Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Guerre commerciale : Juncker fait-il des concessions à Trump ?

Les États-Unis et l’Union européenne entendent entamer des négociations afin de régler leurs différends commerciaux, ont annoncé Donald Trump et Jean-Claude Juncker à l’issue de leur rencontre mercredi. Certaines concessions immédiates auraient déjà été faites par Bruxelles.

 

Le Président de la Commission européenne et le président américain sont convenus de lancer une série de discussions concernant l’agriculture, l’industrie et l’énergie afin de régler les différends commerciaux qui opposent l’UE et les États-Unis. Donald Trump a évoqué une « nouvelle phase » dans les relations entre Washington et Bruxelles. Il a précisé que les deux parties voulaient aller vers le « zéro tarifs douaniers » pour leurs échanges industriels.

Sur sa page Twitter, le locataire de la Maison-Blanche a également mis en avant les concessions que lui avaient promises des responsables européens.

« Les représentants de l’Union européenne m’ont dit qu’ils achèteraient plus de soja à nos fermiers immédiatement. Ils achèteront également de grands volumes du GNL ! »

Donald Trump a, à son tour, promis de « résoudre » la question de l’augmentation des tarifs douaniers américains de 25 % sur l’acier et de 10 % l’aluminium européens. Ce sont précisément ces taxes, en application depuis le 1er juin, qui ont mis le feu aux poudres entre Washington et Bruxelles.

 

 

Il n’a cependant pas indiqué si cela signifiait que son administration suspendrait ces taxes.

Selon une source européenne citée par l’AFP, aucun nouveau tarif douanier ne sera imposé sur les importations de voitures européennes aux États-Unis, un dossier particulièrement sensible pour l’Allemagne, où ce secteur clé emploie quelque 800 000 personnes. Berlin a déjà jugé « constructif » le résultat de la rencontre entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker.

Néanmoins, cette rencontre a suscité des questions de certains membres de l’UE. Le ministre de l’Économie et des Finances français Bruno Le Maire a ainsi demandé des « clarifications » des mesures annoncées à l’issue de la rencontre d’hier. Il a exigé que l’agriculture reste « en dehors du champ de discussion » et demandé l’ouverture des marchés publics américains.

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents