Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Au micro d’Isadora Duncan, Juan Branco donne son opinion sur Alain Soral

Isadora Duncan, après un passage à vide dû à ses ennuis judiciaires avec Audrey Crespo-Mara, la journaliste de LCI qui s’est déclarée « harcelée » et qui a souffert de « 10 jours d’ITT », revient dans le game. Il a diffusé cette vidéo tripartite le 19 décembre 2019 : d’abord une interview à la volée de Juan Branco avant manifestation, puis des questions aux manifestants contre les retraites, et enfin une dernière partie qui annonce un « show » avec Jeremie.

 

On remarque une chose : toutes les stars du Net ont un jour ou l’autre l’envie de sortir de la vidéo sauvage pour monter un projet plus abouti, plus télévisuel. Pendant ce temps, la télé, qui connaît une chute d’audience permanente, tente de copier l’Internet avec des modules plus vivants, plus directs, plus trash. Mais c’est évidemment aussi tardif que factice – la liberté d’expression ne se négocie pas – et ça va accélérer la chute.

Nous sommes donc dans la rue, Juan va retrouver Maxime (on suppose Nicolle, son client et Gilet jaune), pour aller gueuler contre la réforme des retraites, que le jeune avocat dit être inspirée par Alain Minc. Il sera donc question de Minc, mais aussi d’Attali, et dans un autre registre, ou plutôt le registre d’en face, de Soral et Panamza. Branco va s’expliquer très largement et précisément sur ses rapports avec les deux autres « dissidents », qui selon lui se disputent la même part de marché. Avec Isadora, ce qui est bien, c’est que les questions ne sont pas complaisantes. Elles peuvent énerver, et il a interrogé chaque camp, si camp il y a. Le journaliste revient sur les points de friction, les points chauds – la tectonique des idées ! – entre Branco, Soral et Panamza.

Notre travail habituel consiste à noter scrupuleusement les réponses de l’interviewé, sans omettre le contexte. Il ne s’agit donc pas de sortir une petite phrase qui nous arrange pour la renvoyer dans la gueule de notre ennemi ou concurrent ; ici, on travaille dans la profondeur. Cela permet de nuancer les différences et les ressentiments éventuels entre les activistes politiques, puisqu’il s’agit de cela. Voici donc les gros morceaux politiquement intéressants de l’interview, avec nos analyses quand elles sont justifiées.

 

Macron, Mélenchon, Le Pen

4’26 – Branco : « Mélenchon au sens large du terme avec les personnes qui sont à La France insoumise, est aujourd’hui complètement incapable de gouverner, on l’a vu avec les erreurs successives qu’ils ont commis, que ce soit sur la marche contre l’islamophobie, pardon, avant sur la perquisition… »

Quand Branco dit « pardon », c’est un peu comme quand Nabilla dit « allo », c’est une expression qui exprime un jugement plutôt négatif.

5’49 – Branco : « Voter Macron, c’est amener Le Pen au pouvoir plus tard… Parce que, en gros, Macron produit le vote Le Pen, les politiques de Macron, ça détruit la société, les liens entre les personnes, etc., et c’est exactement ça ce qui produit le vote Le Pen, c’est les gens qui sont isolés, qui se sentent violentés par la société, qui ont une précarité économique et qui ont besoin de se rassurer, et c’est ce que Le Pen offre en fait. »

Macron utilisé par Attali et Minc

8’42 – Branco : « J’ai raconté un peu dans Crépuscule, mais pas beaucoup comment Macron a été utilisé par Attali et Minc entre 2012 et 2017 pour avoir accès à Hollande, parce que Hollande les avait mis un peu de côté… C’est Attali qui présente Macron à Hollande… dans une des fêtes qu’il fait à Neuilly, dans un énorme appartement… Un dimanche sur deux, il fait un dîner où il réunit un peu le gotha, 50 personnes qu’il présente les uns aux autres. Dans un de ceux-là, il présente Macron à Hollande, Macron qui s’était fait “tèj” par Fabius, qui s’était fait “tèj” par Fillon et donc qui essayait de trouver quelqu’un qui le récupère et après, en fait, Attali perd de l’influence. Il arrive plus à avoir un accès direct à Hollande et il va utiliser Macron pour faire passer ses idées auprès de Hollande et en échange Macron va utiliser ses réseaux pour se faire connaître au sein du petit Paris de la finance… Mais je pense que celui qui a encore plus d’influence aujourd’hui c’est Minc, plus qu’Attali. »

Isadora : « Minc c’est un peu la tête de pont entre Sarkozy et Macron. »

Branco avance alors que c’est Minc qui repère Macron avec (déjà !) son ambition de devenir président à la sortie de l’IGF (l’Inspection générale des finances) en 2003-2004, et il le lance dans son réseau technocratique.

Branco : « Je raconte ça dans Crépuscule, mais il y a trois étapes : d’abord l’absorption technocratique, puis après le contact avec le politique grâce aux technos et après les oligarques, Bernard Arnault, Xavier Niel et compagnie. Il coche ces trois cases et du coup il arrive en politique sans avoir besoin de passer par un parti alors qu’il s’était inscrit au PS puis après il avait essayé d’être tête de liste UMP… »

Soral, Panamza, les dissidents

13’44 – Isadora : « J’ai fait une interview de Soral qui dit que t’es un faux dissident. »
Branco : « Ah mais c’est vous le truc où il dit que je suis un pédocriminel, le truc là-bas à Saint-Germain, qui a fait 800 000 vues… Ouais, ouais, je l’ai vu bien sûr… »

Isadora : « Moi j’ai quand même essayé de te défendre, en tout cas de laisser le bénéfice du doute. »
Branco : « Ouais, mais ça m’a fait du mal parce que je pense que les gens avaient une confiance en moi qui était un peu… »

Isadora revient sur le fameux tableau quelque peu diabolique qui figure sur le site du cabinet d’avocats de Branco, Branco & Associés.

Isadora : « Mais comment t’expliques le tableau de Goya, parce que c’est quand même un peu… »
Branco : « C’est un vachement beau tableau parce que moi… C’est juste un tableau que j’ai vu à Madrid, j’ai acheté la reproduction, je l’ai mise chez moi… J’étais touché par la beauté bizarre du truc et sur le fond j’ai déjà répondu, il y a un rapport à la croyance du politique en fait… Goya fait ça au XIXe siècle pour se foutre de la gueule des élites et aussi des gens en disant ouais les gens croient qu’ils sont tous pédocriminels et qu’ils sont satanistes et qu’ils font des partouzes quand ils sont au pouvoir… J’ai sincèrement compris grâce à Bégaudeau la fixation sur la pédocriminalité des élites, un parce que c’est vrai qu’il y a une impunité, un étouffoir extrêmement fort, et deux parce qu’il y a un truc aussi de la faute cachée, quelque part la faute cachée du père, y a un truc presque psychanalytique intéressant… On projette sur la figure politique la figure du père. Et évidemment ben le père il y a une sorte de mélange entre désir et volonté de sanction, de castration, etc. »

Une explication embrouillée qui aurait pu être déminée simplement en disant qu’on peut être attiré par une représentation des rapports humains complexes, profonds, dangereux, la politique, c’est ça aussi.

 

Le conflit Branco/Soral

16’50 – Branco : « J’ai pas envie de les relancer mais Soral au début il m’aimait bien puis à un moment il a compris que j’étais pas dans ses obsessions paranoïaques sur la figure du juif vous voyez, c’était pas quelque chose qui m’intéressait plus que ça, j’ai toujours été élevé dans un milieu laïc, je comprends, j’ai beaucoup travaillé la question de la Shoah, j’ai fait une conférence d’ailleurs pour ceux qui s’y intéressent à justement tout le travail que j’ai fait qui est pas du tout similaire au sien, lui il part sur des trucs qui sont, justement au moment où il commence à m’attaquer, je vais sur son site internet et je vois que c’était au moment où il avait été condamné par le tribunal à de la prison ferme, et que le gouvernement a fait appel pour qu’il aille pas en prison, ce qui est quand même incroyable, au moment des Gilets jaunes où on essaye d’accuser les Gilets jaunes d’antisémitisme, pardon mais bon, enfin no comment. Et donc à ce moment-là je regarde sa vidéo et pour se victimiser il fait une vidéo où il se compare à Eichmann, on a trouvé mieux comme martyr, quoi, et dans la même vidéo il met Hitler et Gandhi au même niveau, et après il “non non non, c’est pas antisémite”, c’est n’importe quoi je sais pas quoi, pardon quoi. Moi je suis pas tombé là-dedans, parce que c’est pas productif en fait, c’est pas, ça, ça crée pas de sens et donc à partir de là… »

Isadora : « Antisémitisme, antisionisme, une seule et même chose ? »
Branco : « Non, moi je me suis beaucoup battu pour le droit des Palestiniens, mais c’est là aussi c’est complètement absurde, des mecs comme Panamza qui m’attaquent pour essayer de me salir de façon, Panamza c’est un faux nez de Soral par exemple, Hicham on sait très bien pour qui il travaille. »

Isadora : Ils se bataillent en ce moment, ils ont pas l’air de s’aimer. »
Branco : « Ouais, ils jouent, c’est comme Vincent Lapierre ! »

Isadora : « Je crois qu’Hicham il aime personne qui soit un peu dans la dissidence… »
Branco : « C’est un peu un marché, lui il crée son petit marché, le mec il fascine les gens alors que la seule chose qu’il fait c’est des recherches Google jusqu’à la 25e page, il finit par trouver un truc qu’il met en connexion avec un truc qu’il a trouvé à la 23e page et les gens disent “ouah” ! »

Isadora : « Moi je trouve qu’il fait un assez bon boulot. »
Branco : « Non, il part en vrille, par exemple les 15 articles qu’il a fait sur moi, il y en a 13 où il y a des micro-fausses informations qui se glissent dans des vraies informations pour essayer de donner une perspective… »

Il est vrai que de nombreux ou trop nombreux conflits agitent les stars de la dissidence, mais pour certains, il s’agit de vrais conflits politiques, c’est-à-dire fondés sur des différences impossibles à réduire ou à réconcilier. Dans toutes les périodes de l’Histoire qui voient une pluralité de mouvements de contestations naître par rapport à un pouvoir injuste ou considéré comme injuste (le pouvoir tsariste avant 1917, le pouvoir social-démocrate dans l’Allemagne des années 20), à la fin, une seule de ces branches contestataires finit par l’emporter et éliminer, naturellement ou pas, en les agglomérant ou en les écrasant, toutes les autres. C’est ainsi que les bolcheviques ont fait disparaître les socialistes, les anarchistes ou les mencheviks après 1917, ou que la SS de Himmler a eu raison de la SA de Röhm en 1934. En France, le PS a absorbé et vidé le PC en moins de 20 ans après la signature d’un programme commun (1977), mais le PS, devant l’échec de sa politique, a ensuite été déchiré bouffé par les écolos et les mélenchonistes. Il ne reste plus que le squelette et la peau.
Toujours, comme les frontières dans un continent, se recomposent les forces et les frontières politiques. Et depuis Macron, la bourgeoisie s’est recentrée et fait le dos rond derrière un président libéral-libertaire, en abandonnant sans pitié les anciens partis de l’alternance (PS, UMP). Aujourd’hui, le renouveau politique se trouve chez les dissidents – qui sont interdits de médias dominants, mais surpuissants sur le Net – et les différentes banches de la radicalité anti-Système ou antilibérale.

20’59 – Branco : « Moi, ma fierté, j’ai été en Cisjordanie pendant un mois quand j’avais 19 ans avec une association propalestinienne vraiment pour faire de l’activité, de l’activisme, c’est des choses qu’ils ont jamais faites ces gens-là, parce que eux ils sont dans des circuits fermés où ils instrumentalisent ces questions-là pour créer de l’impuissance politique et une clientèle. Alain Soral quel débouché il donne ? C’est pour ça qu’il est très irrité contre moi. Quel débouché politique il donne aujourd’hui à toutes les personnes qui le suivent ? À part dire “c’est un complot juif”, “c’est le CRIF”, et qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on en tire ? Rien ! Enfin quoi, on les extermine c’est ça, et ils repartent sur un truc, vous voyez ? Le seul débouché politique qu’il donne, c’est revenir à des théories extrêmes, ou alors juste créer une impuissance qui va faire que des gens vont être fascinés par lui en disant “ah ouais, ouais il dit qui sont les méchants” etc., mais il se bouge pas le derrière ! Moi je le vois pas aux manifs, enfin il crée pas d’option politique, quand il essaye d’en créer il fait 0.1 % parce qu’évidemment y a tout ce côté délirant, et c’est triste parce que c’est quelqu’un qui au départ… »

Et là le téléphone d’Isadora n’a plus de batterie.

Sur la dernière réponse de Branco, une belle contre-vérité qui ressemble à s’y méprendre à une inversion accusatoire : Soral et son mouvement E&R produiraient de l’impuissance politique. C’est tout à fait le contraire : une radicalité basée sur des vérités parfois dangereuses à émettre ont bousculé tout le jeu politique, des extrêmes si l’on veut – par la force des choses puisque nous sommes interdits de médias dominants, à l’inverse de Branco – au centre. Bien que feignant le contraire, il n’est plus une offre politique qui ignore les positions d’Alain Soral, à l’image de Jean-Marie Le Pen et de son FN dans les années 80. Le Système avait beau le railler, le dévaloriser, l’ignorer ou l’agresser, son influence montait car le mouvement national correspondait à une vérité et à un besoin. Vérités sur l’immigration, le double jeu des socialistes, des élites corrompues, et à un besoin exprimé par le peuple d’entendre sa propre voix dire sa propre réalité.

En s’attaquant au pouvoir profond plutôt qu’au pouvoir visible, Soral a visé juste et la réponse est à la hauteur de la précision et de la véracité de l’attaque : violente. Branco n’a pas eu à souffrir – il peut se promener tranquillement et manifester contre une réforme libérale sans aucun souci – de son positionnement politique qui n’est donc pas si dissident que cela, même s’il récuse le terme. Mais nous n’en voulons pas à Branco d’être d’extraction bourgeoise et de choisir des options bourgeoises, qui justement ne dérangent pas la bourgeoisie. C’est la différence entre lui et nous. Et puis, dénoncer le pouvoir exorbitant d’une organisation confessionnelle ultraminoritaire dont le discours et les injonctions vont à l’encontre de tous les principes de notre démocratie et de notre République, ça c’est courageux.

Branco ou la révolution systémo-compatible

Il ne s’agit pas d’« exterminer le CRIF », juste de l’interdire, ou d’interdire un CRIF qui impose ses propres intérêts à la République, c’est-à-dire aux 99,99 % des Français qui ne lui ont rien demandé. Savoir cela, le dire et le pratiquer, jour après jour depuis 12 ans, c’est déjà agir, c’est tout sauf de l’impuissance politique et ça fait monter non pas le niveau de haine mais le niveau de conscience général : le niveau de haine qui monte, c’est chez ceux qui tirent leur pouvoir de la mainmise des réseaux sur la République et qui ont intérêt à faire perdurer un Système injuste qui produit de plus en plus de malheur !

C’est le camp d’en face qui n’a que ce mot-là à la bouche, monsieur Branco. Noyé dans ses mensonges, il ne lui reste plus qu’à légiférer sur « la haine », ce qui est inconsistant, pour faire fermer les bouches de ceux qui ne croient pas à ses mensonges et qui défendent la vraie démocratie, la vraie liberté d’expression. Cela ne va pas sans quelques provocations verbales, certes (il faut bien réveiller les morts), mais le fond du travail est là. Un travail colossal réalisé en dépit de toutes les forces du Système, et qui fait son effet. Elle est là, l’« option politique » majeure, qui sera vraisemblablement dominante demain, peut-être sous une autre forme. Mais elle est inarrêtable.

 

Branco, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Aaahh !!! Isadora Duncan, le retour !!

    Il me manquait, ce petit taquin !!


  • Intéressant parce qu’il synthétise ce qu’on reproche à Soral. Finalement il semble presque être d’accord sur le fond avec certains points de la ligne ER. C’est vrai que ER est moins intéressé par les débouchés électoraux que par la bataille (souterraine) des idées...


  • Mais quel bouffon… Il psychologise immédiatement tout : le peuple a peur, est perdu, a besoin de se sentir rassuré… La psychanalysation du pouvoir ensuite...

    Alain Soral ne sert à rien parce qu’il ne participe pas aux manifestations (qui servent à quelque chose ???). Et partir faire de l’activisme dans le tiers-monde ne sert à rien justement si on ne s’en prend pas aux causes...


  • A quoi sert Branco ?

     

    • En bon idiot utile : à dénigrer la dissidence et à circonscrire la lutte dans le réformisme, voyons !
      C’est une sorte de chien de garde, à ses dépens ou non. Comme son client Maxime Nicolle et les autres têtes du mouvement, qui seront encore là dans un an et jusqu’aux élections à tourner en rond dans la capitale, sans pouvoir avancer.


  • Branco, c’est Mario.

    Qui appuie sur la télécommande ?


  • L’interprétation psychanalytique de la « paranoïa ambiante » concernant les réseaux pédo-satanistes me fait bien rire : si ça peut les rassurer… Les preuves depuis le Coral, tout dernièrement avec l’ASE en passant par Ipstine seraient des projections par rapport à nos attentes vis-à-vis d’un père que serait l’Etat ? Cela fait longtemps que nous savons que l’Etat ponctionne, abuse de tout, « qu’il ne peut pas tout » d’après Lionel Jospin, pour au final laisser voire aggraver la misère humaine afin d’en tirer profit (cf la Bête Sauvage) : il est un peu jeune le Branco et un peu juste sur ce sujet le Bégaudeau qui aurait tenu ces propos. L’un comme l’autre n’ont pas eu d’enfant, il me semble que c’est également vrai pour François Bégaudeau, et quoi qu’il en soit, ils n’ont pas été confrontés à ces sujets extrêmement douloureux, en fait c’est ce qu’il y a de pire, mais bon si ça les rassure : pov tites chattes c’est trop dissonant hein !
    Puisqu’il est question de pensée virile, c’est Alain Soral qui a fait le boulot pour démontrer le mécanisme de transgression, poussé dans sa démesure, cette irrémédiable montée dans la violence jusqu’à produire des snuff movies car ces élites ne peuvent plus jouir comme le commun des mortels.


  • "d’abord l’absorption technocratique, puis après le contact avec le politique grâce aux technos et après les oligarques"

    Non.
    D’abord il y a production technocratique via les grandes écoles.
    Ensuite, cooptation par le politique appartenant à l’Arc Républicain et enfin adoubement par l’oligarchie.

    C’est très sensiblement différent.

    Quant à l’impuissance politique, elle ne se résume pas à une quasi impossibilité à prendre le pouvoir, sinon les souverainistes, via la thématique du FREXIT, ne préoccuperaient pas l’état profond.

    Etre impuissant politiquement, c’est générer du concept neutre pour l’establishment, être totalement inoffensif idéologiquement.

    Ce qu’est Branco, tout comme le sont Onfray ou Badiou, ce qu’est Marine.
    Tous de bons critiques voire d’excellents généalogistes (Badiou) du néo-libéralisme, mais incapables de générer des propositions positives à leur critique.
    Tout simplement parce qu’ils n’intègrent pas la dialectique historique du judéo-protestantisme, de l’universalisme messianique Anglo-Saxon pour des raisons à la fois similaires et différentes.

    Le CRIF et les FM en République, l’AIPAC et les évangélistes aux US, exemples non exhaustifs.

    Pour eux, ce sont des fadaises, du complotisme, ils raisonnent selon le logiciel Républicain, les monarchies, la République, Bonaparte, les luttes impérialistes et des classes, les partis politiques, comme s’ils étaient des générations spontanées, alors qu’elles ont été traversées par ce qui domine le monde actuellement, l’idéologie au service du capitalisme financier international.

    Branco-la-moustache critique la judéophobie de Soral, en effet, elle ne constitue pas un programme politique de prise de pouvoir.
    Sauf que cette Judéophobie est axée sur une analyse politico-historique déjà plus intéressante, la preuve en est que le système la réduit à de l’antisémitisme crasseux, alors que c’est de l’antisionisme de base, de l’anti lobbying international que le pouvoir a vite assimilé à de l’antisémitisme, histoire de se sanctuariser.

    Branco a t-il analysé les causes d’une telle protection par les politiques à la fois aux US et en République ?

    Certainement pas.

    Si oui, il comprendrait alors les manoeuvres de Mélenchon, figure titulaire inversée d’un Zemmour sur la question de l’Islam, les deux oeuvrant pour que le spirituel et le temporel ne puissent plus jamais être dans les mains d’un monarque de droit divin ou d’un Sultan se réclamant d’Allah.

    D’où la laïcité.

     

    • Intéressant ! Mais Branco me semble faire partie des malins, plus que des naïfs ou des idiots utiles. Vu son parcours, il ne peut pas avoir compris si peu de choses comme disait AS.


    • @AB, Je suis pas un spécialiste de Branco, je l’avoue.

      Un rapide coup d’œil sur sa formation, on est dans le formatage de l’élite progressiste mâtiné d’éducation parentale qu’un Gerard Miller ne rechignerait pas.
      Bien sûr, cela n’interdit pas l’Eveil ni la prise de conscience, m’enfin, quel intérêt aurait l’Avocat Branco de faire son coming out Soralien ?

      Aucun.

      Je me montre donc plus pessimiste que vous.
      Il finira, au mieux, comme Ruffin, même s’il joue encore les rebelles envers son ex mentor, Mélenchon, pour des raisons stratégiques, d’ailleurs.
      Au pire, il finira comme Enthoven, mais il ne sera pas le nouveau BHL, car la place est déjà prise.

      Il sera peut être le nouveau Mélenchon, le nouveau joker du système quant à inventer des clivages pour empêcher la convergence des luttes, comprendre protéger la République et l’universalisme.

      Faut pas rêver.


  • Avant que ça s’excite dans les commentaires, je pense que Branco allait dire du bien de Soral, mais qu’il n’a pas voulu que ça se retourne contre lui. Il a donc demandé à ce que ça ne soit pas diffusé.

    Duncan a été très malin (contrairement à ceux qui disent qu’il a baissé son froc) en gardant le début de sa phrase "c’est triste parce que c’est quelqu’un qui au départ" pour qu’on puisse quand même voir que ça allait été positif, tout en n’annonçant pas que Branco lui a demandé de coupé.
    S’il l’avait fait, il aurait perdu la confiance de ses futurs interviewés.

     

    • Ça aurait pu être possible, mais en réalité c’est beaucoup plus simple que ça...
      Je cite Isadora Duncan dans la description de la vidéo :
      « L’interview de Juan se finit abruptement à cause d’un manque de place dans mon téléphone... suis un peu rouillé ! »
      Bref, c’est vraiment dommage...


    • « Avant que ça s’excite dans les commentaires, je pense que Branco allait dire du bien de Soral, mais qu’il n’a pas voulu que ça se retourne contre lui. Il a donc demandé à ce que ça ne soit pas diffusé. »
      Et d’une vous présupposez des commentaires excités et de deux vous pensez que ... mais vous n’en savez rien ! Vaut mieux s’en tenir dans un premier temps aux propos tenus plutôt qu’à ceux donc vous imaginez qu’il les a tenus ou qu’il aurait tenus si ... etc.


    • @Bluefusion348
      Il se peut qu’il ait négocié un conseil juridiqe pour interjeter appel en échange.
      Demande qu’il semble amorcer quand il aborde sa lourde condamnation pour harcèlement "moral" de Mme Audrey Crespo-Mara pour interview sauvage à 10 mois de prison avec sursis et 7000€ d’amendes et de dédommagement à la victime qui en a perdu le sommeil. C’est violent. Des pédophiles ou violeurs s’en sortent à moins que ça.


  • Bien heureux d’apprendre de ta propre bouche, petit "gendre idéal de l’insurrection", que le portrait exact fait de toi par AS chez Isadora t’avait "fait du mal". C’était le prix à payer pour ton manque de respect (bien planifié et bien calculé) envers la véritable dissidence. La grenouille grenouilleuse qui se prenait pour un boeuf !


  • C’est précisément dans les passages où il faudrait que les explications soient les plus claires et les plus solides pour être convaincantes qu’elles sont les plus fragiles. Le verbatim est une chose cruelle. On a droit à l’obsession et à la paranoïa mais à pas grand chose d’autre (la psychiatrisation donc). Bref, une manière lâche (on pourrait presque dire coupable au vu de ce que subit l’intéressé) de se défiler en regardant ailleurs pendant qu’autrui se prend des coups. Ce qui domine je crois, chez lui et beaucoup d’autres pseudo-opposants (mais sincèrement convaincus de l’être), c’est l’habitus bourgeois car le confort est un déterminant puissant et qui ne prédispose pas de près ou de loin au « martyre », quel qu’en soit le degré. On lui demanderait bien ce que la ligne politique qu’il incarne (grosso modo), à savoir voter pour des régimes de plus en plus oligarchiques au nom de la lutte contre le fascisme (? ??!!!), a bien pu obtenir depuis des lustres et qui l’autorise à la ramener sur la pertinence de telle opposition ou de tel appareil critique. Parce que franchement en termes de gloubiboulga et de contre productivité ça se pose la en termes de résultats.


  • Quand Branco voit la vidéo de Soral et que sa vie défile devant ses yeux, d’ailleurs il avoue lui-même que le président l’a mit à poil.

    Concernant la vidéo de Soral :
    Branco : « Ouais, mais ça m’a fait du mal parce que je pense que les gens avaient une confiance en moi qui était un peu… »


  • "d’interdire un CRIF qui impose ses propres intérêts à la République" Le CRIF n’impose rien du tout à la république. Le CRIF c’est la république. Les élus (franc-maçons) sont les fonctionnaires des sionistes.

    "la mainmise des réseaux sur la République" Les réseaux n’ont pas la mainmise sur la république. La république EST le régime des réseaux occultes.

    La république est un régime exogène à la France. Notre ADN, c’est la royauté.


  • Quel foutage de gueule son analyse du Goya. Non les gens ne projettent pas leur délire sur les puissants... Ils ont au contraire analysé à travers les affaires pédocriminelles que les puissants étaient tarés et qu’ils étaient organisés en réseaux prédateurs pour commetre leurs forfaits. A force de recherche et de travail tout ça est très clair. Ce n’est pas de l’imagination ce sont des faits. Espèce de connard, Branco.

    (Ces personnalités qui protègent ces réseaux sont complices de chaque enlèvement d’enfant).

     

    • Vous avez raison, et on pourrait même dire que c’est justement l’incrédulité du peuple face aux mœurs d’une certaine élite qui protège ces derniers. Les gens normaux, les gens simples, ne peuvent pas concevoir un tel réseau de dégueulasserie organisée. C’est bien là l’opposé d’une projection.


    • Tout à fait. Pathétique. Ca révèle encore plus ce qu’il choisit.
      P-artisan du système et même de l’état profond.
      "Goya fait ça au XIXe siècle pour se foutre de la gueule des élites et aussi des gens en disant ouais les gens croient qu’ils sont tous pédocriminels et qu’ils sont satanistes et qu’ils font des partouzes quand ils sont au pouvoir…"
      — > depuis quand les gens croient qu’ils sont ... ? Depuis quand Goya se fout de la gueule des gens et donc du peuple et de ce qu’ils pensent ou plutôt penseraient selon Branco ?
      Maintenant les gens ne croient pas, ils savent. Tout va se savoir. Irréversiblement.
      Enfin bref, passons sur les autres points de divergences.


    • Mathieu01 - Je témoigne : Pour aller dans votre sens et être concrète à propos des mœurs inqualifiables de ces tarés que sont nos soient-disant "élites..." (et je pèse mes mots !) Lorsque j’ai appris par la TV, lors du procès d’Outreau, que des "hommes" (? !) sodomisaient des bébés... j’ai failli me trouver mal et j’ai crié "Non, c’est pas vrai !" Je peux vous dire exactement où je me trouvais à ce moment là... Je regardais encore un peu la TV mais jamais je ne la laissais en fond sonore, car j’aime et j’ai besoin de silence pour me ressourcer... Donc, exceptionnellement j’ai laissé la TV allumer car je voulais comprendre cette horrible affaire d’Outreau. J’allais de mon salon à la cuisine ; c’est à ce moment là que j’ai appris que des "êtres humains" (d’ailleurs peut-on encore appeler ces engeances, des êtres humains ?!) donc que j’apprenais que des gens avaient de telles pratiques absurdes et ignobles ! et j’avais plus de 55 ans. Voilà la réalité ! Je sais que je ne suis pas la seule personne qui soit tombée des nues à ce moment là ! En France, derrière les apparences trompeuses, il y a des réseaux satanistes et des gens de la "haute société" qui torturent et assassinent des enfants et des bébés. Pour ce qui me concerne : les "élites" ou "puissants de la Terre" actuellement et peut-être souvent (?) : sont des monstres et des déchets... ce ne sont pas des êtres humains dignes de ce nom ; ils n’ont pas de conscience. Ils sont le reflet du mal incarné. Nous savons maintenant qu’ils pratiquent des Messes noires ; certains chiffres disent que 11 000 enfants disparaissent par an en France. Cela donne le vertige ! Les "petites gens" du Peuple, sont bien plus dignes et respectables, en dépit des difficultés de leur vie. Le pouvoir pervertit et corrompt les êtres, voilà la vérité ! Ils ne travaillent pas pour le Bien Commun en prenant soin des plus fragiles d’entre-nous ; ils sont addicts à l’ivresse que procure le pouvoir. Ils se croient invincibles et au-dessus de la mêlée ; ils nous considèrent comme un troupeau d’esclaves... Ils sont encore plus dépendants du Pouvoir que les personnes accrochées à l’héroïne. Ils ont leur salaire sur la Terre et pour la plupart d’entre-eux, ils iront griller en enfer. Plus les années passent et plus je constate et je me dis que Les Paroles du Seigneur Jésus sont concrètes et vérifiables : "Il est plus difficile à un riche d’entrer dans Le Royaume des Cieux qu’à un chameau de passer par le trou d’une aiguille." Dieu nous garde !


  • Ce serait plus constructif un débat Branco-Soral

     

  • Donc, et bientôt ce sera officiel, le tableau satanique que Branco « adore », ce serait en hommage à Chantal Goya ?
    Bref, qu’Isadora aille revoir Branco, la suite de l’interview inopinément coupée m’intéresse.
    Autrement : Le mousquetaire de la dernière vidéo, il serait pas un peu trop « mystique » ?

     

    • ... :) Oui , et oui et oui...Comme vous dites "inopinément"...Je deviens sans doute, peut-être, paranoïaque mais de A à Z cette vidéo de i.duncan me fait penser à un montage total 1) la rencontre "fortuite" du branco (un bon vieux rencart) 2) la coupure "inopinée" après avoir laissé branco faire son petit numéro de gentil naïf plein de bonnes volontés...3) la discussion avec son pote jérémie qui nous fait une belle présentation du Nohachisme (prédit -expliqué par Pierre Hillard) = l’impression que ce I.duncan est là pour faire passer certaines idées avec son ton insupportablement malsain (ok cette dernière appréciation est personnelle :) )


  • Chez Branco tout est marketing, meme sa moustache. Dans son sac il possede tous les pass qui existent dans les reunions parisienne.. Ca tire de la CGT, Attali, Ecolo.. gilet jaune.. finance...


  • " Moi, ma fierté, j’ai été en Cisjordanie pendant un mois quand j’avais 19 ans avec une association propalestinienne vraiment pour faire de l’activité, de l’activisme, c’est des choses qu’ils ont jamais faites ces gens-là"

    Effectivement. Faire le faux-cul chez les pauvres pour se donner bonne conscience avant de défendre leurs bourreaux, c’est pas le genre de la maison.

    Il se rend compte qu’il s’est limite enfoncé à chaque réponse ?

     

  • A mon avis, un débat Branco/De Brague serait salutaire.

    Comment faire pour le suggérer aux deux parties ?


  • Duncan aura t il le toupet de frapper a la porte de UPR pour questionner Asselineau ?


  • Sa tête me fait penser à Gaston Lagaffe. Il manque juste le chat et la mouette rieuse !

     

  • Cette reproduction de peinture de Goya , Branco la possede chez lui et aussi il la mise sur son site internet avocat international. Coincidence ?
    Cette peinture il la retire de son site, suite à la decouverte des internautes


  • Seuls les faibles sont cruels. Le micro trottoir est à la politique ce que la prostitution est à l’amour. Il serait dommage de vouloir créer des disputes sur qui incarne le vrai, le faux ou le demi dissident. Tout comme comparer un jeune énarque fils de bourgeois, avec un rebelle de 60 ans à la vie riche et tourmentée.

    Alain Soral a montré des capacités sociales et oratoires indiscutables. Un esprit réfléchi, raisonnable, intelligent et pratique, basé sur l’analyse et l’expérience. Son travail se situe dans la durée, celle qui pointe vers le coeur du problème. Il a un tempérament fougueux et dominateur qui l’amène à des excès et des provocations parfois puériles, anecdotiques.

    Alain Soral reconnait que : " N’importe quel chauffeur de taxi ou patron de bistrot sait quels sont les réseaux qui sont au pouvoir en France." Que Juan Branco refuse de l’admettre, relève de l’imposture complice. Quand il psychiatrise les intentions d’Alain Soral, il s’exclut de la pensée pour reprendre die große propaganda du camp adverse. Juan dit de son action : j’ai le rôle d ’un filtre qui fait remonter ou pas l’information, je ne produis pas d’information ". J. Branco est-il un entonnoir et un porte-voix inversé ?

    Alain Soral entre dans l’histoire où s’est intensifié l’effondrement du pays, consécutif au pouvoir renforcé des élites communautaires mondialisées. Il le démonte avec brio dans son livre Comprendre l’Empire. Un travail de décryptage ingrat mais nécessaire, complété par les recherches historiques de son équipe. Il a établi d’où nous venions et qui semait l’injustice à l’origine de nos souffrances. Il a compris qu’il s’agissait d’une oeuvre de destruction, la gestion d’un chaos voulu pour l’avènement d’une ère satanique. Il a prévenu du danger de guerre civile si un véritable dialogue et une légitimité politique ne s’installaient pas en France. C’est peut-être à Juan Branco le juriste et aux français de propager ce travail de réinformation puis de s’organiser sur le terrain pour remettre en place la justice et le droit du peuple.

    Alain est parti pour écrire un nouveau chapitre. La réussite de son entreprise ne fait aucun doute. Comme il l’a remarqué, il y a des moments de chance qui sont des coups de pouce d’un destin farceur et bienveillant. Les difficultés nous encouragent. Nous sommes plus braves que nous pensons.


  • Branco me fait presque de la peine, il est complètement paumé.


  • Justement M. Branco, ce n’est pas Soral qui est judéocentré, c’est le monde qui l’est...

     

    • #2372484

      Et en français, ça donne quoi ?


    • @ProtégeonslaPalestine
      C’est tiré d’une réponse d’Alain Soral. Il serait étonnant de ne pas parler des lobbies juifs et franc-maçons vu la place centrale qu’ils occupent au sein du monde occidental des entreprises, des médias, des politiques et du show business. Le fait que si peu de personnes en parle est le signe de leur toute puissance. Les démêlées judiciaires des dissidents le prouvent. C’est l’équivalent de la question d’Elizabeth Levy à M. Tin : " Il y a une question à laquelle il faut absolument me répondre, s’il n’y a pas assez de, monsieur, il faut nous dire de quoi il y a trop." N’hésitons pas à leur répondre, puisqu’ils le demande avec tant d’insistance.

      Sans réponse de notre part, ils continueront à nous dominer, malgré le fait que nous sommes la majorité. A remarque que cette fausse lutte antisémite par des lobbies dictateurs se produit dans plusieurs pays. A chaque fois, ce sont les mêmes ruses qu’ils appliquent, venues d’US-RAEL. Par un artifice d’inversion accusatoire et d’illogisme, c’est leur marque de fabrique, ils ont fait passé les droits du plus grand nombre pour le fascisme d’une masse d’oppresseurs.

      N’oublions pas deux choses, 1- la critique du mondialisme fait aussi avancer leur projet. il y a un manque de prise de conscience du peuple, d’où l’intérêt du travail d’Alain Soral et 2- il y a une trahison de la droite et des catholiques, faux convertis ou vrais nationaux-sionistes-libéraux ?, de la gauche noyautée par ses mêmes lobbies et une frange urbaine exogène subventionnée qui votera comme on lui dit. Le travail de réinformation est incontournable, c’est regarder l’histoire en face. Ne nous laissons pas détourner sur le terrain de l’appartenance religieuse ou raciale qui n’existe que quand ils le veulent. Le vrai combat est le changement vers un libéralisme financier tueur de civilisation et de vies.


  • Pourquoi ont ils coupé la suite de Juan B. sur Soral ?


  • Avec le petit Branco, nous sommes toujours confrontés à ce choix manichéen que nous impose le capital :
    Mondialisme ou chambre à gaz ?
    Y’en a marre !
    Nous, la France, le peuple français, nous sommes la troisième voie !
    Vive le national-socialisme à la française qui n’a pas besoin de recourir à la race pour se définir !
    Ni peuple élu, ni race des seigneurs ! Le Christ !


  • Ce Branco est une plaisanterie.


  • Banco, c’est un branquignole avec une syllabe en moins ! Soral pourrait avoir tous les défauts du monde qu’il le dépasserait de plusieurs siècles de réflexion.


  • #2372359

    Je vois Branco comme étant le nouvel Edwy Plénel. Il n’est pas un homme politique, mais se prend pour un militant. Son profil est plutôt celui d’un bobo qui, grâce à son cercle, reçoit des informations de première main et les analyse astucieusement. Si le Canard Enchaîné cherche son prochain directeur de publication, le voilà. Une fois que l’on a compris cela, inutile de s’acharner sur ce gosse : il a encore de l’acné et le cheveu gras, mais il est vif. Juanito a le mérite de donner à l’improviste, généreusement de son temps, et de reconnaître que bien que son statut social confortable ne lui permette pas de comprendre l’usure des corps, il compatit avec le besoin du petit peuple de préserver des conditions de retraite décentes.

    Son "il n’y a pas d’alternative à Macron" est un fatalisme symptomatique du catastrophisme de la mouvance anarchiste de gauche, pour laquelle les extrêmes sont forcément des extrémismes à bannir. L’alternative à Macron existe bel et bien, mais personne ne semble voir ce qui se trouve sous ses yeux : GOLLNISCH président, Dupont Aignan premier ministre, Marine Le Pen, président de l’Assemblée nationale. Cette triade, dans cet ordre-là, peut produire le grand cataclysme salvateur qu’attend la France, à travers l’allégorie des Gilets Jaunes : la gauche du travail et la droite des valeurs comme paradigme managérial du souverainisme voulu par le grand Georges Marchais.

    Je prédis que la réélection que Macron appelle tant de ses vœux serait une calamité sociale et sécuritaire : elle contient déjà les ferments de l’exaspération populaire qui, poussée par les réformes ultra libérales à son degré paroxystique, ferait lyncher mortellement le Président du Capital.

    Macron est dégageable à condition que Marine se mette en retrait et désigne un compétiteur aux allures de patriarche : Gollnisch.


  • Alain Soral n’est pas un politicien ; il est journaliste et écrivain... Il fait son métier de journaliste. Il décrypte aussi, pour les gens qui le souhaitent, la situation qui semble inextricable et dans laquelle nous sommes embourbées... Je ne comprends pas bien ce que veut dire ce jeune homme, certes brillant, mais un peu confus.
    Quand il décrit son milieu d’origine, je peux comprendre son mal-être... j’ai eu l’occasion d’en croiser des bourgeois-matérialistes. Je comprends aussi ce qu’il veut dire quand il parle des gilets jaunes du début, sur les ronds points. L’espoir d’une vie digne était palpable ; il y avait au-delà des misères rassemblées, un profond élan de vie et une vraie fraternité qui a fait peur aux "élites." Le Peuple, quoiqu’on en dise par ailleurs est l’âme d’un Pays. Sans le Peuple et sa Conscience collective qui est aussi Amour, il n’y aurait plus de France du tout. Nous ne sommes pas interchangeable ; là où est notre coeur est notre trésor. Il en est ainsi sur le plan spirituel et aussi pour ce qui est d’un Pays ; c’est son identité profonde que personne ne peut contraindre dans la durée. De fait, ce jeune homme, pour un temps, a été en résonnance avec cette réalité profonde que dégagent et pointe du doigt, les Gilets Jaunes. Mais voilà, il est trop formaté par son milieu et la psychanalyse pour aller jusqu’au bout de lui-même... Pour cela, il faut quitter "le tout psycholgisant" et sauter en quelque sorte dans l’inconnu... dans la vraie vie.
    De toutes façons, pour y voir vraiment clair : il faut sortir de toutes les idéologies qui reflètent la folie des hommes sans Dieu... et se relier ou se re-connecter avec la loi naturelle, par le dedans, et cela n’a rien à voir avec la psychologie, etc. Il n’y a pas d’autres solutions, sinon nous demeurons les esclaves du monde et nous mourrons.

     

    • #2372526

      Alain Soral, journaliste !? Non. Alain Soral est :
      - un analyste et théoricien en anthropologie sociale et politique.
      - un dialecticien. Le Larousse dit : Personne qui pratique une méthode de raisonnement consistant à analyser la réalité, en mettant en évidence les contradictions de celle-ci et en cherchant à les dépasser.
      - un moraliste. Larousse : Écrivain qui décrit et critique les mœurs de son époque et développe, à partir de là, une réflexion sur la nature et la condition humaines.
      - un pamphlétaire, un libelliste.
      - un homme politique français.

      J’aurais bien ajouté scénariste, si une suite à Confession d’un dragueur était à l’étude, en prenant en compte les paramètres nouveaux que sont le féminisme, le masculinisme, la pédocriminalité, la déconstruction du genrisme.


    • Oui, tout à fait ! si vous allez dans les détails. Pour ce qui me concerne, et pour faire court, il est journaliste et écrivain... c’est déjà beaucoup, il me semble. Vous savez maintenant, à l’automne de ma vie, je vais à l’Essentiel. De plus les polémiques ce n’est pas ma tasse de thé ; ce n’est pas ma forme d’esprit... je ne sais pas faire et cela ne m’intéresse pas.


    • #2372721

      À l’automne de votre vie, chère Patricia, vous devriez savoir qu’une réponse n’est ni une polémique ni une provocation gratuite. J’argumente, avec courtoisie il me semble, sur un point de vue divergent. Est-ce encore autorisé en ces temps de susceptibilité aggravée ?
      Il ne reste plus qu’à laisser l’intéressé définir pour nous ce qu’il est.


    • Protégeons La Palestine - Ah, pas du tout ! Je me suis sans doute mal exprimé et pourtant je vous assure que je fais des efforts pour être concise et précise... Je suis une littéraire et je sais que j’ai tendance à manquer de précision, parfois. Là-dessus, j’ai avancé... Mon défunt époux qui voulait toujours m’aider et m’ouvrir des possibilités, me disait : "Vas à la phrase principale d’abord, et ensuite mets une phrase subordonnée, si c’est nécessaire !" Voilà un des exercices qu’il m’a laissé comme devoirs de vacances ! Et je m’y applique car je sais que c’est vrai. De fait, je suis d’accord pour entendre le point de vue de l’autre car c’est toujours un enrichissement, une ouverture possible et un point de vue que jusque là, je n’avais pas entre-vue... de fait, la vie quotidienne devient un cheminement ; une forme d’aventure sur le plan relationnel et en plus, de cette façon, je ne reste pas coincée dans un schéma quel qu’il soit. J’apprends beaucoup depuis que je viens sur ce site... Je connais la valeur de Monsieur Soral que je remercie pour ce qu’il fait et surtout pour ce qu’il est. J’apprécie aussi les personnes qui travaillent avec lui dans l’Association. Je suis consciente de la valeur des échanges qui se font entre les personnes dans les commentaires. Tout çà aide à préciser les choses ; le Réel... et par les temps actuels, il faut être très prudents, il y a tellement de manipulations surtout de la part des "puissants de ce monde." C’est vrai aussi que je suis très sensible et vous l’avez perçu, merci de me le dire comme vous le dites ; c’est délicat de votre part. Je vais être attentive afin de ne pas dériver dans la susceptibilité... et apprendre à mieux poser les bonnes questions si je ne comprends pas quelque chose, sans me sentir directement interpellée en tant que personne... Il faut être précis dans ce monde car le mensonge est roi. Je pense à un dicton qui dit : "le diable se cache dans les détails."
      "seule la vérité rend libre. St-Jean."
      Je vous souhaite une bonne fin de journée. Cordialement.


  • Soral et Branco ont des choses à se dire.
    Pourquoi ne pas organiser un débat ?


  • Un enfant de cinq ans, avec une moustache, et des ressemblances avec Michael Youn.


  • Article bien instructif qui m’a fait découvrir un Branco qui s’exprime comme un pied. Vous me direz que c’est du langage parlé, oui, mais quand même !


  • Ce n’est pas ce qu’il pense de Soral qu’il faut lui demander , mais ce qu’il pense du pouvoir du CRIF , sur cette question la il ne pourra pas botter en touche et endormir le sujet en parlant "d’obsession" ou de "complot" sans répondre à la question de fond.
    C’est un constant flagrant que tout le monde peut faire sans pour autant être obsédé par le sujet :
    D’ou vient la toute puissance de ce lobby de non élu en France ?


  • Concernant la rapprochement vers les blacks blocs je suis entièrement d’accord et depuis longtemps. Ce sont les seuls à porter physiquement les désaccords du peuple d’une manière, certes discutable car violente, mais comparativement bien moins violente que la violence sociale du régime actuel.
    Pour moi l’heure n’est plus au dialogue...

     

    • @guillaume
      Les blacks-blocs sont un leurre...
      Posez-vous la question de savoir pourquoi ce sont les seuls dépositaires "légaux" de la violence sans avoir véritablement de comptes à rendre à la justice.
      Comment sont-ils montrés par les médias ?
      Comment serait traité un groupuscule nationaliste se positionnant de la même manière ?
      La connivence entre ces "raclures utiles", les médias et le pouvoir saute à la gueule depuis le début...



  • C’est un vachement beau tableau parce que moi... (…) J’étais touché par la beauté bizarre du truc...




    Je vous invite à revoir le tableau en question, à zoomer dessus, etc...
    Dites-moi si le mot "beauté" vous vient à l’esprit une seule seconde.

    Finalement la pédo-criminalité d’Élite sataniste ne serait qu’un fantasme Freudien tout à fait basique, du con lambda qui veut bai..é sa mère et bien entendu, tuer son père pédophile ? Mais de qui se moque-t-on ?

    Soit il ne sait pas de quoi il parle, auquel cas il devrait plutôt s’abstenir d’en parler, soit il ment. Il ferait mieux de creuser un peu l’affaire Epstein, pour ne citer qu’un exemple.


  • #2372914

    le genre parfait du mec qui te répond que tout est compliqué et , quand il y en a qui expliquent "les trucs compliqués" sur le net (comme soral) , là c’est du complot.


  • Super vidéo, d’accord avec Branco sur beaucoup de choses (déjà sur le fait qu’il se voit plutôt radical de gauche sans pour autant être haineux, sa bourgeoisie aidant, et donc n’hésitant pas à donner un avis bienveillant et serein sur des sujets ou personnes qui "sentent le soufre"), curieux de la démarche entreprise avec Jérémie aussi.

    Ce dernier doit voir qu’il y a deux façon de résoudre le problème : unifier (utopique, impossible, dangereux, c’est le plan du malin...) ou pacifier et accepter les différences, reconstituer les "tribus" qui font comme elles veulent en interne sans que les autres aient leur mot à dire (cf. une des dernières vidéos de "Serviteur de paix", Christophe). Plutôt que de laisser (ce qu’on estime être) le mal triompher de force sur l’ensemble de l’humanité, plaider pour avoir une pluralité de sociétés, de mœurs, ce n’est pas à l’homme d’éradiquer le mal sur cette planète de toute façon, quelle que soit notre référence pour le définir.


  • Et voilà, à cracher sur LVMH, il est relégué à faire le top pour Burberry China et pour donner des gages à l’éminence grise de sa caste d’escrocs sans frontière, qui fait et défait les réputations et les carrières, il est contraint de placer dans ses prestations médiatique, "Chouard est de droite".
    Il ne pouvait pas tomber plus bas, le pauv’ garçon, sacrifié sur l’autel de la contestation :D


  • A 10:54 :

    "ID : Le torpillage de Fillon, c’est un coup de Hollande non ?
    JB : C’est Sarkozy pour moi.
    ID : C’est Sarkozy ?
    JB : Non, moi je ne crois pas à Jouyet, Jouyet était au courant [..]"

    Plus qu’au courant, Branco ! Il était même le chef d’orchestre !

    Le 31/01/2014 Ariane Amson a été nommée substitut du procureur du PNF par Taubira.
    En Juin 2016, Jean-Pierre Jouyet embauche comme conseillère pour la justice à l’Élysée Ariane Amson. Elle est la compagne de Pierre Heilbronn, un ancien du cabinet Fillon, ce dernier devient directeur adjoint de cabinet du Ministre PS Michel Sapin à Bercy.
    En Novembre 2016, un dossier Fillon est constitué à l’Elysée sur la base des fiches de salaire (fourni par TRACFIN) et des déclarations de revenus des époux Fillon (transmises du Ministère de Bercy ).
    En Décembre 2016, Thomas Cazenave (ex Directeur de Cabinet d’Emmanuel Macron) est nommé Secrétaire général adjoint de l’Elysée. Il remet le dossier à Jouyet.
    François Hollande transmet le dossier Fillon à Gaspard Gantzer, son conseiller en communication (de la même promotion Senghor à l’ENA qu’Emmanuel Macron). Le 09 janvier 2016, le dossier Fillon est transmis simultanément par Gaspard Gantzer à Michel Gaillard, directeur de la Rédaction du Canard Enchaîné et à Eliane Houlette du PNF, par Ariane Amson.

    Que Sarkozy et Copé aient filé des informations à Heilbronn, c’est possible, ils voulaient se faire Fillon…
    Mais toute la mécanique vient de Jouyet et du cabinet Elyséen pour monter le Pénélopegate.

    Deux choses l’une : Soit Branco est naïf, soit il protège le pouvoir profond.
    Cette incertitude commande donc la plus grande prudence en ce qui le concerne.


  • Il n’est pas mauvais jusqu’au moment où il évite la question du lobby des lobbies. Je parle du lobby camerounais évidement.


Commentaires suivants