Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron, qui tabasse les Gilets jaunes depuis un an, "bouleversé" par le film Les Misérables

Séquence politique grotesque à l’Élysée, où le président de la République franc-maçonne découvre, sidéré, les conditions de vie de certains banlieusards (mais pas tous, n’exagérons pas) en visionnant le film de Ladj Ly Les Misérables. Aussitôt, selon Le JDD, il a « demandé au gouvernement de se dépêcher de trouver des idées et d’agir pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers ». Ainsi, il suffit d’un film pour que le premier des Français prenne un problème social à bras-le-corps. Qu’attendent les Gilets jaunes pour faire un film ? Pas de budget ? Allons, si tous les Gilets jaunes donnaient 10 euros, le film pourrait se monter en une semaine !

 

 

Oh ! le remake de La Haine (1995), ce film antifrançais au possible de ce pauvre Kassovitz !

 

 

Remarquons en passant que les films sur la banlieue ont toujours trouvé du financement, de l’aide CNC et du relais médiatique comme celui du très complaisant et du très SOS Racisme Mouloud Achour (et pas Moulouda Chour). Le Figaro note dans son Journal de Cannes du 16 mai 2019 la chose suivante :

« “Le point de départ des Misérables, c’est une bavure policière que j’ai filmée il y a dix ans”, poursuit Ladj Ly. Le sujet est on ne peut plus d’actualité. “Cela fait vingt ans qu’en banlieue on est Gilets jaunes, la réalité a rattrapé le film”, acquiesce, sous l’œil attentif de Kim Chapiron, Mouloud Achour et Romain Gavras, celui qui a fait ses armes avec Kourtrajmé. Serait-il passé des films outranciers et subversifs du collectif de cinéastes à un cinéma politique ? “Je suis simplement réalisateur, je ne suis pas un porte-parole”, confie-t-il. Mais son long-métrage est un “cri d’alarme” à l’ensemble de la société : “En banlieue, on se sent mis à l’écart. On a besoin d’être entendus pour faire évoluer les choses”. »

Nous revoilà repartis dans la chialerie de banlieue ! Alors que les paysans se pendent, que des ouvrières sont licenciées par milliers, que les infirmières croulent sous le boulot et que les pompiers se font caillasser, on nous bassine avec la souffrance des banlieues qui n’ont jamais assez d’argent et qui souffrent de la méchanceté de la police fasciste blanche !

 

 

Il serait temps de se dévictimiser (verbe à lancer) et à se retrousser les manches, sans faire de jeu de mots. Tout le monde n’est pas racaille en banlieue, il y a des gens qui bossent, qui ne foutent pas la merde, qui ne dealent pas, mais on en parle peu. En plus, si vivre en HLM n’est pas toujours agréable, les loyers n’y sont pas chers et les multiples aides sociales soutiennent bien des familles. Le hic, ce n’est pas d’habiter en HLM, c’est d’y rester. Normalement, une petite ascension sociale devrait permettre aux moins jeunes de quitter ces lieux de bannissement, comme dirait Jamel qui s’est cultivé, et de laisser la place aux jeunes (couples) qui en manquent. Mais les choses ne sont pas aussi simples, le manque de formation ne permet pas à tous de s’élever dans la hiérarchie sociale ou d’augmenter son salaire. Et là, on retombe sur un autre problème, plus profond en France : l’école.

Pour en revenir aux Misérables de Ladj Ly, forcément soutenus par l’antiraciste bien-pensant Mouloud Achour et maintenant par le locataire de l’Élysée, qui a besoin des voix autrefois glanées par les socialistes, on appréciera sa remarque qui sent le remplacement : « En banlieue, ça fait vingt ans qu’on est Gilets jaunes ».

C’est sûr qu’en votant socialiste depuis 35 ans, les choses se sont vachement améliorées en banlieue, une banlieue qui s’est fait enfumer par le mitterrandisme et le drayisme ! Nous ne reviendrons pas sur la magouille conjointe entre associations, lobby antiraciste et élus socialistes pour capter ce réservoir de voix contre des prébendes financées par la nation, prébendes qu’on a vu arriver dans les mains de familles de truands comme les Luhaka, ce merveilleux clan de chances pour la France qui a placé 5 de ses membres en garde à vue pour escroquerie, Théo compris, celui qui avait reçu dans sa chambre d’hosto François Hollande en personne.

Le résultat de 35 ans de socialisme trompeur, il est là, symbolisé par cette catastrophe morale, politique et sociale. Ladj Ly a ses raisons de repointer ce désastre du doigt, mais il fait partie de la chaîne de manipulation politique qu’on appelle l’antiracisme qui va d’Achour à Macron et qui victimise la banlieue depuis toujours pour un résultat nul, voire une régression. La victimisation est une régression infantile.

Ce n’est pas avec ces gens-là que la banlieue va s’en sortir (de la banlieue), c’est plutôt en tendant la main aux Gilets jaunes et en votant autrement...

 

Bonus : le discours de Victor Hugo contre la misère (1849)

Nous sommes le 9 juillet 1849, Victor prononce un discours à l’Assemblée contre le pouvoir en place qui ne fait rien devant la pauvreté qui a été à l’origine de la révolution de 1848. Si pour lui la pauvreté existera toujours, on peut et on doit lutter contre la misère. Une phrase parmi d’autres, qui devrait faire réfléchir les pouvoirs publics arroseurs de subventions sur les pleureuses de banlieue :

« Pour substituer à l’aumône qui dégrade, l’assistance qui fortifie... »

C’est au plus souffrant, sur E&R :

 






Alerter

110 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2324889
    Le 19 novembre à 09:19 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Macron, qui tabasse les Gilets jaunes depuis un an, "bouleversé" par le film (...)

    « demandé au gouvernement de se dépêcher de trouver des idées et d’agir pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers »

    "les quartiers", déjà, c’est un aveu de mépris total
    parce que tu vis où, toi ?
    t’es pas dans "les quartiers"
    mais, t’es dans quel quartier, alors ?

    et "améliorer les conditions de vie"
    mais les gens, ils se débrouillent,
    comme en taule, pareil

     

    Répondre à ce message

  • On ne peut pas se dire pour la liberté, la démocratie, la justice sociale, le progrès, mon cul sur la commode.... Et faire le jeu des opposants à ces valeurs en opposants gilets jaunes et banlieusards. C’est un non sen absolu, un manque de maturité politique. J’espère que vous accepterez cette modeste critique et que vous diffuserez mon commentaire.

     

    Répondre à ce message

  • Dommage qu’il ne ressente pas autant d’empathie pour ses compatriotes infiniment plus légitimes comme objet de sollicitude, ne serait-ce que parce que c’est eux qui l’engraisse et qui bossent pour payer ses délires, ceux de ses patrons, de ses complices et de ses larbins et qui subissent l’intégralité de leurs conséquences présentes et à venir, comme otages et victimes de ses lacunes et de leurs escroqueries en tous genres. Qu’est-ce qui ne va pas chez lui, il n’a qu’un seul hémisphère en état de marche !?

     

    Répondre à ce message

  • #2325101

    « En banlieue, ça fait vingt ans qu’on est Gilets jaunes ».

    oh que non , vous n’avez pas le panache. , pas le coeur.

    vous faites semblant , mais depuis 30 ans vous votez pour ceux qui vous maintiennent dans la gamellerie .

    un jour peut étre au mieux vous rejoindrez les gilets jaunes , conscients et réellements politisés ( et pas mangeurs de disquettes).

    faut tjrs qu’ils s’accaparent le mérite des autres ces opportunistes , ces gratteurs.

     

    Répondre à ce message

    • Tes Gilets Jaunes ils ont voté pendant 30 ans, à gauche, à droite, à l’extrême-gauche, à l’extrême-droite..
      En banlieue le taux d’abstention est record pas seulement par désintérêt mais parce qu’ils ont compris avant l’heure l’entourloupe.

      Arrête de parler de panache, de coeur, les gilets jaunes n’en ont pas l’apanage. La plupart des pays du monde qui sont rentrés dans une phase de rébellion/révolution dernièrement ont fourni des mobilisations populaires infiniment plus grandioses en quantité et qualité que les gilets jaunes, notamment au Maghreb, ironie du sort (hirak du Rif, puis Algérie)

       
    • #2325614

      @Al
      Matthieu Kassovitz sors du corps de Al

       
    • al

      "ironie du sort (hirak du Rif, puis Algérie)"

      il était temps aprés une gestion calamiteuse de l’aprés 62 et une guerre civile ou se sont entre massacrés les algériens eux mémes , il était temps qu’ils réagissent .
      en france les gens bougent pour moins que ça , et n’ont pas besoin de descendre si bas dans le malheur pour se réveiller, ironie disais tu ?
      tu compare tout de suite france et algérie en bon revanchard de base alors que l’on te parle de banlieue.

       

  • Cela fait vingt ans qu’en banlieue on est Gilets jaunes,



    Comme je déteste entendre cette connerie !

    Sous prétexte qu’ils subissent également la police, ( Et encore la police n’utilise pas de LBD sur eux ) Les mecs des quartiers seraient eux aussi des "gilets jaunes".

    Non les gilets jaunes n’ont rien à voir avec les racailles de banlieue, c’est même l ’inverse le plus souvent les gilets jaunes subissent ces gens.

    La répression policière en banlieue même si elle est parfois excessive n ’existe que par le contexte hautement criminogène de ces zones de non droit qu’on appelle les quartiers.
    Les gilets jaunes ne nuisent a personne, ne réclament rien et n’attendent pas l’assistanat ou des subventions d’état , ce sont des travailleurs inoffensifs qui revendiquent uniquement le droit de vivre dignement de leur travail ( et non pas le droit de nuire a autrui ) , et ils sont eux victimes d’une répression 100% gratuite .

     

    Répondre à ce message

  • #2325638

    Il y a des soumis qui se rebellent et des rebelles qui se soumettent.
    Ça n’a rien à voir avec la couleur du gilet ni le lieu d’habitation.
    C’est une question de croyances qui explosent devant la réalité des faits.
    Croyance dans l’illusion d’exister grâce à la consommation de marchandises que l’on peut se payer ou pas.
    Nous observons, voire vivons, une dissonance cognitive qui peut être libératrice, mais à chacun de changer ses croyances ou d’accuser les autres.
    Et surtout, réfléchissez à cette idée qu’il faut choisir entre "vouloir avoir raison" et être heureux.

     

    Répondre à ce message

  • Dans les banlieues il y a tout les équipements et transports urbains à portée de la main. c’est arrosé de pognon, 10 fois plus que dans les campagnes et idéalement placé près des bassins d’emplois.... Alors quelle est le problème ? Faut-il que je le dise ?

     

    Répondre à ce message

  • #2326564

    Allez, encore de la victimisation communautaire.

    Le petit Gérard ou le Jean-Claude devenu Clodo sdf,

    Ladj Ly il s’en bas les noix.

    Ça fait 30 que j’entends que l’État déverse des Milliards

    dans les banlieues, pour quel résultat.

    Il serait temps de faire un audit si l’argent à bien été

    distribuée. Ras le bol de la pleuniche.

     

    Répondre à ce message

  • ce sont les gens qu’il subventionne qui lui expliquent le réel ?

     

    Répondre à ce message

  • En votant autrement !! LOL vous croyez encore à ça ??

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents