a permis


  • #1789775
    le 25/08/2017 par Olivier
    L’école au Moyen Âge

    Vu l’état de choses d’aujourd’hui, il faudrait peut-être que l’église s’y remette. Enfin, il faudrait aussi remettre de l’ordre dans l’église. Pauvre époque qu’aujourd’hui : l’appellera t-on "tiers âge" ?


  • #1789782
    le 25/08/2017 par Fernand
    L’école au Moyen Âge

    Lire "la révolution" de Mgr Gaume.
    La révolution de 1789 aurait germé dans les collèges qui enseignaient aussi la période pré-chrétienne (païenne) que fut la Grèce et la Rome antiques. ... !
    Brutus pour le régicide et cicéron pour la république... pour synthétiser !
    Par exemple lors d’une assemblée ;Camilles desmoulins avait dit :"lisez Cicéron ! Et vous serez libres !" Cicéron était son compagnon de pensée !


  • #1789832
    le 25/08/2017 par le gaulois
    L’école au Moyen Âge

    Il est clair que pour bâtir châteaux forts et cathédrales il fallait bien en plus être de sombres et fanatiques crétins ...


  • #1790052
    le 26/08/2017 par Sedetiam
    L’école au Moyen Âge

    Quand on évoque J. Ferry, son seul apport à l’école était de l’avoir rendue obligatoire afin de préparer "La Revanche" suite à la taule de 1870.
    Cette obligation avait pour but de distiller le roman national d’Ernest Lavisse (ou le vice, je ne sais plus) et de fédérer les gens des langues d’Oc et d’Oïl autour d’une seule, commune (valant propagande de la IIIème République), gens prompts à exécuter les ordres, cette fois, compris de tous...(et qui seraient donnés la mobilisation venue).
    Vint l’heure où nous les vîmes tous partir, pantalons garance sur le cul, la fleur au fusil, chantant celui du départ puis fredonnant sans doute un quelconque "Malbrough s’en va-t-en guerre, ne sait quand reviendra" ♫ pensant pourtant revenir sous quinzaine tant ils étaient remontés par toutes ces années de persuasion.
    Le temps passa, personne ne rentrait chez lui et se fit entendre alors, du fond des tranchés, la chanson de Craonne...
    Merci Jules et tous les ENC_art_ÉS qui ont permis les boucherie successives.


  • #1790055
    le 26/08/2017 par Gilles
    L’école au Moyen Âge

    Instinctivement, il faut être complètement crétin pour imaginer qu´un jeune homme de 16 ans du V au XIè siècle pouvait être plus con, que le lycéen moyen d´aujourd´hui.

    Ensuite faut argumenter face aux Charlis : en 3¨52 la fiche est faite contre les charlos :
    - concile de Vezon 529 - christiannisation - Charlemagne - école gratuite - XIIIè les filles à l´école - école fortement conseillée - lien christiannisation et alphabétisation - enseignement pro à 12 ans, ou, pour certains - enseignement général - puis seulement les meilleurs à université. À part la shoah absente, une enseignement qui semblait de qualité.


  • #1790113
    le 26/08/2017 par zouzou
    L’école au Moyen Âge

    Comment nos ancêtres auraient-ils bâti l’une des plus brillantes civilisations qui soient s’ils avaient été cons comme des manches ?...


  • #1790135
    le 26/08/2017 par fadge
    L’école au Moyen Âge

    Ils n’utilisaient pas la methode globale !
    #lesheureslesplussombres


  • #1792011
    le 29/08/2017 par sahb
    L’école au Moyen Âge

    quel joli conte de fées ! je constate tristement que tout le monde y croit !! macron n’aura qu’à nous raconter le même à la fin de son mandat et c’est dans la poche !!
    M’enfin !!
    les possédants savent depuis toujours qu’instruire le peuple est TRÈS DANGEREUX (pour eux) !!!