Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Maire du XVe arrondissement de Paris : "La politique migratoire de Macron est un désastre"

Après l’installation par l’État de 440 migrants en plein cœur du XVe arrondissement de Paris, le maire Philippe Goujon a tenu à s’expliquer auprès des riverains et à les rassurer sur la fin prochaine du campement, source de tensions.

 

Philippe Goujon, maire Les Républicains (LR) du XVe arrondissement de Paris, a tenu à s’expliquer auprès de ses administrés après l’installation d’un camp de migrants dans l’enceinte d’un complexe sportif universitaire ayant suscité la colère des riverains.

Interrogé par RT France, l’édile a révélé avoir eu vent durant l’été de la mise en place de ce campement par des résidents, et non par l’administration.

« Cela dénote un profond mépris de la part des autorités gouvernementales et du ministre de l’Intérieur, aussi bien des élus locaux et du maire que je suis, que des habitants qui ont aujourd’hui 500 migrants sous leurs fenêtres », a-t-il déclaré.

 

(Cliquer sur l’image pour retrouver la vidéo)

 

« Je conteste l’absence de politique migratoire du gouvernement, qui est absolument la même, en tous cas je ne vois pas la différence entre celle d’Emmanuel Macron et celle de François Hollande, qui consiste à accueillir tous les migrants quels qu’ils soient [...] Parmi ces 500 migrants il y en a à peine 20 % qui sont éligibles au droit d’asile. Que fait-on des 80 % restants ? On va les expulser, évidemment, mais pourquoi les avoir accueillis sur notre territoire ? », s’est-il interrogé.

« Tout pays a le droit de protéger ses frontières et d’accueillir sur son sol ceux seulement qu’il veut accueillir. Cela n’est pas le cas en France car il n’y a pas de maîtrise de l’immigration. Cette politique amène à un désastre », a-t-il conclu.

 

Une quasi-unanimité des riverains contre le campement

La réunion, qui se tenait dans un restaurant de l’arrondissement, a réuni une trentaine de riverains remontés contre la présence des 440 hommes d’origine soudanaise ou encore afghane qui ont été installés sans que la municipalité ou les habitants ne soient prévenus.

Une femme vivant dans un appartement donnant sur le camp a témoigné des nuisances subies par les riverains en raison du comportement des migrants : bagarres, fêtes tardives, déjections dans la rue... La liste de ses griefs a été exposée au maire de l’arrondissement.

 

 

Si cet avis faisait la quasi-unanimité dans la salle, une femme habitant le quartier était néanmoins outrée de l’attitude des riverains et du maire. Elle l’a fait savoir en s’opposant verbalement aux propos du maire, soutenant l’opinion majoritaire de ses administrés.

« Vous ne faites preuve d’aucune empathie ! Vous êtes des nantis ! », a-t-elle déclaré avant de quitter la salle.

 

 

Interrogée par RT France avant la tenue de la réunion, cette femme affirmait que les personnes hostiles à l’installation des migrants étaient « des gros bourges qui ont peur des gens de couleur ».

 

 

D’après Philippe Goujon, les autorités se sont engagées à évacuer le campement le 1er septembre, avant de passer deux jours à « désinfecter et remettre en état » la structure sportive universitaire pour la rentrée.

Sur ce chaos très organisé, lire chez Kontre Kulture :

 

La baignoire à migrants se remplit à nouveau, voir sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • J’espère qu’ils vont déguster ces macronistes.

     

    Répondre à ce message

  • Petit problème d’intendance et d’administration. Malheureusement la migration obligatoire va continuer, jusqu’à environ 15 millions d’individus en Europe. Et c’est le peuple qui va tout supporter. Le voisinage, le financement, la délinquance, la morale etc.
    C’est justement pour que rien ne change à l’étage bourgeois que les migrants arrivent. Les esclaves de souches ne sont plus assez rentables, assez nombreux, assez soumis et assez musclés.
    Ces gens ont voté Macron pour le remplacement du peuple. Un peu de patience, l’organisation va s’améliorer.

     

    Répondre à ce message

  • Hahaha, vous chantiez ? J’en suis fort aise. Et bien dansez maintenant ! ;)

     

    Répondre à ce message

  • Prête à tendre les mains ? Que n’en accueille t-elle donc pas chez elle ?
    Les riverains sont outrés du bruit, des bagarres et, et, et... des défécations sur les trottoirs..... normal, les sanisettes, connaît pas. Mais ça, elle ne l’a pas relevé. Si des fois la mairie réduisait les impôts afin que les riverains ne soient pas toujours les dindons de la farce.... peut-être se sentiraient-ils moins pigeons ?

     

    Répondre à ce message

  • Je ne m`exprimerai pas au sujet de cette dame qui prétend que ce sont les bourgeois nantis , auxquels elle appartient , qui ont peur des gens de couleur , car pour elle il n`y a plus rien à faire ...

    Je comprend tout ces gens qui vivent cela actuellement , je ne voudrais pas moi-même vivre cela , et il y a de la marge encore puisque je vis à la campagne .Mais je leur pose ici la question , puisque cette immigration est la conséquence d`une mouvance politique , pour laquelle ils ont adhéré , alors seraient-ils satisfaits de voir disparaitre ces 500 immigrés clandestins de leur quartier , pour les placer devant chez moi par exemple , ou chez d`autres ? C`est-à-dire de simplement déplacer le problème ?

    J`ai bien peur que la réponse soit : oui ...

     

    Répondre à ce message

  • Il y a comme ça des gens tellement bardés d’arguments, ayant à coeur de les éprouver à travers l’échange avec des contradicteurs, que généralement ils éructent en reculant :-)

     

    Répondre à ce message

  • Que tout ces bourges de la droite des valeurs boursières aient enfin "le bruit et les odeurs" qui leurs avaient été épargné jusque là, c’est un juste retour des choses. Les émigrés, ils avaient pris l’habitude de les voir à la télé victimes du populo raciste et les croisaient parfois dans les rues de Paname, un éboueur par ci, une femme de ménage par là, pas de quoi organiser une réunion de quartier. Ils n’ont jamais été contre l’émigration de masse car un émigré quand ça travaille c’est pour pas cher et quand ça travaille pas ça fait quand même tourner le commerce grâce aux allocs. Bref tout ces cathos de pacotille convertis à l’économie de marché ont toujours vu le côté positif de l’émigration sur leur portefeuille... Que Macron n’hésite pas à multiplier les campements dans l’ouest parisien, ces cons ont voté massivement pour lui, il aurait tort de se gêner.

     

    Répondre à ce message

  • #1790766

    Tous les bobos qui crachent sur la France, sur son histoire et sa culture vont devoir se coltiner les "migrants"...ils pourront discuter du vivre ensemble et de tolérance maintenant qu’ils ont les pieds dans la boue...Maintenant qu’ils sont concernés, on verra s’ils continueront sur la même voie...la mouche a changé d’âne...

     

    Répondre à ce message

  • Goujon est ce qui se fait de pire en matière de politicien sans conviction. Tout à coup, il feint de découvrir que le 15ème ardt est envahi.

     

    Répondre à ce message

  • Je m attends a recevoir le maximum d insultes pour mon post, la vérité blesse. La Corse est la seule région métropolitaine a n être pas dans le plan de répartition des migrants. Désolé pour tous ceux qui se bougent sur le continent, mais les français en grande majorité COLLABORENT. Seule la violence légitime du peuple, ( comme récemment en Corse) peut faire reculer l État.... Ça marche pas par les urnes, retour aux burnes comme disait Soral

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents