Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Yassine Belattar contre Éric Zemmour sur CNews : islamo-gauchisme contre national-sionisme

Le combat des chefs a viré au sketch sur CNews ce mardi 19 mars 2019. La direction de la chaîne d’information du groupe Canal+ se pourléchait les babines à l’idée de recevoir ces deux monstres du débat, l’un de gauche, l’autre de droite ; l’un musulman, l’autre juif. Le débat, paradoxalement, était intitulé « Qu’est-ce qu’être français aujourd’hui ? »
Déjà, inviter ces deux personnalités était réducteur, un réflexe communautaire pas très républicain. Mais ça n’a pas empêché Pascal Praud, qui jouait les Paul Amar (qui à l’époque avait invité dans son 20 Heures sur France 2 Tapie et Le Pen), d’arbitrer la rencontre. Qui ne déboucha sur rien, ou pas grand-chose : Belattar veut islamiser la France par le biais de la Taqîya, et Zemmour est responsable des 50 musulmans abattus en Nouvelle-Zélande. Et nous là-dedans ?

 

 

On eût été content de voir ces deux hommes avancer sur un terrain français, se réconcilier à partir d’une plateforme commune, mais ce ne fut pas le cas. Chacun est resté arc-bouté en fond de court, renvoyant les balles dans les angles, histoire de faire souffrir l’adversaire. De vérités cosmiques, là-dedans, point. Des piques, des attaques, du rabaissement, prenons ça comme un échauffement.

Belattar à 10’53 : « Est-ce que vous vous prenez pour Charles Martel ? »

Belattar à 11’33 : « Là pour l’instant celui qui se comporte comme une racaille c’est vous, pas moi. »

Parfois, le débat prend un tour comique.

Belattar à 13’12 : « Non mais que vous le vouliez ou non vous avez une tête d’Arabe. que vous le vouliez ou non vous avez une tête d’Arabe, vous ressemblez à mon oncle Mahfoud au Maroc, vous avez une tête d’Arabe, physiquement, votre origine est trahie. Vous vous appelez comment Éric Zemmour, c’est quoi votre nom de famille ?

Zemmour  : Zemmour.

Belattar  : Ça veut dire quoi “Zemmour” ?

Zemmour  : Olivier.

Belattar  : En quoi ?

Zemmour  : En berbère.

Belattar  : Voilà. »

Zemmour ravalé au rang d’un vulgaire Arabe ! Mais il tend la main à Belattar.

Zemmour insiste sur leurs origines berbères communes : « Je pense qu’on est très proches en vérité, on a la même histoire exactement. Nos ancêtres auraient pu être copains. »

Il développe alors leur histoire commune – deux « Français de branche » – puis leur embranchement, entre ceux qui auraient choisi la France (les Zemmour) et ceux qui auraient choisi l’espace euro-africain (les Belattar). 20 minutes plus tard, Belattar, qui se définit comme afro-européen ou franco-marocain, tente encore de prouver à Zemmour qu’il est bien français, et un Français comme tout le monde. Belattar fait alors un pas de géant vers Zemmour : il va parler foot et nationalisme. Éric boit du petit lait (de chèvre) :

Belattar à 19’37 : « Je sais que je suis français assez bêtement. Quand l’équipe de France joue et ils perdent je suis pas bien. Quand l’équipe du Maroc joue je suis pas au courant. »

Ensuite, le débat prend un tour plus sérieux avec la problématique identitaire. Pour Belattar, les communautarismes ne se retranchent pas forcément, ils peuvent s’ajouter. C’est un rêve américain, pourrait-on dire... Cependant, sans vouloir pencher du côté de Yassine, quand il a émis l’idée que les rassemblements communautaires – on parlait des jeunes Algériens de France ou des Franco-Algériens qui manifestent leur joie en France pendant un match de l’équipe nationale... algérienne – n’étaient pas interdits aux autres communautés, il aurait dû parler du CRIF et du pouvoir de la communauté juive dans la politique et les médias. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? C’est pourtant le talon d’Éric.

Belattar explique que la majorité des Français de confession musulmane arrivent à être les deux, c’est-à-dire français et musulmans, et ce de manière apaisée. Ce que dénie Zemmour. Pour lui, porter le voile (ou une djellaba) c’est d’une certaine façon militer pour l’islam, c’est devenir un militant de l’islam. Le vêtement a une portée politique, ce que Belattar voudrait dissimuler.

Zemmour à 26’09 : « C’est une volonté de marquer le territoire, c’est une volonté de coloniser l’espace. »

Le débat sur la compatibilité entre Islam et République arrive à la 33e minute, sous l’impulsion de Pascal Praud, très effacé jusque-là (la peur de se faire tarter par deux Berbères ?). Zemmour envoie ses statistiques sur les quartiers (« 751 quartiers sensibles »), « 70% » d’arabo-musulmans en prison, et « la drogue » qui tient les cités. Belattar lui répond (aux échecs on appelle ça une préparation, c’est-à-dire un coup que l’adversaire n’a théoriquement pas prévu dans sa propre préparation)...

Belattar à 33’14 : « Pascal Praud on est d’accord, Éric Zemmour vient de dire “l’islam régit certains quartiers”. Je vous pose une question, vous présentez le journal ? Est-ce qu’on a déjà eu un fait divers où si quelqu’un a volé quelque chose dans un quartier on lui a coupé la main ? »

 

Contre-coup de Zemmour à 34’14 : « Vous savez ce que dit l’écrivain algérien Boualem Sansal, en parlant de ces quartiers que j’évoque ? Il dit “ce sont des républiques islamiques en herbe”. »

 

Il faut attendre la 36e minute pour que la religion juive arrive sur la table.

Zemmour à 36’45 : « Et puis tout simplement je vais vous dire ce qu’il s’est passé depuis 20 ans monsieur Belattar, ce que vous oubliez, c’est que dans ces quartiers où moi j’ai grandi, il n’y a quasiment plus de juifs, qu’il n’y a quasiment plus de chrétiens ! Mais si c’est vrai. Ils ont été chassés par quoi ? Chassés, oui chassés ! Ils se sont enfuis, ils se sont enfuis parce qu’on leur volait leur voiture, après on leur volait leur autoradio, après on leur cassait ceci, après on leur cassait cela. Après on les menaçait, après on violait leur fille... »

Praud apporte son témoignage dans la besace de Zemmour à 38’00 : « Pour le coup j’en connais beaucoup qui sont aujourd’hui dans des écoles confessionnelles juives parce que c’est très compliqué d’être juif en Seine-Saint-Denis ou à Sarcelles... »

À sarcelles, n’exagérons pas. À Aubervilliers, oui.
On se permet une petite pointe d’humour : c’est très compliqué de ne pas être juif à la télé, mais c’est une blague hein. Pourtant, cela résume le débat : quand Zemmour parle de Taqîya, cette stratégie de dissimulation que les musulmans adopteraient en France, terre chrétienne, pour prendre le pouvoir par le nombre et la ruse, Belattar devrait répondre que ce sont les juifs qui ont d’abord utilisé la Taqîya. Mais à un autre niveau que celui de la rue...
Ce que Zemmour reproche à Belattar et à travers lui aux musulmans français, c’est exactement ce que sa communauté a pratiqué pendant deux siècles, depuis les décisions de Napoléon à leur égard. Assimilation forcée pour les uns, ouverture à la vie publique pour d’autres, toujours est-il qu’une partie de la communauté juive en France a pratiqué la Taqîya dans les cercles de pouvoir. Mais ça, Belattar ne le sait pas, et c’est dommage, c’est un bel argument anti-Zemmour.

 

 

Plus globalement, cette confrontation de deux points de vue très opposés, national-sionisme contre islamo-gauchisme, peut produire de bonnes étincelles si une solution est trouvée par le haut, c’est-à-dire dans la réconciliation. Mais cela demande un effort, des concessions des deux côtés. Chez nous, à E&R, on a un peu de Zemmour, un peu de Belattar, et du Soral par-dessus qui cimente les contradictions. Certes, il y a 70% d’arabo-musulmans dans les prisons, mais les prisons ont toujours été remplies par le lumpenprolétariat. Et aujourd’hui, c’est qui le lumpenprolétariat ? Ce sont les habitants des cités. Donc ce n’est pas le fait d’être arabe ou musulman qui détermine la personnalité délictueuse, mais bien la situation sociale. Plus de 30% des taulards savent à peine lire et écrire. D’où l’importance de la question culturelle, et ethnique évidemment, surtout si l’on vient d’une partie de l’Afrique qui ne maîtrise pas la culture française. Et là on tourne un peu en rond, sauf si on sait qui a organisé l’immigration en France, au-delà de l’immigration de travail, qui était nécessaire. Là encore, on retombe sur les pattes de Zemmour et de sa communauté.

Ce que l’on pourrait reprocher à Belattar dans ce match, c’est de ne pas avoir assez travaillé l’Histoire. Quand on a un Zemmour en face de soi, il faut des arguments profonds. Seuls ces arguments-là peuvent le déstabiliser. Sinon on se fait étriller. Belattar s’en est plutôt bien sorti avec des vannes et des piques, plus quelques saillies bien senties (la charia qui régirait les cités), mais il faudra hausser son niveau de jeu. Quant à Zemmour, nous on veut bien débattre avec lui, avec Praud en arbitre de champ. On a de quoi contrer les concepts du national-sioniste de compétition. Malheureusement, on ne nous invite pas. Allez savoir pourquoi...

 

Belattar & Zemmour, sur E&R :

 






Alerter

251 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • La taqiya ou taguiya, c’est le nom que l’on donne en Afrique du Nord à la calotte que portent musulmans ou certains membres du clergé. C’est aussi comme ça que les juifs maghrebins comme Moshé Zemmour appellent la kippa. Le vocable peut désigner un simple bonnet qui permet de garder sa tête au chaud en hiver.

     

    Répondre à ce message

    • #2164356

      et bien au lieu de mettre une Kippa, une Taqîya ou un Fez ou Tarbouche comme couvre-chef sur la tête : ces deux brillants portes paroles et dignes représentants de la France que sont Moshé et Mohammed devraient porter le béret et arrêtez d’emmerder les Dupont et les Durant avec leurs fumisteries de religiosité étrangère aux Français de/en France !

       
  • #2164072

    Je suis français de souche depuis des générations, et ma copine est congolaise. On peut naître français ou le devenir à l’instar de ma copine, à condition d’épouser la France et de l’aimer charnellement (pour reprendre les mots de Bruno Gollnisch) !

    L’aimer charnellement, c’est épouser sa culture greco-latine, son histoire bimillénaire, sa littérature, ses terroirs, et surtout la religion catholique !

    Mais ce qui est indéniable, c’est que les musulmans qui se baladant en voile ou djellaba, qui continuent à appeler leurs mômes Rachid, Moktar ou Zoubida, qui se prennent pour des descendants de Saladin, ou à l’opposé les racialistes qui se prennent pour des descendant de viking, souhaitent un retour des dieux du pagnisme et ne voient leur identité que par leur blanchitude, tous ceux là n’ont rien de français !

     

    Répondre à ce message

    • #2164828

      encore faudrait il le reconnaitre et surtout l’admettre que le Français génétiquement et originellement parlant possède plus de similitudes et de points communs avec le Viking, le Celte ou le Gaulois que le Maure du Maghreb ou le Sarrasin du Rif ... et comme l’adage dit : chasser le naturel, il revient au galop .

       
  • Encore 2 beaux spécimens de Clown du système..

     

    Répondre à ce message

  • çà n’est pas parce que l’on parle de certains sujets qu’il faut en oublier l’essentiel : le Mal actuellement, c’est l’ultralibéralisme mortifère et tous ces méfaits inévitables dans tous les domaines, je dis bien tous...car lui a horreur du vide, c’est pas rentable !...après l’ultralibéralisme est-il la méga-conséquence d’un principe plus immonde, plus sordide...plus malin, beaucoup ici doivent avoir leur petite idée .

     

    Répondre à ce message

  • Franchement j’ai bien rigolé, il s’en est pris plein sa petite nuque de coquelet le Zemmour ! :D

    L’info la plus intéressante du débat venait toutefois encore et toujours du lui :

    Sa famille berbère a du choisir entre l’islamisation OU l’impôt français... c’est signé ! mdr

     

    Répondre à ce message

  • « Certes, il y a 70% d’arabo-musulmans dans les prisons, mais les prisons ont toujours été remplies par le lumpenprolétariat. Et aujourd’hui, c’est qui le lumpenprolétariat ? Ce sont les habitants des cités. Donc ce n’est pas le fait d’être arabe ou musulman qui détermine la personnalité délictueuse, mais bien la situation sociale. Plus de 30% des taulards savent à peine lire et écrire. D’où l’importance de la question culturelle, et ethnique évidemment, surtout si l’on vient d’une partie de l’Afrique qui ne maîtrise pas la culture française. Et là on tourne un peu en rond, sauf si on sait qui a organisé l’immigration en France, au-delà de l’immigration de travail, qui était nécessaire. Là encore, on retombe sur les pattes de Zemmour et de sa communauté. »
    donc les roms sont riches. Et les chinois de belleville aussi, tous. Car les pauvres seraient représentés en prison. N’oublions pas les boatpeople des 70’s venus remplir nos prisons. Merci de nous rappeler que parmi les prisonniers il n’y a pas que des arabos-musulmans, il y a aussi des africano-musulmans. Je ne sais pas dans quel quartier de Neuilly-sur-Seine vous vivez, mais au quotidien, quand je prends ma voiture, ou le métro, le problème, personnellement, l’agressivité ou l’arnaque ou le vol n’est jamais venu d’un rom, d’un malgache ou d’un srilankais.

     

    Répondre à ce message

    • sans omettre ni occulter que dans le lumpenprolétariat des cités à forte densité Maghrébine, Turc et autres il y a de moins de moins de travailleurs issus du prolétariat justement mais bien au contraire ce phénomène sociétal est devenu de plus en plus un lumpenprolétariat criminogène et qui s’est spécialisé pour l’essentiel dans le narcotrafic et le grand banditisme .

       
  • C’est quand même cocasse que ce soit deux berbères qui débattent sur un plateau de télévisons français sur la question de savoir " qu’est ce qu’être français aujourd’hui" !
    Imaginez la même scène sur un plateau de télé algérien ou sénégalais avec deux blancs dans le débat...

     

    Répondre à ce message

  • #2164990
    Le 22 mars à 21:40 par Alliance désuniverselle
    Yassine Belattar contre Éric Zemmour sur CNews : islamo-gauchisme contre (...)

    Pour saisir la duplicité de Zemmour, il est indispensable de s’instruire sur la genèse du décret Crémeux-Gambetta, surtout sur ses fâcheuses conséquences dans le développement de l’Algérie.
    Les juifs indigènes (par tous berbères) se sont réjouis de la conquête française, l’ont ils provoquée ? mais avant tout pour sortir de leur statut d’esclaves des musulmans.
    A l’annonce de la défaite de Sedan, de nombreux juifs algériens ont exulté, certains ont même attaqué des officiers français présent en Algérie (Alger, Constantine...).
    Zemmour, Stora, Arcady... ne nous parlent guère de l’Algérie à cette période pourtant cruciale pour eux et du rôle inouï qu’y jouèrent ces juifs indigènes, soutenues par le pouvoir gouvernemental français, alors entre les mains de leurs coreligionnaires, et de quelques arrivistes, franc-maçons pour la plus part.
    Le favoritisme dont ils ont bénéficié, la corruption des élections locales, l’arrivée de colons juifs français et étrangers, leur a permis de rapidement s’octroyer une emprise politique phénoménale sur la colonie. Ils ont pris l’ascendant sur les fonctionnaires français, souvent désignés par leurs acolytes de métropole, pour s’arroger presque entièrement le pouvoir judiciaire. Dispositions de contrôle concourant à une exploitation économique arbitraire et prédatrice : ruinant les modestes petits colons, expropriant les musulmans de leurs terres par d’iniques spoliations ou par des règlements institués par eux-même.
    Gestion coloniale ruineuse pour l’Etat français. Cette élite algérienne captaient beaucoup des fonds publics, devenus considérables avec le rattachement à la France ; en les destinant majoritairement à la valorisation de leurs possessions privées ; pour alimenter une vaste corruption servant leur clientélisme ; en s’accordant des traitements pour les postes d’élus phénoménaux, sans commune mesure avec ceux des métropolitains. Les élus juifs algériens faisaient figure de nababs à Paris.
    L’extermination ou la déportation des musulmans qu’ils prônaient ne fut pas rendue possible, du fait d’opposition politique et des militaires, indispensables pour réaliser ces funestes desseins. L’option d’en faire une main d’oeuvre asservie aux colons et à l’Etat étant privilégiée. En revanche, ils oeuvrèrent efficacement pour en faire une population de seconde zone, s’évertuant à saper leurs fondements culturels tout en bloquant leur assimilation (code de l’indigénat, vote empêché, ...).

     

    Répondre à ce message

    • #2165108
      Le 23 mars à 08:17 par Alliance désuniverselle
      Yassine Belattar contre Éric Zemmour sur CNews : islamo-gauchisme contre (...)

