Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Viktor Orban ou le bon sens

"Nous ne pouvons laisser une foule de réfugiés pénétrer sans contrôle dans nos vies"

Le Premier ministre de Hongrie, Viktor Orban, s’est entretenu avec le quotidien tchèque Lidové noviny à propos de l’immigration. Voici la traduction de l’extrait publié sur Internet.

Traduit du tchèque par Alimuddin Usmani.

 

Lidové noviny : Il y a environ un an, vous avez lancé un avertissement concernant la crise migratoire en affirmant que des centaines de milliers de réfugiés allaient déferler sur l’Europe et que les pays allaient individuellement restreindre l’accès à leurs frontières. Pour cela vous avez été désavoué par certains politiciens occidentaux. Avec ce qui se passe aujourd’hui, ressentez-vous la satisfaction d’avoir eu raison ?

Viktor Orban : Je suis fait de chair humaine et j’ai des sentiments, mais ressentir de la satisfaction serait mesquin. (...) Le problème est que les considérations de bon sens ont disparu de la politique européenne. Aujourd’hui, l’élite politique européenne repose sur un emballage idéologique scellé qui possède une relation insignifiante avec la réalité. Nous avons pu le constater il y a un an, lorsqu’apparaissaient les premiers signes de la crise migratoire. Ceux qui, comme nous, suivaient la situation du point de vue du bon sens étaient très peu nombreux. Nous ne prenions pas en compte les idées et les idéologies, dans lesquelles on peut tout fourrer, mais uniquement le fait que des gens affluaient de manière massive et incontrôlée dans le monde dans lequel nous vivons.

Ainsi, je ne ressens pas de la satisfaction mais je me réjouis plutôt de constater que l’Europe commence à examiner le problème du point de vue du bon sens. Ne pas le faire suggère des tendances suicidaires. L’Europe doit abandonner les tendances suicidaires et se ressaisir.

 

La Hongrie a été la première à construire une barrière pour stopper l’afflux des migrants. Aujourd’hui, la situation est complètement différente, l’Autriche veut aussi construire une barrière. À quel point la décision de la Hongrie, de construire une barrière, a-t-elle été difficile ?

La décision n’a pas été difficile. Ce qui a été difficile c’est de supporter la campagne vindicative qui a suivi cette décision et de résister. La décision n’a pas été difficile car, pour la prendre, il n’y avait pas besoin d’être un génie. Moi même je ne suis pas un expert avisé mais j’ai les deux pieds sur terre. Je viens d’un petit village où l’ensemble des habitants sauraient ce qu’il faut faire. Il est clair, même pour les personnes les plus ordinaires, qu’il n’est pas possible de laisser de tels groupes de personnes, dont nous ne savons pas qui ils sont, ce qu’ils veulent et d’où ils viennent, pénétrer dans nos vies sans contrôle. Pour cela, il n’y a pas besoin d’être un politicien, un chef d’État ou un scientifique.

 

Que pensez-vous de l’argument selon lequel les migrants doivent être accueillis car ils représenteraient une force de travail qui fait défaut et qu’ils pourraient assurer nos retraites dans quelques décennies ?

Je crois que chaque grande vague d’immigration se caractérise par une erreur fondamentale. Les pays d’accueil s’attendaient à recevoir une force de travail mais ils ont plutôt reçu des personnes. Ce sont effectivement des gens faits de chair et de sang qui ont leur propre esprit, culture ou religion. Il n’est pas possible de prendre uniquement en compte la force de leurs muscles parce que nous recevons la personne dans son entièreté, avec son identité culturelle, avec les problèmes de coexistence qui y sont associés et le fait que la perception européenne de la vie en général n’est pas considérée comme quelque chose qu’elle devrait suivre. Ils considèrent leur culture comme ayant plus de valeur et c’est pour cela qu’ils ne veulent pas s’intégrer mais plutôt organiser leur propre vie en parallèle.

Cela a eu lieu partout dans le monde, c’est un phénomène de société parallèle dans l’Europe d’aujourd’hui et dans les pays où un grand nombre de gens sont venus de l’extérieur. Ce problème n’a pas encore touché l’Europe centrale. Le fait que nous n’ayons pas une société parallèle qui vit en notre sein, n’est pas un inconvénient mais plutôt un de ses plus grands avantages, cela représentera une force attrayante, un avantage concurrentiel des plus importants à l’avenir pour notre région. Bien évidemment, ce n’est pas une idée « politiquement correcte », alors il est interdit de la prononcer en Europe. Rien que pour cette phrase je serai attaqué après la diffusion de cet entretien.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1349718
    le 19/12/2015 par seb
    Viktor Orban ou le bon sens

    Un jour peut-être la France aura son Orban ou son Poutine. Mais pas aujourd’hui car aujourd’hui il faut prolonger l’état d’urgence et amener de nouvelles lois liberticides.

