Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ce n’est pas le peuple grec votre ennemi… mais la finance !

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

J’ai écouté attentivement le Premier ministre grec Alexis Tsipras ce matin lors de son allocution devant le Parlement européen.

J’y ai entendu un dirigeant sûr de lui et de la politique menée dans l’intérêt de son peuple mais également des peuples européens.

Je suis effaré par certaines réactions de nos camarades lecteurs qui pensent vraiment que nous avons aidé les Grecs. Encore une fois, et Tsipras l’a d’ailleurs dit sous les applaudissements de certains euro-députés, nous n’avons pas versé d’argent aux Grecs, nous avons sauvé les banques commerciales en particulier allemandes (mais françaises aussi) en rachetant les dettes grecques détenues par ces établissements, pour un montant de plus de 300 milliards d’euros désormais transférés aux contribuables.

D’ailleurs, si je vous dis depuis plusieurs semaines que le coût pour la France serait d’environ 68 milliards d’euros, c’est un rapport de la Commission des finances qui affirme désormais (à la surprise générale n’est-ce pas) que le coût finalement pour la France d’un défaut grec serait vraisemblablement de 65 milliards d’euros. On y arrive, doucement mais sûrement et je peux vous annoncer que l’on finira à 100 milliards.

Ce n’est pas être communiste que de dire que les Grecs ne sont pas aidés…

Cela peut vous plaire ou non, vous me traiterez encore de « communiste » mais encore une fois, ce sont les banques que votre pognon sert à sauver, pas les Grecs et ce que je décris là est la réalité.

Lire la suite de l’article sur 24hgold.com

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Vu la source doit pas y avoir beaucoup de gens qui n’y connaissent rien en économie qui fréquente ce site... en toute logique... pourtant dès le début de l’article il semble que la majorité n’est pas tout compris... c’est inquiétant.

    Meme moi qui n’y connaissait strictement rien en création de la monnaie, grace notamment aux videos de Gerard Foucher (via sa chaine Youtube) j’ai quasi tout compris (je pense) sur la création de la monnaie et l’arnaque des banques.

    C’est grave.... et surréaliste meme !!!


  • Cette version est meilleure, à ceux qui ont lu l’article précédent sur les méssants allemands et l’axe
    latin vs l’axe germain, la première moitié de cet article en est un copier coller.

    La deuxième moitié a été changé en accusation de la finance.

    Et qui dit que finance nous trompe ?
    Faut il une troisième version pour taper encore plus juste ?

     

    • #1224868

      Les messants Allemand ont laminé l’économie Grec à leur profit ce qui a provoqué une baisse graduelle des recettes fiscales que l’état arrivé à capté (d’autant qu’en prime, ils ont encouragé la fraude fiscale en écrivant les traités européens). Les messants Allemand ne voyaient pas de problème à ce que les Grecs et leur état s’endettent pour leur acheter des cochonneries parce qu’encore une fois, c’était leur profit.
      Sur ces entrefaites, voila-t-y pas que nos amis d’outre-Atlantique génèrent une crise financière majeure après avoir revendu leurs produits financiers toxiques à toutes la planète et force toutes les banques du monde à prendre sur elle une partie de l’hyper-endettement américain (vous nous avez prêté du fric et bin le reverrez jamais, démerdez vous, de toute façon on a la plus forte armée du monde et des missiles radioactifs)... le phénomène provoque une explosion du taux d’intérêt des crédits pour certains, notamment en Europe, la crise financière se transforme en crise de la dette publique, la dette publique de la Grèce devient difficilement soutenable à cause des taux usuriers du refinancement (action de lever de nouveau emprunts pour rembourser les anciens à un taux évoluant entre 12 et 17%, les Allemands vertueux endetté à 80% du PIB font la même chose mais à beaucoup moins cher).
      Arrivé à ce point le point la de l’Histoire, on peut déjà se dire que l’affaire s’en mauvais, et que les Grecs sont partiellement responsables de leur sort, parce qu’après tout gouverner c’est prévoir et les dirigeants ont mal prévu !
      C’est la que nos cousins d’outre-Rhin, qui pleurnichent depuis des années comme quoi leurs placements ne sont pas assez rentable par rapport à ceux des usuriers de Wall Street, n’estimant que la conjoncture encourager plutôt à utiliser les excédents pour désendetter ce qui peut l’être dans leur pays (80% du PIB), se disent qu’ils vont profiter du malheurs des Grecs pour faire des placements à taux usurier et entre 2008 et 2010, tous les excédents vont refinancer la dette grec parce que c’est super rentable. :)
      Mais voila, à force de refinancer à taux usurier la vieille dette pendant 3 ans, les intérêts annuels finissent par forcer à s’endetter à vitesse grand V (17% sur 200 milliards, ça fait 34 milliards/an ou 19% du PIB Grec, à rapprocher des 54 milliards pour la France et ses 1800 milliards de dette). La dette explose, pour le plus grand bénéfice à court terme des banques Allemandes, Françaises et Italiennes.


  • Avec le NON les grecs viennent de dire qu’ils ne rembourseront pas leur dette . Et tout de suite après ils demandent à la BCE quelques milliards d’euros pour continuer à faire tourner leur boutique . Devant un culot si phénoménal on croit rêver .


  • Et alors c’est gratuit, c’est l’état qui paie ! Perso j’attends les réactions de François il est rassurant et la finance il connait (et pas que pour gérer ces biens il a des conseillers pour ça) Il a toute une équipe de millionnaires avec lui qui veillent aux grains.


  • Ce n’est pas le peuple grec votre ennemi… mais la finance ! Bien parlé M. Tsipras… Allez dire çà aux "socialo" de hollande et valls… C’est comme ces resto du coeur et toutes ces associations qui continuent de prosperer a la vue et la barbe de ces soi disant socialistes au lieu de promouvoir l’augmentation des salaires la baisse des loyers, l’arrêt de la spéculations, l’arrêt de l’intérêt usuraires, ne plus accepter que des politiques qui ont ete condamne par la justice de refaire de la politiques l’arrêt de l’impunité des oligarques, les lobys, le clientélisme, etc etc etc…


  • Les grecs viennent de refuser de rembourser 1,5 milliards d’euros, or aux dernières nouvelles ils viennent d’EMPRUNTER 1,6 milliards d’euros ! De qui se fout-on ?


  • Selon plusieurs sources la Grèce a découvert d’importants gisements de pétrole en méditerranée.
    Personne n’en parle alors que cette richesse serait une source de revenus qui tombe à point pour un pays qui manque d’argent..


  • La finance n’est qu’un outil de l’ennemi, outil qui contrôle notre outil commun d’échanges différés, l’argent. Si nous ne mettions pas l’argent au-dessus de nous comme c’est trop souvent le cas, nous ne serions pas à leur merci.