      Z’implore le pardon des éventuels lecteurs de ce précédent post pour mes multiples fôtes d’orthographe. Le fond subsiste...

      A savoir que les politiques métropolitains étaient peu au fait de l’ampleur de ces agissements en Algérie. Les rapports aux autorités tronqués ou insuffisants. Abusés par des discours propagandistes sur les difficultés à gérer les populations locales, à progresser dans des environnements hostiles, avec des circonscriptions administratives comprenant des zones géographiques très vastes et des effectifs de populations considérables.
      Les fonctionnaires intègres rencontraient toutes les difficultés pour progresser dans ce marigot de corruption. S’ils contrevenaient aux intérêts des potentats locaux, ils étaient démis et envoyés dans des coins paumés de la colonie, sans moyens d’actions et avec des conditions de vie pénibles. Parfois déshonorés par quelques scandales savamment orchestrés, ruinés et fortement endettés par des procédés les plus frauduleux qui soient, n’ayant d’autres recours que de repartir en métropole, s’ils le pouvaient encore. Ils ne recherchaient pas à y rester longtemps en poste.
      Dans les villes, les très nombreux lieux de débauches, de prostitution, étaient tenus par cette même communauté organisée.
      Quand à la presse, déjà à cette époque, elle était majoritairement sous contrôle des inuits, à Paris comme à Alger.

       
    • OK ! mais pour autant était ce mieux à l’époque ou quand l’Algérie (Afrique du Nord) était sous le joug de l’Empire Ottoman et sous tutorat des Deys et des Beys (Türkçe) ???

       
    • #2166058
      Le 25 mars à 00:05 par Alliance désuniverselle
      Yassine Belattar contre Éric Zemmour sur CNews : islamo-gauchisme contre (...)

      @El Djazaïr. Quand on montre du doigt la lune à un chien, il regarde le doigt.
      Qu’est-ce qui était mieux ? Et pour qui ? Posez ces questions aux palestiniens.

       
    • @désalianceuniverselleavecAllah

      déjà pour commencer montrer de l’index le croissant de lune à un "Qilb" c’est déjà un geste offensant et injurieux pour la lune et ensuite pour finir l’Algérie n’est pas la Palestine alors ne mélangez pas les moutons halal avec les brebis égarées haram ;-)

       
    • #2166402
      Le 25 mars à 17:06 par alliance désuniverselle
      Yassine Belattar contre Éric Zemmour sur CNews : islamo-gauchisme contre (...)

      @El Djazaïr, la Palestine faisait également partie de l’empire Ottoman.

       
    • . . . Exact tout comme la Bulgarie, la Serbie et ... Jérusalem ... etc... !
      et alors ??? c’est quoi le rapport avec l’Algérie contemporaine en général et avec l’époque de l’Algérie Française en particulier ? en comparaison avec l’Algérie du temps de son occupation par le sultanat Ottoman ?

       
  • c’est une émission de la télévision marocaine Al Oula RTM tv avec deux de ses présentateurs marocains ? c’est bien ça ! Non ?

     

    Répondre à ce message

  • #2171179

    Vive le communautarisme de séparation !

    Ces deux Berbères devraient regarder du Bassem. La lutte contre le métissage est le seul vrai combat à mener in fine car le métissage, sans doute, est-il dans cette société multiculturelle de consommation, le dernier acte de consommation que l’on puisse assouvir : celui de la consommation de soi, de son identité, de son héritage (anthropologique et génétique)... par peur d’hériter, sans doute, comme ce Belattardé (batard était trop facile) ou simplement par désir de l’interdit, comme partout où existe le "brassage" ethnique.

    Pour que vive la Nation française, conformément à un Islam authentique : celui "des peuples et des tribus" de Dieu !

    Contre le cosmopolitisme : celui de l’Islam de la "Oumma" (communauté islamique) des "corps" (des caves dirait Bassem) (et non d’esprit) à la Tarik Ramadan,
    ou encore celui d’un Zemmour, l’Olivier plusieurs fois millénaire d’Algérie, paradoxalement assimila-sioniste mais reniant lui-même jusque ses racines, tandis qu’il demande aux Français d’hériter, eux, fièrement de leur civilisation !
    Remigration pour Zemmour et cet Afreux-pas-du-tout-européen !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents