Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

Une info à double tranchant

On s’attendait à un article anti-psychose relayé par France 24, mais nos espoirs se sont effondrés : en fait, « les » (plutôt des) parents espagnols qui rechignent à envoyer leurs enfants, petits ou grands, dans les écoles, c’est parce qu’ils trouvent que la sécurité sanitaire n’est pas assez assurée ! Il s’agit donc d’un article qui incite à encore plus de répression sanitaire, à aller encore plus loin dans le délire liberticide, et qui pousse évidemment à se coucher devant la psychose qui arrange les gouvernements obligés et leurs puissants sponsors.

 

 

Une démonstration pas vraiment massive à rapporter à celles des antimasques de Madrid ou Berlin :

 

 

« Alors que l’Espagne connaît une explosion des cas de Covid-19, de nombreux parents rechignent, voire refusent, de renvoyer leurs enfants à l’école. Et ce, malgré les menaces de sanctions brandies par les autorités.

"Pour apprendre, tu as toute la vie, mais la santé, tu n’en n’a qu’une !" Mère de deux garçons, Aroa Miranda ne cache pas son agacement face à la gestion de la crise sanitaire et de la rentrée scolaire en Espagne, où l’épidémie de Covid-19 est à nouveau virulente. Comme de nombreux parents, elle a décidé qu’elle ne remettrait pas ses enfants à l’école.

"Ils sont en train de faire une expérience pour voir ce qu’il va se passer, comme avec des cochons d’Inde", s’indigne cette femme de 37 ans qui vit à Castellon de la Plana, dans l’est du pays. "Pour mon fils de 8 ans, j’essaierai d’inventer des excuses, dire qu’il est malade", explique Aroa alors que la scolarité est obligatoire dans le pays de 6 à 16 ans. Quant à son fils de 3 ans, elle n’a pas hésité à le désinscrire de l’école.

Selon elle, le masque obligatoire à l’école dès 6 ans, à tout moment, et les mesures de distanciation, ne suffiront pas. "Si je n’ai pas le droit de réunir plus de dix personnes chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon fils devrait être avec 25 enfants dans une classe", s’étonne-t-elle. »

La crainte parentale transformée en propagande pro-Covid

France 24 nous a trouvé, pour sa démonstration propagandiste, des parents encore plus terrorisés que les autorités terroristes (ou terrorisantes) ! Cette histoire de Covid-20 (la suite du 19) prend donc des proportions de plus en plus délirantes. Il n’y a plus de limites à la propagande, qui se vautre dans sa propre fange. Pourtant, l’idée d’une ou de plusieurs journées de retrait de l’école est en train de prendre forme du côté de parents qui eux, ne supportent pas les mesures inqualifiables du gouvernement à l’encontre des enfants qui, on le rappelle comme le Dr Robert Cohen, ne risquent quasiment rien. Il s’agit forcément d’une mesure de rétorsion à l’encontre des gens et des plus fragiles d’entre eux, ceux qui impriment le plus profondément dans leur esprit pas encore bien défendu des possibilités de domination future.

Nous ne disposons pas des statistiques réelles de la contestation positive – on appellera ainsi ceux qui s’opposent à la politique « anti-Covid » gouvernementale parce qu’ils la trouvent pas assez répressive – par rapport à la contestation négative de la politique sanitaire du gouvernement espagnol, mais on constate que cet article surgit au moment où les images d’Espagnols anti-masque se répandent dans toute l’Europe. Et impactent les esprits qui doutent, qui se demandent s’ils ne se font pas avoir...

France 24 nous explique que les autorités, devant cette montée de demandes de retraits de l’école, hésitent sur la conduite à tenir : plus ou moins de répression ? Faut-il récompenser les « bons » parents, ceux qui flippent grâce à la propagande ? Ou au contraire les punir (de 1 à 3 ans de prison !) parce qu’ils vont trop loin, et dans une sorte de dérision, foutent en l’air le programme de protection-domination du gouvernement ? Tout devient tragi-comique, dans cette histoire sans fin :

« Depuis plusieurs semaines, manifestations et pétitions de parents se multiplient en Espagne pour demander plus de garanties sanitaires dans les écoles. D’après une enquête internationale de l’institut Ipsos publiée fin juillet, l’opinion espagnole est à contre-courant de ses voisins européens. Une majorité de sondés en Espagne est en faveur d’une diminution du nombre de jours de cours présentiels, et un quart préférerait attendre "entre 4 et 6 mois" avant de renvoyer les enfants à l’école.

Face à l’inquiétude, les autorités oscillent entre messages rassurants et menaces de sanctions. "Les écoles sont bien plus sûres que les autres endroits même s’il n’y a pas de risque zéro dans une épidémie", a ainsi insisté mardi le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, "mais il y a un risque que nous devons éviter : l’exclusion sociale".

"Les enfants ne peuvent pas vivre dans des bulles", a plaidé l’épidémiologiste en chef du ministère de la Santé, Fernando Simon. "Ils peuvent aussi bien attraper (le virus) au parc, ou quand ils vont voir leurs cousins ou par leur père qui s’est contaminé au travail".

Dans un pays où près d’un quart de la population vit sous le même toit qu’un proche de plus de 65 ans, selon le sondage d’un institut public de 2018, de nombreux parents craignent d’exposer leurs aînés. »

Chez nous, le débat fait rage. Alors que Perronne et Toussaint durcissent leurs positions, en apportant des éléments statistiques et scientifiques de leur opposition au covidisme (l’idéologie du terrorisme pro-Covid), les pro-Covid se lancent dans la contre-contre-propagande.
Ce 7 septembre 2020, des médecins (à vérifier pour certains) interviennent sur Twitter pour nous expliquer que l’explosion des cas va à nouveau saturer nos places de réanimation dans les hôpitaux :

 

 

Les anti-Covid sont visés par les pro-Covid, autrement dit les collabos du pouvoir :

 

 

Mais en face, ça tient sur des lignes de résistance bien préparées et qui n’ont toujours pas été prises par le camp du pouvoir :

 

 

Des généraux de l’armée pro-Covid se retrouvent carrément prisonniers :

 

 

Tant qu’il y a du débat, de la confrontation, il y a de l’espoir. Mais on sent bien que le plan oligarchique, ourdi depuis longtemps, consiste à conduire le troupeau vers l’enclos de la vaccination obligatoire. Les labos et l’UE nous attendent au tournant, et ces empressés qui s’énervent de plus en plus ouvertement – et de manière exponentielle – sont en train d’accélérer le couple propagande-répression, car la résistance n’a que trop duré !

 

À ne pas manquer, sur E&R :

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2541647
    Le 7 septembre à 14:49 par tiiiiep !
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    méme la terre plate ça parait moins fou que cette bétise ambiante qui explose avec tout ces hallucinés qui prennent des tronches de jean moulin derriére leurs masques en papier qu’ils achétent parce que vue à la tv .

     

    Répondre à ce message

  • #2541649
    Le 7 septembre à 14:56 par Julius
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    economie tourisme , gros bordel, investisseurs sont dans la merde cote client, cote banque. pour exploser l economie c est parfait, ceux qui palpe sont les vendeurs de masque

     

    Répondre à ce message

  • #2541675
    Le 7 septembre à 15:48 par Bambolailo
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    L’Espagne a un statut particulier dans cette crise ; le camp des pro-masques est plus que majoritaire (99% des gens gardent leur masque sur la plage) et très peu remettent en question la dangerosite du virus. Culturellement, les espagnols ne sont pas habitués à ne pas suivre le troupeau, la pression social est plus forte ici. De plus le gouverenement Sanchez est completement à la botte de l’europe et des reseaux Soros, l’économie du pays va a la catastrophe (bizarre une fusion de banque il y a 2 jours...), la mortalité du COVID est superieur au reste de l’Europeet le pays est en zone rouge car enregistre un taux élevé de contagions par jour... bref c’est l´hysterie mais qui ouvre la porte a la fameuse second vague car coupable tout désigné.

    Cela dit, ca c’est drole : "
    Les enfants ne peuvent pas vivre dans des bulles", a plaidé l’épidémiologiste en chef du ministère de la Santé, Fernando Simon. "Ils peuvent aussi bien attraper (le virus) au parc, ou quand ils vont voir leurs cousins ou par leur père qui s’est contaminé au travail".
    Poussons la logique jusqu’au bout, soyons plus absurde que l’absurde et les masques tomberont !

     

    Répondre à ce message

  • #2541681
    Le 7 septembre à 16:11 par mesencephale
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    Je viens de sortir d’un magasin de Rungis.

    J’y suis entré sans masque parce que je l’avais oublié dans ma caisse.

    N’y étant absolument pas favorable et avec la flemme de retourner à ma caisse, la situation me convenait parfaitement !

    Le vigil m’a vu et ne m’a absolument RIEN dit !
    Les regards des veaux et autres moutons me fusillèrent jusqu’à la caisse.

    Là une caissière d’une autre caisse me bombarde de ses yeux. Une minable, une gueuse, une sociologiquement câblée Hanouna et autres merdes pour cerveaux dispos. Elle marmone un truc à sa collègue dans une langue que jeune pige pas mais je sais qu’elle parle de moi sans masque.

    J’ai posé mes courses sur le tapis et là le vigil vient me voir en me disant "le masque Monsieur". Et là, je lui dis que je suis en caisse et qu’il est trop tard.. Il me sort ses conneries sur l’obligation et la police.

    Il me fait de la peine parce qu’il a subit un coup de pression de la pute de caissière payée au lance pierres.

    Bref, je garde mon calme et demande ce qu’il peut me proposer. Rien bien sûr. Donc je lui dis, on fait quoi ? Je lâche mes courses et je sors ?

    Devant le non sens du bordel, il me dit "non Monsieur".

    J’ai payé et me suis barré. Libre...

     

    Répondre à ce message

  • #2541690
    Le 7 septembre à 16:44 par Domino
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    Facile de mettre le gros plan sur quelques parents qui ont la trouille pour leur bambin.
    Journalisme de caniveau, comme d’habitude.
    Les propagandistes rejoindront les politiciens quand on sortira le goudron et les plumes (dans le meilleur des cas)

     

    Répondre à ce message

  • #2541733

    Les gens sont devenus complètement fou ! La peur les ont envahi. C’est de la psychose à l’état pure.
    Même dans des manifs anti masque, on voit des gens manifester contre le port du masque, avec des masques !!!???
    Quand les gens vont ils se réveiller ?
    A l’époque de Franco, les gens étaient beaucoup plus libres ’il n’y avait pas autant de sanctions et de surveillance, ni autant de sencures. Aujourd’ hui, on est dans une dictature totalitaire.

     

    Répondre à ce message

  • #2541766
    Le 7 septembre à 19:09 par Un p@p@
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    Les parents ont peur du Covid, mais tolèrent la théorie du genre, l’éducation sexuelle, la promotion de l’homosexualité.... la pilule distribuée dans les collèges par les infirmières scolaires et le planning familial !!!
    Quel monde de merde

     

    Répondre à ce message

    • #2542141
      Le 8 septembre à 12:33 par Vaseline Bellatar
      Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

      Souvent, les parents sont autant, si ce n’est plus, endoctrinés,que leurs enfants, et quand c’est pas des endoctrinés, ils font un déni de réalité
      C’est comme faire la critique d’une communauté, les gens préfèrent nier le réel 
      C’est valable pour les maghrébins, pour les fiottes, pour les noirs, pour les gouines et surtout pour les biiiiiiiiiiiip
      Tu peux allègrement pisser sur l’Eglise, les cathos, interdire les crèches, mais tu ne peux pas critiquer, la fistiniére, la synagogue, les gonzesses, depuis peu, tu peux, un peu l’islam et les chances pour la France, mais il y a encore des velléités et des gardiens du vivre ensemble à Aulnay et au Mirail mais en babouche et en djellaba, si non t’es fasciste
      Sur Jésus, la croix, Marie, l’Eglise, l’homme blanc, l’heterosexuel, là, c’est open bar
      Jo Dalton bien Nicolas Fabre pas bien
      Joey Star bien Zeon pas bien
      Les zadistes bien Laurent paysan bourguignon pas bien
      La fistiniére bien la ferme E&R pas bien
      Têtu bien Faits & Documents pas bien
      Besancenot bien Francis Cousin pas bien
      Salle de shoot bien Au bon sens pas bien
      Migrants bien maghrébins d’E&R pas bien
      Kebab bien cassoulet pas bien
      Gaypride bien pèlerinage de Chartres pas bien
      Pluganal bien Croix et calvaires pas bien
      Shit bien vin rouge pas bien
      Liposuction bien grossesse pas bien
      String bien mantille pas bien
      Sodomie bien école a la maison pas bien
      Salope bien mère de famille pas bien
      Partouze bien fidélité pas bien
      Barebacking bien militantisme patriote pas bien
      Simone Veil bien la Vierge Marie pas bien
      Netflix bien Kontre Kulture pas bien
      Drahi bien Éric Sancery pas bien
      DSK BHL COHN BENDIT bien Soral pas bien
      Liste non exhaustive

       
    • #2542682
      Le 9 septembre à 07:16 par Fiona Schmidt vs Carl Schmitt
      Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

      Et oui l’histoire de France c’est rétrograde, l’orthographe c’est mysogine, le genre c’est une construction, et donc c’est mal, mais un doigt dans le cul c’est le progrès et le progrès c’est bien !
      C’est pourtant simple camarade

       
  • #2541838
    Le 7 septembre à 21:41 par thigpremier
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    Commandes vaccins UE

    Il faudrait prévenir Von der Leyen que nous sommes que 450 M dans L’UE.

     

    Répondre à ce message

  • #2542026
    Le 8 septembre à 09:25 par Road runner
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    Au cours d’une réunion familiale en France, ma cousine qui habite l’Espagne, avait fait avec sa famille tout le trajet en voiture avec un masque ! Elle nous a rabattu les oreilles pendant deux jours sur le covid, et à quel point la situation était dangereuse. De plus, elle ne supportait aucun argument contradictoire. Un véritable agent de désinformation qui, elle aussi, voulait notre bien à tous. Elle était comme le lapin de la publicité des piles Duracel : elle n’arrêtait pas ! Il a fallu que je lui dise finalement qu ‘« elle nous emmerdait avec son covid » ...pour qu’elle arrête net, comme sortie de sa torpeur.

    Les médias en Espagne ont fait un superbe travail de lavage de cerveau.

     

    Répondre à ce message

  • #2542062
    Le 8 septembre à 10:35 par Steven
    Espagne : les parents rechignent à scolariser leurs enfants

    La solution final à cette peur sera l’école à distance au bout du bout, je le vois venir à des kilomètres ce délire. Il y en à qui ne vont pas être content !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents