Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Grande découverte : les pauvres ont du mal à bouffer sainement

Payer un institut de sondages pour découvrir un tel truisme, ça a un nom, que nous ne dirons pas ici.

Tout le monde sait que la pauvreté non choisie produit des difficultés dans tous les compartiments du jeu, dont celui de l’alimentation. Les deux autres difficultés sont le logement et le boulot. Les problèmes politiques viennent ensuite, même s’ils sont étroitement liés aux précédents.

Les pauvres bouffent mal. Allez dans n’importe quel hypermarché, et regardez ce que les pauvres foutent dans leur caddy : ça sent pas la connaissance des produits, de la diététique, de la santé en général. Or, ce qui fait la différente, entre deux pauvres, c’est la connaissance : les uns ne comprennent rien à ce qu’il leur arrive, les autres si, ou partiellement. Ce sont les seconds qui peuvent s’améliorer, ou améliorer leurs conditions de vie, pas les premiers. Sauf s’ils gagnent au Loto, mais auquel cas ils restent cons.

Les pauvres mangent mal, et pas forcément peu : quand on n’a pas le sou, on achète de la quantité. Un, ça rassure, deux, ça remplit le ventre. Donc plus c’est sucré, gluténisé, salé, plus c’est bon, pour le pauvre ignorant. C’est le syndrome tiers-monde : en route pour le diabète.

Mais il y a des pauvres qui mangent mal et peu. On pense aux vieux, plus ou moins abandonnés par la Nation. Quand on vit seul, à 80 piges, on n’a pas forcément l’envie de se faire un petit gueuleton. On mange sa tranche de jambon, on saute des repas, on vit frugalement. Il y a heureusement de plus en plus d’aides à domicile, d’accompagnants, mais beaucoup de vieux la sautent, comme diraient les anciens.

Les pauvres non ignorants, qui s’intéressent à leur santé, s’intéressent évidemment de près à l’alimentation : eux, vous ne les retrouverez pas chez Carrefour avec des pizzas de 50cm de diamètre dans leur charrette. Eux, leur truc, c’est généralement le marché, les produits frais, pas forcément chers, et parfois pas du tout, mais avec de la cuisine derrière. Cela suppose de faire la cuisine, et Jamie Olivier dans ses grandes années, avant d’être relooké et lifté par les Américains, proposait une cuisine de pauvre attirante et facile.

Le coup de manger 5 fruits et légumes par jour c’est bien, mais un slogan ne suffit pas à changer les choses. Les choses se changent par le bas, par soi-même, par la connaissance, et par le haut via la politique. Faire de la politique c’est aussi aider les autres, sauf dans les partis qui pratiquent la traîtrise sociale.

Donc les conseils du Docteur E&R, et pas du Dr Feelgood qu’est ce bon vieux Michel Cymes, le porte-parole de Buzyn qui est elle-même le porte-parole des lobbies de la politique et de l’industrie, c’est de s’intéresser à l’alimentation, aux aliments, à leur valeur, et de trouver un équilibre entre sa bourse et sa santé. C’est tout à fait possible. Cent millions de Brésiliens survivent avec du riz et des haricots noirs.

Mais il ne faut pas renoncer pour autant à changer les choses par la politique, l’engagement personnel. C’est un double combat, mais réellement efficace. Ce que fait le Secours populaire est très bien, mais alerter les dirigeants de ce pays, qui se foutent de la pauvreté comme de leur première trahison, ça sert à rien. C’est à nous de faire le boulot.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Les Français les plus pauvres ont du mal à manger sainement et suffisamment,
selon le baromètre du Secours populaire

« Mangez cinq fruits et légumes par jour ». Si le slogan des autorités sanitaires françaises n’est pas facile à suivre pour un certain nombre de Français, il reste lettre morte pour les plus pauvres, comme le révèle le 12e baromètre annuel du Secours populaire sur la pauvreté, dévoilé mardi 11 septembre, soit deux jours avant la présentation du plan pauvreté par le gouvernement.

[...]

Les plus démunis peinent à manger équilibré

À la question « rencontrez-vous des difficultés financières » pour « consommer des fruits et légumes frais tous les jours », un quart des sondés répondent « oui ». Cette proportion monte à 31% pour les femmes. « Elles sont souvent le chef des familles monoparentales », explique à franceinfo Richard Béninger, secrétaire national du Secours populaire.

[...]

Pour ces Français, consommer du poisson et de la viande au moins une fois par semaine est également très difficile. Quand les revenus se situent entre 1 200 et 2 000 euros, ils sont 25% à ne pas manger de la viande une fois par semaine et 35% du poisson. En deçà de 1 200 euros, ils sont 36% et 46% dans ce cas de figure.

Près de la moitié des Français les plus pauvres (48%) ont, par ailleurs, du mal à se procurer une alimentation saine leur permettant de faire trois repas par jour. « Il y a des conséquences qualitatives, les gens ne se nourrissent pas correctement, mais aussi quantitatives, ils sautent parfois un repas », observe Richard Béninger, soulignant que les jeunes et les étudiants sont particulièrement concernés.

[...]

Plus globalement, le Secours populaire s’alarme du sentiment de paupérisation au sein de la population, qui gagne du terrain à chaque baromètre. Cette année, près de 60% des personnes interrogées indiquent qu’il leur est déjà arrivé de se dire qu’elles étaient sur le point de basculer dans la pauvreté, soit 2 points de plus qu’en 2017. Et 81% pensent que leurs enfants seront plus exposés à la pauvreté.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Repenser la question sociale
avec Kontre Kulture

 

Pauvre France, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si la priorité n’était pas donnée aux fringues de marque, aux smartphones, consoles et autre conneries technologiques p’tet que les gens auraient de quoi manger dans la gamelle aussi.

     

  • Conserves cassoulet/raviolis, steack haché surgelés et thon en boîte sont la base de notre régime alimentaire nous les pauvres. Avec cette nourriture dans le ventre, la déprime n’est jamais bien loin.

     

    • Moi je me fais une salade de Maïs en boîte / thon en boîte , avec une vinaigrette maison bien aillée , moutarde , a l’huile d’olive , je suis le roi du monde !
      Fais le ton cassoulet , il te coûtera moins cher ,en t’en mangeras deux jours de suite


    • Il ne faut pas manger de raviolis, dans le genre saleté...
      Pareil, le thon contient des métaux lourd. Il vaut mieux privilégier les petits poissons (du genre sardines). Plus ils sont petits, moins ils contiennent de métaux lourds grosso modo.

      Sinon vous pouvez manger des lentilles, additionnées d’un peu de pâtes, et bien préparé c’est bon. Les pâtes font que le corps peut assimiler les acides aminés contenus dans les lentilles et créer des protéines exploitables.
      Et ça ça ne coute rien. On peut balancer dedans des saucisses de morteau ou qq chose du genre (pas forcément sain), mais c’est très bon. Ou sinon du petit salé.

      Aussi globalement les boites c’est pas terrible. Pour faire cheap et rapide, il vaut mieux acheter des légumes surgelés. C’est la méthode de conservation la plus saine, car il n’y a rien besoin de rajouter.
      Pareil, les poissons surgelés, sont surgelés directement sur des bateaux usines. Du coup ils sont ultra frais.


    • Je fais un repas par jour , inactif ça me suffit , mais je cuisine tout a base de légumes , céréales , légumineuses , et un peu de produits laitiers , fruits , pas de produits industriels , pas de saloperies a l’extérieur . Une fois ou deux par mois , je m’offre un café en terrasse , toujours dégueu et servi tiédasse, juste pour avoir encore le sentiment d’appartenir a cette humanité , si une intelligence se présente ou un vertueux , je peux avoir envie d’échanger . De plus en mangeant peu et évitant le sucre et l’alcool , on est moins sensible a l’agression sexuelle permanente des femelles de par l’absence totale de chasteté et de leur exhibitionnisme devenu militant .
      De quoi parle-je ? Quel rapport ? La langue et les génitaux sont sur la même ligne , entre le gout et le sexe il y a toute notre condition animale imposée par la nature , mais a mi chemin il y a le cœur , siège sur le quel on se tient et d’où émane toute la conscience , s’y trouve aussi l’ego illusoire , le masque hideux de notre envie a l’egart du jouisseur suprême , Dieu , cet orgueil transforme notre amour naturel pour Lui , en concupiscence . Je suis le suprême , je suis puissant , je suis fort , je suis ceci ou cela etc , mais il n’en est rien , je ne suis qu’une petite étincelle divine , égarée et totalement dépendante, soumise aux dures lois de la nature , elle même servante soumise du Seigneur suprême . Mon potentiel éternel n’a d’autre réalité que l’amour pur transcendantal et d’autre objet que le Seigneur bien heureux , Tout autre chose passe et n’a pas de réel substance . Je suis donc le serviteur éternel de Dieu et seul le lien d’amour avec Sa Personne constitue la Vie , tout le reste appartient a la Mort .


  • Il est loin le temps où on payait le kilo de patates 5 centimes d’Euro...on est rendu à 30 fois le prix et plus encore (3000 % d’inflation en 40 ans...qui dit mieux ?). Un slogan à la con émanant d’une administration à la con, dans un appareil d’état à la con mais qui lui, se goinfre pour de bon et bas tous les records de ponction fiscale et d’endettement, alors évidemment avec ce qu’il leur reste les victimes ont du mal à se payer de quoi bouffer...


  • #2040130

    L’abrutissement général de masse organisé par la mafia d’occupation produit des simplets pour qui il est nécessaire d’indiquer que l’eau mouille, le feu brûle, la pauvreté fait des pauvres. De plus, ça occupe le terrain merdiatique avec des inepties et rempli les caisses des instituts de sondage des copains/coquins.
    Ne nous plaignons pas, dans 5 ans ressortiront les mêmes sondages à la con mais en fronçais phonétique genré sur fond de rap pour que la masse puisse encore suivre.


  • « Mangez cinq fruits et légumes par jour ». Si le slogan des autorités sanitaires françaises .Oui c’est bien, c’est joliment dit, mais ce qu’ils oublient de dire, c’est que souvent les fruits et les légumes sont de mauvaise qualité , puisque la plupart du temps sont en serre, comme les tomates par exemple qui n’ont plus aucun gout et venu avec des produits chimiques et mis en congélation .Il suffit simplement de manger une tomate du jardin,ou un fruit et les mêmes produits grande surface , et la messe est dite
    Tout ceci n’est qu’un leurre .Le problème de la mal bouffe vient tout simplement de la grande distribution qui n’est là que pour prendre du fric et vendre de la merde.,(très chère) voire excessivement chère lorsqu’on voit la qualité des produits .
    Il suffit de prendre les jambons blancs en barquette ( dites bonjours aux concentrateurs, matière grasse , sucre (glucose), sel protéines etc. etc. en ouvrant le paquet) et pour trouver un bon jambon, faudrait y passer plusieurs jours, vu le nombre .Et pour toute la charcuterie, c’est à peu après la même chose .
    Le poisson, poisson d’élevage, nourri à la farine .
    Le poulet, pour le désosser, rien de plus simple, on le fait cuire, on le secoue un grand coup, vous avez la carcasse d’un côté et la viande de l’autre .C’est l’air de l’élevage en batterie qui l’a attendri, trop de promiscuité .
    C’est vraiment du foutage de gueules, car, il faudra m’expliquer, lorsqu’on voit toute cette marchandise, qui arrive pour la plupart d’on ne sait où et le temps qu’elles ont mis pour venir, le paquet de conservateur obligatoirement, sinon, il faudrait qu’il renouvelle la marchandise tous les trois jours .
    Il ne faut pas s’étonner en voyant ça comment on ne peut échapper à la mal bouffe, et faire crever les gens à petit feu . .

     

    • On aura toujours la possibilité de croiser un chasseur qui offrira du gibier , un pêcheur un poisson ...
      Et faire son marché plutôt que de remplir les files d’attente des caisses des hypers marchés ..
      Trouver une AMAP , les produits a la ferme qui sont souvent moins chers ( sans parler de la qualité )
      Aller ramasser noix , châtaignes , champignons
      Réapprendre à cultiver , se faire son petit potager , ça occupe bien aussi , regarder les abeilles travailler pour soi ...ça nourrit l’esprit !
      Et cuisiner , c’est essentiel ...


  • Avant l euros on remplissait un caddie tout entier pour 400 à 500 francs soit 80euro.
    Maintenant avec 80euro vous avez un panier plein...
    A qui la faute ? À sheytser bytes qui trade les matières premières ?
    Au magasin qui vendent des aliment bio donc sans aucun entretien à prix d’or...
    A la société qui nous privé de notre temps pour bosser bosser bosser ?

    Aux ignorants qui ne savent même pas que le fzst frood c’est de la. Merde ?
    Manger moins mais de meilleur qualité c’est mon slogan.


  • Les pauvres sont aussi malheureusement assez cons dans le monde occidental. Ils abandonnent les aliments traditionnels pour succomber à toutes les saloperies à la mode produits et promues par l’industrie agro-alimentaire. Et que l’on ne viennent pas me dire parce que c’est moins cher ! Un kilos de chips cela fait environs 5 euros, un kilos de pomme de terre fraîches coûte environ 1 euro 50. Une pizza surgelée cela oscille selon les marques entre 5 et 10 euros le kilo ! Cela fait cher le kilo de farine, le faux fromage goût plastique, le concentré de tomate et les additifs alimentaires douteux !
    Certes les pauvres ne peuvent pas s’acheter du porc premium élevé en plein air et nourri de glands et châtaignes...mais il y a quand même moyen de manger relativement équilibrés.
    Une des caractéristiques de la société moderne c’est qu’elle produit des pauvres qui sont cons. Dans le temps nos aïeux pauvres savaient ce qui étaient bons pour eux et avaient une culture culinaire. De nos jours on a des pauvres obèses et mous du bulbe !

     

    • #2040263

      Tout à fait, un pauvre devrait dans l’idéal avoir le sens des priorités…


    • @goy pride

      Le problème principal, c’est que toute cette grande distribution a fait disparaitre, dissoudre les petits commerces de proximité, qui achetaient les produits locaux, et tout le monde était content , car tout le monde s’y retrouvait .
      La grande distribution a tout tué, du producteur au consommateur .La faute vient de là, et en plus des élus qui ont accepté l’implantation de ces grandes surfaces, affilié à des banques, distribuant de la daube très chère .Là tout le monde est content, sauf le consommateur qui se fait ponctionner 100 euros en moyenne toutes les semaines, pour venir engraisser les marchands de régime au passage .
      Il y a 50 ans, les gens mangeaient bien plus, mais beaucoup mieux, et n’auraient jamais mangé la merde d’aujourd’hui .


    • #2040436

      @goy pride
      Mes grands parents étaient aussi pauvres que tous ceux de leur quartier. Pas une grossièreté, pas une inconvenance, pas une médisance, aucun égoïsme, l’entraide comme norme.
      Une connaissance exhaustive des plantes, arbres, oiseaux, insectes, minéraux et de l’histoire de leur pays. Un bon sens à toute épreuve. Pas un arbre planté sans utilité, pas une plante sans avantage. Le
      marché local, les conserves faites maison qui permettaient de tenir tout l’hiver, les pommes dans le grenier, les sacs de patates à la cave, les jambons et le lard au plafond ...
      Même la bouffe a été instrumentalisée pour abrutir ce pauvre pays.
      La malbouffe réchauffée au micro-onde pour passer plus de temps devant ânouna, drucker, les séries US et les jeux débilitants.


    • Les travailleuts pauvres n’ont pas le temps d’aller au marché, de cuisiner (il faut laver, peler et découper) car ils passent ces heures dans les transports en commun ou embouteillages. Quand ils rentrent ils sont trop crevés, et peut-êtr qu’ilsveulent aussi voir leurs enfants, parfois la cuisine est tellement riquiqui que s’ils cuisinent ils ne verront pas leurs gamins, pas assez de place. Alors ils ont pris ce pli, de mal bouffe qui provoque des pics de glycémies. Arrêtez de penser que tout le monde a le choix. Ceux qui l’ont, et j’en fais partie, sommes des privilégiés mais ne jetons pas la pierre à plus pauvre que nous, à un certain niveau d’asservissement, le choix n’est plus possible.


  • Et bien il faut voir à quel point fruits et légumes ont augmentés, et ce n’est pas tant l’appauvrissement actuel qui me semble en cause mais le passage à l’euro
    Qui se serait imaginé payer presque 50 francs le kilo de cerise avant l’euro ?
    Les prix des fruits et légumes ont tout simplement atteint des niveaux de prix qui frise trop souvent l’indécence.
    Quand on doit regarder aux dépenses, le choix se limite drastiquement, donc c’est plutot les premiers prix pour pouvoir avoir à la fois un peu de quantité et de qualité minimum.
    Quand à manger fruit et légume tous les jours c’est impossible pour un petit ou moyen budget, même en cuisinant
    Je cuisine tous les jours, des fruits et légumes pour ma part c’est possible debut de mois et au milieu, ensuite bah...
    Et je cultive ma terre avec qq carrés de potagers, mais là aussi c’est du temps et de l’entretien, combiné à une vie professionnelle dense comme tout le monde, et au reste de ce qui peut occuper une vie d’homme, les fins de mois sont difficiles meme avec un salaire correct
    Le prix de l’indépendance (relative) en ce qui me concerne

     

  • #2040167

    On ne peut que s’esbaudir d’une telle conclusion. Autres révélations-choc : le feu brûle, l’eau mouille, les oiseaux ont des ailes, les poissons des écailles et si ma tante en avait ce serait mon oncle...


  • Revenant des carrefour mes grands parents ont fait 50 - 80 de courses avec rien à manger dedans (du jambon fumé, du pâté, du fromage, du pain et tout un tas de conneries sans vies). Alors qu’en allant acheter à la ferme du voisin (qui à un petit marché dans sont garage) on sort avec 40 euro de courses et des kilos de légumes bio et tout frais.

    Et en tant que pauvres instruit, le meilleur sentiments qu’on à en allant à la ferme du voisin c’est se dire que ni la banque, ni l’état (pléonasme) ne s’est enrichis sur la transaction. Et ce malgré le fait qu’en dépensant l’argent le producteur va forcément rémunérer l’état et la banque..


  • Très vrai votre article. J’ai commencé par cette prise de conscience de la nourriture il y a une dizaine d’années, qualité-santé-bio-de proximité, et naturellement ça c’est étendu vers des produits naturels santé-ménage-environnement, et la découverte de E&R, les saines lectures, etc. Mais je reconnais que même si avec peu de moyens on peut se débrouiller pour vivre sainement, il faut d’abord "le vouloir", dans ce monde actuel bourré de mauvaises publicités.


  • #2040178

    Tout le monde sait que la pauvreté non choisie produit des difficultés dans tous les compartiments du jeu, dont celui de l’alimentation. Les deux autres difficultés sont le logement et le boulot.



    Pour les hommes vous oubliez une 4ème difficulté : les femmes.
    Car une femme pauvre peut toujours s’en sortir si elle a un corps.


  • c’est farci d’experts dans ces journaux !

    ils t’apprennent des trucs que tout le monde savait il y a des milliers d’années.

    c’est des bons j’vous dit !

     

  • Pendant ce temps, on va leur demander aussi d’accueillir des migrants et c’est tout à fait normal. Qu’est-ce que c’est que ces pauvres riches comme Crésus qui refusent de partager leurs pâtes, leurs patates et leurs boites de conserve avec des étrangers qui ont beaucoup souffert ?
    Nos politicards, eux savent être solidaires et se serrer la ceinture. En effet, par solidarité avec les pauvres, ils ne reprennent jamais un deuxième verre de Sauternes après leur foie gras......


  • Tout est dans la qualité nutritive.

    Les fruits et légumes d’aujourd’hui n’ont plus la même valeur nutritive que les anciennes varietés. Et c’est aussi vrai pour les cereales.

    Avant le pauvre pouvait se contenter de manger du pain de farine noire très nourrissant et riche en protéines. Mais désormais c’est farine blanche raffinée avec des variétés de blé qui ne contiennent plus que très peu de protéines (ceci expliquant aussi probablement les allergies au gluten qui se multiplient).

    Je vous le dis sans être nutritionniste mais par expérience. Mieux vaut manger un repas par jour copieux et avec de bons produits du bon pain des bon légumes sans pesticides d’anciennes variétés que 3 repas par jour de bouffe industrielle.

    Nos aïeux mangeaient ils trois repas par jour ? Probablement pas ils réglaient la fréquence des repas a leurs besoins et leurs métabolismes tandis que la diététique moderne voudrait faire appliquer un régime a l’ensemble d’une population donnant des prescriptions caloriques moyennes qui n’ont pas de sens.

    Le sens justement c’est ce dont on a besoin même en nutrition, retrouver la proximité avec la terre.

     

    • A en croire un nutritioniste que j’ai lu récemment, il est mauvais de faire ce que vous conseillez ( 1 repas copieux plutot que 3 modérés...sans parler de la qualité des aliments ). Au contraire il préconise 3 petits repas plutot qu’un gros unique. Mais cela n’est pas incompatible, vous pouvez faire 3 petits repas avec des bons produits...voire 1 repas modéré ( sans compter le pti dej’ ) + thé / infusion, laitage, gateau ( fait maison ) avant le dodo.


    • J’ai lu un article apparemment documenté affirmant que le réchauffement climatique était en train d’appauvrir les aliments en vitamines, protéines, oligos-éléments . Est-ce vrai ?


    • @vivi

      Si votre message était ironique, c’est pas malin. Manquer de reresté, de manière anonyme, envers une personne qui est resté correcte en exprimant un point de vue, je vois pas trop comment votre égo peut s’en satisfaire ( je vous conseil la vidéo de Soral, où il recadre, lors d’une conférence, un gars qui a voulu faire son malin en "cassant" une femme qui expliquait sa condition physique ).
      Si il était sincère, alors méa culpa, et je ne pense pas que ce soit le cas.
      Pour le réchauffement climatique, certaines observations, dans certaines régions du monde tendent à prouver qu’il est réel, mais c’est sur ses causes que les politiques mentent, car il pourrait tout simplement être naturel, faisant parti d’un cycle de la terre.
      Maintenant, rejeter toute étude officielle par principe est une preuve de stupidité. J’utilise la logique ( à mon niveau ), pour me faire une idée.

      Qu’est-ce qui est le plus sain, selon votre logique, surcharger un gros coup votre estomac pour compenser les autres repas et lui faire faire un effort considérable d’un coup, ou bien étaler sa charge sur 3 petit repas et le laisser digérer trankilou, sans difficulter, les petites quantités ?


    • A S.
      Globalement ce que je voulais dire c’est de préferer la qualité à la quantité. Par exemple maintenant quand je voyage je boude par exemple les sandwichs en triangle et les chips pour préférer quelques dattes et fruits secs bio.
      Par rapport à ce que vous ajoutez.
      D’après les logiques de nutritionnistes du jeune, il est préférable d’avoir un gros repas et de concentrer la digestion à un moment précis de sa journée afin de laisser le reste du temps le corps en repos par rapport à la digestion qui consomme énormément d’énergie.

      Mais j’ai lu des choses un peu contradictoire. Tout comme le proverbe qui dit "manger comme un roi le matin, un prince à midi et un pauvre le soir" alors que d’autres disent que le meilleur moment pour digérer c’est le soir et donc sauter le petit déj.
      _
      A mon avis il faut faire comme on se sent, personnellement j’ai supprimé désormais le petit déjeuner et je préfère manger bien à midi et faire une sieste. Mais comme j’ai dit un modèle ne convient pas à tout le monde, revenons au ressenti comme l’a très bien dit Thierry casasnovas dans son interview avec Vincent Lapierre.


  • #2040197

    Je voudrais relativiser les chiffres donnés ; avec environ 1300 euros par mois je mange de la viande ou du poisson tous les jours, des fruits et légumes à profusion et cerise sur le gateau le tout bio, sans compter que tous les mois j’arrive à mettre un petit billet sur le coté. Ce n’est donc pas une question de pauvreté mais de choix à faire. D’abord j’ai quitté la ville et maintenant je fais les courses à la ferme. Je n’achète pas de merdes à crèdit que je n’ai pas besoin meme si manifestement j’ai un ordi et une machine à laver, j’use mes fringues jusqu’à la corde mème si ça ne frime pas, j’ai qu’une petite bagnole qui a son age et qui ne paie pas de mine.
    Il faut arreter de victimiser et d’excuser les pauvres de leurs conneries par leur faible pouvoir d’achat.Quand on est assez con que pour mettre l’essentiel de ses ressources dans une bagnole ou les nouvelles technologies alors peut-etre bien que l’on doive se contenter de bouffer de la merde mais tout ceci n’est pas inéluctable.

     

  • Tout pour les "migrants", comprendre la 5eme colonne du grand capital, tandis que beaucoup de nos "vieux" font les poubelles pour survivre.

    Et tout cela l’oligarchie s’en moque éperdument, puisque l’ami Jacquouille Attali, a dit il y a plusieurs années, qu’il fallait euthanasier les personnes de plus de 65 ans.

    Nous attendons toujours qu’il montre l’exemple, et commence par lui-même. Cela ferait un parasite de moins sur le dos de ce qu’il reste de la "république", laquelle n’étant plus qu’un mot creux, l’UE (CIA Mossad) dirigeant tout !

    Quelle tristesse d’en être arrivé là !


  • J’ai 600 euros de retraite, pourtant je ne mange que BIO et végétarien.
    Comment je fais ? Jamais de restaurant ni d’hôtel, ni de cinéma, ni de camping, et presque pas de chauffage chez moi l’hiver.


  • Quels pauvres ? Ah oui le vieux, la vieille qui ont cotisé toute leur vie, le SDF de chez nous ?
    J’habite près des Restos. Dans les bosquets attenants, ramassés par la Ville, des tas de boîtes de gâteaux à peine entamées, et le reste.
    J’ai déjà raconté ici l’histoire d’un copain bosniaque (asile) dont j’ai aidé ponctuellement la famille et qui pour me remercier m’a offert un gros sac de conserves de qualité, parce que les Restos et autres « leur en donne trop ». Il y a un truc qui colle pas.


  • #2040236
    le 11/09/2018 par The Médiavengers Zionist War
    Grande découverte : les pauvres ont du mal à bouffer sainement

    Il faut arrêter de se cacher derrière l’argument gauchiste vague de la "pauvreté". La pauvreté, comme la finance, n’a pas de visage. Fastoche.
    C’est la bêtise et la paresse des gens qui sont en cause. En 2018, il y a certes Hanouna, mais pas que. L’Education Nationale est un naufrage, mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. On n’est pas (encore) dans le système américain. La richesse gastronomique nationale, couplée à toutes les "richesses du monde" dont on nous rebat les oreilles depuis 30 ans ont permis à chaque français de découvrir des variétés et des traditions culinaires incomparables.
    Ce n’est pas parce que Mac Do a le plus gros budget publicitaire que dans les cantines, pour une fois, les responsables ne font pas le nécessaire pour aider à l’éducation alimentaire.
    Bref, avec peu de moyens et un minimum d’effort, dans notre cher pays, on peut encore manger correctement. Et là aussi, on peut dire ce qu’on veut, mais heureusement qu’il existe toute la tendance gauchiste-écolo, parce que ce ne sont pas les droitards et leur obsession de la défense (très américaine...) de la bagnole et du mode de vie décadent occidental qui auront apporté grand-chose à cette problématique.
    Rendons à César la salade qui appartient à César....


  • Mieux vaut manger des bonnes choses en petite quantité que des mauvaises choses en grandes quantités.


  • salauds de pauvres !

     

    • bien dits ! en plus ils vont être malades bien avant les riches et faudra les soigner ce qui va creuser le trou de la secu du coup il faudra bien les taxer encore plus mais l ’avantage du pauvre c’est qu’il est malléable !il bouffe de la merde dans un appart pourri qu il loue chèrement grâce a son travail de smicard qui le gonfle et qui l’use mais il dit rien !


  • Ne rigolez pas avec ce qui vous paraît être des évidences. Ce sont vos évidences à vous. Pour d’autres, elles n’en sont pas. Par exemple, je connais des gens ( "humanistes de gauche" ) qui disent texto "on n’accueille pas assez d’immigrés et on ne les accueille pas assez bien". Alors, qu’une étude viennent "officialiser" le fait que les pauvres français n’ont pas les moyens de bouffer correctement, cela permet, entre autres, de plonger le nez de ces gens dont je parle dans leur merde. Un pays, n’importe lequel, doit d’abord être capable de nourrir correctement tous ses habitants avant de prétendre pouvoir accueillir les autres pauvres du monde.
    Plus un immigré sur le sol européen : on n’a pas les moyens. Ou alors il faut revoir de fond en comble la redistribution du pognon. Comme en Suède, où, globalement, il n’y a pas vraiment de "pauvres". Ah ouais. Mais en Suède non plus, ils ne veulent plus d’immigration. Ah merde. Echec et mat. Même Attil..., euh Attali, même Attali, il a entendu. C’est dire si ça crie fort.


  • Pas sûr qu’avoir plus d’argent donne du courage pour cuisiner des produits sains en allant au marché 2 fois par semaine. Et tout le monde n’a pas la chance d’avoir un potager car tout le monde n’a pas la chance d’avoir un jardin ni le courage de l’entretenir. De plus qui dit produits sains dit produits rares. C’est la quadrature du cercle de notre modernité.


  • C’est un problème d’éducation .. et même d’éducation populaire.
    Manger trois conneries ou un bon repas cuisiné c’est à peu près le même prix. (si on fait les comptes comme il faut, et qu’on omet rien)

     

    • #2040634

      Absolument,

      C’est comme ces gens qui se plaignent du manque de pain et dédaignent les brioches.

      Plus sérieusement, ce ne sont pas les pauvres qui se nourrissent avec des "conneries"

      Quand on est pauvre, les produits frais sont tout simplement hors d’atteinte, ouste la cuisine. Un pauvre ca mange des pates et du riz quand ça dispose de quelque chose pour les cuire. Accommodé d’un peu de sauce industrielle car bon marché et facile à conserver.

      Les agriculteurs on parfois cependant un potager, ce qui sur ce point peut les aider.

      Niveau protéines mieux vaux ne pas être allergique aux œufs c’est pas cher et très commun.

      Pour le pauvre sans potager, c’est pates/riz/œufs, les patates c’est bon mais c’est plus cher.
      Le thé sucré, c’est bon et pas cher, bien pratique pour les desserts et les petits creux.

      Ca va comme base pour tenir, mais de temps en temps il faut se trouver un truc frais.

      Tout ça, ça va tant qu’on est pas à la rue, par ce qu’une fois à la rue, adieu œufs, pates et riz...


  • Cela dit, qui leur a appris à manger ? la publicité ...
    Qui nous apprend a communiquer ? la publicité ...
    Qui nous apprend comment nous comporter socialement ? la publicité...

    On en revient toujours au même. On ne peut pas vivre sous la coupe de l’industrie et des marchés et esperer autre chose comme resultats que leurs profits.

    Tant que l’industrie ne s’engagera pas de gré ou de force dans les transformations sociales..on aura cet espèce d’hybride nommé consommateur.
    Mais ça, on a le droit de le refuser quand même ? au moins par principe ?

    Si ils n’ont plus de solutions, on va leur en proposer gentillement.

     

    • Bien dit, traiter les pauvres ou les français de cons c’est oublier qu’on les a volontairement rendus cons. il suffit d’avoir plus de cinquante ans et un peu de mémoire pour le savoir (la méthode : télé et éducation nationale)


  • Si vous voulez vous empoisonner aux pesticides mangez 5 fruits et légumes par jour !

     

    • #2040777

      @pepito

      Bravo ! c’est la bonne réponse à toute cette campagne de culpabilisation de ceux qui ne peuvent s’acheter des fruits et des légumes.
      "Cinq fruits et légumes par jour, bio et exempts de résidus de pesticides et payés un prix modique"
      Rappelons que les fruits les plus traités (jusqu’à 30 traitements jusqu’à la cueillette) sont :
      - les pommes ;
      - les raisins ;
      - les cerises ;...
      Manger sain et bio pas cher,c’est possible...

      Viktor Von Beg


  • Je savais depuis toujours (ado) que ce mode de vie était anormal (consommer à tout va).

    Même la jeunesse issue de milieu traditionnel consommait plus des marques américaines que les autochtones au quartier. Résultat : pauvres déguisés en rappeurs capitalistes, pouffes avec des fringues et accessoires en toc, voilées avec des accessoires de marques americano sionistes, obésités de certains mecs et meufs à cause de la junk food (Mac Dodo et Caca cola).

    Mangez des légumineuses, des fruits et légumes moins toxiques, nocifs (misez sur l agriculture biologique). Mangez de la viande 2, voire 3 fois par mois. Mangez des poissons gras et fruits secs (les noix), bref, variez vos repas mais oubliez TOUS les plats préparés (pizzas, soupes liquides ou en poudre, sucreries en tout genre, frites, charcuterie, chips, etc.)


  • 80% des français craignent la pauvreté pour eux-mêmes et leurs enfants. Ca ne les empêchera cependant pas à continuer de voter pour des margoulins comme Macron voire pire ... Allez comprendre qq chose à çà tiens !


  • #2040494

    Putain de pauvres, faut toujours que ça pleurouille !

     

    • #2040652
      le 12/09/2018 par Jack Langue dans ton cul
      Grande découverte : les pauvres ont du mal à bouffer sainement

      C’est vrai, putain si tu veux bouffer
      et "Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler"
      Arrêtez de nous faire chier les pauvres
      Qu’elle idée de naître pauvre



      L’argent de poche
      @EmmanuelMacron : "J’ai vécu avec 1.000 euros par mois quand j’étais adolescent. Je sais ce que c’est ........"



  • #2040498

    Le manque d’argent ne doit pas aider à avoir envie de cuisiner, tout simplement. Je suppose que les personnes démunies trouvent leur plaisir en achetant un plat "bourratif" pour la journée, la faim n’est plus là et c’est certainement rassurant.
    J’estime que chaque Français salarié, en quête sérieuse d’emploi, ou retraité ne devrait pas avoir de problème pour se nourrir.
    Je ne me permets pas de dénigrer les personnes qui s’alimentent mal, moi qui ai la chance de pouvoir élaborer mes menus à ma guise.

     

  • Peut-être que Kouchner s’en est allé chercher des sacs de riz pour venir en aide aux français en souffrance alimentaire. Ah ! ces philantropes.


  • Tu m’étonnes. Est-ce que vous avez regardé le prix d’UN oignon ? D’UN poivron ? On frise l’euro... Si encore la qualité était au rendez-vous, mais même pas.

    J’en profite pour faire la pub d’une application que j’ai découverte il y a peu mais dont je me sers désormais quotidiennement : Yuka. On scanne le code-barres du produit et on a le détail de sa composition avec, pour les plus pressés, une mention qui va de "excellent" à "mauvais" (pour la santé...)


  • #2040717

    La qualité de la vie, le savoir vivre, qui sous entendent aussi comment, combien et quoi manger, a une relation directe avec le niveau intellectuel et surtout la culture générale des individus !

     

    • #2041031
      le 12/09/2018 par La Vérité est rien d’autre
      Grande découverte : les pauvres ont du mal à bouffer sainement

      C’est faux ! entièrement faux ! Moi je gagne moins de 1000 euros par mois et c’est moi qui éduque les bobos et les bourgeois à manger correctement ! Ils bouffent de la merde et utilisent tout leur argent pour leur simple plaisir (belle maison, belle voiture, voyages à gogo, achats de produits de luxe, vêtements de marque, bijoux, parfum, restaurants, ....).
      Niveau de vie élevé ne veut pas dire intelligence élevée ! Vous vous trompez ! ces gens n’ouvrent jamais un livre, ils sont bien trop fainéants pour le faire ! ils ne cuisinent jamais non plus, bien trop fainéants également !
      Quant à l’intelligence du cœur, alors là, c’est le néant absolu chez eux !


  • Les pauvres de la campagne, même s’ils ont d’autres difficultés (voiture, chauffage, ...), ne mangent pas si mal. Tomates et haricots du jardin, pomme de terre vitelotte, même kakis et physalys et oeufs frais et tout ça bio de bio. Au marché vous en avez pour la moitié de ce que vous dépensez à Paris même pour la viande. et si vous avez la chance d’habiter dans une région vinicole la cuite ne vous ruinera pas et avec du bon vin.


  • #2040957

    Clem 4484

    Je ne pense pas que ce soit une généralité ou bien vous parlez de votre cas, ce qui n’est pas blâmable ou ce n’est pas très sympa pour les personnes démunies.


Commentaires suivants