     

    • #1350442
      le 20/12/2015 par anonyme
      Viktor Orban ou le bon sens

      Les gouvernants sont à l’image de leur peuple : nous concernant, des emasculés et des tapettes !


  • #1349735
    le 19/12/2015 par Avar
    Viktor Orban ou le bon sens

    Depuis 1980 la population hongroise a diminué de 800 000 habitants, son taux de fécondité est de 1,32 - un des plus bas d’Europe . La Hongrie perdrait 100 habitants par jour, c’est en fait un des pays d’Europe qui pourrait accueillir des "migrants" pour compenser .

     

    • #1349913
      le 19/12/2015 par zuleya
      Viktor Orban ou le bon sens

      bien sur... sauf que une politique familiale adaptée (a la poutine ou a la israelienne) ou juste un changement de generation fera que les hongrois pourraient fort bien faire 3 enfants par femme dans la prochaine decenie. et la hongrie rebondira.et biologiquement c’est ce qui se passera fatalement. les couples qui nauront pas d’enfants par comportement/culture ne seront pas remplacés alors que les familles plus traditionelles reprendront le dessus dans leur pays.
      par contre si elle ouvre massivement ses portes a de l’immigration massive, la hongrie se suicide ethniquement et irremediablement.
      je crois que orban a un calcul bien moins limité que le tiens, qui est souvent celui de francais de la diversité pour essayer de justifier leur presence non assilmilée en faisant un petit doigt d’honneur au passage...


    • #1350015
      le 20/12/2015 par Sobieski
      Viktor Orban ou le bon sens

      Oui bien sur... Et on on légalise le vol et la violence la délinquance disparaitra, il serait temps d’arrêter les sophisme et les idéologies idiotes.


    • #1350845
      le 21/12/2015 par Amny
      Viktor Orban ou le bon sens

      La Hongrie a un taux de natalité très bas car le niveau de dégressivité de ce pays est très palpable, à cause d’un évènement historique qui a fait sombrer ce peuple dans le fatalisme et la morosité : TRIANON en 1921. (résumé de 3 ans de réflexion sur ce pays ET dans ce pays)

      Ayant constaté l’évolution du pays entre 2011 et 2015, je suis très optimiste.
      Les travaux de rénovation des infrastructures sont partout, des commerces ouvrent, je vois de plus en plus de voiture, les gens consomment de plus en plus... Pratiquement tous mes collègues et amis ont eu un bébé récemment. La politique familiale est beaucoup plus développée que chez nous pour favoriser la maternité. Les femmes peuvent arrêter de travailler 3 ans pour élever leurs enfants en bénéficiant d’un régime d’indemnité adapté.

      http://www.nouvelle-europe.eu/les-f...

      La courbe pourrait éventuellement s’inverser grâce à la reprise récente du pays. En tout cas je projette de retourner vivre la bas dans 2 ans maxi.


  • #1349743
    le 19/12/2015 par Jérôme2709
    Viktor Orban ou le bon sens

    C’est sûr qu’on n’immigre pas à l’Élysée ou à Matignon comme on immigre en Europe. Autour de nos "gouvernants", il y a une belle frontière de gardes du corps payés par les contribuables qui subissent l’immigration.

     

    • #1349974
      le 20/12/2015 par Jean-Mark
      Viktor Orban ou le bon sens

      J’ai toujours dis cela !
      En effet, ces histoires de "replis sur soi" ou de "d’accueil" sont bonnes pour la France mais jamais pour l’Élysée ou Matignon par exemple. Là vous n’avez pas même le droit de vous arrêter en face, et vous n’entrez que sur invitation et pour un moment bien déterminé.
      C’est fou mais ça ne saute aux yeux de personne.
      Merci de l’avoir mentionné.


  • #1349749
    le 19/12/2015 par delphin
    Viktor Orban ou le bon sens

    Et oui ! et pour emboîter le pas d’Orban, on peut ajouter que les assaillants du Bataclan étaient revenus de Syrie incognito, (en plus des 2 kamikazes venus de là-bas).


  • #1349852
    le 19/12/2015 par Patriote
    Viktor Orban ou le bon sens

    Bravo Orban , il est honorable de défendre son pays ,
    c’est plus logique que de le vendre à tous les vents de
    la mondialisation .


  • #1349885
    le 19/12/2015 par zera69
    Viktor Orban ou le bon sens

    je suis fiers de mes origines hongroises et je vais vite me barrer et retrouver les magyars !


  • #1349896
    le 19/12/2015 par Titus
    Viktor Orban ou le bon sens

    L’expression « société parallèle » de Viktor Orban décrit assez bien la réalité de l’immigration en France. Les immigrés vivent souvent en parallèle, ne partageant pas notre mode de vie ni notre culture, et tout juste notre langue.